Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Sam 18 Fév - 0:57

    Tortueux Poudlard Express...




    Premier Septembre 1999. En cette fin de matinée, il fait frais, l’air est chargé d’humidité. Chaque léger coup de vent, aussi infime soit-il, vous arrache un frisson pénible. Mais qu’à cela ne tienne. Dans le ciel le soleil brille.

    D’un nuage de fumée blanche et opaque surgit une locomotive écarlate dans un départ tonitruant. C’est le Poudlard Express qui vient de quitter la Gare de King’s Cross,emporté sur ses rails magiques. A l’abri des regards non-initiés à la magie de l’existence, le train file tout en calmant son rythme pour finalement se caler à son rythme de croisière. Tranquille, l’engin ronronne et avale le paysage anglais.
    A son bord ? Tous les élèves de l’école de Sorcellerie Britannique. D’ici la fin de la journée, ces jeunes sorciers auront regagné les sentiers de Poudlard. Et oui, le premier septembre rime avec rentrée scolaire pour les petits magiciens anglais.

    Cette fin d’année 1999 éloigne encore davantage les élèves des terribles souvenirs ayant marqué leur rentrée 1997. En Septembre 1998, c’est-à-dire l’année précédente, Minerva McGonagall – leur directrice désormais – avait rouvert les portes de l’établissement et accueilli tout le monde. Mais il aura bien fallu de longs mois avant que le château ne balaye totalement les traces du siège des Mangemorts. Aujourd’hui, Lord Voldemort c’est du passé. Les élèves n’ont plus qu’à se concentrer sur l’avenir qui se déroule devant eux, en même temps que le tapi de rails sous l’imposante chenille de fer du Poudlard Express.

    Tout un groupe parmi ces ensorceleurs en herbe vivent ce fabuleux voyage pour la première fois. Alors que pour d’autres, c’est la dernière fois. La nostalgie enveloppe leur cœur tandis qu’ils collent leur nez à la fenêtre de leur compartiment.

    Et pour ceux qui n'ont pas encore trouvé de place assise ? Ou ceux qui ont envie de se dégourdir les jambes pendant le voyage... il reste le Couloir du train. Long boyaux donnant sur les compartiments, vous êtes comme dans les coulisses d'un mystérieux théâtre, vous préparant à affronter la scène de l'année scolaire et les autres acteurs de cette partie de votre vie. Endroit fascinant qu'est ce long corridor tapissé de moquette et de petites lampes flottantes, avec ses fenêtres aux rideaux dansant au rythme de l'allure imposé par la Locomotive.

    Attention toutefois à ne pas bloquer le passage et à ne pas faire trop les fous ! On ne sait jamais ! Néanmoins, passez un agréable voyage !


    ***


    HJ : Et voici l’aventure qui commence, avec comme point de départ : le voyage du Poudlard Express, logique puisque nous sommes le premier Septembre !
    Choisissez donc l’un des compartiments, ou le Couloir, pour débuter votre périple. Installez-vous et laissez-vous porter par le voyage.

    Ceci est un RP de groupe, il n’y a pas d’ordre précis établi ! Respectez juste ces quelques règles :
      - Laissez au moins 2 personnages répondre entre chacun de vos postes, il faut de la place pour tous et laissez à chacun l’occasion de montrer le bout de son nez et de réagir.
      - Lorsque vous bougez, si vous entrez ou sortez de ce compartiment et donc que vous quittez le topic pour aller dans un autre, signalez-le au début & à la fin de votre message de façon visible : soit en gras ou en couleurs.
      Exemple : Bidule sort du compartiment et se dirige vers les compartiments en tête de train
      - Un RP de groupe doit être facile à prendre en route, donc favorisez les messages courts (toujours en respectant : 500 minimum) et les actions remarquables en gras dans vos postes pour qu’on voit bien ce qu’il se passe dès les premiers coups d’œil !


    Merci à vous et amusez-vous bien.
    Attention, quelques professeurs et les préfets bien sûr, font route avec vous. Évitez de balancer les pnjs ou vos camarades par-dessus bord, cela ferait mauvais genre dès le premier jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 847


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Sam 18 Fév - 19:46

    Après avoir passé tout l'été chez ses parents, Ellia avait passé deux jours près du Chemin de Traverse, au Chaudron Baveur, juste avant la rentrée, afin de faire ses derniers achats. Et maintenant, il était l'heure de se rendre à la gare de King's Cross pour aller prendre le train, direction Poudlard pour cette nouvelle année qui était sur le point de commencer. Ellia repassa au Chaudron Baveur après sa petite escapade dans le Londres moldu, récupéra sa malle et transplanna directement sur le quai 9 3/4.

    Le quai était bondé de familles et d’élèves qui attendaient que le train parte. Ellia avait reçu une invitation pour l’inauguration de la statue au ministère, mais elle avait du décliné car la Directrice de Poudlard lui avait demandé de chaperonner les élèves dans le train pour leur voyage jusqu’à Poudlard. Ellia n’avait pu refuser. Mais elle ne doutait pas que la plupart des parents se trouvant sur ce quai iraient au ministère juste après. Ellia lirait le discours du ministre dans la Gazette du Sorcier du lendemain, ça ne faisait rien. Et puis, elle aimait bien ses élèves, alors voyager avec eux ne la dérangeait pas. Certes, elle appréhendait, il y allait encore avoir de nouvelles têtes, et surement d’autres cas difficiles comme ce cher Galaad Westchester, mais Ellia devait être forte, elle était la Directrice des Serpentard après tout. Et elle parvenait toujours à obtenir ce qu’elle voulait.

    Se servant de sa baguette pour soulever sa malle à laquelle elle avait redonné une taille normale après le transplannage, Ellia monta les marches du train et s’engouffra dans les couloirs. Elle commença par aller poser sa malle dans un compartiment, non loin du conducteur, puis, lorsque les portes du train se fermèrent et que le train démarra, elle se balada dans les couloirs. Elle passa la tête dans le compartiment qu’occupait Salomé, une Serpentard un peu loufoque qui se prenait pour un ninja, mais qui n’était pas méchante. Ellia l’aimait plutôt bien. Elle lui adressa un sourire, et continua son chemin dans les couloirs.

