Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Ven 14 Déc - 21:26

    Suivez le Guide !



    Le Mardi 12 Octobre, à 18H dans le Hall d’Entrée tout d’abord – Elrik, Léopold & des PNJs diverses et variées …

    Elrik était à l’heure. Pile à l’heure. Bien entendu.
    Il exécutait toujours les ordres avec précision. Aussi se tenait-il dans le hall, à attendre son nouveau collègue supposé débarquer incessamment sous peu. Minerva avait demandé à son directeur des Poufsouffle celui qui ne disait jamais non d’accueillir personnellement leur nouvelle recrue au sein du staff de l’école. C’était tout frais, cette embauche ! L’homme était un sorcier prétendant au titre de bibliothécaire. Un ancien de Poudlard. Un ancien serdaigle qu’il n’avait pas croisé durant sa scolarité. Trop jeune. Mais un type avec un long cv, lettré, un écrivain. Fort bien. Elrik lisait peu de philosophie. Il lisait peu tout court. A part la Sainte Bible ou les grimoires de potions louches… alors le nom d’Applewhite ne lui parlait pas. Il n’était qu’un simple soldat, après tout, notre Rikounet. Et le soldat attendait campé sur ses deux pieds bien parallèles, jambes tendues, dos droit, mains jointes derrière le dos. Minerva avait vraiment insisté pour qu’Elrik fasse faire au nouveau venu le tour complet du propriétaire en n’épargnant aucun détail fâcheux. Car un sorcier intégrant leur équipe devait s’attendre à tout, avec cette nouvelle année scolaire plus qu’étrange ! Il ne devait s’étonner de rien, et eux de leur côté devaient pouvoir lui faire confiance. Elrik avait tout à fait compris. Il était plus que d’accord avec sa directrice de toute façon (l’avait intérêt, sinon !!!!!!) et ce n’était pas dans ses habitudes d’épargner les sensibilités d’autrui. L’heure était grave, Doux Jésus !

    De toute façon, Applewhite serait directement plongé dans l’ambiance ! Elrik ressortait de son cours de potion avec les plus jeunes élèves… Salomé Turtle et Kenneth Barkley avaient trouvé très amusant de se pourrir les chaudrons l’un de l’autre et une explosion terrible avait salopé toute la salle ! Et surtout cela avait eu quelques effets secondaires tout à fait désastreux…. Oh pas grave non plus ! Trois fois rien, des modifications capillaires pour la plupart (non Medrawt ne t’évanouit pas), des sourcils en broussailles, des bulles qui sortaient des narines, enfin quelque chose de vraiment stupide ! Elrik avait dû prendre sur la fin du cours pour remettre tout le monde dans son état normal, mais lui par contre… arborait toujours une magnifique chevelure blonde platine – non, ce n’était pas naturel – épaisse comme tout. Il n’avait pas eu le temps avec tout le reste de son travail, de se redonner une apparence réglementaire. Son treillis noir, ses rangers brillaient de substances bizarres sèches (ou pas), son pourpoint en cuir de troll avait sacrément besoin d’un passage à la laverie (mais en même temps, l’odeur du cuir de troll ne s’en allait jamais. Cela dit, comme cuir c’était du bon ! Du robuste, du coriace ! Même du poilu… ça tenait chaud et tout !) Il n’y avait que sa cape de la Légion Magique, dont le drapé impeccable tombait dans son dos, pour avoir été épargnée au cours de cette journée de cours.
    Bref, y en avait deux qui avaient passé un sale quart d’heure…

    « M’sieur ! Faut vraiment qu’on fasse toutes les marches ?!
    - Tais-toi Barkley sinon c’est avec ta langue que tu vas prendre le relais pour ôter cette crasse !
    - Bouhouhou c’est pas juste je vous dis que j’ai PAS fait exprèèèèèès de mettre les Moustaches de Farfadet dans son chaudrooooon !
    - AH BOUSE DE LICORNE ! Ma brosse à dent elle s’est cassée !!!! Je peux prendre ma baguette M’sieur du coup ? Vous me la redonnez ????!!!!! C’est MA Baguette d’abord !
    - En plus ça vous va pas si mal ce blond vous devriez nous remercier pas nous punir…. BOUHOUHOUHOU ! J’vais le dire à ma directrice ! »
    Elrik bougea enfin d’un pouce, se retourna vers les deux élèves contraints et forcés de gratter l’escalier crasseux – il avait beaucoup plu ces derniers jours, le sol dehors était très très boueux – il fronça les sourcils, attrapa une petite fiole à sa ceinture et la fit éclater à leur niveau provoquant chez les deux mômes un bond de terreur. Mais aucun son ne sortit de leur bouche, aussitôt après que la fumée se soit échappée de la fiole, ils se retrouvèrent muets.
    « Vous me ramasserez les morceaux de verre, aussi. » ordonna-t-il avec sévérité, puis il se retourna sans plus s’intéresser à eux.

    Eleanor la préfète des poufsouffle arriva en trottinant près de son directeur deux minutes après.
    « Monsieur vous m’avez appelé ?! Oh Salomé et Kenny qu’est-ce qu’ils ont fait ?! Ils sont drôlement sages ! On les entends pas ! … ENH MAIS MONSIEUR, VOUS ETES TOUT BLOND !!! Hihihihihi. Qu’est-ce qui s’est passé ?!
    - Branstone j’ai besoin que tu les surveilles, pendant une petite heure. Je n’en ai pas pour long.
    - Ah bon vous allez où ? Chez le coiffeur ?!
    - Branstone !
    - Alleeeeeeeez ! S’il vous plait ! Je dirai rien, c’est quoi, c’est perso ? Vous sortez de Poudlard ?!
    - Lâche. Mon. Bras. Tes deux pieds à plats sur le sol. Merci.
    - Alors ?!
    - Un nouveau bibliothécaire arrive. Je sers de guide.
    - ENH C’est vraiiiii un nouveau ?????????????! »

    Elrik regretta amèrement d’avoir parlé, elle venait de lui vriller les tympans. Les traits de son visage se plissèrent très très légèrement, pour retrouver son air impassible deux secondes après, au prix d’un bel effort. Déjà qu’elle riait sous cape (mal bien sûr) en louchant sur ses cheveux… bonjour la crédibilité !

