Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   Ven 24 Fév - 19:20

Oh misère. Oh misère de misère de misère. Pourquoi, bon sang pourquoi étaient-ils obligés de se comporter comme ça? Brûler... Brûler... Non, vraiment. Ils tenaient à ce point à ce qu'elle pète un plomb ? La violence, ok. Mais la violence inégale, non. Elle s'était figée en entendant la proposition du griffon, et sa tension avait lentement augmenté au fil des répliques des autres. Le feu, non... Pas comme ça, pas ça ! Elle regardait Galaad, au comble de l'horreur, le coeur au bord des lèvres et les larmes au bord des yeux. Heureusement, il s'enfuit (d'une manière pas très héroïque, certes, mais bon). Elle s'était trouvée soulagée à un point qu'elle n'aurait pas imaginé. Elle avait enfin osé relever les yeux du sol, quand le train traversa un tunnel. Le noir, les bruits étranges, tout ça, c'était beaucoup trop pour elle.

Elle se leva brusquement et partit précipitament du compartiment. Dans le couloir, elle s'afaissa dans un coin, incapable de bouger un muscle. Cette année commençait mal. Très mal. Effrayée, repliée sur elle-même, elle n'avait qu'une envie. Courir dans les bras de son frère. Juste ça. Entendre sa voix qui la rassurerait, sentir ses bras protecteurs autour d'elle... Ou alors, Galaad. Pour une raison totalement incompréhensible, elle le trouvait sympathique et rassurant. Peut-être sa façon de se comporter avec sa soeur. Toujours est-il que là, ratatinée contre un mur, n'importe qui la trouvant pourrait deviner qu'elle était morte de trouille. (Mais non choupie, t'es parano) Elle se releva alors, très digne, et arpenta le couloir dans l'espoir de trouver le serpentard pour pouvoir se jeter dans ses bras. Avant de se souvenir que le serpetard en question trouverait ça, au mieux, extrêmement déplacé, au pire, super flippant. Bon sang... Vers qui pourrait-elle se tourner ?

C'était ça, le problème, quand on n'avait pas d'amis sincères. C'était peut-être très pratique (pas de disputes, pas d'implications personnelles...) mais il arrivait que ça manque de commodité. Là, en l'occurence, elle aurait tout donné pour pouvoir se blottir contre quelqu'un sans le traumatiser cmplètement. Orion était bien sympatique, mais non seulement il ne comprendrait pas mais en plus il était dans un compartiment rempli de gens. Dunstan... C'était hors de question, elle préférait ne même pas imaginer sa réaction, Alan, non, oh misère... Qui restait-il dans les garçons plus âgés qu'elle ? Maître Sencha, elle aurait pu, mais il ne voyageait pas avec eux. La tripotée de griffondor,, certrainement pas. Ils ne lui inspiraient pas confiance (surtout après la scène dont elle avait été témoin). C'est ainsi, en retournant le problème dans tous les sens, qu'elle trébucha sur une valise qui avait glissé d'un compartiment (mal fermé, sûrement) et s'étala par terre. Et allez, quoi encore ? Assez !

Elle s'assit à un bout du couloir pour ne gêner personne, sortit son lecteur CD de sa sacoche, enfila les écouteurs et l'alluma. Un bon vieux CD de Helloween. Elle monta le son et s'installa dans une position plus confortable, espérant se calmer avant que quelqu'un n'arrive (huistoire de ne pas fondre en larmes au premier mot qu'on lui adresserait).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ethan C. McAllister
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 496


