Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Scouic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Aïden O. D'Alençon
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 221


Feuille de personnage
Gallions: 221
Points de Magie: 59

MessageSujet: [Clos] Scouic.    Sam 8 Déc - 23:23



«… ne faut simplement pas secouer trop fort. La baguette est un instrument fragile qu’il ne faut jamais malmener. L’écoute est primordiale et une révision annuelle fortement recommandée… »

C’était des conneries. Il ne connaissait personne ayant déjà fait réviser sa baguette… D’ailleurs, les profs ne leur avaient jamais dit de le faire, alors quoi ? C’était pas ça qui changeait quoi que ce soit. Et pourtant, Merlin seul savait à quel point il tenait à sa baguette… Mais fallait pas déconner non plus.

« … car elle a aussi des sentiments dont vous devez tenir compte pour réussir vos sortilèges. Si des étincelles vous semblent suspectes, c’est que votre baguette a attrapé une infection boisée ou qu’elle manifeste son mécontentement quant à votre trop forte disposition à vous servir d’elle… »

Bah voyons... Et puis bientôt, il y aurait aussi un front de libération des baguettes magiques, parce qu’après tout, le bois avait une âme et blablabla. Non mais la fumisterie, sans blague. Plus jamais il n’écouterait les conseils d’Eleanor.
« Emprunte ce livre, tu vas voir, il est génial », qu’elle lui avait dit. « Mais oui, bien sûr que cela va t’aider à lancer des sorts plus efficacement ». Et puis le Kraken allait épouser Pomona Chourave, aussi.
Enfin bon, ce n’était pas entièrement de la faute d’Eleanor non plus : elle voulait uniquement bien faire. Et puis, il n’avait qu’à s’employer à chercher des bouquins tout seul, au lieu de râler contre ceux qui essayaient de l’aider... Puis bon, en vouloir à Eleanor, c’était quand même hors de propos.

Aïden referma le livre d’un geste sec et le balança négligemment sur sa besace entrouverte, disposée un peu plus loin. Il était dans le cloitre de Poudlard, assis sur l’un des murets cloisonnant la cour extérieure, et adossé contre l’arcade de pierre qui le surplombait. Il ne faisait pas spécialement chaud, ni spécialement beau… D’ailleurs, le soleil était petit à petit en train de disparaitre au profit d’une obscurité déprimante... C’était donc le moment idéal pour faire ses devoirs ou pour réviser. La seule chose, c’était que comme la plupart des élèves qui gravitaient autour de lui et à l’intérieur du château, Aïden était habité par une flemme phénoménale.

Le Poufsouffle avait bien essayé, un peu plus tôt dans l’après-midi, de se mettre au travail. Il était même passé à la bibliothèque pour se donner bonne conscience… puis avait renoncé à faire quoi que ce soit de constructif, abandonnant les révisions de Sorts et Enchantements pour sortir prendre l’air. C’était à la sortie de la bibliothèque qu’Eleanor lui avait agrippé le bras, lui demandant si c’était bien lui qui éprouvait des difficultés avec sa baguette ces derniers temps.
Aïden lui avait évidemment adressé un sourire particulièrement narquois, lui glissant à l’oreille que sa baguette marchait parfaitement, merci bien, et que si elle avait envie, il pouvait lui montrer à quel point au fond de la bibliothèque. Suite à cela, elle lui avait asséné un violent coup de grimoire sur le crâne et lui avait fourré un autre ouvrage entre les bras en le traitant d’abruti fini. Puis, elle s’était radoucie, comme d’habitude… Et lui avait fait part de son enthousiasme quant au bouquin.

Oui, c’était effectivement lui qui disait la dernière fois au dîner à Owain que ses sorts avaient de plus en plus de ratés. Sur le moment, il avait balayé l’hypothèse que ce ne soit qu’une question de concentration, or tout avait fini par le conduire à cette certitude. Il était trop consciencieux et précautionneux avec sa baguette pour qu’elle se mette à se plaindre d’un quelconque mauvais traitement. Il sortit l’instrument de bois hors de sa manche d’un geste à peu près leste, et la fit glisser entre ses doigts avec un air circonspect. Presque immédiatement, il allongea la manche de son sweat et vint essuyer le bois. Ce dernier brillait assez sainement, laissant deviner que le Poufsouffle en prenait effectivement grand soin.

Il était sur le point de remettre l’instrument de bois dans sa manche quand un « SCOUIC » perçant traversa les plafonds du couloir bordant le cloitre. La seconde suivante, une bestiole aussi véloce qu’un arachnide fourbe fondit sur lui.

- SCOUIC, CRISK PSICKYCRISKCOCOUCOUIC !

Oh fuck de chez fuck du fuck !

- Lâche-moi ! NON, MAIS LÂCHE-MOI, ESPÈCE DE-

Le truc s’emmêla de manière proprement grandiose entre ses mèches blondes : ses ailes voilées s’empêtraient dans ses boucles et plus la créature se débattait, plus elle s’enchainait à son crâne. Et elle hurlait à la mort, sans blague. Et SCOUIC-ceci, et SCOUIC-cela. On l’aurait cru en grande plaidoirie ! Comme si c’était lui qui était allé l’emmerder, sans déconner !
Aïden en lâcha évidemment sa baguette et l’observa avec horreur rouler le long de la pierre pour atterrir plus bas. NON ! Mais il était trop tard pour tendre le bras, et de toute façon il bascula en arrière de l’autre côté de l’arcade, tout équilibre perdu. La chute fut assez magistrale et ses os protestèrent vivement à la rencontre du sol dallé. Une fois n’était pas coutume.

Voilà maintenant que le Poufsouffle roulait à moitié sur le sol, portant frénétiquement ses paumes au haut de sa tête pour se défaire de l’emprise démoniaque de la créature… Mais cette dernière n’était absolument pas encline à le laisser faire et lui croquait la peau à chaque nouvelle tentative, ponctuant les insultes d’Aïden par des hurlements rageurs.

- PUTAIN DE MERDE ! BARRE-TOI, SALE BÊTE !

N’y avait-il donc personne pour lui venir en aide, nom d’un botruc ?!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Lun 10 Déc - 12:17


Pour une chauve souris, l’obscurité est sa meilleure amie. Sa plus grande amie. Volant dans le noir complet ou presque, la créature aimait ce moment où le soleil disparaissait derrière les hautes montagnes de Poudlard. Elle avait hâte que la nuit approche pour aller retrouver ses congénères et s’amuser un peu avec elles et retrouver ce beau mâle qui lui voletait autour. Mais avant un petit tour dans le château pour se dégourdir les ailes pour ensuite partir à l’aventure pour presque toute la nuit. Et voilà ti pas que plus loin une tête blonde qu’elle connaissait bien apparut dans son champ de vision ! Les cheveux ! L’un de ses pêchés mignons ! Elle adorait se coller dans ceux-ci ! Surtout dans ceux de sa maîtresse ! Ils étaient longs, doux et chauds ! Elle avait de quoi y faire une bonne sieste et y faire des noeuds qui enrageaient la Poufsouffle !

Bien sûr, ceux qu’elle avait devant ses pupilles étaient plus courts et plus clairs, mais ce qui l’avait attiré pendant son cours de vol et son cours de chant, dans le cloître, s’était le bout de bois que l’humain tendait et nettoyait avec précaution. Et oui, la créature adorait également se pendre à ses bout de bois magiques. Elle s’y reposait mais pas longtemps car elle sentait bien qu’il y avait quelque chose de particulier dans ces bâtons. Mais aussi adroite que sa maîtresse la créature manqua la baguette du blondinet et atterrit dans les cheveux de celui-ci en faisant entendre son chant si caractéristique à sa race. Ce n’était pas sa faute à la chauve souris ! parce que qu’elle idée il avait eu cet humain à vouloir ranger son bout de bois alors qu’elle plongeait droit dessus ? Hein ? Tsss.

Pendant ce temps là, une Poufsouffle à la chevelure rousse qui ne faisait vraiment plus trop attention aux sorties nocturnes de la créature ou presque, lézardait paisiblement dans la salle commune. C’est en voulant aller nourrir justement la créature volante que Loreleï constata que celle-ci manquait à l’appel. Tiens donc. La rouquine, les bonbons préférés de la chauve souris dans la main, tourna sur elle même dans le dortoir des filles, scrutant celui-ci de là où elle était. Rien en vu. Même en allant fouiller sous les lits de ses camarades quelques secondes plus tard, aucune chauve souris en vue. Et pourtant, il n’était pas encore l’heure à la montre de Loreleï, de la sortie de la bête. D’ailleurs, la Poufsouffle toqua sur celle-ci pour vérifier si elle n’était pas en manque d’énergie. Non aucun doute, elle fonctionnait même très bien cette montre.