    « Il s’appelle comment ? Vous le connaissez ? Il est sympa ? Il ressemble à quoi ? Du coup vous surveillerez plus la bibli le mercredi ? Vous allez faire quoi à la place ?
    - Surveille les deux gnomes, derrière, où je te change en gnome. C’est ta seule mission. Les curieuses n’ont jamais rien obtenu de bon avec moi.
    - Ennh… c’est pas très gentil. Bon. » céda-t-elle en regardant ses pieds. Et non, on ne pouvait pas rigoler tout le temps avec Elrik. Elle changea alors son fusil d’épaule, sans perdre son sourire. « Vous lui donnerez un pin’s de ma part s’il vous plait ? En guise de Bienvenue ! Merci !!! »

    Bizarrement, cette demande lui irrita l’humeur. Déjà que moult détails faisaient que son humeur n’était pas au beau fixe… Ah ! Seigneur ! Le chef Pouffy lui prit le pin’s des mains d’un geste empressé, en laissant échapper un soupir bien peu professionnel, puis il promit à ces trois mini-soldats de tous les pendre par les pieds dans les cachots s’ils faisaient les zouaves durant son absence. C’est sur cette recommandation pleine de douceur qu’un homme se présenta devant lui.

    « Monsieur Applewhite ? Elrik Monroe. Directeur des Poufsouffle. Miss McGonagall m'a chargé de vous accueillir. »



_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@


Dernière édition par Elrik H. Monroe le Lun 13 Mai - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Ven 14 Déc - 23:25


Et les portes s'ouvrirent à nouveau...


Poudlard, le Lundi 11 Octobre 1999,

Cher Monsieur Applewhite,
j'ai le plaisir de vous annoncer que je projette de donner une suite favorable à votre candidature au poste de Bibliothécaire, à Poudlard École de Sorcellerie.


C'était l'heure du thé. Susan avait rejoint son neveu au manoir afin de lui présenter sa nouvelle trouvaille littéraire, un roman à l'eau de rose, le genre de littérature que n'appréciait pas Leopold. Qu'importe, il l'avait écouté. Pompadour, quant à elle, couchée sur les genoux de son maître, n'avait pas tardé à s'endormir. La conversation avait vite tourné court car, comme à son habitude, Susan entra dans un monologue sans fin. En l'espace d'une dizaine de minutes, elle parvint à parler d'une paire de chaussure qu'elle avait perdu, d'une bibliothèque qu'un client avait renversé, d'un livre qu'elle avait laissé trop près d'une bougie, d'une amie qui était souffrante, des travaux à Londres qui risquaient de dissuader les clients et, enfin, d'un titre de journal trop peu respectueux de la reine. Il fallut attendre qu'elle boive son thé à la menthe pour avoir un peu de silence au sein du boudoir, ce lieu si cher à Leopold, où le regard de Marie-Antoinette, accrochée près des causeuses, balayait la pièce de ses yeux délicieux.

Devant l'unique fenêtre du boudoir vint se poser Artémis. La femelle Grand Duc attendait patiemment qu'on vienne lui ouvrir, cherchant un peu de chaleur en ces prémices frais du mois d'octobre. Alors que Leopold l'attrapa au bout de ses doigts après s'être défait de la présence envahissante de Pompadour, il prit la lettre que le hibou tenait dans son bec. Elle était signée McGonagall et aussitôt Leopold se sentit aussi mal que lors de l'entretien d'embauche. Avait-elle décidé de ne pas faire suite à sa demande ? Et si le rêve qu'il avait frôlé s'apprêtait à lui échapper, à disparaître comme une rafale de vent ? Leopold était accoutumé au stress mais n'avait jamais su le gérer. Il connaissait cette sensation d'avoir une boule dans le ventre, celle qui rend nauséeux, celle qui rend la vie fade, sans arôme, aussi triste qu'un jour de pluie. Il était envahi de ce stress à la vue de la poussière, à la vue de tout genre de saleté, en présence d'un trop grand nombre d'individus, en cas de manque d'inspiration ou, pire, en cas d'absence totale d'encre ou de support pour écrire.

Il était désormais bibliothécaire. Il prétexta un rendez-vous important pour que sa tante prenne congé et avait fait venir en urgence sa gouvernante. L'heure était aux préparatifs. Leopold allait faire preuve de bienséance, comme à son habitude, et n'emménerait qu'un sac parisien. Documents importants, affaires personnelles, trois livres, un nécessaire de toilette et deux tenues de rechange. Il ne voulait pas avoir l'air d'un touriste venu séjourner dans un bel hôtel, ayant prévu de rentrer chez lui chaque soir plutôt que de jouer au parasite. Si on lui offrait une chambre, il ne la refuserait pas, mais il ne ferait pas le premier pas. En effet, l'écrivain n'avait pas le droit à l'erreur et l'opportunité anthropologique que lui apportait sa nomination n'était pas négligeable. Sa tenue était prête, il porterait un costard sobre et une écharpe grise. Il ne dormit pas de la nuit, trop occupé à écrire sur cette expérience tant attendue. Les visages des élèves et des professeurs, qu'il ne connaissait pas pourtant, s'engouffraient dans son esprit : ils les auraient tous, un par un, et tous allaient figurer dans ses carnets, tous auraient leur histoire, leur analyse. Mais il ne fallait pas oublier un élément important, celui qu'attendait Minerva : il lui fallait apporter son aide à l'école et, surtout, aux autres. La tâche ne s'avérait pas aisée mais les bénéfices seraient nombreux.

17h55. Leopold venait de passer les grilles du château, son sac à la main, son écharpe dansant derrière lui. Le temps gris avait rendu désert le parc et Leopold ne croisa personne jusqu'à son arrivée dans la cour pavée. Il marchait vite, sans se soucier des regards inquisiteurs qui se posaient sur lui. Et il passa les portes. Des années auparavant, il avait passé ces mêmes portes, sans porter attention aux autres jeunes gens intimidés. Quelques minutes plus tard, le Choixpeau l'avait envoyé dans la maison de Rowena et ainsi commençait sept années discrètes, parfois muettes, mais ô combien salvatrices. Il avait passé ces portes, une nouvelle fois, en des heures bien plus sombres, alors que les corps s'accumulaient autour de lui. Cette fois, il était revenu, réglant une dette envers un lieu qui avait su le défendre.

- Qui est-ce ? Un nouveau prof ?

- Il est pour moi !

- La ferme ! Il a l'air de mordre !

Leopold était posté au milieu du hall d'entrée, droit comme un I. Il commençait à trembler et son regard descendit avec lenteur vers le sol. Il ne l'avait pas remarqué, mais le hall était dans un état lamentable à ses yeux. La pluie des derniers jours n'avait pas entièrement disparu car le sol était parsemé de tâches boueuses. Calme toi Leo, calme toi. Prenant sur lui, l'écrivain parvint à faire quelques pas. Il venait d'apercevoir au milieu de deux élèves occupés à astiquer les marches -une punition, sans aucun doute-, un homme blond qui pourrait certainement le renseigner. Il venait de s'approcher de lui et manqua d'échapper un hoquet tant la coiffure de l'homme ainsi que sa tenue étaient des plus loufoques. Bienvenue à Poudlard.

- Monsieur ?

