Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Sam 11 Aoû - 23:21



"Hayley"
&
"Elrik"
© Never-Utopia

    Elrik émergea du Courtisane’s Nest avec l’impression salutaire de sortir la tête hors de l’eau, après une longue, longue remontée depuis des profondeurs abyssales. Il inspira une généreuse bouffée d’air, en levant le visage face au ciel. Ses doigts grimpèrent à la base de son cou, et s’agrippèrent à la chainette en or retenant les deux croix. Il les serra au creux de sa main en fermant les yeux, essayant tant bien que mal de calmer la course de sa respiration. Derrière ses paupières clauses, l’obscurité tanguait. Comment était-ce possible ? Il ne se sentait pas bien… ou plutôt si. Très bien. Etrangement léger. A vrai dire, Monroe était perdu. La seule chose à laquelle il pouvait se raccrocher pour le moment était ses deux croix en pendentif. A tel point que la peur de tomber, s’il les relâchait, lui fit tenir bon autour du métal, et le serrer fort à s’en faire mal.

    Ce n’était pas parce que son esprit se plaisait à flotter de la sorte – enfin se plaisait… il n’en était pas sûr mais l’heure n’était pas aux questions ! Au diable les questions ! – bref, il avait son cadet à retrouver… Où était-il, le P’tit ? Elrik rouvrit donc les yeux, et regarda de tout côté. Il y avait un empressement maladroit dans ses gestes et son attitude. Personne. Elrik s’enfonça dans le brouillard obscur.

    « Skellig ? SKELLIG ?! T’es où le Bleu ?! Sérieux ! Skellig ?! C’est toi qui a nos montures pour rentrer j’te rappelle ! » Tu sais transplanner mon Rikouillet, tu le sais ça ? « Caine ! Ah j’y crois pas… »
    Et oui mon vieux ! Il est parti ton copain ! « Ah la la… ton dévouement t’aura entraîné à ramener Miss Cauldwell jusqu’à chez elle ! On ne te refera pas ! Tant de bonté d’âme ça me scie… » Il ne croyait pas si bien dire, en s’adressant ainsi au Néant envahissant la rue.

    Un frisson lui parcourut l’échine. Lui aussi… il ferait mieux de rentrer… de… Avec un soupire, Elrik porta sa main à son front. Aïe… il aurait une sacrée bosse à l’endroit où il s’était cogné en sortant du pub. Il se frotta les yeux, alors, tout en se mettant à ricaner comme un simplet durant cinq bonnes minutes, sans même savoir pourquoi. Puis, l'homme sembla se calmer. Hum. Il ne savait même plus dans quelle direction se tourner… où s’il allait être capable de transplanner. Dans ce cas… que faire ? Pour retourner à Poudlard ? Il avait encore assez de neurones pour s’interdire d’aller demander de l’aide à Miss Kirsanov, sa collègue concierge. Non, non… même s’il tournait en rond, en frémissant de sueurs et de froid à la fois, il parviendrait à retrouver la route de l’école.

    Allez… si : essayer de transplanner. Il mit un pied devant l’autre, puis deux… cherchant à atteindre le mur le plus proche pour prendre appui, histoire de rassembler ses esprits deux minutes.

    Par tous les saints, le décor de la rue tournait tellement, bien qu’Elrik ait un mal fou à distinguer les détails alentours. C’est ainsi qu’il ne vit pas la marche du seuil de la maison toute proche et trébucha contre la pierre, pour se rattraper à la paroi du mur. Sa main glissa contre la surface rugueuse et l’homme se laissa retomber dans un savant retournement de situation, les fesses sur la plus haute marche. Le choc fut rude et brutale… il jura dans la pénombre, sans remarquer tout de suite qu’une autre âme se trouvait déjà assise sur ce point de chute. Mais son épaule se colla à celle de l’inconnu(e). Elrik sursauta alors comme une pucelle effarouchée : « Ah ! Qui va là ! »

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@


Dernière édition par Elrik H. Monroe le Dim 9 Sep - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hayley E. Marshall
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 321


Feuille de personnage
Gallions: 737
Points de Magie: 60

MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Dim 12 Aoû - 21:36

    La honte totale. Hayley soupira, dégoutée d'elle-même. Comment avait-elle pu agir de la sorte ? D'accord, Adem lui plaisait. Mais là ? Dans cet endroit ? Alors que la tête lui tournait bien trop pour qu'elle se pose toutes ces questions ? N'importe quoi. Et puis merde ! Fatiguée, Hayley se laissa tomber sur une marche, à quelques mètres seulement du Courtisane. De toute manière, elle ne marchait même plus droit. Fallait qu'elle apprenne à tenir l'alcool, nom d'un chien. Nan mais franchement … Elle soupira une nouvelle fois.

