Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 En Route avec Edgar [1er Septembre ; 11h etc...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: En Route avec Edgar [1er Septembre ; 11h etc...]   Mar 28 Fév - 11:15

    « A ce Soir, Lambertson ! » lança Dunstan d’un ton ravi à la jeune fille qui partait de leur compartiment, tout en caressant du regard sa silhouette. Il songea à leur merveilleuse salle commune, ses recoins sombres, ses fauteuils, ses alcôves, ses tables, ses chaises… ouaaaaais ! Sa passion pour la déco n’est pas un secret !

    Et le calme reprit ses droits dans ce bout du train. Dunstan était du genre remuant comme môme, comme jeune homme pardon, mais son estomac jouant un concert de gargouillis tonitruant, il se trouvait vidé de ses forces ! Aussi demeura-t-il tranquille, à échanger quelques mots simples avec les filles Royston, le temps que le chariot de friandises arrive. Une très légère agitation raviva alors l’ambiance. Sa main plongea dans la poche de son pantalon. Zut ! Vide ! Argh, la loose ! Il était fauché c’est vrai. Il avait dépensé ses derniers gallions d’argent de poche quelques jours plutôt avec son bro Graham Pritchard pour s’acheter divers nouveaux accessoires de quidditch et des bouteilles de vodka frappée de Troll, soigneusement planquées dans leurs valises. Comment faire ?! Ah !!! Malone ! Elle avait reçu son argent de poche elle aussi ! Eclair de géni ! Se félicitant de sa débrouillardise hors du commun, Dunstan s’apprêta à se lever avec la ferme intention d’aller racketter demander gentiment de l’argent à son innocente petite sœur ! Cependant, le Destin vint à la rescousse de Malone Pryde, sous les traits d’Abygail Royston, les bras chargés de friandises. Un grand sourire illumina le visage de notre charmant serpent.