À en juger de son accueil, Leopold était attendu. Tant mieux. Bien qu'il se sentait extrêmement mal à l'aise en raison de l'affluence des élèves et des marches sales, l'écrivain prenait sur lui et se montrait sous son meilleur jour. La bienséance et la politesse devaient primer. Son nouveau rythme de vie avait commencé.

- Enchanté. Je vous remercie pour votre accueil. Navré de vous importuner à cette heure-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Mar 18 Déc - 8:43

    BIen. L'homme en face de lui était bel et bien le nouveau collègue. En même temps, peu de chance de se tromper, avec le nombre restreint d'adultes franchissant les portes de Poudlard ces derniers temps. Question de sécurité, et de cran. Les journaux sorciers ne donnaient vraiment pas bonne réputation à l'école, en ce moment. La faute au comité de parents d'élèves ! Ils se plaignaient pour trois fois rien... ce Bohort Westchester, un véritable inspecteur des travaux finis ! Caitlin Skellig - Pryde - en faisait aussi partie. Mais Caitlin... Ah. Caitlin. C'était différent ! Enfin bon... Comme si le staff de Poudlard voulait du mal aux élèves ! Cela se voyait, non, qu'ils oeuvraient tous pour leur bien....

    « Continue de frotter Barkley ! » aboya Elrik en vérifiant par dessus son épaule. Le gryffondor, tout comme la Serpentard et même sa préfète chargée de surveiller les deux morveux... tous zyeutaient vers le nouveau venu, la bouche ouverte, prête à gober les mouches ! En entendant la voix mélodieuse de leur prof de potions, ils se remirent au boulot. C'était pas le moment de blaguer, et ils le sentaient. I'nstinct de survie oblige... Eleanor osa tout de même adresser à son nouveau Bibliothécaire un signe de la main en se fendant d'un grand sourire. Elle était trognooooonne.... Elrik lui jeta un regard noir, qui la glaça aussitôt et lui passa l'envie de faire les yeux doux à un inconnu à un autre que lui, woh c'était sa préfète !!! Elrik........ !
    Le comité des parents d'élèves, donc, se mettaient la baguette dans l'oeil. Les petits étaient bien traités !

    Elrik décroisa les bras en revenant sur le nouveau. Il posta ses poings, serrés sur ses hanches.
    « C'est mon travail. Alors je le fais ! » répliqua Elrik à son attention, avant de se tourner de trois-quart, signifiant que le départ du tour était imminent. Son ton était sec, comme à son habitude. Économie de mots, et d'énergie. Cela valait toujours mieux. « Il me faut vous expliquer deux ou trois choses, suivez-moi. » Elrik avait soigneusement préparé dans sa tête ce qu'il devait dire, afin de ne pas perdre de temps. Il n'aimait pas perdre du temps. Il aimait que tout soit réglé comme du papier à musique, et que tout se déroule selon le plan. Aussi le militaire espérait bien qu'aucun imprévu ne leur barrerait la route, car tout ceci le mettrait de méchante humeur. Encore plus, s'entend.

    Elrik faisait-il la tête ?! Non, non, c'était son état naturel et tout le monde le savait. Sauf le nouveau !!! Il se mettrait au pas comme les autres. Elrik s'en moquait de toute façon. Il n'était pas là pour faire copain-copain ! Fichtre nom d'un géant !
    Non, son humeur n'avait rien à voir avec l'état de ses cheveux et les moqueries qu'ils suscitaient sur son passage... ou, le fait qu'Ellia soit partie de la salle commune des Poufsouffle, maintenant que les Serpentard avaient retrouvé leurs quartiers. Rien à voir. Pensez-vous !

    « En avant. » Et Elrik ouvrit la marche, direction la grande salle.

    « Vous avez fait vos études à Poudlard. » Ce n'était pas une question, bien sûr. « Ne vous fiez pas seulement à vos souvenirs et vos habitudes, pour vous réperer ou espérer vous en sortir, ici et maintenant. Poudlard a changé. »
    Il ouvrit les portes de la Grande Salle. Des élèves, des volontaires et quelques collés, dressaient la table pour dîner.
    « Règle numéro une : NE JAMAIS relâcher son attention ! Ne JAMAIS les quitter des yeux ! » expliqua-t-il avec le plus grand sérieux du monde, agrémentant son propos d'un geste : l'index et le majeure pointés vers les yeux d'Applewhite, puis sur l'ensemble de la salle, où s'agitaient les petiots sorciers, avec leurs piles d'assiettes et de couverts. Comme un nuage de silence passa au-dessus d'eux, laissant aux cliquetis de la porcelaine et du métal toute la latitude pour pousser leur chansonnette, tranquille. Ou pas...

    « HOLMES ! BUTTERCUP ! PRYDE ! Qu'est-ce que vous croyez faire avec ces Assiettes et vos baguettes magiques ! LÂCHEZ CA ! » Un grand fracas de vaisselle cassée se fit entendre ! « BANDES DE TRIPLES NOUILLES !
    - Mais M'sieur vous avez dit de lâcher !!!!!!!! »

    ....

    Tant pis, pour les témoins.
    Deux minutes , ainsi que du renfort pour Salomé et Kenny à l'atelier grattage des marches à la brosse-à-dent plus tard envoyé à coup de rangers au cul, et Elrik était de retour à côté de Léopold Applewhite.

    « Ne JAMAIS relâcher son attention. » répéta-t-il avec fermeté en plongeant son regard brun et sévère dans les yeux du nouveau. « Jamais. Poudlard est un champ de bataille. » Et cela allait bien avec les craquements de la vaisselle brisée, sous ses pas. Héhé ! « Les salles communes, ainsi que bon nombre de lieux dans le château ont disparu. Idem pour les Elfes de Maison. Un mystère jusqu'ici non élucidé. Mes Poufsouffle ont reccueilli les Serpentard, le temps que ceux-ci retrouvent leur antre. Ce qui s'est produit tout juste ce weekend. Les Serdaigle quant à eux hébergent toujours les Gryffondor. Alors la plupart des élèves interagissent avec familiarité et une folie exagérée. Dieu les pardonne. La proximité les rend... surexcités. Donc : VIGILANCE !! Vigilance est mère de sûreté. Et surtout : Action, REACTION ! Vous leur donnez le bras, ils vous prendront la main ! Restez ferme !
    - M'sieur M'sieur !
    - QUOI ENCORE ?!
    - MuuuuuHm M'sieur ? * Coups des yeux mouillés*
    - Owh... Malone, Ellaria. Qu'est-ce que vous voulez, Soldats ?!
    - On met plutôt les serviettes roses ou les oranges ?! Pour dîner ?!
    - C'EST POUR CA QU VOUS ME DERANG-
    - Huummmm M'sieuuur s'il vous plait c'est important.... *Double coup des yeux mouillés*
    - AH ! Les oranges... j'en sais rien !
    - D'accord ! Humm. On va mettre les violettes ! »

    Les deux jeunes filles de premières années s'en allèrent en couvrant le nouveau venu de regards à la dérobée, et en se chuchotant des secrets à l'oreille. Elrik s'autorisa un long long soupire ! Les enfants sont formidables ! Avant de prendre sur lui et de revenir à sa tâche. Le militaire secoua la tête, pour chasser une foutue boucle blonde tombant un peu trop près de son regard, et prit une profonde inspiration, en joignant ses mains dans son dos. Il ne lâchait pas le Bleu des yeux.