    Ellia croisa le frère et la sœur Westchester. Elle se serait bien passée de les voir si tôt dès le matin, surtout Galaad avec qui elle avait beaucoup de mal. Mais, elle ne disait rien, gardant ses rancœurs pour elle. D’ailleurs, la professeur les salua d’un signe de tête, suivit d’un « Galaad, Morgwenn. » assez poli. Inutile d’en faire trop. Elle les regarda entrer dans un wagon qui lui semblait assez bruyant, mais n’y porta pas plus d’attention que ça, décidant d’y repasser plus tard, si le raffut continuait. Après tout on ne pouvait pas en vouloir aux élèves de se retrouver après de si longues vacances. Des rires s’échappèrent d’un autre compartiment, où venaient d’entrer plusieurs garçons de Gryffondor. Là aussi ça allait donner, il fallait bien sur garder tout ça à l’œil. Un peu distraite, Ellia ne se rendit pas compte qu’elle ne regardait pas vraiment où elle était en train de mettre les pieds. Et sans faire exprès, elle rentra en plein dans une personne inconnue au bataillon. « Je suis vraiment désolée ! » s’empressa t-elle de s’excuser, en se rendant compte qu’elle avait à faire à un adulte et non à un élève. Minerva ne lui avait pas dit qu’elle aurait de l’aide pour surveiller le train…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1710


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 19 Fév - 1:29

    L’homme glissa sa main dans sa poche. Un petit quelque chose d’oublié l’y chatouillait depuis qu’il avait grimpé les marches du portillon pour engouffrer sa silhouette dans l’un des wagons de la locomotive rouge. Le Poudlard Express était parti depuis quelques minutes.

    Pensif, il effleura de ses doigts l’objet qui gigotait, sans réaliser tout de suite. Il avançait d’un pas mécanique, son esprit focalisé sur ce qui l’entourait. Des tourbillons de capes, de couleurs, d’éclats de voix et de rire. Des adolescents… en forme. Imprévisibles, inconscients. Qu’est-ce qui lui avait pris d’accepter cette mission, par tous les Saints ?! Il inspira profondément en enchainant un pas devant l’autre, calme et mesuré. Ce n’était pas une poignée d’ados qui allaient lui donner le tournis. Monroe avait eu à faire à pire au cours de sa vie. Peut-être était-ce les couloirs de ce train et les fantômes qui le traversaient en même temps que lui, qui laissaient ses incertitudes faire leur apparition. Peut-être.

    Il fronça les sourcils. La malicieuse petite chose au fond de la poche de son pantalon d’uniforme militaire venait de lui piquer les doigts. Devant lui de solides gaillards venaient d’entrer dans un compartiment en se tapant bien fort sur l’épaule et en faisant profiter à toutes les oreilles traînant dans les environs leur joie de se retrouver. Même pas besoin de leurs uniformes pour deviner. Gryffondor. Des cris et des gloussements jaillissaient de ce recoin du train, donnant à Elrik l’envie de prendre ses jambes à son cou, ce qui lui intima aussitôt l’ordre d’aller vérifier que tout se passait « correctement ». Affronter ses pires cauchemars au contact de la jeunesse dépravée. Voilà qui deviendrait une habitude. Autant s’y mettre tout de suite. L’homme se contenta de jeter un œil devant la vitre. Il surprit deux yeux derrière d’énormes lunettes rondes loucher dans sa direction. Bon. Mise à part ça et des grands échalas à l’air trop malin pour être innocent qui brassaient de l’air pour des broutilles, rien à signaler.

    *Aïe* A nouveau, la chose le piqua. Cette fois-ci, ses doigts l’attrapèrent d’un mouvement sec et la tirèrent de sa prison de tissu. Elle lui échappa des mains, et atterrit … sous la semelle d’une basket bleu turquoise pétante aux lacets arc-en-ciel défaits. Le regard d’Elrik se leva pour détailler l'apparition d’une jeune fille aux mèches blondes échappés d'une casquette rouge, dont la silhouette était drapée dans un baggy beaucoup trop grand et d’un sweat-shirt noir à tête de diablotin, beaucoup trop large lui aussi. Un frisson lui parcourut l’échine.

    « Qu’est-ce que tu regardes ?! lança-t-il à la curieuse qui le fixait… derrière l’objectif… d’une caméra ?!
    - Vous videz toujours vos poches devant les inconnues ? Comme ça ?
    - A ce propos, tu marches sur quelque chose que j’aimerai récupérer.
    - Et alors ?!
    - Jeune fille, pose ton engin, ôtes ton pied de là et redonne moi l’objet. »
    Elle haussa les épaules, tripota les boutons de sa camera moldue. Elrik se voyait déjà en train d’envoyer valser l’appareil par la fenêtre d’à côté. Pourvu que cette fille ne soit pas de sa maison. Finalement, elle s’exécuta. Son regard méfiant lui glaça le dos, mais il dut lui rendre le même effet, il observa clairement ses épaules onduler sous un frisson. Elle se baissa pour ramasser l’objet sous sa grosse semelle de basket, et observa la figurine de soldat qui donnait avait l’air de vouloir en découdre, avec sa lance miniature. Elle haussa un sourcil perplexe en dévisageant le jouet, puis Elrik.

    « Okay, vous volez les jouets des gamins dans un train plein de gamins ? C’est flippant. »
    Elrik lui reprit la figurine récalcitrante des mains sans plus de cérémonie.
    « Quand on ne sait pas, on se tait. Tu n’as rien à faire dans les couloirs, va t’assoir et tâche de porter l’uniforme réglementaire de l’école avant l’arrivée du train. »
    Elle soupira et le contourna en trainant des pieds.
    « Okay, c’est bon. Quand on arrêtera de nous envoyer des profs tarés, on me fera signe. » Elle haussa à nouveau les épaules, fourra sa main dans la poche de son sweat pour en tirer un crapaud blanc à poids orange. Elle le colla sur son épaule comme s’il s’agissait d’un hibou.