    « Oh oui ! Aby ! Petit trésor, ça c’est cool ! Envoie une chocogrenouille Princesse ! » Voyez qu’il sait être gentil…
    Là-dessus, il saisit au vol une des friandises que lui lança la demoiselle gryffondor et la goba aussi sec ! Les chocogrenouilles n’ont aucune chance contre Pryde ! Trois ou quatre chocogrenouilles subirent le même sort, et divers autres bonbons, tandis qu’Ama et Aby papotaient. Leur échange passa loin au-dessus du serpentard trop occupé à se goinfrer pour activer son cerveau. Le Manchon Rose qui dansait avec Abygail, Ama qui revenait s’assoir près de lui, les bras croisés et l’air bougon ? Na, capte pas ! Ce qui n’empêcha pas le sixième année d’adresser un sourire amusé à la jeune Serdaigle et de lui proposer une patacitrouille avant d’embrayer la conversation sur autre chose. Oui parce qu’avec les jumelles Royston, Dunstan savait très bien parler de manière civilisée…
    « Dis voir, toi et la furie à la Casquette bleue vous êtes dans la même maison ! » Bravo Dunstan, quel esprit d’analyse poussé. « Si elle se la raconte trop et te gonfle avec son insigne qui pique les yeux, tu viens me voir, d’accord ?! J’en ferai mon affaire. » Mais qu’est-ce qu’il est galant *.*
    Son petit cerveau galopant passant aussitôt à un autre sujet, il fouina dans sa poche arrière et en tira ce qui ressemblait à un parchemin un peu froissé et s’adressant toujours à Amaryllis, il continua, grand sourire malin fendant son visage. « Regarde ! J’vais te montrer à quoi ça ressemble un vrai bestiau ! Un animal qui a la classe, de lui t’aurait raison d’avoir peur ! Mais moi, jeune fille, comme ça... » Et il fit claquer ses doigts pour appuyer son argument. « Comme ça … je l’ai dompté ! C’est autre chose qu’une crotte rose, c’est mon Abraxan ! C’est Bucéphale, regarde ! Je te le montre à toi. T’as vu… » Il lui colla la photo sous le nez. « Un jour il battra Androma à la course, ça va faire mal ! » Avant qu’il ne puisse inclure Abygail dans la conversation ou expliquer qui était Androma, le train connut un petit bug de parcourt.
    « Hein ?! » Le noir. « Hey ! » Les tremblements. « Nom d’une tentacule ! » On lui sert le bras ?! « Huuum. » Lumière à nouveau. Dunstan plissa le nez, cligna les yeux et secoua la tête et la tourna vers Amaryllis qui lui tenait le bras. Aha ! Fillette ! Mais c’était mignon – oui Dunstan sait se laisser attendrir ! En même temps, il la comprenait, en cas de crainte mieux valait s’accrocher à quelque chose de solide.
    [i]* Bibi est très solide !*[i/]
    Il lui décocha un clin d’œil malicieux agrémenté d’un « Bonjour vous ! » débile mais ça le faisait rire. De toute façon, elle l’avait relâché bien vite. Nouveau clin d’œil. Il n’ajouta rien de plus, non pas parce qu’il savait que cela la mettait mal à l’aise, pour cela il aurait fallu qu’il soit moins boulet, mais parce que notre jeune homme avait capté les regards furibonds de la rouge Royston à l’encontre de sa sœur. Waaah elles étaient toutes les deux trop marrantes et mignonnes. Et folles de lui. Enfin comme toutes filles normalement constituées. Mais comme elles étaient des amies spéciales du milieu mondain de sa maman, elles avaient droit à son respect ! C’est pourquoi Dunstan attrapa Aby par le poignet pour l’attirer dans un élan un peu brusque mais non moins habile jusqu’à lui et la faire assoir sur ses genoux. « T’inquiète pas ma Poupée, y en a pour tout le monde ! » Oh par Merlin comme c’était vrai ! N’as-tu jamais honte Pryde ? Bah non pourquoi ?! Puis d’abord, il rigolait… dis donc un peu de tenue ! Tenue ? Quel est ce mot ?!
    Quoiqu’il en soit, il libera la jeune Miss Royston et se leva pour ramasser les affaires tombées au sol. La question d’Amaryllis lui vint alors au cerveau. Méninges qui acheminent les infos en désordre bonjour ! (non joueuse c’est toi qui ne sais pas t’organiser) (Chut !)
    « Bah je sais pas ce qui s’est passé… » Tout ça pour ça ! Dunstan haussa les épaules. « On s’en fiche le train il roule toujours c’est le principal. » Là-dessus, le voyage continua.
    Dunstan se planqua derrière Amaryllis en apercevant la silhouette de Flora Banks traîner dans le coin et enfin quand la préfète fut hors de vue, il se rassit et sagement commença à pioncer !

    Il n’eut même pas le temps de se mettre à ronfler qu’il fut réveillé en sursaut par une voix hystérique. Instantanément, celle-ci lui arracha un sourire malicieux. Il ouvrit un œil, juste à temps pour voir le tissu lui atterrir dessus. Il l’attrapa au vol. Reflexe ! Puis se redressa, frotta son visage, ses petits n’yeux et s’étira avant de daigner faire mine de prêter attention aux paroles de sa cousine.

    « Tiens, Lee, mon Adorée, j’rêvais de toi. » Il lui tira la langue, parce que ça lui donnait un air tellement intelligent et aussi le temps que toutes les infos montent au cerveau, comme d’habitude. Il se leva et examina l’habit que Llewelyn lui avait balancé, puis haussa le regard vers sa cousine, puis les jumelles. Il s’indigna un quart de seconde. « Dis donc. T’es jalouse ?! J’étais sage j’te ferai dire. Et puis c’est ma cape ça ! Pourquoi c'est toi qui as ma cape?! » Dunstan ou l'art de suivre ! « Okay ! Ouais c’est bon deux secondes, je vais regarder dans ma valise. Si tu veux bien pousser ton divin postérieur. » Il était arrivé à sa hauteur, l’avait attrapée par la taille et invitée à se décaler sur le côté, non sans attarder sa main sur le dit-postérieur. Juste quand il récupérait sa valise pour farfouiner dedans, deux nouvelles personnes entrèrent.