    « Nous pallions au manque d'Elfes de maison. Elèves, Profs... Ménage, Blanchisserie, Cuisine. Chacun fournit les efforts lui permettant de dormir sur ses deux oreilles, au sein de la communauté. Voici le roulement des tâches assignés aux adultes. Cuisine, ronde... Il faudra vous caser dans cet emploi du temps. Vous reprenez toutes nos surveillances de la bibliothèque. Cela vous laisse un tour de cuisine à choisir, et les matins ou le soirs, de ronde. Des questions ? » AYE MON COLONEL ! Tout en parlant, Elrik avait donné à son nouveau collègue les parchemins de la répartition des taches avec les fameux emploi du temps. Une autre voix vint alors les déranger.

    « Moi j'ai une question !!!! Qu'est-ce qu'on mange ?! Pas du ragoût de lutin, hein ?! Oh c'est quoi ça ?! Un nouveau prof ? HEY M'sieur l'Nouveau : le Ragoût de Lutin ! Un déliiiice, surtout pour un estomac pas habitué, ça va vous faire de l'animation à l'intérieur ! Une expérience sans pareille !! Aussi brûlant quand ça rentre que quand ça sort, héhéhéhé faudra nous en dire des nouvelles ! C'est notre directeur de maison ici présent qui fais c'te bouillasse de warrior !
    - C'est ton insigne de préfet qu'on va te faire bouffer KEVIN WHITBY ! FERME-LA !
    - Hey M'sieur relaxe, vous voulez une serviette orange sur votre assiette, ça vous f'rait plaisir ?! »

    .... décidément, le hall brillerait de mille feux bien plutôt que prévu !


    HJ: les deux hommes & des pnjs divers et variés sont maintenant dans la Grande Salle!


_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Mer 19 Déc - 14:07

"Méditer sur la bêtise humaine est décidément une occupation fort accaparante"

S'il y avait bien une chose qui n'avait pas changé à l'école, c'était l'originalité des membres. Pendant ses sept ans de scolarité, Leopold avait toujours eu le sentiment que sitôt les portes du château franchies, les élèves et les adultes laissaient libre court à leur folie, à croire qu'il fallait être timbré pour être un sorcier normal. Il venait d'arriver, et était confronté à un faux-blond à l'allure déroutante et au ton militaire, à des élèves devenus serpillères et amateurs de plaisanteries de mauvais goût. Toutefois, l'écrivain gardait sa droiture habituelle, portant toujours son sac tandis que son bras livre restait tendu le long de son corps. Droit comme un I, il écoutait avec attention les propos de son nouveau collègue. Il avait l'étrange sensation qu'il ne s'entendrait jamais avec lui. Pourtant, la froideur du personnage aurait pu lui rappeler son propre comportement. Mais il ne s'agissait pas d'une quelconque solitude ou d'un mal-être : c'était simplement du désintérêt. Oh, bien sûr, Leopold méprisait aussi le genre humain mais il avait suffisamment d'éducation pour ne pas le faire savoir.

Ils arrivèrent dans la Grande Salle. Et, étrangement, Leopold ne se sentit pas comme le garçon de dix ans qui avait franchi ces portes mais comme le combattant qui avait vu se détruire devant lui l'école qu'il chérissait, et l'état de la Grande Salle avait été une désolation, ne serait-ce que sur le plan du patrimoine. Leopold fut surpris de voir que les élèves s'activaient pour dresser les tables. Dire que quelques temps auparavant, il suffisait de s'asseoir à la table pour recevoir les meilleurs plats ! Les avertissements de McGonagall prenaient tout leur sens. En moins de cinq minutes, l'écrivain avait compris à quel point la situation méritait toute l'attention possible. Leopold était tellement occupé à penser à tout ce que McGonagall lui avait dit et à analyser les visages qui passaient à ses côtés qu'il n'écoutait que d'une oreille le dénommé Monroe. En fait, il n'avait que faire de son discours sur l'autorité. C'était la première fois qu'on disait à Leopold qu'il ne fallait pas quitter des yeux ceux qui l'entouraient. Ce que Monroe ignorait, c'était que les yeux de Leopold étaient de réels radars et rien ne lui échappait. Pire, il analysait tout ce qu'il voyait et il tâchait de tout comprendre, de tout savoir.

Monroe était ridicule. Il s'agitait dans tous les sens et s'était presque mis à hurler après qu'une pile d'assiettes se soit fracassée sur le sol. Décidemment, la punition était la passion de ce professeur. Lorsqu'il eût fini son cinéma (notons d'ailleurs que l'entrée discrète de Leopold était ratée après ce remus-ménage), il revint vers Leopold qui décida de lui faire savoir à sa manière qu'il savait observer et garder son attention sur ce qui l'entourait. Un détail avait échappé au policier de l'école. Il fallait bien rire un peu.

- Vous devriez faire attention aux éclats de porcelaine, quelqu'un pourrait se blesser.

Leopold se montra plus attentif mais ne changea rien à son attitude. Il avait toujours la même mine figée, ses cheveux ne bougeant pas et sa droiture. Son sac commençait à lui peser, mais il ne s'attendait plus à ce que son compère fasse preuve de politesse. Comme McGonagall l'avait expliqué, Poudlard souffrait d'un manque cruel de main d'oeuvre et de conditions de logement. Sur un point, Monroe avait raison : mis ensemble, les jeunes gens étaient un facteur de débordement. Les jeunes gens sont comme ça, la contagion les menace.

Les deux adultes furent dérangés par deux jeunes filles devant lesquelles Monroe semblait plier totalement. Leopold, lui, ne disait rien, avait plongé son regard dans ceux des jeunes filles, et se désolait de l'attitude du professeur. Mais le pire, c'était la venue d'un autre énergumène. Cette fois, et pour la première fois depuis son arrivée, un élève parlait à Leopold. Mais il aurait préféré que les présentations se fassent autrement. Il ne répondit pas, laissa Monroe beugler et l'élève s'éloigner.