Feuille de personnage
Gallions: 90
Points de Magie: 29

MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 26 Fév - 22:47

    Bah pourquoi est-ce qu’il s’en va l’autre ? Quelle chochotte, pour des petites menaces de rien du tout. Bon fallait avouer que Léandre était un poil sadique sur ce coup, ça foutait un peu les miquettes ! Bwaah et Alan qui s’y mettait aussi. C’est qu’il était vachement sexy avec ce petit rictus, graou. Hein, quoi ? Hem oui euh bon. Le silence plana un moment dans le compartiment, avec un mélange de déception et de colère envers le vert et argent qui venait de détaler comme un lapin. De toute façon, Ethan aurait l’occasion de lui tomber sur le coin de la tronche au Westchester pour un petit duel en bonne et due forme. Héhé, il avait presque hâte d’y être. Mais pour le moment, la tension retombait peu à peu et l’aiglon redevint fidèle à lui-même, balbutiant et tellement choup… Mais le brun ne put continuer sa contemplation car tout le train fut subitement plongé dans le noir. Qui a éteint la lumièèèèère ? Bwaaah, Ethan n’aimait pas ça, c’était pas normal, jamais le train ne passait par un tunnel de tout le voyage. On entendait des exclamations aux alentours, des bruits de bagages qui tombaient sur le sol. Supaiiir, paye ton apocalypse ! Manquerait plus qu’ils arrivent tous à Narnia et ils v’là t’y pas qu’ils seraient vernis ! Rhalalalalala, le brun n’aimait vraiment pas ça ! Un geignement de douleur se fit entendre à côté de lui et une violente secousse projeta le lion sur une personne non identifiée et s’accrocha à elle par réflexe. Pitié, faites que ce ne soit pas Tortensia, sinon il allait se la coltiner pendant au moins un mois ! Le wagon bringuebala encore pendant quelques instants, un drôle de bruit de ferraille se fit entendre. Bwaaaah, ils allaient tous mûriiir ! Et puis la lumière revint presque aussi vite qu’elle avait disparu. Ah tiens, salut Alan et euuh pourquoi est-ce que ma main est sur ton postérieur ? Le rouge et or regarda l’aiglon d’un air perplexe, sans bouger pour autant. Ethan tilta lorsqu’Elyon se leva et qui brusquement le compartiment sans rien dire. Le brun se recula, balbutia un truc incompréhensible et finit par se prendre les pieds dans une valise qui était tombé et s’affala par terre, les fesses en premier. Les joues rouges, il tourna la tête dans tous les sens en espérant que personne n’avait rien vu. C’était un accident, oui voilà, pas la peine d’épiloguer (si tu savais mon pauvre enfant o/). Se relevant d’un coup, Ethan épousseta ses vêtements avec un petit raclement de gorge, évitant comme il faut de poser les yeux sur Alan. Son regard tomba sur Joren.

    - Sways, t’as un espèce de torchon avec des petits cœurs sur la tête.
    - F’est ma culotte ! Rhaaaa et Joren l’a toufé ! Kyaaa.


    Ethan regarda la Serdaigle hystérique récupérer son sous vêtement qui s’était échappé de sa valise mal fermée et le serrer contre elle avec des yeux ronds. Et puis en bon pote, il éclata de rire, s’étalant à moitié sur Léandre tellement il se bidonnait. Il donna un coup de coude dans les côtés de son meilleur ami et pointa Joren du doigt, incapable de s’arrêter de se foutre de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 0:08

    Tout avait été tellement vite … trop vite, à vrai dire. La valise, sa tête qui l'élançait douloureusement, le noir soudain … Non, l'aiglon n'avait pas percuté lorsque quelqu'un (mais qui, ça alors !) s'était agrippé fortement à lui. Pour être tout à fait honnête, Alan ne compris même pas que quelque chose était tranquillement posé sur ses fesses. Son pied écrabouillé sous une valise, sa tête qui n'allait franchement plus très bien entre ses deux mains, le bleu et bronze n'était plus vraiment en état de réfléchir. Incapable de comprendre ce qu'il venait de se passer, il lui fallu attendre que la lumière revienne pour éclaircir un petit peu la situation.