    Elrik secoua la tête, et fut rappeler à l’ordre par le petit soldat qui le piqua à nouveau avec sa lance. Zut. Voilà un voyage de tout repos, tiens. Qu’est-ce qu’il avait le jouet, tout à coup ?
    « Pressé de retrouver ton maître ? » murmura l’ancien poufsouffle à la figurine. Il se remit à marcher, en essayant de s’extraire à ses pensées qui vagabondaient. Si le jouet désirait retrouver son propriétaire, il n’était pas le seul. Jusqu’à présent, Elrik n’avait pas voulu y songer. Il savait ne pas parasiter son esprit inutilement pendant qu’il était en service. Mais là… c’était dur. Distrait, il ne vit pas l’ombre qui le bouscula soudain dans le couloir. Elrik réceptionna la nouvelle silhouette qui l’avait percuté sans vaciller mais la remit aussitôt à une bonne distance réglementaire, en la repoussant doucement.
    Ce n’était pas une élève, évidemment, sa voix le lui indiqua tout de suite. « Il n’y a pas de mal. » dit-il d’un ton neutre au possible. Sûrement une collègue. Il ne devait pas être le seul adulte de Poudlard à encadrer le voyage, mais il ne connaissait pas encore les autres professeurs. Son observation de la jeune femme lui arracha une grimace d’incompréhension fugace. Elrik reprit aussitôt son air impassible, mais son cerveau était lancé. Il avait déjà vu cette femme quelque part… Et compte tenu du désert aride de sa vie sociale, ce devait remonter à loin…
    « Membre du personnel ?! » Il fallait bien se présenter d’une façon ou d’une autre. Elrik n’était pas un fin orateur, il n’avait pas la prétention d’essayer de le devenir. « Je suis… -

    Des cris de fille hystérique retentirent non loin dans le couloir [… JE TE JURE QUE JE VAIS METTRE LA MAIN SUR TOI, ET TU COMPRENDRAS TA DOULEUR… ] allié à un bruit de cavalcade, tel le troupeau de scroutt à pétard en pleine débâcle. Un éclair rose (un boursoufflet?) fila entre des grosses bottes de soldat pour se cogner contre les jambes de la jeune femme et filer plus loin dans le couloir. Normal !
    Et voilà, Elrik avait perdu le fil…

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jason K. Ndiaye



Messages : 216


Feuille de personnage
Gallions: 606
Points de Magie: 165

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 19 Fév - 9:39

    De tous les parents venus accompagner leur progéniture adorée sur le quai du Poudlard Express, Jasmine Ndiaye était surement l'une des plus remarquées. D'une part parce qu'elle tenait physiquement la place de deux ou trois adultes normalement constitués, et d'autre part parce que son énorme corps recouvert de drapés multicolores était secoué de sanglots tonitruants. Jason King, quant à lui, ridiculement petit par rapport à celle qui l'avait mis au monde, semblait subir les effets d'un sortilège de tarentallégra. Il se tordait littéralement d'envie en essayant d'échapper à une étreinte prolongée, qui l'empêchait de profiter de l'excitation qui animait tous les jeunes sorciers présents.

    - Bon mamaaaaaaaaaan, faut que j'y aille là !

    Pour une fois, il ne la rejettait pas trop violemment malgré la foule qui les observait, car il savait au fond combien il était dur pour la jeune femme de laisser partir son seul fils. De son propre point de vue, l'aventure promettait d'être bien trop palpitante pour lui causer des cas de conscience... L'indépendance - toute relative qu'elle soit - ne lui faisait, à cet instant, pas du tout peur.
    Jason était un petit garçon globalement débrouillard, et sociable. Il n'avait aucune crainte concernant son intégration, même si l'école de magie était dans son esprit entourée d'un épais mystère, que personne dans sa famille ne pouvait vraiment éclairer, n'en ayant jamais arpenté les couloirs.
    Enfin, à force de contorsion, le futur élève réussit à se soustraire aux bras étouffants de sa mère. Avant qu'elle ne puisse une nouvelle fois l'attraper, et lui hurler son désespoir dans les oreilles, il s'empara de sa valise - qu'elle avait soigneusement préparée avec plus que le nécessaire - et s'engouffra dans la première porte du Poudlard Express qui se trouvait à sa portée, bousculant une blondinette qui manqua de tomber la tête sur les rails.
    Il lui lança à peine un regard, montant avec agilité les marches, pour se glisser dans le couloir.

    - C'est mon fils, déclara avec fierté Jasmine à un couple qui observait l'impolitesse de Jason, face à sa victime, avec consternation. Devant la carrure de la Ndiaye, ils n'osèrent cependant pas faire de commentaires, et détournèrent leur attention. De toute façon, il était évident que quoi qu'ils puissent dire, cela ne changerait pas l'opinion de la sénégalaise sur son protégé.

    Désormais, le petit diable noir était lâché dans les wagons du Poudlard, et rien n'allait l'arrêter.
    Trainant tant bien que mal son bagage plus gros que lui, sans se soucier des dégâts qu'il pouvait faire sur son passage, Jason avisa un compartiment sur sa droite, dans lequel il jeta un coup d'oeil, rapidement dépité. Deux gamines se racontaient leur vacances avec un enthousiasme débordant de niaiseries. Le suivant fut aussi décevant : des intellos, lunettes et grimoires à l'appui, révisaient déjà le programme de cours de la rentrée.
    Pffff... Voilà que ce trajet commençait déjà à le souler. Et un Jason frustré, et agacé, cela n'était pas bon pour ceux qui croiseraient sa route. Forcé d'attendre qu'une ridicule rousse parvienne à ranger ses affaires à côté de sa meilleure amie, Jason s'adossa à un mur, remettant en place sa casquette, aux couleurs de son équipe favorite de Quidditch, les Tueurs-de-Géants de Gimbie, deux fois vainqueurs de la Coupe d'Afrique.

    - T'aurais pas vu Kevin Whitby ? Il est pas dans son compartiment.
    - Y'a des sièges réservés ?
    - Bah... C'est le préfet de Poufsouffle.
    - J'ai une tête à connaitre le préfet de Poufsouffle ?

    Le jaune et ébène de deuxième ou troisième année, légèrement plus grand que lui, qui venait de lui poser la question, haussa les épaules, et le dépassa, résigné à ne pas avoir plus d'informations. Les nouveaux étaient de plus en plus arrogants, songea-t-il surement.
    Sans le savoir, il avait pourtant beaucoup aidé le Ndiaye, qui avait désormais une idée plus précise de l'endroit où il voulait se rendre. Les préfets, s'il comprennait bien, étaient l'élite. Et quoi de mieux que de rejoindre ce groupe pour voyager jusqu'à Poudlard ? Il était intéressant de se faire des bonnes connaissances, utiles, pour participer plus activement à la vie du château... Et s'assurer une position convenable, confortable.
    Jason poursuivit donc son chemin vers l'avant du train, bien décidé à atteindre ses objectifs, nullement troublé par l'atmosphère étrange, et les cris qui résonnaient parfois non loin de lui - à ce genre de communication, il avait été habitué dès sa plus tendre enfance.
    Malheureusement, sa balade s'interrompit devant deux adultes qui bloquaient le passage, l'air d'être plongés dans une conversation des plus vaseuses.