- Ce que nous voyons comme une pénurie et une crise semble être une vraie liberté pour les élèves... A nous de rester sur nos gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Lun 24 Déc - 10:14

    « Oui c'est ce que je vous dis depuis le départ. » répliqua-t-il du tac-o-tac, à son nouveau collègue. Voix abrupte comme toujours, mais neutre, sans impatience. Rien à interpréter. Une constatation pure et simple. Les élèves profitaient de toutes les occasions où les adultes se trouvaient en difficultés, pour se glisser dans les brèches et les enquiquiner. Il n'y avait rien de plus drôle que de mettre leur figure d'autorité mal à l'aise. « Ils n'ont plus le terrain de Quidditch, il est détruit, ça leur enlève une bonne partie de leurs occupations normales, alors ils en trouvent d'autres : nous. Par ailleurs... » Elrik saisit une fiole à sa ceinture, la déboucha d'un coup de pouce et répandit son contenu un peu partout autour d'eux. Concentré de disparition, aussi efficace qu'un evanesco. Les morceaux de porcelaine disparurent. Et la fiole retourna dans son étui de cuir à côté de ses jumelles, à la ceinture de Monroe.

    « Action-réaction. Vous voyez, vous faites. Mais merci pour l'aide. Travail d'équipe. C'est important ! Pas de question, donc ?! Passons à la suite. » Elrik n'était pas du style à s'émouvoir, pourtant il avait senti une légère pointe d'hostilité dans l'attitude de son interlocuteur. Applewhite avait-il vraiment essayé de l'aider ou avait-il cherché à le piéger ? Elrik ne se serait permis de répondre à cette question, car il n'était pas là pour juger cet homme. Juger était mal, Dieu l'en gardait. Le Directeur jaune & ébène était là pour lui expliquer le fonctionnement du job, et tout ce que cela impliquait. Certes il était froid... mais comme avec tout le monde, Elrik demeurait bien sûr un handicapé des relations sociales, il n'en avait pas vraiment conscience hélas ! Ce qu'il savait : c'était rester lui-même, sans faux semblant. Rester à sa place. McGonagall ne lui avait pas demandé de mettre les formes, elle lui avait demandé d'être efficace et précis quant à la réalité de leurs difficultés. Elrik estimait ne pas avoir à faire dans la dentelle pour parvenir à ce résultat. D'autant plus quand il n'avait pas à faire à un enfant. Le soldat n'épargnait pas les enfants, non plus. Cela ne traduisait en aucune façon une animosité quelconque, du moins à son avis. Cette attitude jugée psychorigide par la plupart des gens correspondait, pour Monroe, à une attitude professionnelle et carrée. Il appréciait les choses bien carrées, bien réglées. Et ça n'était pas une bande d'ados attardés qui allait l'en détourner, ni l'air un peu pincé de l'homme face à lui. De toutes les façons, Elrik ne le remarquait pas cet air pincé, et quand bien même ça n'aurait rien changé. La crédibilité d'une alliance n'était pas dans la politesse exacerbée ni une affabilité de façade. Elle était dans les actes. Elrik le savait : qu'importe son opinion - et du reste il n'en avait aucune pour l'heure - désormais cet homme appartenait à son équipe. Il l'aiderait et le défendrait comme tel. Ce dernier devrait se montrer à la hauteur de leur tâche, bien entendu. Cependant, si McGonagall lui faisait confiance alors, c'était déjà une bonne base à laquelle se fier.

    Elrik tourna les talons, sa cape de la Légion magique suivant son mouvement circulaire dans un flottement précis. Ses rangers frappèrent le sol à un rythme régulier. Les portes de la Grande Salle se rouvrirent et hop, ils étaient dehors, dans les couloirs du rez-de-chaussée, direction la salle des professeurs. En chemin, Elrik accompagna son pas militaire de quelques nouveaux conseils, espérant en silence que derrière le nouveau suivait la cadence. Une, deux, une, deux !
    « Vous avez des casiers disponibles dans la salle des professeurs, je vous conseille d'y déposer vos affaires, mais je dois vous prévenir : l'aile du château prévue pour le logement du personnel a disparu, en même temps que le reste. Nous n'avons nulle part, de précis, où nous installer. J'occupe pour ma part la salle commune de mes Poufsouffle. C'est plus pratique pour surveiller mes gars de toute façon. Certains collègues occupent leur salle de classe, l'infirmerie, ou la salle des professeurs. J'espère que vous n'avez rien contre la proximité et la vie en communauté. Enfin, si vous êtes là, c'est que non. Vous pourrez peut-être aménager un coin de la bibliothèque, pour vous. Mais attention, une partie de la bibliothèque a disparu aussi. Alors prudence. Règle numéro deux : ne dormez que d'un œil. »

    Un nouveau grincement de portes ponctua sa tirade. Elrik avait ouvert en grand la Salle des Professeur. Il s'effaça sur le seuil de la pièce, pour laisser pénétrer le nouveau venu à l'intérieur.

    Là se trouvaient installées plusieurs collègues. Septima Vector, Scarlett Skellig – ALERTE – et Djenarra Sheppard levèrent la tête de leurs parchemins en laissant s'évanouir dans le silence de la pièce les mots de leur séance papotage, pour braquer leur attention sur les deux hommes. Les trois pouffèrent de rire en même temps… Elrik se demanda bien pourquoi, ça n’était pas très sérieux de se moquer du bleu ! Mais leur regard à toutes les trois s’étaient surtout portés sur ses boucles blondes, à lui. Septima retrouva vite son sang-froid, Djen dissimula son sourire au prix d’un bel effort, quant à Scarlett elle lui lança de sa voix délicate et chantante : « Ricky ! On dirait un vrai petit ange ! » et elle se gaussa, en se levant pour aller voir le nouveau venu de plus près. Elrik sentit une sueur froide dévaler sa colonne vertébrale. Sa main alla machinalement tripoter ses cheveux. Doux Jésus, il avait oublié ce détail ! bien entendu, on ne pouvait pas lui foutre la paix deux minutes avec ça et faire preuve de discrétion ! Il pria pour qu’elle s’en tienne à cette simple remarque, et se concentre sur autre chose. Le nouveau par exemple. C’était peu charitable mais il serait peut-être heureux, lui, d’être dans la ligne de mire de cette redoutable diablesse !
    Elrik constata l’accélération de son rythme cardiaque à l’approche de Scarlett. Il resta bien collé contre son panneau de bois, à l'entrée de la salle, sans plus bouger. Ne pas remuer devant le prédateur…

    « Qu'avons-nous là ?! De la chair fraiche ! Mais ! Votre tête me dit quelque chose ! N'étions-nous pas à Poudlard au même moment ?! Enh mais ouiii Applewhite ! Serdaigle ! Je suis Scarlett Skellig, - Serpentard- bien sûr, vous devez vous souvenir de moi ! » elle le défiait de le contredire, d’un simple battement de cil. Elrik l’aperçut et en reçut une vibrante décharge électrique. Sainte Marie Mère de Dieu ! il devait être vraiment épuisé pour se laisser intimider de cette façon, très renfermée et discrète… enfin il avait juste l’air encore plus constipé que d’habitude, quoi !