    Les valises jonchaient le sol et l'une d'entre elle, surement celle d'Hortensia, au vu des vêtements féminins qu'elle contenait, s'était ouverte. Joren se retrouvait d'ailleurs affublé d'un, euh … supeeerbe couvre chef qui ressemblait étrangement à une petite culotte à cœurs. Trop à l'ouest pour comprendre quoi que se soit, Alan baissa les yeux vers le sol. « J'ai du prendre un sacré coup avec ce, euh, truc qui m'est tombé sur la têt... euuuuuh … c'est quoi, ce truc posé sur mes fesses ? Et d'abord … pourquoi y'a un truc sur mes fesses ? » Tout à fait le genre de questions que n'avait pas du tout l'habitude de se poser le pauvre petit aiglon qui s'empourpra d'un seul coup – et pas qu'un peu. Vite vite, il tourna la tête afin de voir ce qui lui touch... et euuuh … pourquoi croisait-il le regard … étrange et peut être un petit peu gêné d'Ethan ? Perdu, perplexe, incapable de savoir quoi dire, Alan se contenta de rester là à attendre que … à attendre. Enfin, il se contenta de rester là, quoi, bouche bée, fixant son camarade pas très discrètement. Et … il faisait chaud, d'un coup, non ? Peut être était-ce lui qui rêvait … Ou pas. Alan étouffait. Il lui fallait de l'eau. De l'air. Du vide. Euh … Ah oui, un nouveau cerveau, ou quelque chose qui lui permettrai de réfléchir à peu près calmement à ce qu'il venait de se passer. A ce que … non non non. Il ne s'était rien passé, strictement rien ! C'était … c'était un accident, voilà tout ! Oui oui, Ethan avait paniqué, il, euh … il avait voulu attraper euh … son sac, oui, voilà et sa main s'était euh … trompée de chemin. Oui oui. Toutafé. En tout cas, le silence lui semblait un petit peu trop présent – et pesant – tout à coup. Et il avait bien envie de disparaître sous terre, enfin, sous train, pour être plus précis, parce que même si fixer Ethan droit dans les yeux avec le cerveau installé sur le mode « stop » avait quelque chose de très agréable, c'était aussi – et surtout – parfaitement déstabilisant.

    - Euuuuuh …. marmonna Alan, plus rouge que rouge (bientôt, je serai à court de mots, ça commence mal è_é) et parfaitement inaudible.

    De son côté, Ethan recula, baragouina également un, euh, truc sans queue ni tête et fini par se prendre les pieds dans une malle avant de s'effondrer sur le sol, l'air légèrement … pommé. Ah tien, lui aussi ? Bon bon. Alan se sentait moins seul, alors. Enfin … Un peu. Un tout tout petit peu. Pas beaucoup, d'accord. Complètement à côté de la plaque, l'aiglon se laissa tomber sur un siège au moment précis où Ethan se relevait d'un coup en évitant soigneusement son regard. Curieusement, Alan, lui, ne pu s'empêcher de poser son regard sur son visage alors qu'Ethan se mettait à rire. Ses yeux noirs, ses traits fins, son visage souriant … bwaaaaaaaaaaah, il était bôooo, il étai... Gnuu ? Hein ? Quoi ? Noooon ! Non non non, ce n'était pas ça, ce … Mais Tortensia, qui venait de se laisser tomber sur le siège, juste à côté de lui, le coupa dans ses réflexions esthétiques.

    - T'as fuuuu, t'as fuuuuu, Alan ?!?????!!! Zoreeeeeeen ilatouché ma fulooooote!

    … les filles étaient débiles, quand même. … Oui mon cœur, les mecs, c'est nettement mieux, pas vrai ? * ZBAF *

    - J'm'en fou, Tortensia. marmonna Alan, fixant sans vraiment le voir Ethan.



    Alan, mon chou ?


    - Ah ouais, euh … Hortensia, pardon. 'fin … bref.

    Une clope. Il lui fallait une clope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 17:43

    La suite du voyage suit tranquillement son cours. Vers 16h, les secousses du train semblent enfin se calmer, mais un courant d'air d'un froid mordant a décidé de venir chatouiller l'échine des jeunes sorciers. Est-ce le signe qu'il ne faudra pas tarder à se parer de son uniforme réglementaire et de sa cape ?!
    Peut être !

    Le temps file doucement, mais sûrement.

    HJ : Cet Event d'introduction s'achève demain IRL dans la journée. D'ici là veillez à prendre en considération dans vos RP que le temps passe et bientôt il faudra conclure ! Laissez vous guider ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Joren C. Sways
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 469


Feuille de personnage
Gallions: 271
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 22:15

Est-ce que Galaad aurait vraiment fini brûlé vif si sa joueuse n’était pas si gentille s’il n’était pas si froussard ? Hum, oui probablement. Joren était à peu capable de tout quand il n’était pas cadré, alors encouragé par ses deux potes, c’était pire. A croire qu’ils n’avaient aucune conscience…quoi ? Oui Jo avait besoin d’être sans arrêt ramené à la raison, que ce soit par les profs, sa mère, son frère (quoique celui-là, y’avait pas grand-chose qui l’effrayait…) ou même Orion. Niéhéhé, pour une fois que Rion partait en laissant Joren libre de faire ce qu’il voulait, pffff, pas drôle Westy. Bon bon bon, tant pis, il fallait se résoudre à attendre les cours de potion !
En attendant, le gryffon faisait comme tous les autres : il regardait le Serpentard disparaitre, s’attendant presque à le voir revenir se faire frapper, en bon masochiste qu’il était (conviction intime quand tu nous tiens). Mais le train passa soudain sous un tunnel qui n’aurait pas dû se trouver là. Bouh, ça faisait peur What a Face