    - Excusez-moi mais je trouve pas où m'asseoir, y'a des grands qui font le souk là bas moi j'ai pas envie d'me retrouver avec des...

    Une secousse ébranla le transport, coupant le jeune Ndiaye dans ses plaintes en l'envoyant valser contre les jambes de l'homme à la mine taciturne. Il se rattrapa avec souplesse sans se faire trop mal, mais son humeur en avait pris un coup de plus.
    Il serra les poings, pour maitriser comme il le pouvait sa colère.

    - Non d'un éruptif enrhumé ! Si mama apprend comment qu'ça s'passe ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 19 Fév - 10:45

Départ pour Poudlard. Une énième rentrée pour Loreleï qui n’avait pratiquement pas dormi de la nuit. Aussi s’était-elle levée au petit matin, vérifiant ses bagages. Trois lourdes valises qui reposaient près de la sortie de sa chambre et qu’elle avait ouvertes, fermées, ré ouvertes etc… faisant le moins de bruits possible pour ne pas réveiller ses parents. Surtout sa mère qui s’inquiétait trop, comme le disait souvent son père. Puis, ce fut l’heure. Après, un petit déjeuner prit rapidement et surtout ne pouvant pas avaler plus que nécessaire avec le noeud qui lui serrait le ventre, Loreleï était devant la porte.

- … ça ira… Tu verras… cinquième rentrée tout de même… peut-être différente, mais ne t’en fais pas. Puis… donne moi des nouvelles… hein…

Quelques paroles dont on sentait une inquiétude cachée par un sourire encourageant de sa mère sur le seuil de la porte, avec les bagages de Loreleï à ses pieds qui étaient emmenés un par un dans le coffre de la voiture de son père, par lui-même. Le père qui marmonnait à l’encontre de sa femme que leur fille n’avait plus onze ans et qu’il était inutile de la ‘’couver’’ ainsi et un petit sourire en coin très faible de la part de Loreleï qui s’avouait secrètement être du même avis que son père dont les aux revoir furent beaucoup plus rapide une fois arrivé à la gare. Après tout, Loreleï Levinson connaissait le chemin, depuis le temps et il avait un peu plus confiance en elle aussi, même s’il cachait mal son inquiétude, par des mots mal formulés, une petite larme à l’œil sur laquelle il prétextait une poussière qui s’était incrustée sans carton d’invitation.

Loreleï pensait à tout ceci et à bien d’autres choses en cherchant un compartiment vide. En vain, car cette année encore, le Poudlard Express était bien rempli. Elle croisa aussi quelques camarades de sa maison, leur faisant un sourire et un salut rapide, pour pas changer. Comme d’habitude aussi, des cris de joie entre amis (es) qui se retrouvaient, des babillages en tous genres, des bousculades… Aah les joies de la rentrée ! La jeune Pouffy descendit du wagon, celui-ci était trop plein et puis ça lui permettait de prendre l’air quelques secondes avant de remonter dans le wagon d’à côté tout aussi bondé, dans le couloir. Alors, jouant des coudes et jouant de : pardon… excusez-moi..., la jeune Loreleï trouva son bonheur. Enfin, si on peut employer ce mot là dans cette situation, bien entendu.
La cinquième année, donc, trouva un petit coin à peu près isolé, dans le couloir. Non loin de deux adultes et d’un petit nouveau qui, lui semblait-il, avait été assez secoué par le départ du train. Personnages qu’elle frôla du regard, après être passée à côté d’une furie dont elle n’eut le temps que d’apercevoir la chevelure ébène voler aux quatre vents.


* J’aurai dû choisir un autre wagon…moi…*

Loreleï promena alors son regard autour d’elle. On ne sait jamais. Ça pouvait recommencer. Et… n’y aurait-il pas une place de libre aussi, qu’elle n’aurait pas vue dans l’un des compartiments qu’elle venait de passer et que la furie venait de quitter ? Non ? Tant pis. Puis faire demi tour, cela lui imposerait de repasser entre beaucoup de monde. Trop de monde. Pas qu’elle ne voulait pas se retrouver parmi des adultes et des nouveaux, hein, mais avec des camarades de dortoirs, ça lui aurait beaucoup mieux plu. Tant pis, elle était déjà contre une fenêtre, elle avait donc une jolie vue sur le paysage, c’était déjà pas si mal. Que demander de mieux ? Être seule, peut-être ? Loreleï remis d’un geste rapide, une de ses mèches qui s’était échappée de son chignon mal fait en vérité, derrière son oreille et comme lors de sa première année, porta son regard vers l’extérieur, écoutant d’une oreille distraire, ou pas, qui sait, les conversations alentours, se tenant d’une main sur le rebord du vitrage, pour ne pas vaciller car déjà pas mal ballottée par les mouvements du train.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 847


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 19 Fév - 13:12

    Ellia releva la tête et croisa le regard de l’homme qu’elle venait de bousculer. Immédiatement, elle reconnu cette tête familière, qui avait passé des années à ses côtés lorsqu’elle était à Poudlard. Elle ne pouvait se tromper, c’était forcément lui. Son visage avait vieilli mais n’était pas différent pour autant. Et l’expression qui passa devant les yeux de l’homme confirma ce que Ellia pensait. Il l’avait reconnu lui aussi. Quelles étaient les chances pour qu’ils se retrouvent tous les deux, des années après ? Ellia eu soudain honte. Honte d’avoir coupé le contact avec lui comme ça, après Poudlard, alors que pendant des années, ils avaient été des amis proches. Elle esquissa un petit sourire timide. Il commença à se présenter, comme si c’était utile. Lorsque des cris vinrent lui couper la parole. Huho… Leur autorité professorale allait certainement mise à l’épreuve sous peu. Ellia ne vit pas l’éclair rose lui filer entre les jambes, et fixa simplement l’homme en face d’elle. « Corwin ? » demanda t-elle, juste pour être sur. On ne sait jamais hein…

    Mais elle n’eut pas le loisir de connaître la réponse de l’homme, puisqu’un élève venait de solliciter leur attention. Le jeune garçon venait de leur demander où il pouvait s’asseoir puisque c’était le bordel un peu partout. Puis, sans plus de cérémonie, une secousse du train projeta le gamin dans les jambes de Corwin, qui se mit à jurer. Ellia, elle, eut du mal à garder l’équilibre, mais réussit à rester debout en s’appuyant contre l’un des murs du couloir.
    La jeune femme allait rassurer le jeune garçon, lorsque des cris attirèrent son attention. Enfin des cris… Une lamentation plutôt. Ellia reconnu sans problème la voix de Edgar, un Poufsouffle, poète à ses heures. Et celui-ci était en train de tenir un discours plutôt étrange. Il parlait d’élèves nus ? Elle n’avait pas rêvé ?