Bon, elle savait la créature assez indépendante. Logique, c’était un animal sauvage après tout. Elle ne l’avait pas élevée au biberon non plus. Loreleï n’avait plus qu’à aller à sa recherche. Oui, car elle savait que même si la créature était partie plus tôt, celle-ci aurait besoin de ses friandises chéries, comme une drogue, avant de s’évader vers la forêt et donc, celle-ci n’était certainement pas aller bien loin. Alors un peu inquiète tout de même, bonbons dans le poing, soupirant et prenant un air blasé, Loreleï passa la porte de la salle commune via l’extérieur. Par où commencer ? Par la grande porte ? Allez. Non. Rien, aucun vol de chauve souris dans le ciel de ce côté là. Mais, un bruit ou plutôt des cris de l’autre côté l’interpella. Main sur la poignée de la grande porte, Loreleï s’arrêta alors un instant un tendit l’oreille et demanda aux murs, oui au cas où ceux-ci pourraient lui répondre.


- Rooh, mais ça vient d’oùuu ?

Ces cris provenaient de l’intérieur du château. Loreleï marchant rapidement dans le grand hall suivait à l’oreille les sons provenant de... gauche ? de droite ? Faut pas lui en vouloir parce que... Bah... c’est qu’elle n’a pas trop le sens de l’orientation non plus. Désolée pour celui ou celle qui se faisait arracher les cheveux... par là ! C’est bon, la Poufsouffle vient de trouver ! La cour extérieure ! Pourquoi n’y avait-elle pas penser plus tôt, c’était mignon par là, c’était un peu sauvage aussi! Parfait pour une chauve souris ! Loreleï pressa le pas, presque à courir. Elle espérait seulement que ce ne soit pas un prof qui se faisait écharper. Parce que prof ou pas, elle est bien tenace la créature et elle ne faisait pas de différence ! Vi vi vi ! Mais non, un grand ouf pour Loreleï. Ce qu’elle aperçut et entendu de là où elle se trouvait à quelques encablures donc, de ce que l’on pouvait appeler une scène de lutte, ce fut une chevelure blonde avec quelque chose de sombre qui volait au dessus et des bras et des jambes qui remuaient dans tous les sens, en jurant d’une voix masculine qu’elle ne reconnut pas sur le coup.

- Twixyyy !! Mais... mais... Stooop !!

Rien à faire. La créature s’emmêlait de plus belle dans les cheveux de son camarade et Loreleï vit même la petite bête croquer les mains de celui-ci. Bon, elle aurait pu partir en catimini et laisser le duo se débrouiller, mais elle avait parler et puis elle n’était pas du tout comme ça. Puis c’était la seule à sa connaissance à posséder une chauve souris, ici. Donc coincée, car à un moment ou un autre, ça se retournerait contre elle. Mais ce n’est pas tout, tout ceci lui fit revenir une image assez stressante, qui la figea quelques minutes sur place, poing levé avec les friandises dedans. L’attaque dans le Poudlard Express. Une dernière insulte de son camarade la fit réagir et Loreleï, plongea, si on peut dire, dans la mêlée laissant ainsi tomber les friandises à terre à côté de la baguette qui avait roulée. Sublime tableau que nous avons là, maintenant ! Un blondinet qui hurle, qui se débat avec une chose noir dans les cheveux et une rouquine debout tournant au-dessus de tout ça qui tentait tant bien que mal d’attraper la créature ! En faisant attention, ou tout du moins tenter, de ne pas tomber, bien entendu. Mais la chauve souris elle, de son côté, n’en avait pas fini avec le blondinet ! Non non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aïden O. D'Alençon
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 221


Feuille de personnage
Gallions: 221
Points de Magie: 59

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Jeu 13 Déc - 13:26

« Cette chose a un nom ? »
— Hermione Granger

Twixy. Twixy, la chauve-souris.
Aïden ne savait pas très bien par quel miracle il avait réussi à reconnaître sa potentielle sauveuse dans ce joyeux bordel, mais c’était bel et bien le cas. Loreleï Levinson était penchée sur lui, s’activant désespérément pour lui venir en aide. Vu le surnom affectueux par lequel elle venait d’interpeller la créature infâme, cette dernière devait lui être liée d’une manière où d’une autre. Génial.
Ce devait être de la dernière mode d'apprivoiser ce genre de bestioles… ?
Enfin, le problème n'était pas là : c'était surtout qu'il devait maintenant être hors de question de blesser la bête (genre en l’assommant d’un coup de grimoire) pour s’en délivrer. Après tout, il s'agissait visiblement de son animal de compagnie. Cette situation était inextricable.

Aïden se résigna peu à peu à l'idée de se faire massacrer la tête jusqu’à ce que l’animal ne se fatigue et abandonne la lutte...
... Mais peut-être que la lutte ne s'arrêterait pas, finalement ?!
La chauve-souris devait avoir l’impression d’être un insecte dans une toile d’araignée. Et les insectes qui se retrouvaient ainsi bloqués ne cessaient jamais d’essayer de s’en sortir… Du moins, jusqu’à ce que l’arachnide résidentiel ne se pointe et les saucissonne.
Ou encore comme les poissons et les filets : oui, il ne servait plus à rien de se débattre quand ils s’étaient faits attraper dans le lot… Mais les nageurs s’acharnaient quand même à aller dans tous les sens alors que leur destin était déjà scellé. Triste vie que celle d’un insecte ou d’un poisson, en vérité…

Enfin, ce n’était pas le moment de philosopher sur la vie animale : ses cheveux n’étaient ni une toile d’araignée, ni un filet à poissons. Aïden n’avait pas le moins du monde cherché à attraper quoi que ce soit avec ses mèches, et si la créature l’avait compris, elle se serait peut-être CALMÉE.
Peine perdue. La saleté de rongeur volant n’avait pas la moindre envie de s’apaiser. Elle lui tiraillait les cheveux en couinant de plus en plus fort.

- PUTAIN de MERDE !

Où était sa baguette quand il en avait besoin, sérieux ? Et pourquoi diable Levinson ne se servait-elle pas de la sienne ? Genre, un Immobulus, ou quelque chose de ce genre ! Un peu de bon-sens quoi !
Oui, Aïden était bien loin de faire preuve de reconnaissance à cet instant... Cela viendrait plus tard, genre dans un quelques mois, quand ses cheveux auraient repoussé. Oh, un peu de mélodrame n'a jamais tué personne.

- Lance un imm- ARRRRRRRRRRRRRRGH !! Putain-de-sa-mère-la-mandragore-de-véracrasse-d’enfoiré-d’hipogriffe-de-MERDE.

L’horrible vampire venait de lui becter une nouvelle fois les doigts. Bon, ça suffisait ! Il était temps de prendre réellement les choses en main. Aïden se retourna sur le ventre et s’attela à ramper tandis que la chauve-souris se « tranquillisait » sur son crâne, picorant tout de même son cuir chevelu avec agressivité
Il se redressa mollement, s’appuyant sur le muret et pencha le bras par-dessus pour attraper sa baguette. Il aurait été bien plus sage, et plus rapide, de demander à Loreleï d'aller la lui chercher, mais il craignait un peu trop qu’elle ne refuse de peur qu’il veuille blesser sa satanée créature. Quoi qu’il en était, ses doigts étaient à présent à deux centimètres à peine du bout de bois magique. Il étendit un peu plus longuement son membre et parvint ENFIN à l’attraper. Quelques friandises interpellèrent son regard l’espace d’un instant, mais ne suffirent évidemment pas à le détourner de sa tâche originelle.

La baguette enfin serrée contre sa paume, il la braqua vers son crâne, en direction de la chauve-souris, et... hésita. Peut-être n’était-ce pas très prudent de se lancer un tel sort… Surtout aussi proche de sa tête... Et s’il ratait sa cible et que le sort le frappait lui, plutôt que la bête ?! Oh, peu importait, il fallait qu’il se tire de là.

- Immobulus !

Spoiler:
 

MERVEILLEUX.
Aïden se laissa glisser contre le muret jusqu’à y être complètement adossé, à moitié essoufflé. Il fermait les yeux, canalisant toute sa concentration restante pour retrouver un semblant de calme et de contenance. Au bout d’une dizaine de secondes, il finit par rouvrir les paupières et porta son regard sur Loreleï.

