Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Temptation Greets You Like Your Naughty Friend | OS | 21.09.1999 | Entre 12 et 14 Heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lethblaka L. Redwyn
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 107


Feuille de personnage
Gallions: 687
Points de Magie: 155

MessageSujet: [Clos] Temptation Greets You Like Your Naughty Friend | OS | 21.09.1999 | Entre 12 et 14 Heures   Sam 27 Oct - 13:48


    –––Temptation Greets You Like Your Naughty Friend–––


    Leth regarda la jeune femme avec qui elle venait de passer la dernière demi-heure - trente minutes assez bizarres de sa vie d'ailleurs - s'éloigner dans un fatras de mots plus incompréhensibles les uns que les autres. Leth était intriguée, mais elle restait interdite devant tant de manque de logique dans les actions de Hayley. Cette fille ne semblait pas dans son état normal. Peut-on attendre plus d'une rencontre fortuite dans la rue cela dit ? Londres cachait plus de surprises que ce à quoi Leth s'était attendue. Cette ville était charming, ce n'était pas discutable, mais l'Américaine ne s'était pas attendue à être aussi chamboulée par ce qu'elle voyait. Elle ne savait pas trop quoi penser. A vrai dire, elle n'avait pas pris le temps de vraiment se poser pour se demander si elle aimait Londres ou pas.

    Cependant, pour l'heure, elle était dans la rue commerçante sorcière de Londres, devant l'apothicaire, et la pluie menaçait de recommencer à tomber d'une minute à l'autre. Ce n'était définitivement pas le moment de faire une rétrospection de sa vie.
    Elle poussa la porte de l'échoppe, faisant tinter le petit grelot familier des magasins de la rue. Les odeurs d'ingrédients familiers saisirent les narines de la jeune femme qui ne put retenir un petit sourire. Elle était à la maison ! Les chaudrons alignés sur le mur non loin d'elle semblaient crier son nom. Elle n'avait pas besoin d'un autre chaudron. Elle en avait déjà trois. Et où les entreposerait-elle d'ailleurs? Elle soupira. Certainement pas dans le petit studio de Theoban. Il lui fallait un Endroit pour entreposer son matériel et se confectionner un petit laboratoire. Elle avait besoin de pratiquer, c'était absolument indéniable. Mais sa situation actuelle ne lui laissait pas vraiment l’option. Oh, elle avait bien une idée. Mais il faudrait qu’elle prenne le courage qu’elle n’avait pas entre ses deux petites mains et qu’elle se jette à l’eau. Un jour.

    Plongée dans ses pensées, elle revint sur terre lorsque quelqu’un se glissa derrière elle pour passer. Ah oui, elle bloquait le passage. Elle se décala, offrant un regard d’excuse à la personne en question. Une jeune femme brune, petite. Elle l’avait déjà vu. Son regard lui était familier, et Leth en aurait mis sa main à couper. C’était une des habituées du Courtisane’s Nest. Une fille qui savait se faire remarquer, qui était la a chacun de évènements qu’organisait Isobel. D’ailleurs, sa patronne lui en avait parlé. Elle et son frère, les inséparables Skellig. Oui, Leth connaissait leur nom, grande famille des iles, ils avaient été mentionnés plus d’une fois au cours de ses leçons d’histoire. Theoban les connaissait également. Et ce visage n’était pas facile à oublier. Leth ne connaissait pas grand-chose sur Cordelia Skellig, mais elle avait entendu dire qu’elle avait une passion pour les potions et autres filtres. Autrement dit : person of interest.
    La jeune femme toisa Leth et la fixa du regard quelques secondes. L'Américaine l'observa alors tout aussi rapidement. Pas d'attirail voyant, seulement une robe de sorcière noire a col haut dans laquelle elle était engoncée. Leth ne put réprimer un frisson alors que Cordélia Skellig se détournait pour continuer son shopping. Cette femme était intrigante. Elle était différente dans la vie de tous les jours des soirées du Courtisane's Nest, où la jeune Redwyn avait eu l'occasion de la voir. Intriguant.

    Alors que Miss Skellig s'éloignait, Leth se retrouvait une nouvelle fois devant les étalages, submergée par les odeurs et les couleurs des ingrédients. Theoban avait raison, elle adorait déjà cet endroit. Il la connaissait trop bien. Si elle s'écoutait, elle achèterait un peu de tout. Devant elle se trouvaient des merveilles qu'on ne trouvait pas à New York et qui coutaient très cher à faire importer. Ici, c'était le bonheur à l'état pur ! Leth ne pouvait se sortir de la tête toutes les nouvelles concoctions qu'elle allait pouvoir tester.

    Quand elle aurait un endroit où poser son laboratoire.

    « Oh et puis fuck ! » souffla-t-elle, s'éloignant vivement des étagères d'ingrédients. Si elle ne le faisait pas maintenant, elle ne le ferait jamais. Avec un dernier regard pour Cordélia, qui l'ignora royalement, Leth s'enfui de la boutique.
    Une fois dehors, elle prit une grande respiration, laissant l'air frais de l'Automne s'infiltrer dans ses poumons. Elle réprima un frisson et resserra machinalement sa cape autour d'elle. Aller, un peu de courage. Elle n'avait jamais été courageuse. Trouvant plutôt des ways around quand elle rencontrait des difficultés. Faire face à ses peurs n'était pas dans ses habitudes. Mais elle avait récemment apprit, lorsqu'elle avait enfin osé claquer la porte de chez ses parents que si on voulait vraiment arriver à ses fins, être rusée ne suffisait pas forcément. OK. Elle n'avait pas le choix. N'écoutant que l'adrénaline qui guidait ses pas et son cœur, Leth se mit à courir sous la pluie qui avait recommencé à tomber, ignorant les gouttes qui lui fouettaient le visage, conjugué à un vent glacial qui semblait typiquement Londonien.