    Ellia se tourna vers l’autre professeur. « Je te confie ce garçon Corwin ? Tu peux t’occuper de lui pendant que je vais voir ce qui se passe là bas ? » Ce n’était pas vraiment une question en fait. Et elle tourna les talons dans un élégant jeu de cape et s’en alla rejoindre Edgar. « Tout va bien Edgar ? » Demanda t-elle au Poufsouffle, à peu près sure de la réponse. Et cela n’y coupa pas. Le Poufsouffle reprit la parole et lui indiqua d’une manière très poétique un compartiment tout près de la où ils se trouvaient.
    Ellia prit une grande respiration. Elle allait devoir agir, pour la première fois de l’année. Elle avait encore du mal à faire valoir son autorité, et elle priait de toutes ses forces pour que Galaad Westchester ne se trouve pas là dedans. Elle ne savait pas si elle aurait la force de l’affronter de si tôt. Être professeur était une chose, avoir de l’autorité et oser le montrer en était une autre. Chose sur laquelle Ellia devait travailler sans relâche, elle qui avait perdu tout confiance en elle depuis quelques années. Mais tout ceci était pour le bien de Poudlard…

    - Résumé -

    Elrik se trouve avec Jason dans le couloir du train.
    Loreleï se trouve non loin de là.
    Edgar est partit de son compartiment pour rejoindre à son tour le couloir, où il pense pouvoir trouver un peu plus de calme.
    Ellia vient d’entrer dans le compartiment d’où vient de sortir Edgar, celui où se trouvent Dunstan et ses amis…


_________________

Nous vaincrons lentement, mais sûrement
- le club des escargots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1710


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 19 Fév - 21:01

    Une première légère secousse avait ébranlée le train. Elrik ne bougea pas d’un pouce, bien campé sur ses pieds, face à sa nouvelle collègue. Elle, par contre, elle l’avait secoué sans le deviner. Sacrément, même. Monroe se doutait bien qu’en retrouvant le chemin de Poudlard, des fantômes allaient resurgir. Mais pas si tôt, pas de cette façon.

    Cela faisait plus de vingt ans qu’on ne l’avait pas confondu avec son frère. Plus de vingt aussi qu’il n’avait pas entendu son nom prononcé dans une autre bouche que la sienne. Qui pouvait bien se souvenir de Corwin… Cette femme, il la connaissait. Et Elle les connaissait, Corwin et lui. Enfin… juste Corwin… donc cela datait de Poudlard. Seigneur !

    « Ellia… ?! » laissa-t-il échapper en laissant son regard plonger dans celui de la sorcière. Pas le temps de prolonger la discussion. Une petite voix déjà bien affirmée se fit entendre sous leur nez, une secousse plus brutale du wagon les agita. A nouveau Elrik demeura stoïque, rattrapant contre ses jambes de justesse le jeune sorcier qui les avait interpellés. D'autres candidats pour lui tomber dessus ?! Par tous les saints ! Ils étaient instables au possible ces jeunes gens... (ah Elrik, et t'as encore rien vu!)
    « Ce n'est rien soldat, tu es debout non ?! » lui répliqua-t-il histoire de couper court à ses plaintes. Cependant, Monroe n’aurait pas eu à se donner la peine de le faire… parce qu’à nouveau… du remue-ménage et pas des moindres vint les interrompre. Un ado qui s’égosillait presque à l’autre bout du couloir. Réactive, Ellia fila sans attendre. Elrik sentit son estomac se nouer quand elle lui adressa à nouveau la parole. Interdiction de laisser transparaître quoique ce soit. Mais dire que le malentendu ne lui porta pas sur le système serait hypocrite. Il ne la retint pas, se renfrogna sous couverture de l’agacement dû à l’agitation dans le train. Les élèves avaient l’air survolté. « J’te redresserai tout ça… » marmonna-t-il dans sa barbe, en réajustant la ceinture de fioles à sa taille.
    Bon.
    Empêchant son esprit de se laisser submerger par d’autres souvenirs parasites – des visions poussiéreuses hantées par un trio d’adolescents s’imposaient à lui en cascade, lui fichant de désagréables claques et causant quelques pénibles coulées de sueurs froides dans son dos, depuis que la sorcière s’était éclipsée – Elrik porta son regard sur le jeune garçon. Il avait un maintien digne et décidé, pour son âge. Un petit dur à n’en pas douter, celui-là.

    « Donc tu ne trouves pas de place. Très bien. » déclara-t-il de son ton le plus neutre. Son regard se leva vers la continuité du couloir, il avisa la présence d’une jeune fille qui bayait du regard et le panorama défilant par la fenêtre et l’intérieur du corridor. « Miss ! Approche ! Le couloir n’est pas fait pour stagner et espionner, tu viens avec nous. On va vous trouver des places. » Il accompagna ses paroles, assez sèches à présent, d’un claquement de doigts et d’un geste pour intimer aux gamins l’ordre de le suivre. Vers le fond du train, ça sentait les ennuis. Espérons qu’Ellia ne devienne pas chèvre… Espérons que cela la fatigue assez pour qu’elle l’oublie ou qu’elle n’ait pas l’énergie pour l’aborder à nouveau.
    « En avant marche. » Sur ce, il emboita le pas aux élèves, s’assurant de temps à autre que tout le monde suivait. A la recherche d’un compartiment… calme, sinon vide. C’était pas gagné.


    Pour résumer :

    Elrik embarque Jason et Lorelei vers l'avant du train, dans le couloir, à la recherche d'un compartiment.

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jason K. Ndiaye



Messages : 216


Feuille de personnage
Gallions: 606
Points de Magie: 165

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 20 Fév - 12:56

    Soldat ? Jason fixa un instant son interlocuteur, perplexe. Il arqua un sourcils, le dévisageant avec méfiance. S'amuser à la guerre était une chose que le petit garçon trouvait assez drôle, n'en calculant pas toute la portée, mais il doutait qu'un adulte puisse partager sa vision des choses. Bien sur, comme tout futur homme viril, Jason aimait la baston, mais les échos des batailles réelles qui lui étaient parvenus l'avaient troublés, même de loin.
    Et si cet inconnu ne jouait pas, alors il était vraiment un militaire. Et s'il était vraiment un militaire, il avait du tuer des gens... Et s'il avait déjà tué des sorciers expérimentés, que ferait-il à un gamin agaçant ?
    C'était à peu près le cheminement que firent les pensées logiques de Jason, pour parvenir à une conclusion assez simple : il allait être sage, tant que le colonel - titre décerné par le jeune Ndiaye lui même - serait dans le coin.
    Malgré tout, la curiosité était à cet âge souvent plus forte que la peur, et Jason ne dérogeait pas à cette règle.