« YOUHOUUUU ! TRAIN FANTOME o/ »

Oui, il n’y avait qu’un débile pour se réjouir dans un moment pareil…désespérant. Une secousse plus violente que les autres mélangea un peu les sardines qui s’entassaient dans le compartiment. Joren vit passer la petite Elyon devant lui et n’eut que le temps de pousser un cri très viril lorsqu’elle lui écrasa le pied. Des bruits métalliques, bientôt suivis de bruits de chaos complet semblèrent annoncer l’apocalypse. Est-ce que Joren irait en Enfer s’il venait à mourir maintenant ? Oui, certainement. Bof, l’Enfer, c’est plein de feu o/ et puis il y retrouverait sa mère et son frère un jour alors bon…plongé dans ses réflexions de fin de vie, Joren ne tilta pas tout de suite que le contenu d’une valise lui pleuvait doucement dessus. La lumière réapparut tout de même. Mais il ne voyait rien bizarrement…

« Qui a éteint la lumière ? »

Les rires gras de Léandre et Ethan lui vrillèrent les tympans. Il attrapa le fameux "torchon", retrouvant plus ou moins la vue, et l’examina du bout des doigts avant que Tortensia ne lui arrache sauvagement des mains. Le lion ne put même pas répliquer aux sarcasmes de ses potes. Il venait de toucher une culotte. Merlin, une culotte avec des cœurs. Une culotte de fille. Même celles de sa mère, c'était un sujet tabou! Noooooooon, ça piquait les yeux x.x Encéphalogramme zéro. Nous avons perdu le patient docteur. Le « pourquoi y’a un truc sur mes fesses » d’Alan ramena Joren d’entre les morts en une fraction de seconde et il ne put s’empêcher de lever la main droite en jurant que ce n’était pas lui. Et pour une fois c’était vrai è.é quoiqu’il aurait nettement préféré ça que de se retrouver avec le parachute de Tortensia sur la tronche. En tout bien....hum...tout honneur, bien sûr. Alan, c'est chasse gardée, on ne touche pas. Même si les principaux intéressés étaient des gros handicapés de la vie qui ne connaissaient pas encore le potentiel gay. Mais c'est une autre histoire...ça attendrait Poudlard.

Le pauvre petit gryffounou tout traumatisé par cette nouvelle expérience décida de bouder ses bro qui se foutaient allégrement de lui. Et puis il fallait qu’il retrouve son chat, pauvre bête, il devait être effrayé *_* papa arrive Feuly o/

« Hortensia, un bon conseil, évite de raconter ça, sinon tu risques fort de passer les plus mauvais instants de ta courte vie. C’est clair ? Et ça vaut pour vous bande de traitres è.é Sur ce, je m’en vais chercher Feul et un peu de bonne compagnie (petit droite-gauche du regard dans le couloir). »

Joren tira la langue à Ethan en fermant la porte et partit à la recherche de son chat. Il croisa Hestia, complètement paniquée à la recherche d'une baguette ou d'une barrette, ou d'une barquette, il n'avait pas tout compris. Bon, elle lui raconterait tout ça à Poudlard, hein...(bah oui, faudrait pas qu'il se casse le cul à aider surtout). Ah tiens, Denis, ah Louuuu...coucou Lou et Orion et Tim o/ à plus!
Il trouva finalement Feul au bout de cinq minutes, dans les bras d'Edgar. Oh, tiens... le lion enclencha son mode "métro sexuel" et approcha du poète.

« Edgar! Tu as retrouver mon chat! Merci mille fois! Qu'est-ce que je peux faire pour te remercier? »

Petit clin d'oeil de lover, sourire charmeur et vieux sous-entendu graveleux... Quoi? Edgard était fêlé du bocal mais carrément intéressant de dos. Joren passa un bras amical autour des épaules du pauvre Poufsouffle qui n'avait fait qu'attraper un chat, et l'entraina dans le train, bavardant de tout et de rien.