- T’as jamais songé à lui acheter une cage… ? Une laisse ? Une muselière ?, énuméra-t-il sur un ton sarcastique.

Il porta ses mains à ses cheveux et entreprit de démêler la petite chauve-souris de sa chevelure. La sensation de son minuscule corps immobile lui donna aussitôt des sueurs froides : son inertie ressemblait diablement à celle d'un cadavre. Pendant quelques secondes, il sentit son cœur s'accélérer nettement, jusqu'à ce qu'il ne sente avec soulagement la poitrine chaude et battante de la petite créature contre ses doigts. OUF. Il avait eu une sacrée pétoche, là.
Aïden expira lourdement par le nez, pinçant les lèvres en signe de nervosité générale. Eh bah quelle aventure !

- ...Tu peux m'aider à démêler tout ça, s'il te plait... ?, finit-il par demander, la voix plus douce.





Dernière édition par Aïden O. D'Alençon le Jeu 13 Déc - 14:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Jeu 13 Déc - 13:26

Le membre 'Aïden O. D'Alençon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Ven 14 Déc - 9:59

Oui, la chauve souris n’en avait pas terminé avec ce blondinet qui n’arrêtait pas de gigoter dans tous les sens. La chair humaine avait un goût un peu acre, certes, mais ce n’était pas ça qui allait l’arrêter. Non non non. Cet humain venait de lui enlever son premier perchoir favori, la baguette, donc... vengeance. Bien sûr, il ne pouvait pas savoir le pauvre et cela aurait pu être une raison pour qu’elle arrête de lui picorer le crâne, et bien non. Les cheveux étaient son deuxième perchoir favori ! Ce qu’elle était heureuse là-dedans ! Elle allait en avoir à dire des choses à ses copines quant elle ira voler dans la forêt plus tard dans la soirée ! Elles allaient bien rigoler ! En attendant si on criait encore un peu, hein ?!

- Piiiiicouiiiic........Piiiiiicouiiiiccc !!!!

Et voilà que je t’éclate les tympans ! Et toc ! Et sa propriétaire qui tentait de l’attraper à son tour. Comme tout ceci était risible ! La chauve souris s’en donnait à coeur joie ! Mordillant, un doigt par là, machouillant une mèche blonde par ici... et en même temps croquant les fins et délicats doigts de sa maîtresse qui tentait en vain de la retirer de ce doux nid ! Sont fous ces humains, hein ! Du coup la chauve souris profita de ce moment où tout plein de doigts tentaient de la choper pour aller se fourrer encore plus loin dans la courte chevelure du blondinet. Elle était bien dans toutes ces mèches, si vous saviez ! Si vous voulez elle vous racontera plus tard, comment c’était doux, chaud et soyeux !


- Twixy arrête tout de suite !

Loreleï failli plusieurs fois tomber sur le garçon qui en regardant de plus prêt était en faite, un Poufsouffle dont le prénom ne lui vint pas sur le coup, en se faisant pincer par Twixy à son tour. Mais ça allait lui revenir, lui fallait juste un peu de temps.

- Aïeee mais Twixyyy... Et... euuh... arrête de remuer comme une anguille...

Là après, elle parle au jeune homme, hein. Les cris de la Chauve souris et ceux de son camarade couvraient ses paroles. C’est sûr, parce qu’il n’arrêtait pas de gigoter. Enfin, c’était surtout les injures du Poufsouffle qui couvrait le son de sa voix, non ?Qu’importe, Loreleï continua son "sauvetage". Mais pas longtemps, car le teint déjà pâle de la rouquine devint encore plus pâle et elle resta figée sur le moment, à regarder la scène qui suivit. D’Alençon qui rampe avec Twixy accrochée dans ses cheveux, vers le petit mur, pour attraper sa baguette magique. Pourtant elle n’était pas si lourde que ça, la chauve souris ! Elle tenait dans le creux de la main ! Malgré le faite qu’elle craignait pour sa bestiole, il y avait quelque chose de risible tout de même dans cette scène, non ?

Quant à la chauve souris, celle-ci riait en son fort intérieur de voir l’humain tenter de se défaire d’elle. Elle si mimi, toute petite chose affectueuse ! Non ? Puis elle était tellement bien dans cette chevelure dorée ! Pourquoi l’en déloger ?! Une de ces jolies mèches irait bien d’ailleurs dans son nid ! Aussi s’attela-t-elle à lui piquer une jolie petite boucle blonde qu’elle roula dans l’une de ses pattes. Mais si elle avait vu le geste de l’humain, peut-être aurait-elle penser à laisser cette mèche blonde et sans doute avoir eu le temps d’éviter ce sort qu’elle reçu de plein fouet.Mais non ! Il y eu alors un grand vide, noir, après une petite douleur au niveau de son poitrail et la voilà partie dans un sommeil sans rêves. Et si l’on écoutait bien on entendait même un léger ronflement. Oui oui oui.

Et pendant ce laps de temps où le D’Alençon avait attrapé sa baguette, Loreleï avait fait un pas vers le duo, hésitante sur ce qu’elle devait faire. Il voulait récupérer les bonbons ? Il voulait de l’aide ? Ok, mais fallait pas lui demander de lancer un sort sur Twixy. Bon d’accord elle l’avait déjà fait, dans le wagon. Mais bon...c’était une autre histoire... Elle fit alors une grimace inquiète en voyant le sort fuser de la baguette de son camarade car il ne voyait pas où était la chauve souris, mais il ne la manqua pas. Pauvre petite bête ! La rouquine vit sa créature s’écraser doucement dans les cheveux du Poufsouffle. Et le D’Alençon ? Il allait comment ? Elle haussa les épaules en le voyant s’affaler contre le bas du mur et respirer en fermant les yeux.


*Moui.. bah il a l’air d’aller bien... lui, non ?*

Sûr que sa jolie chevelure en avait prit un coup, aussi, mais bon. Loreleï s’approcha alors rapidement et porta son regard sur Twixy posée dans les cheveux du jeune homme, pas rassurée sur le sort de celle-ci. Elle respirait ? Oui, doucement, ouf. C’était déjà ça. Elle se demandait encore pour quelles raisons cette bête l’avait élue comme maîtresse avec ce qu’elle lui avait fait subir dans le train. Oui pourquoi elle ? En plein dans ses souvenirs pas si lointains que ça sur la façon dont la chauve souris lui était parvenue, elle sursauta un peu en entendant la voix de son camarade. Loreleï recula d’un petit pas et croisa les bras. Que venait de dire d’Alençon ? Enfermer Twixy dans une cage ?! La tenir en laisse et en plus lui mettre une muselière !?

*Nan mais il est pas bien lui !*

- Puis quoi encore.

Mais non elle n’était pas vexée ! A peine, heum. Oh puis c’est amusant de voir son camarade un rien s’énerver en tentant de démêler sa chevelure qui ressemblait maintenant à un mini champ de mines ! Et elle, elle savait de quoi il en était, vu que ses propres cheveux subissaient pratiquement le même sort. Quoique... sur Loreleï vu la longueur de ses cheveux, c’était les noeuds qui faisaient fureur, surtout derrière la nuque. Et là, ça faisait bien mal quand il lui fallait les démêler ! Ah il y avait une demande d’aide ? La rouquine soupira et s’approcha décroisant les bras. Il avait l’air de s’être calmé vu le ton de sa voix plus calme, pas qu’elle avait eu peur de lui pendant la guerre des mots et le sort, d’il y quelques minutes, mais non voyons ! Alors elle s’appuya contre le petit mur et un peu penchée au-dessus de la tête de son camarade Loreleï chassa de ses mains, celles du jeune homme. Faudrait pas qu‘il écrase Twixy, non plus !

- Hop hop hop... Attends... Voilà... C’est fait, ça va mieux ?

Ayant tiré doucement mais sûrement sur quelques mèches que la créature avait entre ses pattes, Loreleï réussit, quelques 3 bonnes minutes plus tard, à déloger Twixy du crâne du D’Alençon. Elle s’assit ensuite sur le bord du muret et tout en calant la petite chauve souris dans sa main gauche, la rouquine s’assura que celle-ci allait bien tout en la caressant avec sa main droite. Si c’est pas mignon ! En tout cas ça allait être coton quand Twixy allait se réveiller, aussi Loreleï attrapa les sucreries vite fait bien fait qu’elle avait lâché plus tôt et tout en les rangeant dans une ses poches et elle reporta son regard sur son camarade pour vérifier s’il se remettait bien. Bah oui, le pauvre, serait temps de s’en inquiéter, hein. Puis, ce serait bien si elle pouvait se souvenir de son prénom, aussi.