    « Oh mon Cousin ! » Il descendit de son perchoir, cape en main et se posta près de Galaad pour lui coller une bonne tape franche et fraternelle dans le dos. « J’suis content de te voir mon Cousin ! T’étais passé où pendant tout ce temps ?! J’ai vu les gryffondor, bande de grosses taffioles, ils ont déjà commencé à manquer de respect mais ça va pas s’passer comme ça mon vieux ! Tiens, toi aussi t’as un manchon ?! Il est violet le tiens ! Petite canaille ! Oh t’es pas tout seul ! Hey Lee, tu vois, y a pas que moi qui les prends au berceau ! Salut Liedequierck ! Encore avec ton truc sur les oreilles ?! C’est pas sexy ! C’est pas comme ça que tu vas serrer les mecs faudra que je t’apprenne un jour ! »

    Et un jour on apprendra à Dunstan qu’avec ce lecteur de musique sur les oreilles, Elyon ne l’entendait pas. Détail qui bien entendu lui passait au-dessus.

    Il se tourna vers sa tendre et adorable cousine Llewelyn la bouseuse selon Galy (ouuh ca allait faire bobo ca! Mais c'etait un jeu Dunstan le savait) bref Lee, soleil de sa vie – fin c’était surtout la Lune qui l’intéressait dans son cas, parce que Dunstan est romantique, vous le savez – et lui présenta le bon vêtement. Normalement.
    Sauf qu’il était tout petit…..

    « Bordel de gobelin mou ! Qu’on étripe ces elfes ! C’est la cape de Malone ça…. Foutue morveuse ! » Ben dis donc, elles avaient été bien faites les valises, chez les Skellig/Pryde…

    Et le voyage fila ainsi, Dunstan racontant à son cousin-bro, Ama, Aby, Elyon ses passionnantes vacances, pas en détail parce qu’il y avait des jeunes oreilles dans le coin, enfin surtout parce que Llewelyn lui aurait collé une droite s’il avait trop bavassé...
    Il fallut bien sûr retrouver Malone et sa valise dans laquelle se trouvait le vêtement de Lee… mais en dehors de cela : tout roula enfin ! Pour Pryde en tout cas!


_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Llewelyn M. Skellig
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 276


Feuille de personnage
Gallions: 198
Points de Magie: 160

MessageSujet: Re: En Route avec Edgar [1er Septembre ; 11h etc...]   Mar 28 Fév - 13:54



    « Pouah, il t’en a fallu du temps pour mettre en marche ta petite cervelle, ‘fin en partant du principe que tu en aie une, hain. »

    Lee commençait à en douter sincèrement. Elle se demandait même s’il avait réellement du sang Skellig dans les veines, le Pryde. Son jeune cousinou était venu au monde en pleine période de guerre et peu de personnes savaient ce qui se passait vraiment en temps troubles. Tout restait possible. Heureusement que le Créateur, ou comme il vous plairait de l’appeler, avait le sens de la justice et le jeune Serpentard était bien efficace dans d’autres domaines plus … physiques. Et Llewelyn parlait en connaissance de cause, parole de Kraken. Entre temps, même avec un quotient intellectuel très, mais très faible inférieur à la moyenne, il lui resterait toujours utile. Et Lee comptait bien en profiter de ces petits points forts. Il restait très marrant dans son genre, il ne fallait pas croire.

    « Oh Dunstinou, tu es bien sur que tu as su garder ton pantalon sur toi, cette fois-ci ? Tcha, tati Lee est fière de toi … Ooooh, non mais je rêve ? Calme tes hormones et enlève tes mains de ma propriété. »
    Ce qu’il pouvait être drôle quand il s’y mettait. Jusqu’à preuve du contraire, son postérieur lui appartenait à elle et à personne d’autres. Et monsieur, pénard, venez et le tripoter mine de rien. Elle devrait le remettre à sa place, le Serpentard, il commençait à prendre trop d’aise le petit.