    Scar s'était bien sûr plantée devant Applewhite, en lui présentant sa main, et attendait avec une légère impatience qu'il daigne jouer les gentlemen. Septima et Djen se levèrent à cet instant, un sourire amusé aux lèvres. Elrik vit Djenarra lui adresser un clin d'œil. Il se voulait complice, et signifiait clairement : Oh, tu vas peut-être avoir un peu de répits, avec ce nouveau bonhomme pour l’occuper ! Mais bien sûr, Elrik n'y comprit rien du tout. Il se frotta le nez, croyant sans doute qu'elle le dévisageait parce qu'il avait une tâche ou une poussière sur le museau.

    « Elrik Haziel Monroe, n'allez-vous pas faire les présentations ? » demanda subitement Septima. Elle s'évertuait à le rappeler à l'ordre, comme d'habitude, comme s'il n'était qu'un gamin tout à fait exaspérant à qui l’on devait sans arrêt secouer les puces. Elrik pria en silence pour s'empêcher de la traiter de vieille bique.

    Il s'éclaircit la voix, brusque et prit donc la parole, non sans garder une certaine prudence vis à vis de la « diva ». Celle-ci minaudait tout près...
    « Monsieur Applewhite, voici Miss Septima Vector » qu'il avait dû avoir en prof de toute façon, tant elle était vieille... * Damned ! * Il allait devoir confesser ça.... « Toujours professeur d'Arithmancie. » Elle lui jeta un regard noir. Le "Toujours" ne lui avait pas plus. « Miss Djenarra Sheppard, nous vient de Salem aux Etats-Unis et enseigne l'art des Sortilèges et Enchantements. » Là, c'était dit avec élégance. D'ailleurs, Elrik s'attira un regard surpris de l'intéressée. Un peu plus et elle l'appellerait Cupcake. Même Septima cligna des yeux dans sa direction, comme pour bien s'assurer de l'avoir vu lui, en chair et en os, ouvrir la bouche à cet instant et parler avec autant de… délicatesse ? ou apparenté ! Scarlett attendait, elle, en tapant de la pointe de son pied sur le sol, les mains sur les hanches. « Vous vous êtes présentée toute seule Scarlett, je ne vais pas en rajouter !
    - Rouh qu’il est vilain ! Espèce d’ours ! » elle mima un coup de griffe avec grognement rauque dans sa direction. * Seigneur préservez-moi ! *
    Puis elle rajouta d'une voix de velours, en couvrant le nouveau d'un œil brûlant « J’enseigne la Divination. Je vois tout. L’on ne peut rien me cacher ~ »

    Quelle grotesque mascarade ! Bon, Elrik regarda sa montre. On était en retard sur le planning là ! Et beaucoup trop de sueurs froides lui avaient déjà inondé le dos. Sa chemise collait à sa peau sous son pourpoint de cuir, et il se sentait bête avec ses foutus cheveux blonds…

    « Monsieur Applewhite est notre bibliothécaire, désormais. Si on pouvait le laisser poser ses affaires ça serait pas du luxe mesdames ! Qu’on continue la visite et l’état des lieux ! J’ai une salle commune à aller checker ! Et dans la Grande salle les mômes font la foire et ça n’inquiète personne ! » enchaina aussitôt Elrik. Sa patience (laquelle ?) avait des limites !

    « Elrik, nous ne sommes pas à cinq minutes près !
    - Je dirais ça à mes Poufsouffle la prochaine fois qu’ils iront dans votre cours ! L’heure c’est l’heure ! C’est fait pour être respecté ! Nom d’un Troll !
    - OH ! Et grossier par-dessus le marché ! Vous tenez vraiment à traumatiser ce pauvre homme dès ses premiers pas dans l’équipe avec vos manières d’épouvantard !
    - J’ignorais que respecter des règles c’était grossier !
    - Hey ! Temps mort vous deux ! » intervint Djenarra en haussant les yeux au ciel. « Monsieur Applewhite, d’ailleurs c’est quoi votre p’tit nom ?! On vous laisse vous installer et ensuite continuer la visite. Vous allez rencontrer sans doute toute l’équipe ce soir au dîner ! Il y a encore Aurora Sinistra, en astronomie, Félix Frost en botanique, Ellia en défense contre les forces du mal et bien sûr Esteban et Talullah, pour les runes et le vol ! Ces trois-là sont à la tête de Serpentard, Serdaigle et Gryffondor ! Puis Alexandre qui vient de Beauxbâtons, en soin aux créatures magiques et puis Cléo en histoire de la magie ! Vous verrez, toute l’équipe est super sympa ! C’est comme une famille ! » oui, une famille… avec Septima dans le rôle de la belle-mère et Elrik le fils un peu rebelle. Non mais faire sa crise d’adolescence à trente-sept ans c’était totalement normal….
    De toute façon c’est elle qui l’avait cherché ! En tous cas, Scarlett se marrait bien.
    Charmante, très charmante famille !



_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Mar 25 Déc - 21:25

" Je vois tout "


L'antipathie de Monroe était aussi bénéfique que désagréable. Bien qu'il ne manifestât pas un quelconque encouragement à l'égard de son collègue, il faisait tout de même preuve d'un vrai professionnalisme. Que pouvait-on demander de plus lorsqu'on intégrait une école telle que celle-ci ? Et puis, Leopold n'était pas là pour se faire des amis, bien au contraire, il était venu travailler dans ce qu'il aimait et pour sauver un lieu qu'il chérissait, un des seuls sur terre. Il aurait été mal à l'aise face à un agité et tout à fait choqué devant l'impolitesse incarnée, alors il pouvait s'estimer heureux d'être tombé sur le directeur des Poufsouffle, lequel fournissait de nombreuses informations qui sauraient être utiles au nouveau venu. Qui aurait pu croire que les calamités de la guerre n'auraient trouvé de fins que dans la disparition de nombreux éléments de l'école ? Comme quoi, la fatalité décidait de frapper fort lorsqu'elle avait trouvé sa cible. C'était à ces questions que les professeurs de l'école ne savaient répondre, d'où la nécessité de rester en équipe, comme le signalait habilement Monroe. Et sur ce point, il avait entièrement raison, bien que la perspective de devoir travailler en groupe effrayait Leopold tant il était ignorant de ce genre de pratique.