    - Je m'appelle Jason moi ! Jason King Ndiaye, Ndiaye c'est comme mon père, il habite au Sénégal. Là bas ils chassent les Nundus, il a été blessé, c'était presque pareil que la guerre, qu'il m'a dit.

    Rien de plus naturel que ce discours sorti avec enthousiasme, pour lancer la conversation. Evidemment, Jason était persuadé qu'il intéresserait son interlocuteur - lui était bien fasciné par ces histoires, donc tous le monde devait l'être - et qu'au mieux, celui-ci lui répondrait par des récits tout aussi grisants de ses expériences.
    Il leva donc vers son ainé des yeux pleins d'innocent espoir.
    Malheureusement, la présence d'une fille, qui par ce seul fait physique était exclue du sujet selon Jason, vint interrompre ce moment d'échange qui aurait pu être fructueux. Il lui lança donc un simple regard meurtrier, avant de décider de l'ignorer totalement. Elle semblait d'une nature assez effacée de toute façon, ce qui rendait l'effort du première année pour l'oublier plus facile.
    L'adulte les mit au pas, avec toujours autant de sérieux, et le petit suivit comme il pouvait, en faisant deux enjambées plutôt qu'une, pour tenir la cadence. Non, il ne se laisserait pas distancé ! C'était un guerrier, lui aussi, fier, et fort. Il ne le laisserait pas filer sans plus d'informations.
    Allait-il l'enrôler ? Qui était-il ? Y avait-il encore des méchants là où ils allaient ? Aurait-il besoin de sa baguette pour des duels jusqu'à la mort ? Un frisson le parcourut, d'envie comme de crainte... Il aimait cette sensation enivrante, il voulait en savoir plus sur la suite des aventures.

    - Monsieur ? On arrive bientôt dans combien de temps ?

    * Y'a au moins trois heures qu'on est partit ! *

    Ou dix minutes. L'impatience de Jason était propice à l'exagération. Le train n'allait pas assez vite, mais tout de même trop quand les secousses le faisaient trébucher. Jamais rien n'était assez bien pour lui... Râleur, le mioche ?

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Loreleï Levinson
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 197


Feuille de personnage
Gallions: 177
Points de Magie: 156

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 20 Fév - 14:35

C’est beau le paysage, même si elle le connaît par cœur depuis le temps, mais assise ce serait vraiment mieux. Vraiment. Mais Lo’ se résigna. Elle ne pouvait faire autrement de toute façon. A moins que… ça bougeait autour d’elle, alors peut-être y aurait-il une tite place pour elle ? Non toujours pas ? Puis se qui se passa par la suite, lui confirma qu’elle aurait vraiment dû choisir un autre wagon. Voilà que l’adulte au loin, l’homme, l’interpella.
Mais pas du tout présente dans tout ce brouhaha avec balancement intensifié pendant les virages, Loreleï ne capta pas encore ce que demandait l’adulte avec le petit jeune. Puis des Miss, comme il disait, y en avait plein le couloir. Bon, elles étaient bien plus éloignées que la Poufsouffle, d’accord.


*Mais…mais… qu’est-ce qui raconte…*

Loreleï, espionner ? Naaaannn, ce n’était pas son hobbies ça. Devait confondre, entre regarder sans réellement faire attention et écouter avec une certaine attention. Oui, ce devait être ça. Stagner, bon, peut-être, mais espionner, jamais de la vie ! La jeune fille fit donc sa mine boudeuse vexée, pincement des lèvres en prime, avant de suivre le convoi adulte et jeune garçon. Son côté rebelle, loin loin loin en elle, se montra un peu au fond de ses pupilles quand l’adulte claqua des doigts. Non mais, elle n’était pas un toutou non plus ! Et si elle ne suivait pas ? Parce qu’elle n’avait rien demandé, Loreleï. Elle était bien là. Près d’une fenêtre entrouverte à se cramponner au rebord de la vitre pour ne point chavirer. Mais… oui parce qu’il y a un mais, le ton sans appel de l’adulte-c’est-moi-qui-commande, lui fit changer d’avis. On ne sait jamais, valait peut-être mieux rentré dans ses petits papiers, mais sans faire trop de lèche botte non plus.

*Quoi*

Mais oui, pourquoi ce jeune garçon venait-il de lui lancer un regard noir ? Qu’est-ce qu’elle avait fait ? Bon, le voyage dans ce wagon, commençait mal. Loreleï souffla en regardant vers l’extérieur se retenant à une poignée de compartiment au moment où le train pencha dans un tournant sec qui lui sembla durer une éternité. La voix du jeune garçon, dont elle n’avait pas entendu l’identité à cause de son éloignement déjà puis du léger brouhaha dans le couloir, adressa la parole à l’adulte qui avançait d’un pas rapide, malgré la foule. La foule, ce monde qui gênait fortement la Poufsouffle. Et ça elle avait hâte d’arriver à Poudlard. Avait hâte que la répartition se fasse pour les nouveaux. Avait hâte de retrouver son dortoir et son précieux dodo.
Lieu où elle pourrait savourer le calme de la nuit, bien calée sous sa couette jaune et noir, après avoir écouté, pas espionner, les anecdotes de ses camarades de chambre. Oui, Loreleï pensait à tout ça et bien d’autres choses en avançant dans le couloir bondé où elle failli, quand même, se prendre une cage dans les pieds qu’elle n’avait pas calculée. Puis de toute façon, qu’est-ce qu’elle faisait là, cette cage ? L’était où le propriétaire de la drôle de bestiole qu’il y avait dedans ? Loreleï se serait bien arrêté pour tenter de faire des câlins à travers les barreaux de la cage, au risque bien entendu de se faire pincer l’index. Mais fallait suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1174


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 20 Fév - 23:43

    ASSEZ ! Galaad en avait gros sur la patate ! Il ne lui arrivait rien de bon depuis qu’il était monté dans ce foutu train ! Il pensait passer un agréable voyage avec sa petite soeur adoré et leurs boursouflets mais tout ce qu’il avait eu c’était des emmerdes. D’abord avec l’autre gamin de Gryffondor, ensuite avec Sparrow, puis super-ninja, McAllister et Bird. Il ne manquait plus que Arcker et Sways pour que l’horreur soit complète (t’inquiète mon chéri, ça va viendre What a Face) !