*Aidan... Eden...*

Elle n'était pas loin, elle en était sûre. Ah fichue mémoire d'hippocampe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aïden O. D'Alençon
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 221


Feuille de personnage
Gallions: 221
Points de Magie: 59

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Sam 15 Déc - 1:52

Spoiler:
 

Loreleï s’approcha de lui et balaya ses mains avec une pointe d’autorité dans le geste. Aïden esquissa un petit sourire et se laissa faire sans protester, allant figer ses paumes sur ses genoux en tailleur. Elle entreprit alors de lui démêler le fourbi blond qu’il portait sur son humble crâne, laissant agilement danser ses doigts parmi les mèches. Dépêtrer la créature n’était pas une mince affaire, et le Poufsouffle sentait très nettement qu’il lui faudrait plus que dix secondes pour y parvenir. Heureusement, elle ne lui faisait pas mal et s’y prenait avec beaucoup de précaution et de douceur. Elle tirait certes un peu sur les bouts dorés qui lui passaient entre les phalanges, bien obligée de forcer un peu pour défaire le bazar, mais son traitement était bien plus calme que celui opéré un peu plus tôt par l’animal infernal.

Il se laissa donc faire sans faire le moindre commentaire acerbe et ferma même subrepticement les yeux pour essayer de se remettre de ce qui venait de se produire. Il y avait quand même plus glorieux comme situation. Enfin bon… Ce n’était pas comme s’il n’était pas habitué au ridicule. Ce dernier le suivait comme son ombre et frappait dès qu’il quittait le sol des yeux.

Heureusement, il avait récupéré un semblant de sa dignité en parvenant à enrayer le massacre de lui-même. Le fait qu’il ait réussi à stopper les assauts incessants de la créature lui rachetait un peu de contenance.
… Enfin, il y avait au moins un point positif dans tout ça : sa baguette fonctionnait en cas d’extrême urgence ! Elle était juste plus capricieuse pour les soucis moins urgents… En fait, elle n’en faisait vraiment qu’à sa tête.

- Hop hop hop...

Un léger tiraillement vers la gauche. Un vers l’arrière.

- Attends...

Une mèche qui glisse sous une autre, des picotements vers l’oreille.

- Voilà... C’est fait, ça va mieux ?

Aïden laissa échapper un murmure d’approbation et rouvrit les yeux.

- Merci.

Levinson avait ôté ses mains une fois sa tâche accomplie, et lorsqu’il porta ses yeux sur ses paumes, il put y voir reposer la petite créature immobile qui lui avait causé tant de problèmes. La minuscule bestiole était visiblement en plein somme, des cheveux blonds entourant encore ses pattes. Il avait laissé des écailles dans la bataille.

Loreleï s’attela soudainement à aller ramasser les friandises qu’il avait précédemment vu, éparpillées sur le sol. Ses yeux suivirent ses mouvements lestes, jusqu’à ce qu’elle se retourne vers lui, l’air circonspecte. Aïden maintint le regard et passa une main sur son cuir chevelu meurtri, ébouriffant ses cheveux comme il en avait l’habitude.

Loreleï le scrutait sans rien dire, l’air de se demander là où elle l’avait déjà vu. Ce n’était pas possible, dans le sens où ils étaient de la même maison ! Elle ne pouvait pas ne pas le connaître… ! Mine de rien, Aïden était quelqu’un d’assez physionomiste. Il oubliait rarement les noms des gens, une fois qu’ils avaient été présentés, ou qu’on les lui avait introduits par procuration. Les gens de sa maison, n’en parlons pas.
Et comme tout un chacun, n’ayant que trop peu de patience pour un défaut qu'il se savait ne pas posséder, Aïden haussa les sourcils dans une expression sceptique. Il n’était pas vraiment en état de se montrer indulgent : mettre des noms sur des visages, ou des visages sur des noms, ce n’était tout de même pas si compliqué, si ?

En tout cas, elle pouvait lustrer le pont si elle attendait davantage d'amabilité de sa part, car lui avait au moins avait la décence de se souvenir de son existence. Pire encore : il entendait bien la narguer et enfoncer le clou. Après tout, elle méritait bien un peu d’inconfort, après avoir laissé échapper son monstre sanguinaire dans l'enceinte du château. Bon « monstre » était peut-être un bien grand mot… Surtout que la bestiole était fichtrement mignonne, quand on y regardait à deux fois… Mais ce n’était pas le moment d’être complaisant ou miséricordieux.

- Qu’est-ce qui t’arrive, Levinson ? Quelqu'un t'a défaussée de ta langue ?, asséna-t-il d'une voix nettement ironique.

Encore un truc que la chauve-souris avait arraché, qui sait ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Lun 17 Déc - 9:53

Tout à ses caresses prodiguée sur la chauve souris endormie de force, Loreleï était partie à chercher, retrouver le prénom du d’Alençon. Elle n’allait pas continuellement appeler les personnes qu’elle rencontrait par leur nom de famille, tout de même ! Si ? Remarquez, c’est qu’elles faisaient très bien, les personnes. La jeune fille soupira intérieurement. Ces façon de se tenir, ses mimiques, montraient tellement beaucoup d’elle, que parfois elle marquait un visage impassible. Quoique... Là visiblement, ça ne fonctionnait pas trop, vu la remarque du d’Alençon. Défaussé la langue. Il voulait peut-être qu’elle lâche Twixy sur lui ? Qu’elle la repose tranquille sur sa tête blonde-champ-de-mine et comme ça quant elle se réveillerait elle pourrait continuer son travail ? Non !? Loreleï afficha un petit sourire en coin, narquois, pas comme le ton boudeur qu’elle employa. Un beau contraste.

- Ma langue va très bien, je te remercie, D’Alençon.

*Pfff... Il mériterait une tite claque derrière la tête*

Mais non, elle réagit autrement la 5ème année. Vexée encore une fois, elle lui tourne pratiquement le dos et elle vérifie si Twixy se réveille en la gratouillant un peu. Ce serait le bon moment, là. Comment ça, elle se cache derrière la créature ! Mais pas du tout ! Vu sa taille ! Ce serait plutôt le sens contraire ! Non mais un rien la vexait en ce moment, la 5 ème année. Les mauvaises nuits à récupérer Twixy sous l’oreiller de sa voisine de lit ou bien à tenter de l’attraper en faisant le moins possible de bruit, quand celle-ci s’envolait dans la salle commune et qu’elle commençait à crier en cherchant la sortie et tout ce qui s’était produit dernièrement... tout ça plus les cours, la concentration dans ceux-ci, faisait que la Poufsouffle était un peu, voire beaucoup, nerveusement fatiguée. Loreleï repris d’un ton un peu plus neutre cette fois-ci et fit même une très grande phrase.

- Mais au fait.. Je me demandais... Normalement Twixy n’attaque pas sans véritables raisons... Tu aurais fait quelque chose qui l’a énervée ? Tu as quelque chose sur toi, une odeur par exemple, qui fait que c’est pour ça qu’elle t’a agrippé les cheveux ?

Et zou voilà la 5ème année en train de renifler discrètement la chevelure du d4alençon ! Puis pourquoi pas ! Bah oui, la jeune fille n’était en rien responsable des attaques ou autre activités de la créature, après tout ! C’est pas elle qui avait demandé à avoir un animal de compagnie dites ! Ah si elle pouvait revenir en arrière, au moment où celle-ci lui était tombée dessus après la rentrée ! Peut-être que ce jour là la Poufsouffle aurait réagi autrement qu’attendrie ! Oui, si elle n’était pas si sensible, peut-être qu’elle aurait stupéfixié encore une fois la bestiole et qu’elle l’aurait balancé vers la forêt... peut-être.... elle soupira. Pourquoi ses parents l’avait créer ainsi, hein ? Sans trop de force de caractère. Nouveau soupir. Le D’Alençon allait se poser des questions certainement et lui sortir encore une autre vanne si elle continuait ainsi. Tant pis. Au point où elle en était. Ah ça y est le prénom du blond lui revint !