    - Ma vieille, t'es conne. Tellement débile et pathétique, quoi ! Pauvre fille … T'as pas à te jeter sur les mecs comme ça ! Rah putain sa mère la pute en string … en plus je raconte de la merde. j'ai du trop mal l'embrasser, en plus … rah, sa mère, qu'est ce qu'il va penser de moi ? pauvre conne. PAUVRE CONNE ! Ouais, bon.

    Oui, on a l'air d'une toquarde finie ou pas o/ Et dans le cas d'Hayley, ce genre de chose semble être … un petit peu TROP régulier. Bof, elle s'en foutait grave, d'abord. Pas bien loin d'elle, une ombre passa. Ah, ce mec avec qui était venu Thomas. Et puis Thomas lui-même ! Qui faisait bien semblant de ne pas la voir ! Quoi ? Il était jaloux de l'avoir vu embrasser un mec ? Quel con. Et Hayley ne se fit pas prier pour le dire bien haut bien fort o/

    - GROS CON !

    Coul, ma puce. Et puis Hayley retomba dans un état de léthargie totale, un état peu agréable dans le quel elle se laissa cependant entrainer bien malgré elle. Les étoiles semblaient danser sous ses yeux et elle cligna rapidement des paupières, soupirant une nouvelle fois en sentant le sol tourner. Les murs, sa tête, elle aussi, d'ailleurs. Un bref éclair de lucidité la fit grimacer lorsqu'elle pensa à la gueule de bois phénoménale qu'elle allait avoir au lendemain matin. Oskouuuuur … *la joueuse rigole doucement * Et puis un malotru se permit de venir la déranger Là ! Ouais, Hayley, chieuse en chef, refuse qu'on vienne l'enquiquiner ! Qui allait là, nan mais bordel, c'était à lui, qu'il fallait poser la question ! Ce type qui venait de s'affaler contre son épaule. Non, elle n'avait pas reconnu cet homme guindé et mal à l'aise du Courtisane. Pourquoi, elle aurait du ? Rah, lala. Ouais, mais si on lui disait rien, aussi !

    - Bordel, j'vous fais pas chier à vous demander votre identité, moi !

    Hayley, tout en douceur et en délicatesse o/ Elle donna un coup d'épaule maladroit dans l'épaule du mec – un coup d'épaule dans l'épaule, pas mal – espérant le désarçonner. Et puis, sans trop faire attention, elle se remit à l'engueuler.

    - Aucun savoir vivre. Franchement ! On vient pas vous faire chier, vous et votre gueule de bois ! C'trop dur de foutre la paix aux gens ?

    Euh … ça serait pas l’hôpital qui se moque de la charité, là ? Hayley, tais-toi, tu veux ?

    - Franchement !

    Hayley, tais-toi.

    - … en tout cas, évitez de me dégueuler sur les pieds. J'apprécierais.

    Hayley, TAIS-TOI !


Dernière édition par Hayley E. Marshall le Jeu 6 Sep - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Lun 13 Aoû - 11:23

    Tout occupé qu'il était à chercher son ami... Elrik n'avait pas entendu la jeune personne crier sa colère au monde, dans la zone où il était à présent assis. Sans quoi, il aurait été tituber plus loin... ou pas d'ailleurs, parce qu'on est un soldat dévoué au service des civiles en détresse jusqu'au bout ou non ! Hic ! C'est sûr que Monroe représentait à l'heure actuelle une redoutable utilité pour la planète.