    Galaad remontait le train comme une âme en peine lorsqu’il arriva face à un petit groupe marchant à une allure militaire mené par un professeur qu’il ne connaissait pas. Keskecété encore ce bordel ? Le jeune homme leva les yeux au ciel mais salua néanmoins poliment le nouveau professeur.

    - Bonjour Monsieur, Galaad Westchester pour vous servir. Vous devriez aller faire un tour à l’avant du train, on y entend beaucoup de cris. Lui ? Cafteur ? Naaaaaaan ! Puis il salua brièvement les deux élèves qui l’accompagnaient avec un signe de tête : Mademoiselle, Monsieur. avant de faire un geste pour s’éloigner, mais une voix criarde attira son attention.

    - GALYYYYYYY ! ATTENDS MOIIII !

    En moins d’une seconde, la petite Morgwenn avait sauté sur son frère et le secouait comme un prunier. Comme elle était mignonne...

    - T’as retrouvé Chuppa et Chups ? T’as retrouvé mes boursouflets ? Dis moi que tu les as retrouvé !

    Remis du choc, le jeune homme attrapa sa soeur par les épaules pour l’empêcher de bouger. Nanméo, c’était quoi ce comportement ! Il lui adressa un regard noir pour montrer sa désapprobation. (ce n’était pas comme si lui bloquait complètement le couloir Rolling Eyes) Morgwenn fit une moue boudeuse et le Serpentard eut un micro sourire attendri. Il ne la fit pas attendre plus longtemps et récupéra les boursouflets dans sa capuche.

    - Chuuuuuuups ! Et Curly ! Mais où est Chuppa ? T’as pas retrouvé Chuppa ? ;___;
    - Ne t’inquiète pas, je vais aller le chercher, maintenant retourne avec Viviane. Et rend moi Curly.

    Hop un bisou sur le front, une petite soeur qui s’en va en souriant avec son boursouflet rose, Curly sur l’épaule et... Ah bonjour professeur, vous êtes encore là ? Comment ça je bloque le couloir ? Voilà qui était embarrassant... Il avait du faire une super impression au nouveau venu. D’ailleurs Galaad se demandait bien de quelle matière cet homme allait bien pouvoir s’occuper. Il n’avait pas l’air très sympathique. Bon... Tant que ce n’était pas le prof de potions ça devrait aller, non ?

    - Pardonnez-moi. s’excusa Galaad, les joues légèrement rosies par la gêne.

    Ne s’attardant pas davantage, le jeune homme contourna soigneusement le petit groupe avant de filer à l’autre bout du couloir, vers l’arrière du train. Il avait encore un boursouflet à récupérer mine de rien. Il se demandait bien où pouvait être Chuppa. Du moment qu’il n’était pas avec un kéké de Gryffondor, ça devrait aller, non ?

    Et une intervention inutile, une o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Mar 21 Fév - 14:03

    Il doit y avoir du vent dehors, un sacré vent malicieux qui vient chatouiller la locomotive du Poudlard Express.
    Quelques secousses ébranlent les wagons.
    Mais cela n'empêche pas la vie à l'intérieur de suivre son cours. Et on peut dire que c'est dynamique comme voyage ! Entre la chasse aux Boursoufflets, les rapprochements inopinés, les Silencio qui fusent et autres bricoles... Bref, un 1er septembre normal à bord de Poudlard Express ! Il faudrait être sacrément naïf pour songer que le périple glisse tranquillement jusqu'à son but comme sur un long fleuve tranquille.

    En attendant... il est midi ! Bien sonné ! Une agréable musique de grelots se propage dans le couloir du train.

    « Friandises ! Douceurs ! Mes chers Petits qu’est-ce qui vous ferait plaisir ?! »
    C’est le chariot de friandises et bidules à grignoter qui passe ! Ils s’arrêtent de wagon en wagon, la sorcière qui circule à sa barre est souriante et détendue, elle prend les commandes des jeunes sorciers sans s’inquiéter. C’est la rentrée, c’est la joie !

    « Patacitrouille ?! Jus de Citrouille glacé ? Souris en sucre ? Chocogrenouille ?! »

    Cette alléchante litanie bien connue résonne dans tous les compartiments. Profitez-en ! Qu’allez-vous acheter ?

    Nouvelle secousse. Décidément ce vent…
    Depuis le chariot de firandises, tombent quelques articles.
    Toute joyeuse, la vendeuse ne s’en soucie pas.
    Dans le couloirs et devant quelques portes de compartiment traînent donc quelques paquets de Patacitrouilles, et de chocogrenouille et des dragées surprises !
    La luminosité baisse un peu. Des gros nuages dehors ?
    Hum, ça sent l’orage…


    ***


    HJ : Pour acheter vos friandises, n’attendez pas que la vendeuse vous réponde ou autre, dites simplement que vous achetez tel ou tel bonbons etc !

    Il est maintenant midi passé, nous sommes l’après-midi, le voyage continue !

    Vous avez la possibilité d’acheter : des patacitrouilles, des dragées surprises, des plumes en sucre, des suçacides, des chocogrenouille, du jus de citrouille glacée… bref, les bonbons sorciers habituels !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ethan C. McAllister
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 496


Feuille de personnage
Gallions: 90
Points de Magie: 29

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Mer 22 Fév - 0:49

L'action se situe entre le moment où Joren et Ethan quittent le compartiment d'Edgar (qui s'est égaré dans la nature o/) et le moment où ils rejoignent le leur.