Et de son côté, la petite Twixy se réveillait doucement. Le sort s’effaçait. Si on regardait bien, on pouvait même voir quelques soubresauts. Une aile qui se déploie gentiment, des paupières qui frémissent... Loreleï, qui la tenait dans sa main, elle, n’eut pas besoin de regarder pour savoir que sa créature commençait à revenir à elle. La jeune fille écarta même sa paume, machinalement, pour que Twixy puisse s’y détendre. La voix de sa maîtresse lui parvenant lentement et aussi, l’appel de la nuit qui tombait doucement. Il n’était pas très tard, c’était le début de soirée, mais comme tout les ans à cette époque, la nuit tombait assez tôt et ça arrangeait bien la chauve souris ! Ah si elle pouvait communiquer avec sa maîtresse, elle lui dirait pourquoi elle avait fondu sur le Poufsouffle.

-Piiiii.....

- Tu as dû faire quelque chose qui l’a énervée ou bien attirée vers toi... J’vois pas autre chose, sinon.

C’est que Loreleï, même si elle ne s’occupait pas trop de la très indépendante Twixy, connaissait à bien la connaître. La rouquine planta son joli regard gris bleu sur Aïden, cherchant sur lui ce qui aurait pu attirer la créature, quelque chose, un objet ? Un parfum ? Non, ce n’est pas une pie et elle n’est pas attirée par tout ce qui brille ! On aurait pu croire vu la façon dont elle s’était acharnée dans les mèches dorées d’Aïden. Mais non. Loreleï trouverait bien. A part les cheveux, les friandises et les baguettes magiques, il n’y avait pas grand chose d’intéressant qui pouvait attirer la créature sur le jeune homme. La jeune fille reporta son attention sur Twixy qui remuait de plus en plus, en attendant une réponse d’Aïden. Et s’il répondait encore une fois d’un ton sarcastique, elle lui poserait la chauve souris sur le crâne tout en lui piquant sa baguette magique et il se débrouillerait avec ! Et si jamais il lui faisait du mal, c’est elle qui lui ferait mal ! Et elle pourrait très bien le laisser en plan par la suite avec la chauve souris qui lui mordillerait le crâne et les oreilles ! Oui, Loreleï avait remarqué ce goût du sang que la créature avait. Pourtant ce n’était pas une créature vampirique ! Elle en était sûre. Ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aïden O. D'Alençon
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 221


Feuille de personnage
Gallions: 221
Points de Magie: 59

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Jeu 20 Déc - 14:13


Loreleï ne s’était pas laissée démonter une seule seconde face à sa remarque, bien au contraire. Elle avait esquissé un rictus, lui faisant bien comprendre qu’il en faudrait davantage pour la déstabiliser.

- Ma langue va très bien, je te remercie, d’Alençon.

Oh ! Se serait-il mépris ? Visiblement, elle se souvenait quand même de son nom de famille : tout n’était pas perdu. Il retint toute réplique désobligeante sur sa langue, préférant conserver la sienne bien sagement au creux de sa bouche.
Levinson, elle, se détourna de lui, visiblement un peu plus agacée qu’elle ne l’avait laissée paraître de prime abord. Machinalement, Aïden laissa ses yeux descendre le long de ses hanches afin d’aller mater le mignon petit postérieur qu’elle offrait si généreusement à sa vue. Quoi ? Il n’était pas un mec de seize ans (et presque dix-sept, yeah) pour rien, sans blague !
Quand elle se retourna vers lui, le regard méfiant, il fit mine de regarder ailleurs l’espace d’une seconde… avant de revenir plonger ses yeux dans les siens. Pris en flag, cool.

- Mais au fait.. Je me demandais...

Elle allait lui faire remarquer, obligé.

- … Normalement Twixy n’attaque pas sans véritables raisons... Tu aurais fait quelque chose qui l’a énervée ?

Bah voyons… Et ça allait être de sa faute aussi, maintenant. Non, mais il aurait décidément tout entendu.

- Tu as quelque chose sur toi, une odeur par exemple, qui fait que c’est pour ça qu’elle t’a agrippé les cheveux ?

Ah, et elle se penchait légèrement vers lui maintenant. Moins peureuse qu’il ne l’aurait cru ! Qu’est-ce qu’elle fabriquait, au juste, à inspirer tout près de ses cheveux ?

- Pas vraiment, non. Elle m’a attaquée, sans la moindre raison.

Quoi, il n’allait quand même pas lui dire qu’il n'avait d'autre choix que de se laver les cheveux avec le shampoing à la camomille que sa mère lui envoyait (cette dernière le condamnant à conserver sa blondeur néerlandaise, qui elle, n’avait qu’une envie : se faire la malle pour laisser les mèches brunes paternelles prendre le relai).
Or c’était peut-être cette odeur qui avait fait que la chauve-souris s’était jetée sur lui ? Boarf, ça n’avait pas beaucoup de cohérence, tout ça. Et puis, si la bestiole aimait tant les cheveux, pourquoi n’allait-elle pas se perdre dans ceux de sa maîtresse ? Franchement, le terrain de jeu semblait plus amusant que le sien ! Elle avait une putain de chevelure, Levinson, quand même... Et des jolis yeux aussi... Et un très joli petit c... BREF. Elle était mignonne, quoi.

- Piiiii.....

Voilà que le petit bout noir se réveillait, défroissant ses ailes dans un mouvement un peu maladroit. Le sort l’avait quand même heurtée de plein fouet. Aïden n’était pas du genre à aimer torturer les animaux, et l’idée que le sortilège ait pu lui faire mal était loin de lui plaire… Enfin, il y avait été un peu contraint et forcé, face au zèle emmêlant de la petite chauve-souris.

- Tu as dû faire quelque chose qui l’a énervée ou bien attirée vers toi... J’vois pas autre chose, sinon.

Oh, il y avait bien la poisse. C’est vrai, ça. Pourquoi ceci ou cela lui arrivait ; pourquoi se crochetait-il lui-même le pied au beau milieu d’un couloir bondé, alors qu’il avait marché pendant des heures sans problème dans des espaces vides et nivelés ? Pourquoi les couloirs orageux se déchainaient-ils instantanément lorsqu’il y marchait, alors que les autres élèves savaient éviter les quelques averses qui y éclataient… ? Pourquoi était-il le seul à devoir racheter trois boules de cristal par an quand ses camarades continuaient d’utiliser celles que l’école leur prêtait depuis leur tout premier cours ?
Ahlalalala… Enfin bon, il y avait des moments comme ça, dans la vie, où il avait plus de malchance que la moyenne (des malchanceux).

Loreleï le sondait du regard, attendant patiemment qu’il lui réponde à l’affirmative. Mais que voulait-elle entendre, nom d’un poulpe ?! Comment aurait-il pu savoir ce qui avait attiré la chauve-souris ? C’était elle la spécialiste, après tout. Lui n’était que la victime. Et maintenant, elle voulait en faire le grand coupable de toute l’affaire… Ah la fine plaisanterie !

- Bien-sûr, concéda-t-il volontiers, le timbre cynique. Figure-toi que j’étais tranquillement assis sous l’arcade, je ne demandais rien à personne… Je rangeais ma baguette dans l’idée de me barrer, parce que le soleil était presque couché…

Aïden s’appuya contre le muret pour se remettre debout. Enfin posté sur ses deux jambes, il la surplombait de sa tête de haut… et ce, quand bien même Loreleï ne comptait pas parmi les filles les plus petites.
Eh ouais, c’était cool d’être un mec et de tracer une nana au niveau de la taille. Et puis, il était tout de même plus impressionnant comme ça, qu’à moitié avachi contre le muret comme tout à l’heure.

- … Et elle s’est jetée sur moi et m’a bouffé le crâne, conclut-il. Alors… je sais pas si elle est tombée amoureuse de moi ou quoi... mais toujours est-il que ce n'est pas moi qui l’aie invité à danser la carioca dans mes cheveux, pigé ?

Il rangea sa baguette dans sa manche, les yeux fixés sur ses gestes, avant de plonger ses paumes dans ses poches arrières. Une seconde plus tard, il ferrait à nouveau les yeux de Loreleï et un sourire insolent s’installait au coin de ses lèvres.

- … Mais dis-moi… Tu comptes te faire pardonner comment, pour tout ça ?