    Oh la la la, Elrik, ça ne va pas, ça ne va pas soldat... un nouveau sursaut plus tard, et Elrik se retrouva poussé sur le côté par l'inconnu(e), frôlé(e) d'un peu trop près.
    Perdant l'équilibre et ne trouvant rien pour se rattraper, Ricky se vautra par terre comme une bouse de Dragon \o/ et plof ! tombé de la marche. S'en suivit une avalanche de cri en plus. Elrik porta sa main à son visage, pressant sa paume contre son front, au dessus de ses paupières closes. Le choc avait été rude, comme si la marche avait fait deux mètres de haut ! Les cris lui cognaient le cerveau de l'intérieur, cette voix stridente lui décollait les poils à la surface de sa peau.
    « Aïe... un homme à terre. Un homme à terre ! » Oui c'était lui l'homme à terre... mais passons. « Argh... Mademoiselle, je vous en conjure arrêtez de crier. Je suis... Je ne vous veux aucun mal ! Je suis... » ... vautré par terre et infoutu de se souvenir de son nom, du jour, de l'heure qu'il était ?! La liberté euphorique dont l'avait fait jouir l'alcool se dissipait pour le laisser juste désorienté et vulnérable. Même s'il ne le réalisait pas encore, cet état de faiblesse le ferait renouer sous peu avec une vieille amie, un peu perdue de vue depuis quelques temps... La Culpabilité, et sa complice la honte, qui ne manqueraient pas de rappeler à Elrik son bon souvenir.

    Debout Soldat ! Allez ! Debout ! Nom d'un Botruc ! Debout Fainéant !
    Il aurait pu entendre son Général beugler au dessus de son oreille, et le sentir lui fich' des coups de pied au derrière pour lui donner l'impulsion, qu'il se mette debout et plus vite que ça ! Avec maladresse, Elrik se remit quand même droit sur ses jambes. Mais il ne tarda pas à se rassoir sur la marche. Avec précaution, il visa le bord histoire de ne plus percuter personne, faillit tomber une nouvelle fois, à n'avoir qu'une fesse sur la pierre et l'autre dans le vide mais, cette-fois, il se rattrapa et glissa un peu plus vers l'inconnu. Elle était étroite, cette marche. Bon, zut, au final... il termina par terre, et s'adossa contre la marche plutôt.
    « Pardon Miss... n'ayez crainte je n'ai jamais vomi sur personne. Ce n'est pas aujourd'hui que cela va commencer. » Il parlait tout en étant plus sûr de rien. A vrai dire, une grosse boule lui obstruait la gorge. Mais cela, c'était de la honte. Pas autre chose.
    Elrik se mit à jouer nerveusement avec ses doigts. Il ne savait plus par où commencer pour regagner Poudlard, il mourrait de chaud, mais la sueur qui refroidissait sur son corps le faisait frisonner de plus belle. Derrière lui, la jeune fille qu'il n'avait même pas reconnu dans la pénombre n'était absolument pas disposée à l'accueillir à bras ouvert... C'est ce qu'on appelle être dans un cul de sac.

    « Je ne voulais pas vous importuner, je ne vous avais pas vue. Je ne vous vois toujours pas... mais je suis désolé. Qu'est-ce que vous faites ici toute seule ? Ce n'est pas prudent. il y a des gens louches qui trainent dans ces rues Mademoiselle. Voulez-vous... une escorte pour rentrer chez vous ? »
    Soldat devant l'éternel ! au Service de son concitoyen, même bourré ! A vrai dire, Elrik avait tellement honte de se sentir aussi désarmé - en plus... sans sa cape, brrr... - que s'il n'avait pas proposé de l'aider, s'il ne s'était pas mis dans la tête que la personne derrière lui était peut être davantage en détresse, il aurait continué à se confondre en excuse.

    En attendant, ressembler ses esprits lui prenait beaucoup d'énergie. Tant pis ! Il n'était pas une lopette après tout.

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hayley E. Marshall
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 321


Feuille de personnage
Gallions: 737
Points de Magie: 60

MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Mar 14 Aoû - 0:46

    - T'es bourré, mec, cherche pas.

    Ouais, comme ça, elle passait au tutoiement. Elle connaissait pas ce type, elle ne le reverrait jamais alors à quoi bon prendre des gants et se montrer polie ? D'autant plus que sa capacité à parler – et à réfléchir – commençait à partir en miette. Et pourtant, même dans les cas de murge intense, avoir un ami était une bonne chose – j'ai dans la vie un copain qui me plait, doux et gentil c'est mon petit poney @.@ Ouais, voilà, un pote, des poney – Hayley commençait à les voir danser devant ses yeux – il y avait vraiment des trucs pas net dans les boissons de ce bar, sérieux ! Alors bref, toussa pour dire qu'Hayley voulait bien avoir son petit poney à elle aussi – un jour, j'arrêterai de RP ET d'écouter des génériques craignos – et qu'elle finit par se dire qu'être coul avec ce mec, c'était mieux pour tout le monde. Alors, vite vite, elle descendit d'une marche et file poser sa tête sur son épaule o/ Ouais, Hayley, quand elle est bourrée, elle est pas dans son état normal, merci joueuse, va falloir trouver mieux Elle est complètement à côté de la plaque Là ! Bref !