Leopold se souvenait d'un cours de potion qui avait eu lieu quelques temps après qu'il ait reçu la lettre annonçant la mort de sa grand-mère, en ces jours où l'on trouvait qu'il affichait une bonne mine et une neutralité déroutante pour quelqu'un qui venait de perdre un proche. Il avait été demandé aux élèves de se mettre en groupe de deux afin de réussir une potion dont Leopold n'avait pas tardé à oublier le nom. Une jeune fille blonde aux yeux noisettes avait voulu divertir celui qui était vu comme un asocial, pas méchant certes, mais asocial quand même. Elle n'avait cessé de parler, de rire, de divaguer. Au bout d'une poignée de minutes, la potion avait explosé, la jeune fille avait reçu les restants des ingrédients sur son uniforme, et Leopold s'en était allé à une autre table, seul cette fois. Non seulement il ne pouvait supporter la présence d'autrui tant il méprisait le genre humain, mais il estimait aussi qu'un bon travail était un travail accompli seul. D'une part, ses idées étaient selon lui les plus appropriées, d'autre part il était persuadé que deux individus ne pouvaient s'entendre et qu'un débat avec un être humain aboutissait souvent à une aporie. Il se suffisait à lui-même sur ce plan là et n'avait de respect que pour les véritables détenteurs de savoir, ceux qui s'étaient fait une mission de le transmettre.

Ils arrivèrent bientôt dans la salle des professeurs, seul endroit inconnu que parcourait Leopold en ce jour. Les deux compères avaient marché vite, la cadence du professeur forçant cette allure. Il avait indiqué au nouveau venu que l'aile prévue pour le logement du personnel n'existait plus. De toute évidence, il fallait faire au mieux, avec les moyens du bord. Alors Leopold voulut montrer qu'il ne serait pas un locataire supplémentaire, ce qui n'aurait pas été pour arranger la situation. Monroe espérait que son collègue appréciait la vie en communauté et c'était mal le connaître : pour rien au monde Leopold n'aurait laissé sa solitude, alors il préférerait s'esquiver chez lui une fois sa journée terminée, et aménagerait un coin de la bibliothèque pour les soirées trop longues ou les imprévus.

- J'avais prévu de faire les aller-retours dans un premier temps. Mais je retiens votre idée pour la bibliothèque.

C'était un effort surhumain que venait de faire l'écrivain. Il avait masqué sa gêne, celle de quitter son confort et son luxe et d'accepter une vie en communauté, au milieu d'une foule de personnes jeunes ou moins jeunes. Quelle horreur ! Mais il le fallait.

Dans la salle des professeurs demeuraient trois individus, inconnus aux yeux de Leopold, quoique deux d'entre eux lui semblaient familiers. Une femme s'approcha de Monroe avant de se présenter d'une manière assez brutale, toujours polie néanmoins, et tout à fait cordiale. Leopold lui répondit par un sourire en serrant sa main. Alors qu'il s'apprêtait à se présenter, il fut coupé par l'un des professeurs qui demandait, à juste titre, des présentations. Aussitôt dit, aussitôt fait. L'écrivain imprima le visage des trois individus dans son esprit et tâcha de les analyser de la manière la plus rapide et la moins visible possible. Leopold ne put empêcher un petit rictus lorsque la dénommée Scarlett se vantait de tout déceller. On ne pouvait rien lui cacher ? Voilà qui leur faisait un point commun, mais elle n'était pas censée le savoir.

- Vous devez terrifier vos collègues, dans ce cas.

Ces quelques mots se voulaient comiques. Pour le bibliothécaire, c'était de la pure ironie qui aurait pu s'apparenter à de la provocation. Mais il garda cette pensée pour lui tout seul, se délectant d'être son seul détenteur, aimant se jouer de ses compères. Et si Scarlett Skellig -encore une ?!- arrivait à voir en lui, elle comprendrait qu'elle n'avait pas affaire à un amateur.

Le bibliothécaire ne comprit pas ce qu'il se passait autour de lui. En fait, il était trop occupé à se faire une idée de ses collègues, si bien qu'il fut totalement sourd lorsque les professeurs s'envoyaient des pics. Il venait de tomber, comme souvent, dans une de ses profondes méditations. Ses yeux regardaient le vide, perdus dans un néant qu'on n'aurait su décrire, tandis que son corps ne bougeait pas et que ses bras restaient tendus le long de son corps, son sac toujours tenu dans sa main. Il était en train d'imaginer qui étaient ses collègues, qui avaient-ils été dans une autre vie. D'autre part, il tâchait de ne pas se focaliser sur la poubelle trop remplie qui gisait dans un coin de la pièce. Dure épreuve. Très dure. Leopold ne retint que l'évocation du diner où il rencontrerait tout le monde. Une épreuve en plus. Décidément, la journée aurait été plus qu'éprouvante. Leopold déposa son sac dans le casier qui lui était destiné, ne gardant avec lui qu'une petite saccoche qui contenait le minimum vital : ses papiers, un carnet, une plume, un encrier et un petit nécessaire de nettoyage et de couture. Il venait de sortir du néant dans lequel il avait plongé. Ajustant sa veste de costard et sa cravate, il essaya d'afficher le sourire le plus sincère qui fût. Non sans mal.

- Je suivrai donc celui ou celle qui voudra bien m'accompagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1708


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   Lun 13 Mai - 8:45

Djenarra était une alliée. Elle venait à nouveau de le prouver, en clouant le bec à Vector avec tact et fermeté. Oui cette femme savait faire preuve d'une délicatesse et d'une intelligence, lorsqu'il s'agissait de parler à ses semblables et d'obtenir l'exécution d'un ordre, pour lesquelles Elrik avait une réelle admiration. Pour l'heure, tout ce que l'on pouvait lire sur son visage fermé était le néant émotionnel. Bien sûr. Oh, on y lisait communément la sévérité, une volonté de fer à ce que les règles, toutes sans exception, soient respectées, ainsi qu'une neutralité parfois très frustrante. C'était peut-être pour cela que Septima Vector ne cessait de l'asticoter. Il la frustrait par son état de garde constant. Avoir quelqu'un perpétuellement sur la défensive en face de vous, c'était sans doute agaçant. Tout cela passait hélas au dessus de la tête d'Elrik. L'image qu'il renvoyait à ses collègues, un mystère qu'il n'avait pas l'envie, ni le réflexe de soigner. Pour lui, l'essentiel était de faire son boulot, et au minimum : de donner le maximum pour le faire correctement. Le reste ne le concernait pas. Pas le droit, pas la capacité. Pas à chercher plus loin. Mais Djen, il était vrai, savait le prendre dans le sens du poils pour qu'il ne se braque pas davantage. Peut-être parce que son père était un militaire. Elle avait l'habitude de ce genre de caractère, droit et barricadé derrière des remparts imprenables.

Ainsi pendant qu'il la remerciait en silence, dans son coin, sans que personne ne le remarque (et Le Seigneur en soit loué) Léopold terminait de déposer ses affaires. Septima retournait à ses copies, avec la haute dignité d'une Lady déjà bien aimable d'avoir consacré dix minutes de son temps précieux à ces enfantillages.
Qui accompagnerait donc Léopold Applewhite pour le reste du tour de château et enfin à la bibliothèque ? Oh, Scarlett passait son tour. Elle avait l'air vexé. Elrik le remarqua immédiatement. Cela ne lui fit, étonnamment, pas la même chose que lorsqu'elle pestait parce qu'il la repoussait. Il y avait quelque chose d'inquiétant dans son attitude. Et peut-être qu'au fond. Bien au fond. Elrik était désolé qu'il l'ait vexé. Mais il n'était pas l'heure de s'attarder là-dessus. Comment aurait-il su l’interpréter correctement, de toute façon ?
« Je continue la visite, puisque je l'ai commencé ! Suivez-moi Applewhite. »
Allez hop Soldat ! On continue !