Allez, un peu d’humour douteux : voilà qui détendrait l’atmosphère, non ? A moins que cela ne fasse qu’ajouter de la tension…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Ven 21 Déc - 10:20

Twixy se réveillait. Elle avait reçu un joli coup, très très près en plus. Elle avait un mal en dépliant ses ailes lentement mais sûrement et le son de la voix de sa maîtresse lui parvenait maintenant un peu plus nettement. Une autre voix aussi, méconnue sur le moment lui parvint
Elle était plus grave et semblait prendre un malin plaisir à ennuyer sa récente maîtresse. La chauve souris émit un petit son aigu.

- Piiii....

Fallait faire comprendre à cet humain qu’on ne lance pas de sortilèges sur une créature sans en subir les conséquences par la suite ! Pauvre Twixy. Elle aurait dû tourner autour de cet humain avant de se lancer à la chasse aux boucles d’or ! Ou plutôt à la chasse à la baguette magique, car c’était son premier choix en premier lieu. Oui oui oui. Elle avait foncé sur l’humain pour se pendre à cette jolie baguette qu’il avait astiquée. Ce qu’elle aimait se reposer sur ces choses, s’y balancer allègrement tout en narguant leurs propriétaires ! Elle s’amusait de les voir tenter de l’en défaire ! Un autre son aigu de la créature. Son poitrail sentait un peu le roussi. un petit coup d’oeil et un petit coup de nez lui fit comprendre que le sortilège de l’humain ne l’avait pas qu’un peu atteint. Il venait de lui abîmer son joli et doux pelage ! Oui ça allait repousser mais quand même ! Ah elle n’était pas contente la Twixy et quant elle se réveillerait pour de bon elle lui montrerait qui elle était vraiment !

Pendant ce temps Loreleï écoutait Aïden. Ainsi Twixy l’avait attaquée sans raisons apparentes ? Cela n’étonnait pas trop la 5ème année en faite, ses souvenirs du wagon lui passant devant les pupilles. Saurait-elle un jour pour quelles raisons il y avait eu cette attaque de chauve souris dans le Poudlard Express ? Peut-être. Ou elle en avait entendu parler et elle ne s’en souvenait plus. C’est d’avoir une mémoire d’hippocampe ! La jeune fille soupira. ça y est, Aïden reprenait son ton insolent. Loreleï écouta calmement, la tête baissée sur Twixy qui ouvrait les yeux. Et même si elle ne l'entendait pas, peut-être, Lo' lui parla doucement.


*Ah enfin ! Allez réveille-toi !*

Loreleï posa son regard sur le d’Alençon qui .. ah...s’était relevé. Ah mais c’est qu’il paraissait plus imposant là. Elle fit une petite moue contrariée en toussotant légèrement. Non non elle n’avait pas attrapée froid. L’était bien trop couverte pour ça ! C’était juste une façon de répondre à ce que lui disait Aïden. Elle étouffa aussi un rire. Non ce n’était pas drôle ce qui sortait de la bouche de son camarade, mais elle ne pu s’en empêcher et pour cacher tout ça, La 5ème année abaissa son joli regard gris bleu sur Twixy et repris un semblant de sérieux, ce qui contrastait avec le ton un peu moqueur qu’elle évacua gentiment.

- Mais oui bien sûr. Je ne connais pas encore très bien les us et coutumes des chauves souris, mais je ne pense pas que ça puisse tomber amoureux d’un humain. Quoique... On est pas dans le monde moldu...

Petit sourire en coin. Où est passée la vraie Loreleï Levinson ?! Oh mais qu’est-ce qu’il avait à la regarder ainsi ? Ce n'est pas parce qu’il est debout, maintenant et du coup un peu plus grand qu’elle, hein !? Si ? Ahlala, ces mâles ! Allez on se lève aussi. Y a pas de raisons ! Et hop, voilà la jeune fille au même niveau, ou presque, que Aïden. Cinq ou sept centimètres de moins que lui, ça se voit pas trop hein. Et Twixy réveillée maintenant, vint se loger dans le cou de la Poufsouffle en grimpant doucement le long du bras gauche de la rouquine, en lançant un regard pas très sympathique au jeune humain avec cette chevelure dorée qui l’attirait. Et aussi là, oui là, à cette jolie chose en bois qu’il rangeait dans sa manche !

- Piiicouiiccc !!!

Trop tard ! Baguette rangée, donc impossible d’aller s’y pendre ! Dommage pour Twixy et quelle chance pour Aïden ! Enfin pour l’instant, parce que qu’est-ce qu’il demandait à sa maîtresse là ? Se mettant en position prête à s’envoler sur le crâne du blondinet, la chauve souris se cala sur l’épaule gauche de Loreleï. Oui elle devient protectrice, aussi.

- De quoi ? Me faire pardonner ? J’ai rien fait !

Ouh Lo’ qui monte le ton ! Ce que c’est rare ! Très rare même ! Mais rappelons les effets secondaires de quelques nuits blanches, des cours intenses etc... et on voit ce que cela donne sur une jeune fille gentille comme tout ! Sans doute un peu trop même. Loreleï ne savait pas trop comment réagir elle qui était d’une nature si posée se retrouvait face à un dilemme. Lui sauter dessus et l’étrangler et laisser sortir ses instincts d’animal enragé ou laisser couler, connaissant un peu les moqueries que pouvait lancer Aïden, depuis le temps ? Ou lui remettre Twixy sur le crâne et le laisser en plan, tout seul ? Ce qu’attendait impatiemment la créature pendant le rare long discours que lançait sa maîtresse. Oui un rare long discours. Lo’ ne parle quasi jamais aussi longtemps. Juste quelques mots de ci de là.

- Je ne suis en rien responsable des agissements de Twixy. C’est une créature très indépendante, elle fait ce qu’elle veut et avec qui elle veut. Après tout, elle vit ici dans le monde sorcier, j’entends bien, depuis bien plus longtemps que nous... enfin je suppose... Donc, je ne m’excuserai pas du tout de ce qu’elle t’a fait... même si je lui ai dit de ne pas s’attaquer aux nôtres et à ce que j’apprécie...

Un pas en avant et un index collé en dessous du nez d’Aïden, la rouquine s’étonnait elle-même de cette audace. Du coup, elle se recula vite fait, mais derrière elle, le muret, donc un tantinet bloquée dans sa marche arrière. Nan ce n’est pas parce que c’est un mec plus âgé qu’elle et qu’il est plus fort en sortilèges qu’elle ! Faut pas penser ce qu’elle n’a pas penser elle-même ! Puis de toute façon, elle a un bouclier, autre que son Patronus, formidable qui est posé sur son épaule. Vi vi vi ! Un geste malencontreux du beau blond et la créature de la jolie rouquine lui saute au visage ! Pour jouer bien entendu, mais ça, il ne le sait pas ! Hé ! Puis, Lo’ n’avait-elle pas penser plus tôt, que si il recommençait avec ce ton impétueux, elle lui remettrait Twixy dans les cheveux ? Elle était à deux doigts de le faire, d’ailleurs elle posa sa main gauche sur le dos de la chauve souris, la caressant doucement, du genre « attends que je te donne le signal ». Non non, malgré l'attitude tendue de Loreleï Levinson - Détends-toi ma fille - ce n’est pas une petite guéguerre entre deux "soldats" Poufsouffles ! Mais non voyons ! C’est juste une simple et aimable conversation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aïden O. D'Alençon
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 221


Feuille de personnage
Gallions: 221
Points de Magie: 59

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Sam 22 Déc - 6:47

Nosferatu s’était définitivement réveillée, et franchement elle n’avait pas l’air saucée de ce qui venait de lui arriver. En effet, la petite chauve-souris grimpait allègrement sur l’épaule de sa maîtresse, visiblement attentive à leur échange. Comme si elle pouvait comprendre de quoi causaient deux êtres humains, sérieusement ? L’animal avait vraiment une case en moins.
Pis c’était qu’elle était bruyante, la bestiole, hein. Elle ne communiquait pas à proprement parler (de toute façon, qui aurait compris les piaillements aigus qu’elle s’acharnait à faire sortir de son gosier ? je vous le demande !), mais il apparaissait clair qu’Aïden allait payer très cher le sort qu’il lui avait lancé.

Le Poufsouffle lui jetait donc de brefs coup d’œil méfiants, presque prêt à ressortir la baguette si besoin était. D’ailleurs, c’était quoi son souci, avec sa baguette ? Elle couinait encore plus fort lorsque cette dernière était en vue… Bref, de toute façon, ce n’était pas le problème ! Il était hors de question pour lui de se faire arracher davantage de cheveux. Sérieusement, ses mèches blondes et ébouriffées étaient un atout séduction dont il n’aurait su se séparer : et comment il allait pécho les meufs, après ça, hein ? On lui en demandait trop. La calvitie avait tout le temps de s’installer plus tard, merci bien.