    - Ah ouais ? Bordel, tu gère. Respect, mec. Rah la vache moi quand je bois, je dégueule, et tant pis si y'a quelqu'un à côté ! Ouais … ouais, j'ai pas mal bu, ce soir, fait gaffe, hein … Mais bon, t'as l'air sympa, donc je t'aime bien.

    Merci Bioman Hayley. En mode Bababar t'es mon babastar @.@ Oui, Hayley se prenait pour un poney qui mangeait des arc en ciel et faisait des caca papillons ! (Bon, joueuse, t'arrêtes avec tes références de MERDE ?) Elle était un bisounours en puissance, tout à coup … Moui, le choc, surement … Après s'en être voulu, voir qu'un parfait inconnu se montrait sympa avec elle malgré son peu de sympathie à elle (Là !)(joueuse, arrêtes aussi avec ce smiley) la faisait se sentir Babastar. La sse-cla en toute circonstance, quoi ! Un haut le cœur la souleva légèrement. Oui, ou pas Là ! Elle se redressa un bref instant, haletante, tâchant de respirer comme elle le pouvait, attrapant dans ses poumons le peu d'air frais que lui offrait la nuit Londonienne. Et puis l'inconnu reprit la parole et elle fut bien obligé de répondre.

    - Oh, j'étais dans cette boite, là, ce club, le Courti machin chose truc. Y'avait Thomas, ce con, puis Adem, qu'est vraiment pas mal, alors je lui ai roulé une pelle, mais … enfin bref. Et toi ? Tu viens d'ou ? Et euh …

    Une escorte ? Si elle avait été plus alerte, Hayley aurai éclaté de rire. Une escorte ? Il pensait à qui ? À lui ? C'était … chou ! Chou, mais franchement débile. Il tenait pas plus debout qu'elle alors bon … Oui mais ma puce, il transplane peut être mieux que toi ! Taggle joueuse è_é même si t'as ptet pas tord. Elle ne réfléchit pas bien longtemps.

    - T'es chou ! Ouais, je veux bien … même si j'ai pas peur ! Arrête de me dire vous, j'ai l'impression d'avoir cinquante piges, c'est chiant. Tu sais transplaner en étant bourré ? Parce que j'dois dire, j'ai des doutes sur mes capacités, pour ça … et j'ai la flemme de marcher. Bordel … la prochaine fois, je bois moins. Ouais enfin, j'dis ça à chaque fois. Au fait, tu t'appelle comment ? Allé, lèves-toi … on va essayer de faire trois pas, voir si on peu tenter le transplanage ou pas !

    … Et Hayley se leva, manqua de se casser la figure. Elle se rattrapa in extrémis à un lampadaire, secoua le mec par le bras et le mit debout de force, sans trop savoir comment elle s'y prenait, mais peut importais ce genre de détail. Et elle lui fit faire un pas avant qu'ils ne se vautrent lamentablement sur le trottoir. Il n'en fallu pas d'avantage à Hayley pour être secouée d'un rire fort peu élégant.

    En voilà deux qui étaient pas rentrés Là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Lun 20 Aoû - 15:45



    « Aah ! » Qu'est-ce que c'était ? Elrik fut secoué par un tressautement brûlant, au niveau de l'épaule. Là où une masse était entrée en contact avec lui. Avec maladresse, il tourna la tête dans cette direction. Son nez heurta le sommet d'un crâne, le doux lit de mèches de cheveux pour être précis. Monroe attarda là son visage, poussé par une curiosité incontrôlable, et peut être aussi, parce que la surprise, une légère peur, l'empêchait de bouger davantage.
    Le parfum qui s'en dégageait lui prit les narines et se répandit dans tout son être comme une trainée de poudre. De la sueur, pas celle qui repousse, celle chargée de ces mystères chimiques du corps, qui vous attirent. Puis il y avait quelque notes fleuries, un peu beaucoup d'alcool, mais surtout de la chaleur humaine. C'était piquant, c'était sucrée, nouveau. Elrik frissonna encore, en laissant son visage se presser contre ces mèches éparpillées. Il ferma les yeux, inspira profondément puis décolla son nez, en secouant la tête. Vaine tentative pour reprendre ses esprits. Il y voyait encore moins clair après...