    Elle s'arrêta quelques minutes plus tard, à l'entrée de l'Allée des Embrumes, appuyant ses deux bras contre un mur glacé qui se trouvait par là. Leth essaya de reprendre son souffle sans vraiment y parvenir. Elle ne pouvait pas rester là, à laisser son cerveau vagabonder à sa guise. Elle se connaissait, si elle réfléchissait trop, elle allait changer d'avis. Et c'était hors de question.
    Elle se remit en route, se forçant à respirer profondément afin de forcer ses poumons à retrouver un rythme de travail à peu près acceptable. Enfin, elle atteignit sa destination : Le Courtisane's Nest, son lieu de travail. Il était à peine 13h. Autant dire qu’elle était totalement en avance pour prendre son shift. Et cela ne passa pas inaperçu. Elle pénétra dans le bar, complètement vide, puisqu’il n’était pas encore officiellement ouvert. Leth savait pourtant qu’Isobel se trouvait par là, quelque part. Posant sa cape détrempée sur l’une des tabourets hauts de la salle, elle fit un tour des lieux, à la recherche de la propriétaire.

    Elle la trouva, assise à son bureau, une plume à la main, en train d’écrire une lettre. « Tu es bien en avance pour ton service, ma chère. » L’accueillit-elle, après que l’Américaine eut frappé doucement à la porte. « Oui, je sais. En fait… Je ne suis pas là pour ça. Est ce que je peux vous parler ? » Isobel de Mirvel ne répondit que par un hochement de tête et l’invita à entrer. Leth ne savait pas vraiment par où commencer. Le sujet était délicat, et elle n’était là que depuis quelques jours. Mais c’était un sujet qu’il lui tenait tellement à cœur. « Voilà je… J’aurais voulu savoir si vous aviez prévu de faire quelque chose des sous-sols du bâtiment ? » Devant le silence et le manque de réaction de son interlocutrice, elle continua. Il fallait qu’elle vende son idée. « J’aurais peut-être une idée. Enfin un service à vous demander. Vous le savez peut-être, l’une de mes passions est la confection de poi… de potions. » Elle avait faillit dire poisons. Il ne fallait pas non plus trop en dire. Elle ne voulait pas effrayer la femme en face d’elle. Bien que rien ne semblait pouvoir choquer Isobel de Mirvel, Leth ne tenait pas à prendre le risque. « En ce moment, je vis dans le studio de mon frère et je n’ai pas de place pour confectionner mes potions… Du coup, je me demandais, si vous seriez d’accord… Pour que j’installe mon laboratoire dans vos sous-sols ? » Voilà, elle avait lâché la bombe. « Je travaillerais plus si il le faut afin de pouvoir compenser ! Ce n’est pas un problème. » Elle était totalement sincère. Leth n’avait pas quitté des yeux sa patronne, qui ne montrait aucune réaction à tout ça. Le cœur battant la chamade, l’américaine attendait le verdict. « Je vois… » Leth retint sa respiration. « Tes talents au service de notre commerce, je ne peux qu’apprécier. Bien sur que tu peux t’amuser dans les cachots. » Leth souffla. Elle avait réussit. Mais elle resta de marbre. Isobel n’avait pas finit, elle le sentait. Sa patronne se leva lentement de son siège et se déplaça jusque derrière elle. L’Américaine l’avait suivit du regard, puis, venait de fixer un point, sur le mur d’en face, tandis que son hôte reprenait la parole. « Bien sur j'aime avoir accès à tout, une relation qui fonctionne est une relation basé sur la transparence. Tu n'auras pas de secret pour moi, Trésor, n'est-ce pas ? Il n'y a pas de raison. » Isobel avait posé ses longs doigts fins sur ses épaules et y exerça une petite pression. « Bien sur, vous saurez tout… » Répondit Leth, plus très sure d’avoir fait le bon choix. Il était clair qu’elle ne pourrait rien lui cacher. C’était donc le prix à payer. Et il était clair que Miss Redwyn avait fait son choix. « Amuse-toi donc j'aurai peut être quelques services à te demander. » Leth hocha la tête. Son projet était en place.

    Sentant toujours la pression des mains de sa patronne, un frisson parcouru le dos de l’Américaine. Cette femme avait le don de la mettre mal à l’aise, mais elle allait clairement devoir s’y faire. Leth se mit debout, forçant Isobel à se décaler un peu et à récupérer ses mains. « J’apprécie votre aide Miss de Mirvel. Vous n’aurez pas à regretter votre choix. » Elle hocha la tête en faisant face à cette femme si charismatique qui se trouvait devant elle. « Il faut que je file, mais je serais de retour pour prendre mon service ce soir. » « Bien Trésor. Tu emménageras la semaine prochaine, je te ferais de la place en bas. » « Merci. » Et sans demander son reste, Leth s’enfuit de son lieu de travail, direction Sainte Mangouste. Il fallait qu’elle annonce la nouvelle à Theoban. Qu’il travaille ou non, elle s’en fichait.

_________________
    Jauge Elémentaire : 18 pts/18 pts - Stable


Nous vaincrons lentement, mais sûrement
- le club des escargots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Clos] Temptation Greets You Like Your Naughty Friend | OS | 21.09.1999 | Entre 12 et 14 Heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The third temptation [Aaron]
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» [Clos] Girlfriend pour Alecto !
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Wizarding World | For the Greater Good :: London :: Knockturn Alley :: Ruelles Coupe-Gorge-