En attendant, Loreleï semblait proprement exaspérée par sa vanne. Elle le regardait, l’œil vitreux et l’expression maussade… L’air de dire, « mais bon sang, t’en as pas marre de débiter qu’des conneries ? ». Roh, ça va ! Si on ne pouvait plus déconner avec la gente féminine, peu de choses divertissantes demeuraient ! L’apathie désespérée de Levinson finit par basculer dans un froncement de sourcil encore moins amène, et le show commença. Ah, aucune fille n’y coupait, décidément… Ce petit mouvement caractéristique ; cet index réprobateur qu’on lui agitait sous le nez en signe de menace : « attention à toi, p’tit con, ou j’t’émascule et tu r’trouveras pas les restes ! ».

- De quoi ? Me faire pardonner ? J’ai rien fait !

Et voilà. Bibidibobidibou, la rousse était en pétard. Techniquement, c'est vrai qu'elle était innocente... Mais dans l'absolu, si la créature lui appartenait, elle était tout de même un tout petit peu respo...

- Je ne suis en rien responsable des agissements de Twixy.

Ah. Bon... Ben... D'accord ?

- C’est une créature très indépendante, elle fait ce qu’elle veut et avec qui elle veut.

Oh, nom d'un squale, le sermon ne faisait que commencer. Aïden fronça le nez dans une moue un peu contrite et essaya d’ouvrir la bouche. En vain.

- … Après tout, elle vit ici dans le monde sorcier, j’entends bien, depuis bien plus longtemps que nous... enfin je suppose...

Pouah, elle parlait, elle parlait, elle parlait ! Il ne la reluquait pas 24h/24h, mais tout de même, il savait qu'elle n'était pas du genre à s'agacer autant... Il valait mieux faire le mort. Le Poufsouffle acquiesça donc sourdement, histoire de lui donner l’approbation qu’elle semblait lui exiger.

- … Donc, je ne m’excuserai pas du tout de ce qu’elle t’a fait... même si je lui ai dit de ne pas s’attaquer aux nôtres et à ce que j’apprécie...

Aha… Elle ne s'excusait pas, certes, mais ses propos n'en étaient pas moins intéressants... Alors, de quelle catégorie faisait-il partie, au juste ? De la pointe de fratrie qu'elle revendiquait au nom des Poufsouffle ? Ou faisait-il partie des gens qu’elle appréciait ? Il ne valait mieux pas émettre de trop optimistes suppositions, parce que vu la tronche qu’elle tirait, si elle l’avait un jour apprécié, cette période était désormais révolue. Il retint assez talentueusement les vannes tendancieuses qui se bousculaient à ses lèvres, et préféra arborer un sourire pacifique. Quoique un peu moqueur, mais ça, c’était incurable.

Voilà qu’elle reculait, à présent… Sans perdre un seul trait de sa mine boudeuse. Adorable.
Pendant un instant, Aïden hésita franchement à s’avancer de nouveau vers elle, par pure provocation… Juste histoire de l'acculer un peu plus contre le muret, pour la taquiner davantage par le biais de la proximité. C’est le regard plein de vindicte de Twixy qui acheva de l’en dissuader… Ouais, non, peut-être un autre jour, moussaillon.

- C’était une blague…, finit-il par préciser. Une tentative de chantage bénigne, tu vois ? Mais t’es vraiment sexy quand tu t’énerves, Levinson… Alors je regrette pas.

RHO, BON ÇA VA ! C’était un compliment, non ? Mais si, c’en était un ! Croix bois, croix de fer... Si j'mens, j'ai l'mal de mer !

- Tu sais, j’ai rien contre… ta… le… Twixy.

Ouais parce que si on lui demandait son opinion, il aurait plutôt eu tendance à certifier que c’était la bestiole qui avait un truc contre lui. A lui montrer ses minuscules crocs (qui, il ne fallait pas s’y méprendre, savaient faire de sacrés dégâts), et à le fusiller de ses petits yeux couleur scarabée… Elle semblait vraiment à deux doigts de reprendre sa folle danse crânienne.

Wow, wow, wow, Levinson ! Pourquoi pelotes-tu ta chauve-souris... ?!
Sans blague, on aurait dit qu’elle était sur le point de lui dire « ATTAQUE ! », et c’était pas spécialement kiffant, ça. Aïden, c’est le moment de te taire et de te barrer. T’as envie de te faire becter à nouveau ? Non. Alors casse-toi ! Mais avant, pacifie les choses ! Allez, là !

- Peut-être qu’elle avait tout simplement faim. J’ai des Fizwizbiz dans mon sac…

C’était cool ça, non ? Ouais, généralement la meute œstrogène se laissait gracieusement avoir lorsqu’il était question de bouffe. Non, sérieux ! Il avait réussi à calmer Eleanor plus d’une fois avec des chocogrenouilles, et il suffisait généralement de parler de friandises d’Honeyduckes pour engager une conversation palpitante avec une nana. Toutes des gourmandes, hein !… En fait c’était un peu comme la pèche, mais avec un bonbon au bout de l'hameçon et… Bon sang, mais à quoi tu penses encore, pirate décérébré ?


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Ven 28 Déc - 10:03

Une simple et aimable conversation dans laquelle le ton montait quand même, fallait l’avouer. Enfin, surtout du côté de Loreleï. Elle devait se détendre elle le savait, mais elle avait du mal en ce moment, et ce depuis la rentrée. Tout ça allait passer elle le savait aussi, même si ça devrait lui prendre du temps. La jeune fille soupira doucement. Inspiration et expiration, très discrète, la main toujours sur le dos de Twixy à défier en quelque sorte, du regard, Aïden. Nan mais depuis le temps, elle devrait le connaître ! Lui à toujours embêter les filles ! Comment ça du chantage ? Avait-elle bien entendu ? Oui oui, elle avait bien compris les paroles de Aïden et fut encore plus abattue qu’elle ne l’était déjà. Ah ce n’était pas une bonne fin de journée ! Ah ça non ! Puis elle piqua un fard. De colère ou de gène, allez savoir. Elle-même ne savait plus très bien où elle en était et le pourquoi de sa présence dans la cour extérieure qui au fil des minutes, devenait plus sombre. Et Twixy sentait elle aussi, l’appel de la forêt.

- La... C’est une femelle. Va pas la vexer, non plus. A moins que tu accepte qu’elle revienne se nicher dans tes cheveux.

Et hop, un petit sourire narquois en prime. Bah quoi, elle avait le droit un peu de le taquiner, non ? Il le faisait bien lui ! Comment ça on n’est pas dans une cour de récré. Tsss. Loreleï lâcha sa main de sur le dos de la créature qui semblait s’être calmée. La Poufsouffle sentait la respiration de Twixy un plus posée et ses pattes moins crispées sur son épaule. La rouquine fit un petit pas en avant. Non non pas très intéressée par les sucreries de son camarade, Elle en avait dans les poches. Ce n’était pas ses préférées en plus, même si elles n’étaient pas mauvaises... Non le fait qu’elle avance d’un pas et bien, d’une, c’est pour se décoller du muret et de deux, elle ne voulait pas se retrouver assise, donc plus bas, que Aïden. Nan mais, pis quoi encore ! Quoique même debout il la dépassait d’une demi tête, mais ce n’était pas pareil. Bref. Il parlait donc de bonbons pour Twixy.

- Des Fizwizbiz... Hmm... Mouais, ce ne sont pas ses sucreries préférées. Donc, je doute qu’elle en veuille. Puis non elle n’attaque pas pour avoir faim. En faite... je pense qu’elle voulait jouer, surtout. Oui, je sais, elle a d’étranges façon de le montrer.

Oui oui c’est ça. Twixy regarda de travers la rouquine qu’elle avait choisi comme maîtresse. De quoi elle parlait là ?! Twixy adooorait les sucreries ! Surtout celles avec cette jolie couleur marron doré ! Certes les Fizwizbiz n’étaient pas celles qu’elle mangerait en premier lieu si elle était en manque. Ce n’est pas sa tasse de thé, les sorbets. Mais tout de même ! Ah la la ces humains ! Bref, la chauve souris lorgna sur le sac du blondinet. Et oui, l’appel de la forêt pouvait bien attendre quelques secondes, hein. Elle avait toute la nuit pour la rejoindre, elle et ses congénères nocturnes. Surtout ce beau mâle qui lui contait fleurette. On aurait presque pu voir une douce petite lueur rêveuse dans son regard ténébreux.