    « Bourré... je ne suis pas bourré. » se plaigna-t-il avec dépit. Les compliments que la voix flûtée de la jeune fille lui porta après enlevèrent de sa mine toute trace de contrariété. Et il répliqua à la demoiselle, une fois sur sa lancée, comme si rien ne pouvait l'arrêter. « Je ne peux pas être bourré, je ne bois pas pendant le service. Et... je suis tout le temps en service. Non, ce n'est pas vrai. Enfin si, mais il ne faut pas mentir, alors je le confesse une fois j'ai bu, trop, mais j'étais jeune. Et puis c'était la faute de mon frère !! » Ah, qu'est-ce qu'Elrik n'aurait pas fait pour Corwin ! Ou était-ce son côté rabat joie qui l'attrapait parfois à son propre piège ? Corwin avait toujours été plus en avance qu'Elrik, et plus curieux de nouvelles expériences. Cet été-là, celui de leur quatorze ans, alors qu'ils étaient en camps de vacances organisé par la paroisse de leur ville, Corwin avait réussi à trouver plusieurs bouteille d'alcool dans la tente des moniteurs - tous plus pieux les uns que les autres ! Ah la belle réputation qu'il s'était fait là auprès de la bande de gamins, une fois son trophée ramené dans la tente réservée au groupe de garçons. Elrik avait vu cela d'un très mauvais œil. Et peut être un peu de jalousie... Mais c'était sans nulle doute dans les plus louables intentions qu'il avait dénoncé le vol de son frère auprès de leur directeur de camp.

    Il s'en était mordu les doigts, après coup... quand son frère fut renvoyé chez leur parents. Passer plusieurs jours sans Corwin dans le camp de vacances fut la pire de toutes les épreuves qu'il eut à vivre, du moins ce fut son impression à ce moment là. Comme il était devenu un bon petit samaritain sur qui l'on pouvait compter pour dénoncer les âneries des autres, aux yeux des adultes, il était difficile de demander à partir... et ses parents ne voulaient pas en entendre parler, de toute façon. Ils s'étaient assez pliés en quatre financièrement pour leur permettre de partir. Mais c'était sous estimer le pouvoir de la culpabilité d'Elrik et sa nécessité d'avoir son frère à ses côtés. Il avait fini par retrouver la cachette des fameuses bouteilles, et cette fois, ne s'était pas contenté de les ramener aux autres garçons. Non, pour être sûr de ne pas louper son coup, il s'était forcé à boire la moitié d'une bouteille de whisky.
    Ah ça pour être privé de camp, il fut privé de camp. Il fut surtout malade comme un chien en rentrant dès le lendemain chez ses parents ! Néanmoins, il retrouva son frère, épaté que son rabat-joie de jumeau ait été prêt à aller jusque là pour le rejoindre. M. & Mrs Monroe un peu moins... admettons-le. Elrik passa un été absolument atroce !

    « En tout cas, cette fois-là, j'ai été très malade ! Mais là c'est différent ! Vous êtes gentille aussi Mademoiselle. Mon frère vous aurait sans doute bien aimé ! Mais c'est mal de boire. Ah vous étiez là-bas ? Au Courtisane's Fest ?! C'est un lieu de débauché ! En plus les filles ne portent même pas toutes des mini-jupes ! » Il avait bien les images d'une fille qui avait embrassé un homme, mais Elrik ne faisait pas du tout le lien à l'heure qu'il était, avec la jeune personne à côté de lui. Néanmoins, il était obligé de la mettre encore en garde ! « Il ne faut pas embrasser des inconnus Mademoiselle ! Il vont vous prendre pour ce que vous n'êtes pas ! J'ai vu une fille se jeter voracement sur un autre individu tout à l'heure ! Cela faisait froid dans le dos ! On aurait dit une... une... enfin vous voyez ! Vous n'êtes pas comme cela hein ! Vous n'êtes pas une perturbée. » Mais oui Ricky, mais oui, t'as rien capté !!! Il lui parlait en agitement son index sous son nez. Ne lui crève pas un oeil Rick, veux-tu !! « Et bien moi je dis que ce Adem et ce Thomas ne vous méritent pas ! De quoi ? Moi ? Je suis quoi ? » Chou ?! Estomaqué, le Rickounet ! Il se laissa entraîné par la demoiselle, dans les airs, enfin sur ses pieds. Mais l’ascension pour y parvenir lui parut vertigineuse. Il s'appuya ensuite sur l'inconnue pour avancer, le bras autour de ses épaules. Normalement ce devrait être l'inverse, enfin passons !