****

Joren a donc quitté le compartiment de Tortensia, il vadrouille avec Edgar (et essaye de l'entrainer dans les coins sombres du Poudlard Express). Il restera (plus ou moins) sage jusqu'à la fin de voyage (vous pouvez toujours le PNJiser).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shonengx3.wix.com/the-muffins-of#!biographie-d%27un-cupca
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1710


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   Mar 28 Fév - 22:45

    On approchait de Poudlard. 19 Heures passées… oui, Elrik savait bien que l’arrivée était proche.

    Après avoir déniché les deux chauves-souris pétrifiées sous les vêtements du compartiment de tête, s’en être débarrassé et s’être assuré que tous les gamins de ce coin-là étaient plus ou moins remis de leurs émotions, il s’était remis à arpenter le reste du train, encore et encore.

    Tout le monde rassemblait ses affaires, se mettait en uniformes. Bref si le début du voyage avait été agité et chaotique, la fin promettait de se dérouler calmement.
    Oui, Elrik y aurait presque cru, s’il avait été un naïf gentil mignon sorcier. Mais il n’en était rien, le soldat restait sur le qui-vive. A raison !
    Le train n’était pas encore arrivé, mais ça n’allait pas tarder. Et pourtant la vitesse de la locomotive ne diminuait pas. Il faisait un froid de canard dans ces wagons. Ça n’était pas normal.
    Tous les gamins qu’Elrik croisait à traîner dans les couloirs, il veilla à les fourrer dans un compartiment. N’importe lequel. Les secousses qui depuis le milieu de l’après-midi avaient cessé revinrent tout à coup chatouiller le Poudlard Express. Beaucoup plus forte cette fois-ci.

    Tout cela n’était vraiment pas normal. Essayant de tenir sur ses jambes, Elrik se dirigea à la fenêtre du couloir. C’était beaucoup plus dur à présent de garder son équilibre, le train secouait ses occupants vraiment fortement et ce chaos dura sur une longue distance, beaucoup plus longue qu’auparavant. Quelques élèves s’étaient mis à crier. Dehors, du brouillard et rien que du brouillard. Elrik n’eut pas vraiment le temps de se poser d’autres questions. Une gamine se retrouva à nouveau projetée contre ses jambes. Il n’y avait rien à faire, ils étaient coincés dans ce train qui les malmenait comme de l'alcool dans un shaker. Elrik s’efforça de ramasser chaque élève déséquilibré qu’il trouva sur son chemin, de fermer toutes les fenêtres ouvertes qu’il croisait et se remonter jusqu’à la tête de la locomotive, voir ce qu’il se passait, par tous les saints, parce que ça commençait à franchement l’inquiéter.

    Mais le temps qu’il arrive à destination. Le train s’était immobilisé. Un coup d’œil dehors ? Pré-au-Lard. Il aurait volontiers juré… Mais encore une fois le soldat n’eut pas le temps de se préoccuper du pourquoi du comment. Il se dépêcha de sortir, d’examiner le quai… ras. RAS !
    RAS ?! Après un voyage aussi terrible ?! Rah ! C’était à n’y rien comprendre. Allons, aucune raison de céder à la panique. Rester attentif, oui. Mais paniquer non ! C’était peut être juste un hasard d’intempéries !

    Il remonta dans le train aussi sec. Il était convenu avec Ellia que lui viderait le train tandis qu’elle amènerait les mômes à destination : les grands vers les calèches et les petits au lac, pour embarquer direction Poudlard ! L’air était aussi froid et humide dehors que dedans, et le brouillard enveloppait toujours pré-au-lard. Ce n’était pas une raison pour ne pas suivre la marche à suivre habituelle. Allons !

    Elrik passa dans chaque compartiment, chaque recoin du train à nouveau et invita (ou plutôt pressa d’un ton brusque) tout le monde à vider les lieux, et que ça saute ! Direction le quai de Pré-au-Lard, puis Poudlard. Le banquet attendait tout le monde.

    Terminus, tout le monde descend !

    ***

    HJ : Vous voilà maintenant arrivés à Pré-au-Lard ! Poudlard n’est plus qu’à quelques mètres de vous… encore un peu de patience, le temps de faire le chemin jusqu’au château ~ Retrouvez la Directrice des Serpentard, Miss O’Brian, pour achever ce périple... d'ici quelques minutes !

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En Compagnie d'Hortensia [1er Septembre ; 11h etc...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Archive 2007] 15-16 Septembre - Fêtes médiévales d'Hautpoul
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Hogsmeade :: La Gare-