Oui oui oui, l’humaine avait raison, elle avait voulu jouer, avec la baguette magique du blondinet ! Se pendre et faire de la balançoire ! Ce qu’elle adorait cette activité ! Les sorciers en herbes et les plus âgés un peu moins, mais elle s’en fichait comme de sa première friandise ! Du coup, un peu vexée de ne pas être comprise, Twixy pris son envol et plongea dans le sac tel un oiseau de proie. Elle se faufila comme une petite souris, rapide, pour en ressortir avec un Fizwizbiz et monta très vite, en tanguant un peu sous le poids du sorbet, pour venir ensuite tournoyer au-dessus des deux humains et venir planer au-dessus de la tête du blondinet en criant pour lui faire comprendre qu’elle n’en n’avait pas fini avec lui et que le sort qu’il lui avait lancé, et bien elle le lui ferait payer un peu plus tard. Quand ? Cette nuit peut-être. Ou bien demain au réveil. Ou bien dans un mois ou plus. Une chose était sûre, elle n’oubliera pas. Elle n’avait pas la mémoire d’hippocampe de sa maîtresse, elle ! Puis elle partie vers la forêt.

Loreleï avait tourné la tête pour ne pas se prendre une aile de Twixy dans l’oeil et grimaça un peu, quand la chauve souris lui avait attrapé une mèche lors de son envol. La jolie rouquine se gratta également un peu la nuque à l’endroit de la douleur. Bah oui, ça ne fait pas du bien ! Même si son cuir chevelu s’était habitué à la présence de la chauve souris ! La jeune fille regarda Twixy partir au-dessus des toits du château, la sucrerie qui pendouillait allègrement entre ses pattes, jusqu’à la perdre de vue à cause de l’obscurité. Mais elle avait eu un peu peur, quand même, que la créature ne replonge sur la jolie tignasse d’Aïden quand elle l’avait vu planer, le regard mauvais. En tout cas, elle avait appris, une chose. Elle ne savait pas que les chauve souris savaient planer de la sorte, comme un buse qui guette une proie. Elle rabaissa son regard sur Aïden. La proie ne semblait pas au mieux d’elle-même. Loreleï émit un demi sourire. Il semblait qu’il ai un peu, voire beaucoup, peur de Twixy. C’est bon à savoir.


- Bon... et bien... Il se fait tard. Je crois que je vais y aller. Puis c’est l’heure du dîner.

Un bon repas bien chaud. Enfin, ‘’bon’‘, ça c'est une autre histoire. Mais Lo’ se rattrape comme elle peut. Et oui, car il était à peine 18 heures 30, à ce qu’indiquait les aiguilles de la montre au poignet de la rouquine et le dîner n’était pas prêt d’être servi, car si ses souvenirs de planning étaient bons, celui-ci n’étaient que dans un quart d’heure. Donc, Loreleï avait bien le temps. Bon, elle ne voulait pas être la première première, mais également ne pas être la dernière, non plus. Oui, mais elle voulait avoir une des meilleures places, celles loin de la table des professeurs, celles prêt de la sortie. Pour ne pas de prendre un bain de foule à la fin du repas. La jeune fille contourna Aïden, quittant ainsi le coin muret, passant au dessus du sac de son camarade, vérifiant en même temps dans ses poches et sur elle si elle n’avait rien oublié ou laisser tomber. On ne sait jamais, avec son côté distrait et maladroit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aïden O. D'Alençon
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 221


Feuille de personnage
Gallions: 221
Points de Magie: 59

MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    Sam 29 Déc - 15:53


- Des Fizwizbiz... Hmm... Mouais, ce ne sont pas ses sucreries préférées…

QUOI ? Alors comme ça, son plan d’attirer les nanas avec des sucreries n’était pas infaillible ? C’était un scoop ! Loreleï Levinson devait cacher quelque chose pour être aussi peu emballée par sa tactique normalement indéfectible.

- … Donc, je doute qu’elle en veuille. Puis non elle n’attaque pas pour avoir faim. En fait... je pense qu’elle voulait jouer, surtout.

Jouer ? Il n’était pas tout à fait sûr. Ça ne ressemblait pas à un quelconque jeu, mais bel et bien à une tentative d’assassinat. Il adressa un coup d’œil vitreux à Loreleï avant de reporter son regard sur la petite créature, s’assurant qu’elle restait bien sur l’épaule de sa maîtresse.

- Oui, je sais, elle a d’étranges façon de le montrer, finit-elle par dire.

C’est le moins que l’on puisse dire. Évidemment, Aïden n’en fit pas réflexion… Il valait mieux pour lui se taire, tant que la petite bestiole menaçait de reprendre ses « jeux » avec lui. Merci, mais non merci.
Soudainement, Twixy bondit dans les airs, voletant sous l’arcade avec célérité. Aïden poussa une exclamation de stupeur, et, dans un réflexe tout à fait ridicule, plaqua ses avant-bras au-dessus de sa tête en se penchant moitié en avant. Heureusement, la petite créature ne fondit pas sur son crâne, lui préférant sa besace toujours posée sur le muret. Elle en ressortit quelques secondes plus tard, à peine, un fizwizbiz entre les pattes… Et elle se ré-envola en direction de la forêt, comme si de rien n’était.

- Putain de bordel, elle m’a foutu les chocottes !, avoua-t-il sans en faire grand cas.

Il surveilla le vol de la petite bestiole jusqu’à la voir disparaître dans l’obscurité désormais ambiante. Voilà, vas y ! Continue de t’éloigner ! Et ne reviens pas, rongeur de malheur. Lorsqu’il se retourna vers Loreleï, il s’aperçut sans grande peine qu’elle affichait un petit rictus moqueur. Il leva les yeux au ciel, repensant à la manière dont il s’était ridiculisé devant elle durant le dernier quart d’heure. Remarquez, heureusement qu’il était tombé sur elle et non pas sur une autre personne… Imaginez un peu si d’autres élèves l’avaient vu lutter contre une chauve-souris… Et même pire que ça : PERDRE contre une chauve-souris. Il avait bien assez de sa maladresse coutumière pour y ajouter des aventures animalières, sans déconner. Puis, vu les satanés crapules qui se baladaient dans le château, il n’aurait pas fini d’en entendre parler… Entre Pryde et McAllister, il avait déjà fort à faire. (honni soit qui mal y pense)
Il se retint tant bien que mal de lui asséner qu'elle avait bien tort de ricaner, maintenant que son rat des airs n'était plus là pour la protéger. Heureusement, elle reprit la parole juste avant qu'il ne le fasse.

- Bon... et bien... Il se fait tard. Je crois que je vais y aller. Puis c’est l’heure du dîner.

De quoi parlait-elle au juste ? Il n’était absolument pas l’heure de dîner… ! Enfin, il n’allait pas faire semblant de ne pas comprendre : elle avait visiblement très envie de se barrer d’ici. La preuve en live, puisqu’elle était présentement en train d’enjamber le muret pour couper le chemin jusqu’à la porte conduisant à l’intérieur du château. Aïden la regarda faire, attrapant au passage la lanière de son sac en bandoulière pour la glisser sur son épaule. Il rattrapa bien vite la cinquième année et aligna sa marche à la sienne en priant tous les dieux pour ne pas se casser la gueule. Il n’aurait plus manqué que ça, sans blague.

- Bon, et bien je te souhaite un bon appétit, finit-il par lancer avec ironie alors qu’ils atteignaient tous deux la grande porte intérieure. J’espère que le repas sera à la hauteur de tes espérances. A plus tard, en salle commune…

C’est là que leurs chemins se séparèrent.
N’empêche qu’il s’en passait de bonnes, dans ce maudît château. Il prit bonne note de prendre un sweat à capuche la prochaine fois qu’il irait se poser dans le cloitre, histoire de ne plus se faire piéger par les serres impitoyables d’un rongeur volant. Il était plongé dans ses pensées quand il manqua très sérieusement de se manger une armure, l’évitant à quelques centimètres à peine…

Décidément, ce n’était pas la meilleure des journées !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] Scouic.    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] Scouic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le bal du clos aux lys - j'veux pas y aller tout seul
» Partition mythique [Clos]
» Un matin à la volière... [sujet clos]
» [CLOS] [Alex/Yuna] Magic Alice
» mais il est malade !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: The Grass is Always Greener :: Cour Extérieure-