    « Personne ne m'a dit que j'étais chou à part mon frère mais on avait quinze ans et je crois qu'il se moquait de moi. En même temps dire que j'étais chou, c'était dire qu'il était chou. Vous voyez. C'était de la triche. Il aimait bien tricher parfois. C'est mal de tricher. Mais je l'aimais quand même. Oh je l'aimais. Je l'aime toujours vous savez. » Est-ce qu'Elrik avait l'alcool triste ou joyeux... vu le bonhomme, le verdict était plus qu'incertain. Mais pour l'heure, parler aussi librement de son frère lui semblait aussi primordial qu'inspirer de l'oxygène, même si foncièrement, il ne disait pas grand chose. En une semaine on avait jamais autant entendu parlé de Corwin que durant les vingt dernière années.

    BAM ! Ils venaient de se casser la figure !
    Aïe... ça promettait un beau bleu sur la fesse gauche, ça. Elrik grimaça sous la douleur mais, bascula sur les genoux, prit appui avec ses mains sur les pavés pour se remettre debout, puis il attrapa la jeune fille par le bras d'une poigne ferme, et la fit sauter dans ses bras. Woupla, attention à ne pas tomber en arrière. Non... bon. Okay ! Stabilisation de la machine ! Parfait. Il la tenait avec précaution, une main sous les genoux, une mains enroulée autour de son dos.

    « Rien de casser ? Si vous.. si tu veux vomir vas-y, je suis tout terrain ! » affirma-t-il en resserrant sa prise, avant de balancer bille en tête. « Je m'appelle Corwin ! J'viens de nulle part, je vais juste là où tu vas, je te dépose chez toi, et je repars. Tu vois ? Comme un cavalier errant. Parce que c'est comme ça ! Allez, on transplanne. Je te tiens n'ai pas peur... Ah la une... ah la deux... »

    Et ils se vautrèrent la gueule trois mètre plus loin. Elrik eut la décence - fortuite - d'amortir la chute pour Hayley. Ciel sa vessie allait exploser ! Qu'elle ne se trémousse pas trop au niveau de son ventre.

    « Euh poudre de cheminette, ça te dit ?! Puis comment tu t'appelle jeune civile en détresse ?! »


_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hayley E. Marshall
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 321


Feuille de personnage
Gallions: 737
Points de Magie: 60

MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Jeu 6 Sep - 19:13

    Et l'autre qui disait qu'il était pas bourré ! Hayley ricana avec élégance et distinction, bien sur. Il venait de faire un câlin à ses cheveux ET il osait dire qu'il était pas bourré ! Comment ce mec voulait-il avoir un minimum de crédibilité si il faisait des câlins à ses mèches rousses, hein ? Et puis les câlins étaient réservés pour Adem. è_é Oui oui, même si il n'y avait rien d'officiel entre eux, elle avait décidé, seule avec son esprit de bourrée, que les câlins étaient réservés à Adem. Et Thomas, aussi. Divagations étranges. Elle détestait Thomas, n'est-ce pas ? Hum hum. HUM HUM !!

    En tout cas, Hayley commença à avoir tout loisir de penser, car son compagnon de fortune se mettait à parler en long en large et surtout en travers – ou était-ce elle qui comprenait tout de travers ? Possible – à propos d'elle ne savait pas trop quoi. Et Hayley n'avait aucune envie d'écouter. Elle voulait rester là, la tête contre l'épaule de ce type dont elle ne savait rien, à décuver en songeant à la chaleur humide des lèvres d'Adem contre les siennes. Elle devait avoir rêvé … Oui, ça devait être ça. Surement. L'alcool qui lui faisait voir des choses qui ne s'étaient pas passées … des choses qu'elle aimerait savoir vrai. Oui, ça devait être ça. Elle supposait, du moins ! Des paroles arrivèrent jusqu'à son esprit et elle esquissa l'ébauche d'un sourire. Malade ? Débauche ? Mini jupe ? Tout cela ne voulait rien dire et Hayley n'avait ni l'envie ni la capacité à faire un lien entre ces mots dénués du moindre sens. Elle bailla sans même comprendre que cela était pas très très beaucoup poli – mais il était bourré aussi, il ne pouvait pas lui en tenir rigueur, si ? Bof … tant pis, au pire – et sursauta quand elle entendit les prénoms d'Adem et de Thomas. Que disait-il ? Qu'ils ne la méritaient pas ? Qui, eux, ne pas la mériter, elle ? Bin voyons. Elle n'était rien ni personne – et cela pour personne, c'était tellement évident. Sauf peut être pour Jude, éventuellement … Elle eu un sourire en repensant brièvement à la tête blonde qu'elle aimait tant. Bref.