    C’est à ce moment-ci que Wetchester daigna de nous faire honneur de sa présence. Ce dernier n’hésita pas une seule seconde à la traiter, une fois de plus, de ‘bouseuse’. Il ne devait pas tenir énormément à sa vie. Llewelyn, en ce moment même, avait des pulsions meurtrières. Mais la jeune Skellig n’avait pas la moindre envie de passer le restant de ses jours à Azkaban. Elle avait un brillant avenir devant elle et ne le mettrait pas en péril pour un jeune arrogant, qui de surcroît, se trouvait être de sa famille. Oui bon, elle aussi était arrogante, mais elle, au moins, elle avait de quoi l’être, avouez-le. Elle lui envoya alors un simple petit coup de poing sur le bras, tout en lui répliquant :

    « Oh Galy la galère, ta langue s’est bien déliée cet été. Tu t’es entraîné devant la glace toute l’année passée ou quoi ? Tu sais, tu pourrais nous faire part de tes secrets. Je voudrais apprendre à Androma à jouir de l’art de la parole aussi. Non, je suis bien loin de te comparer à mon abraxan. De toute façon, il n’y a pas lieu à aucune comparaison, tu ne lui arrives même pas à la cheville. Enfin au sabot. » Et sans vraiment attendre sa réplique, elle embrouilla ses cheveux de sa main droite, chose qui l’horripilait, et cela Lee le savait bien. « Brave bête, je suis tout aussi fière de toi. » Elle, méchante ? N’importe nawak. Elle ne faisait que lui rendre la monnaie de sa pièce.

    Llewelyn prêta enfin attention à son cousin qui lui tendait un habit tout petit riquiqui. Ah, mais c’était la cape de … Malone, son petit bout de chou de cousine. Qu’avait-elle bien pu faire au grand dieu, pour hériter d’un frère tel que Dunstan Pryde. Pouah, la poisse qu’elle avait la pauvre petite. Donc, par conclusion, oui oui Lee était une bête des conclusions, c’était Malone qui avait sa cape à elle. Elle devait la trouver la petite avant que le train n’arrête son trajet, ce qu’il n’allait pas tarder à faire.

    En attendant, Dunstan s’était lancé dans un récit complet de leurs vacances sur leur petit « caillou », comme se plaisait à le dire Galy. Llewelyn lui lança un regard noir signifiant clairement : « Un seul mot de ce que je-sais-que-tu-sais, et je t’arrache poil par poil, en commençant par l’entrejambe ». Qu’elle était gracieuse, la jeune Lee !

    Le temps se faisait de plus en plus pressant, elle décida alors d’aller à la recherche de Malone et de sa cape. Non sans chuchoter à l’oreille de Galaad :
    « Dis Galy, surveille la mâchoire du Pryde, si tu penses qu’il dit quoi que ce soit de compromettant, je te donne la permission de la lui casser. »
    Elle se recula, toisa le jeune vert et argent, et se rapprocha de son oreille à nouveau : « En fait … non, ne lui casses rien, tu ne feras jamais le poids. Contente-toi de le lui lancer un jambesencotons. C’est dans tes compétences ça au moins, non ?! Je m'occuperais du reste. »

    Et après avoir lancé un clin d’œil à Wetchester, elle quitta le wagon.
    « Je paaaars à l’aventure, souhaitez-moi bonne chance les zouzous. »

BILAN :
Lee quitte le compartiment à la recherche de Malone pour retrouver sa robe de sorcière et lui remettre la sienne. En attendant, Dunstan, Gallad et les deux jeunes jumelles restent à l’intérieur du wagon à se raconter des anecdotes sur leurs vacances. Et Elyon, passive, avec son casque de musique sur la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1710


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: En Route avec Edgar [1er Septembre ; 11h etc...]   Mar 28 Fév - 22:44

    On approchait de Poudlard. 19 Heures passées… oui, Elrik savait bien que l’arrivée était proche.