Et Elrik se retourna pour quitter directement la pièce, sa cape de légionnaire lui tombant comme une cascade de fluides carmins sur les talons.

Accompagné de Léopold, donc, Elrik arpenta les couloirs de Poudlard. Il lui expliqua tout de A à Z, du septième au premier étage plutôt. En sautant le troisième et le cinquième bien sûr parce que, d'une manière inexplicable... ces étages demeuraient inaccessibles. Quels que soient les escaliers que l'on empruntait pour s'y rendre, on atterrissait toujours un étage plus haut, plus bas ! Il lui conseilla de toujours rabattre sa cape sur sa tête en passant par les corridors orageux, de se méfier de la brume, passa en revu les coins "à risque" où les mioches aimaient se planquer pour jouer aux explorateurs. Puis enfin, ils arrivèrent à la bibliothèque.

« Elle n'est pas en si mauvais état, mais nous déplorons la perte de toute une aile où se trouvaient rassembler les ouvrages de ... .... ainsi que la réserve de bouquins interdits aux plus jeunes. Tout ça : Fiout ! Disparu ! » expliqua le blond du moment, avec bruitages en exclus !

« Nous nous passions le relai pour surveiller la bibliothèque. Ce ne sera pas du luxe de pouvoir enfin compter sur quelqu'un pour nous relever de cette tâche. » avoua-t-il en passant la porte. « Pour se concentrer sur d'autres ! » Ben oui, pas pour bailler aux corneilles ! « La personne qui monte la garde le mardi est... » Elrik se figea sur le seuil de la porte. « Ellia. » Il frémit, en espérant de tout cœur que le nouveau ne l'ait pas remarqué ! Bon sang. La perspective qu'Ellia le voit avec cette tête de décoloré le mettait tout à coup très mal à l'aise. Mais il n'avait d'autres choix que d'avancer. Comment se dérober à son devoir ? Et surtout avec cette excuse si futile et irrecevable ? Un souci de ... de coquetterie ? Impensable ! Il se fichut une baffe mentale ! Non, non ce n'était pas de la coquetterie. Elrik ne connaissait même pas ce concept ! Non... c'était une question de crédibilité, de professionnalisme. Voilà tout.

« El- Prof Monroe ! M'sieur M'sieur ! » Une voix bien connue le tira de ses pensées paniquées.
« Fisher ?! » Ses yeux se posèrent sur Améthyste, une de ses filles de cinquième années.
« On a un problème ! » A ses côtés, elle soutenait une de ses camarades. Hope Eisenstone se tenait à sa camarade, bras dessus bras dessous. Du rouge encerclait les yeux mystérieux de la serpentard.
« Qu'est-ce qui s'passe ?! » répliqua Elrik d'une voix vive, immédiatement en état d'alerte.
« Miss Trixy Weather a disparu. » murmura Hope en contenant une montée de sanglots.
« Quoi, ton chat a disparu ?
- Miss Trixy n'est pas un chat ! » sembla s'indigner la verte & argent.
« C'est une poupée M'sieur.
- Nous prenions le thé toutes ensembles, nous avons dû nous absenter deux minutes à peine et.... plus rien ! Elle s'était enfuie, je ne sais pas où elle est allée ! Miss Trixy est toute neuve ! Elle va se perdre ou pire encore ! » Hope avait l'air désemparé, elle parlait les yeux plongés dans le vide. Améthyste soutenait toujours sa copine, l'air un peu gêné. Elle jetait de temps à autres des regards curieux à l'inconnu à côté d'Elrik, mais la crise qui l'occupait captait le plus gros de son attention. Elle s'approcha d'ailleurs de son directeur de maison, qu'elle connaissait un petit peu mieux que les autres. En cela peut-être avait-elle plus confiance pour lui chuchoter quelque chose à l'oreille.
« Vous avez quoi ? » éructa Elrik en s'éloignant d'une Améthyste très ennuyée.
« Mais on ne pensait pas que la poupée disparaîtrait !!! Quelqu'un a dû nous la faucher !
- Ou elle a suivi un Ours en peluche. Ce sont des êtres très fourbes !
- Tu... vous allez nous aider, hein ?! Parce qu'on a essayé, des accio ! Mais ça ne fonctionne pas !
- Je n'ai pas le choix jeune fille, ne crois pas que ça va rester impuni pour autant ! Bon, en route !
- Tu vois Hope, je t'avais dit qu'il nous aiderait ! » La serpy semblait un peu soulagée, elle sourit timidement en levant ses grands yeux noirs vers Elrik. Il en ressentit un étrange frisson lui griffer l'échine.
« Vous êtes plein de surprises Monsieur. Mais qu'avez-vous fait à vos cheveux ? Ils étaient bruns quand nous vous avons vu, il y a dix minutes dans la cour extérieur.
- Dans la cour extérieur ?
- Tu l'as vu dans la cour, toi ?
- Oui. Mais vous étiez tout brun ! Quelle drôle d'idée, vous teindre ainsi les cheveux.
- J'étais dans les étages avec M. Applewhite.
- Ah bon. J'aurai juré vous avoir vu... » Elle haussa les épaules. Elrik se coua la tête en chassant la nouvelle caresse glacé qui lui rebroussa le poils. L'on divaguait sur rien, et du boulot les attendait !
Elrik invita Léopold à aller se présenter au bureau de la bibliothèque, après tout il connaissait le chemin, et le pria de l'excuser auprès de Miss O'Brian. Une urgence à régler.
Oui, retrouver une Poupée c'était une urgence.
Surtout quand deux jeunes filles s'étaient amusée à l'ensorcelée avec un sort de furonculus risquant de toucher quelqu'un et de créer du bordel ! Surtout quand cette urgence l'empêchait d'avoir l'air ridicule auprès d'une certaine prof de défense contre les forces du mal. Il serra vigoureusement la main de son nouveau collègue, le remercia, et le salua de manière règlementaire avant de s'en aller, escorté des deux jeunes sorcière.


Désolée pour ce retard absolument ouffissime, ça s'est mal goupillé mais je sais que c'est abusé mille excuse x)))
néanmoins c'était un cool rp, vrai de vrai ! x) alors merci à toi Canard

clos ~

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] Suivez le Guide ! [Elrik, Léopold & Co] 12/10/99 - 18h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide
» [Guide]Du métier d'avocat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: Rez-de Chaussée :: Hall d'Entrée-