    - … chai pas.

    Tant de dialogue, voilà qui fait peur ! Et puis elle se mit à écouter avec un petit peu plus d'attention lorsqu'il parla de son frère, avec une tristesse non dissimulée. Parce qu'elle se sentait concernée, soudainement ? Parce qu'elle avait un frère, elle aussi. Un frère qui lui avait dit qu'elle était chou. Une fois, deux fois, cent fois, mille fois, même ! Un frère qui lui manquait plus que tout autre personne … Sans doute la personne qu'elle aimait le plus au monde. Une larme sembla rouler sur ses joues, mais son visage atteint le bitume avant que l'information n'ai eu le temps de monter au cerveau de la miss.

    - BORDEL SA RACE PUTAIN CA FAIT MAL, MERDE !

    Huhu o/ Elle se retrouva à moitié allongée dans les bras de l'autre mec avant même d'avoir comprit ce qui lui arrivait et …

    - C'est marrant, on dirait que … je flotte …

    Oui, bon.

    - Corwin. Je t'aime, Corwin. Beaucoup beaucoup. fit-elle avant de déposer un bisous sur sa joue.

    C'est officiel, nous avons perdu Hayley @.@ Le transplanage s'effectua au moment même et … les fit atterrir sur le sol, encore une fois en bien peu de temps. Ça allait pas le faire, toussa … Hayley grimaça et se força à se relever, la tête en compote. Il lui avait demandé un truc, avant, non ? Ah wi. Son nom. Un moment, elle hésita. Son nom, c'était Lambertson, non ? Elle était plus bien sur … Dans le doute, elle se contenta du prénom.

    - Hayley … Oublie la cheminette. Tu sais pas quoi ? On va marcher jusqu'au Chaudron Baveur tous les deux, puis là bas, tu pourra chemineté, si t'as envie. Après, je serai tout prêt de chez moi … j'crois. Pi … ça me fera du bien, de prendre l'air. T'as pas une bouteille d'eau ? bordel, toujours en prendre une quand on s'en va, toujours …

    Oui, voilà, de l'air est beaucoup d'eau, c'était tout ce dont elle avait besoin ! Mais alors qu'elle s'en allait, clopinant maladroitement en direction du Chaudron Baveur, elle ne pu s'empêcher de penser que le soutient de ce Corwin bourré, étrange mais plutôt cool n'était pas de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   Dim 9 Sep - 9:00

    Elrik n’avait plus les idées claires, il se permettait une familiarité toute sauf réglementaire envers cette jeune fille dont il ne connaissait que le prénom – et encore depuis deux minutes – cependant, il était encore capable de mettre un pied devant l’autre. Alors il avança, direction le chaudron baveur, Miss Hayley à son bras. Le tableau était singulier. Oh, deux personnes soumises à l’imperium de l’alcool déambulant dans les rues de Londres comme l’on vacille sur des braises, c’était monnaie courante… en revanche Elrik Monroe, fait comme un p’tit lutin noyé dans un tonneau de bièreaubeurre, une fille accrochée à son bras, dans des ruelles sombres à pas d’heure… c’était inconcevable, ça clochait, ça sonnait faux.
    Mais ce soir, il n’était pas Elrik.

    Hayley lui aurait-elle demandé : Ton frère ? C’est qui ton frère ? Monroe aurait répondu sans détour « Mon frère, c’était Elrik. Et il est mort. » Les mots lui brûlaient la langue, à tel point qu’il avait une envie viscérale de les expulser. Si seulement c’était vrai. Si seulement.