    Après avoir déniché les deux chauves-souris pétrifiées sous les vêtements du compartiment de tête, s’en être débarrassé et s’être assuré que tous les gamins de ce coin-là étaient plus ou moins remis de leurs émotions, il s’était remis à arpenter le reste du train, encore et encore.

    Tout le monde rassemblait ses affaires, se mettait en uniformes. Bref si le début du voyage avait été agité et chaotique, la fin promettait de se dérouler calmement.
    Oui, Elrik y aurait presque cru, s’il avait été un naïf gentil mignon sorcier. Mais il n’en était rien, le soldat restait sur le qui-vive. A raison !
    Le train n’était pas encore arrivé, mais ça n’allait pas tarder. Et pourtant la vitesse de la locomotive ne diminuait pas. Il faisait un froid de canard dans ces wagons. Ça n’était pas normal.
    Tous les gamins qu’Elrik croisait à traîner dans les couloirs, il veilla à les fourrer dans un compartiment. N’importe lequel. Les secousses qui depuis le milieu de l’après-midi avaient cessé revinrent tout à coup chatouiller le Poudlard Express. Beaucoup plus forte cette fois-ci.

    Tout cela n’était vraiment pas normal. Essayant de tenir sur ses jambes, Elrik se dirigea à la fenêtre du couloir. C’était beaucoup plus dur à présent de garder son équilibre, le train secouait ses occupants vraiment fortement et ce chaos dura sur une longue distance, beaucoup plus longue qu’auparavant. Quelques élèves s’étaient mis à crier. Dehors, du brouillard et rien que du brouillard. Elrik n’eut pas vraiment le temps de se poser d’autres questions. Une gamine se retrouva à nouveau projetée contre ses jambes. Il n’y avait rien à faire, ils étaient coincés dans ce train qui les malmenait comme de l'alcool dans un shaker. Elrik s’efforça de ramasser chaque élève déséquilibré qu’il trouva sur son chemin, de fermer toutes les fenêtres ouvertes qu’il croisait et se remonter jusqu’à la tête de la locomotive, voir ce qu’il se passait, par tous les saints, parce que ça commençait à franchement l’inquiéter.

    Mais le temps qu’il arrive à destination. Le train s’était immobilisé. Un coup d’œil dehors ? Pré-au-Lard. Il aurait volontiers juré… Mais encore une fois le soldat n’eut pas le temps de se préoccuper du pourquoi du comment. Il se dépêcha de sortir, d’examiner le quai… ras. RAS !
    RAS ?! Après un voyage aussi terrible ?! Rah ! C’était à n’y rien comprendre. Allons, aucune raison de céder à la panique. Rester attentif, oui. Mais paniquer non ! C’était peut être juste un hasard d’intempéries !

    Il remonta dans le train aussi sec. Il était convenu avec Ellia que lui viderait le train tandis qu’elle amènerait les mômes à destination : les grands vers les calèches et les petits au lac, pour embarquer direction Poudlard ! L’air était aussi froid et humide dehors que dedans, et le brouillard enveloppait toujours pré-au-lard. Ce n’était pas une raison pour ne pas suivre la marche à suivre habituelle. Allons !

    Elrik passa dans chaque compartiment, chaque recoin du train à nouveau et invita (ou plutôt pressa d’un ton brusque) tout le monde à vider les lieux, et que ça saute ! Direction le quai de Pré-au-Lard, puis Poudlard. Le banquet attendait tout le monde.

    Terminus, tout le monde descend !

    ***

    HJ : Vous voilà maintenant arrivés à Pré-au-Lard ! Poudlard n’est plus qu’à quelques mètres de vous… encore un peu de patience, le temps de faire le chemin jusqu’au château ~ Retrouvez la Directrice des Serpentard, Miss O’Brian, pour achever ce périple... d'ici quelques minutes !

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Route avec Edgar [1er Septembre ; 11h etc...]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En Route avec Edgar [1er Septembre ; 11h etc...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Xia] Route rocailleuse
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Hogsmeade :: La Gare-