    Ce soir, il était Corwin.
    Corwin aurait tenu ces deux foutus verres d’alcool. Corwin aurait su transplanner avec cette jeune fille jusqu’au bout du monde.
    A mesure que les rangers du soldat percutaient les pavés de la rue, Elrik sentait le pouvoir euphorisant de la liqueur perdre du terrain. Ses émotions prenaient le dessus. Elles remontaient depuis très loin, elles étaient vieilles, usées, noires, imbuvables. Un haut le cœur lui ébranla l’estomac. Ils quittaient alors l’Allée des Embrumes pour s’engager sur le Chemin de Traverse, beaucoup plus calme, serein. Des lumières colorées dansaient ça et là. Elrik accrocha son regard à leur danse, se laissa emporter dans ce tumulte paisible à s’en donner le tournis. C’était pitoyable. Corwin aurait tenu bon, lui. Nom d’un chien… Ses yeux le brûlaient. Il porta sa main à son visage, le frotta avec vigueur, secoua la tête et reporta son regard vers Hayley. Sa voix en le percutant lui avait fait l’effet d’une claque.
    Merde. Ce soir. Il était Corwin !

    Il passa son bras autour des épaules d’Hayley, pendant que sa main se baladait autour de sa ceinture de fiole à la recherche de…..
    « Tiens, huuum. Oui c’est de l’eau. » Il lui confia la gourde de cuir contenant de l’eau, qu’il conservait toujours à sa ceinture. On ne fait pas de potion sans eau.
    Et là-dessus, pendant qu’ils avançaient plus ou moins droit, Elrik descendit sa main pour la cramponner autour de la taille de la demoiselle. Ouep, Corwin aurait fait ça. Hein ?

    * N’est-ce pas mon frère ? C’est ce que tu aurais fait ? Corwin… C’est que tu aurais fait… Corwin, réponds-moi. C’est ce que tu aurais fait ? Hein ? Corwin ?*

    Le silence enveloppa son esprit, gagna la rue tout autour. Il n’y avait que leur respiration, leur bruit de pas. Et le néant. Que lui, Elrik, maladroit aux côtés d’une jeune fille quasi inconnue. Il y avait de meilleur moyen de faire honneur à son frère. Surtout si c’était pour en venir à douter de son souvenir. Et le cœur de Monroe se mit à irradier une douleur bien familière mais non moins insupportable dans tout son être. Ses doigts se crispèrent sur la peau d’Hayley. Légèrement. La vision se brouillait davantage encore, les pensées se fondaient les unes autres autres. En arrivant devant l’entrée du Chaudron Baveur, Elrik tremblait de tous ses membres. Il relâcha Hayley, se posta face à elle et planta son regard sur son visage. Il la considéra, un rien de crainte dans le fond de ses yeux noirs. Non, il n’avait pas oublié ! Il savait tout. Il se souvenait de tout. Il ne pouvait pas avoir oublié. C’était impossible. N’est-ce pas ?
    Le sorcier attrapa la main de la jeune fille. Comme si le contact allait lui redonner la mémoire. Comme si l’entendre prononcer son nom allait le ramener…
    « Tu es arrivée à bon port. Il faut que je m’en aille. Il faut que- Il faut que j’aille le retrouver… J’ai besoin de le retrouver. Adieu Hayley. »
    Il s’avança vers elle, trébuchant presque, puis se rattrapa, une main sur son épaule. Il la remonta dans un geste qui se voulait tendre jusqu’à sa joue. Un pas en avant encore, de justesse il s’arrêta avant de lui marcher sur les pieds, et se pencha sur son visage. Ses lèvres effleurèrent le coin de celle de la jeune femme. Il hésita, le temps d’avaler une courte bouffée d’air. Alors il pressa sa bouche contre ce petit bout de douceur, avant de s’éloigner en frissonnant, les yeux fermés.
    Il ne se rappelait même plus. Même plus. Si Corwin avait, lui, déjà embrassé une fille.

    « Adieu, Hayley. »

    Complètement perdu, la main plaquée sur le front, les yeux hagards, Elrik la contourna, entra en trombe dans le chaudron baveur et fonça vers la cheminée de transport.


Clos ~

Désolée c'est naze.






_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] Attention à la Marche ! [PV Hayley - 17/09/99]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Haiti en Marche: Haiti et neo-liberalisme
» Haiti en Marche - Présidentielles 2010: sont-ce les premières escarmouches?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Wizarding World | For the Greater Good :: London :: Knockturn Alley :: Ruelles Coupe-Gorge-