    Ethan se redressa en toussant comme un tuberculeux, ayant avalé sa salive de travers. La bête, rien que ça. A quand la brouette pour les valseuses ? Pauvre Pryde, avec son pois chiche en guise de cervelle, il fallait bien compenser avec le deuxième cerveau ! Mais avant qu’il n’ait pu ouvrir la bouche pour répliquer, le professeur O’Brian leur ordonna de sortir. Mais euuuuuh, il voulait se lancer dans une joute verbale avec le petit Dunsty u.u Pas marrante celle-là. Surtout avec son histoire de minou, c’était tellement classe. Grommelant et jurant, le brun se leva à la suite de Joren et explosa d’un rire de morse asthmatique après le superbe « miaou » de son pote. Il adressa un grand sourire à peine hypocrite à leur prof et sortit du compartiment, suivit de près par Cloé, avec sa sucette dans la bouche. Bwaaaah, comment les gens pouvaient ils décemment manger des trucs sucrés franchement ? Une secousse du train projeta Ethan contre la vitre et il était persuadé d’avoir perdu au moins une pommette dans l’affrontement. Tandis qu’il marchait tranquillou dans le couloir, le brun posa ses mains sur les épaules du Gryffondor devant lui et se mit à chanter « c’est la chenille qui redémaaaaaaarre » avant de faire le bruit du train comme dans les Aristochats. J’ai entendu crétin ? Un tintement retentit au loin et il devina que la dame aux saloperies sucreries descendait le long du train pour pseudo nourrir les affamés du coin. Personnellement, Ethan préférait se noyer dans de la déjection de troll que de manger une seule patacitrouille. Il ficha la trouille à un petit groupe de 3ème année avant de continuer de marcher en silence. Gnuuuh, il s’ennuyait comme un vieux rat crevé. Se retournant et marchant à présent à reculons, il adressa un grand sourire à Cloé qui se trouvait juste derrière lui. Il l’aimait bien cette petite, elle rigolait à ses blagues pourries (coupiiiiine o/). Et puis elle était jolie, ce qui ne gâchait rien.

    - Franchement ma petite Cloé, comment tu fais pour manger des trucs pareil ? Comme l’autre taré derrière avec ses sucettes à la pomme.

    Il désigna Joren du doigt avant de faire un clin d’œil très appuyé qui pouvait limite s’entendre. Et tandis que le brun marchait à reculons, il failli écraser un petit garçon pas plus haut qu’une table et lui donna une tape dans le dos en guise d’excuse qui propulsa le gamin d’au moins 3 mètres en avant. Et un traumatisé pour la 4, un ! Le lion haussa les épaules et continua son petit manège en sens inverse de la marche normale. Il exécuta 3 pas de danse, beugla bien fort « on s'emmeeeeerde » ou encore « Léaaaandre mon amour, je rentre bientôôôt » et il entendait d’ici le « lopette » de ce très cher Pryde. Il fit un autre sourire à Cloé, un peu plus moqueur cette fois. Il faut dire qu’entre elle et Léandre, c’était assez tendu, parfois. Se remettant dans le bon sens, il passa un bras autour des épaules de la blonde.

    - Hé Cloé, tu ne veux pas venir dans notre compartiment ? C’est un endroit charmant !

    Plus théâtral et plus foutage de gueule tu meurs. Le brun fit un grand moulinet dans les airs avec son bras et blablata pendant 3 minutes sur la flore anglaise qu’ils pouvaient apercevoir à travers les vitres et sur les méfaits du sucre sur les dents. Tout un programme donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1710


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Mer 22 Fév - 16:15

    Elrik continuait d’avancée à grandes enjambées. Il baissa la tête un instant et se rendit compte que le p’tit bonhomme devait accélérer la cadence pour le suivre, quant à la jeune fille, elle était à la traine derrière. Cela dit, tous deux le suivaient, c’était déjà ça. En même temps Monroe n’avait pas imaginé le contraire une seule seconde. ‘Manquerait plus que ça. Il retint quand même un soupir, autant contre lui-même que contre la situation. Cette fichue habitude de marcher d’un pas rapide… à l’orphelinat aussi, il oubliait tout le temps que les petits n’avaient pas le même rythme. Il devait sans cesse revenir sur ses pas pour éviter de les semer. Non, ce n’était pas ce qu’il cherchait inconsciemment à faire, bande de mauvaises langues ! Reprenant son port droit, le regard fixé devant lui et le visage impassible, il fit attention à ralentir le pas, et les paroles du gain montèrent jusqu’à lui. S’il avait été un animal, on aurait au moins pu se contenter de voir son oreille bouger en direction de cette petite voix qui piaillait près de lui, pour savoir si oui ou non, Elrik l’écoutait. Là, rien. Il marchait sans ciller, sans tourner la tête, excepté pour regarder s’il y avait des places disponibles à l’intérieur des compartiments qu’il croisait. Extérieurement, l’homme n’avait pas envie de se montrer plus intéressé que nécessaire par les babillages de l’enfant. Mais au bout d’un instant – cinq bonnes minutes après que le gamin eut terminé son laïus – Elrik s’autorisa à bouger les lèvres.
    « Ton père doit être quelqu’un d’honorable. Tâche de t’en montrer digne une fois en classe. »
    Vlam. Non, non aucune intention de casser le petit là-dedans. Ton neutre. Droit au but. Carré. En vérité, Elrik trouvait cela très bien que ce jeune homme parle de son père avec autant de passion, mais ce n’était ni le lieu, ni le moment… et encore moins sa place, de le lui montrer. On ne l’avait pas envoyé là pour faire ami-ami avec les gamins, mais pour leur enseigner à maîtriser l’art des potions, pour veiller sur les Poufsouffle et pour que ce voyage se déroule dans le calme. Et c’était bien ce qu’il avait l’intention de faire, en dehors de cela… non, non, non. Ne pas repenser à Ellia, ne pas penser à Loki, ne pas penser… par tous les saints mais qu’est-ce que c’était que ce vacarme tout autour ?! Il n’arrivait plus à s’entendre penser !

    Un nouveau bruit, tout proche, attira son attention par derrière, Elrik s’arrêta et se retourna d’un mouvement brusque, restant tout de même bien campé sur ses pieds, tandis que le train secouait leur progression. La jeune fille qui les suivait avait visiblement trébuché en se prenant les pieds dans une cage qui trainait. Drapé dans une sérieuse indifférence, comme il en était ainsi depuis le départ, le nouveau professeur de potion attendit que la jeune fille les rattrape, l’accueillant par un « Fais attention où tu marches. Reste près de moi, avec Monsieur NDiaye. » Il avait retenu son nom, z’avez-vu quand même ! « Nous allons bien finir par trouver un endroit où vous installer, parce que nous ne sommes pas encore arriver. Il faut prendre ton mal en patience, jeune homme. » Wah, phrase longue. C’est qu’il sen sentirait presque concerné ? Par le problème ! Progrès !!
    … Non, non. Ne rêvez pas. Compte tenu du ton toujours sec qu’il employait, non, pas de progrès.

    Toujours pas de place, et plus cela allait, plus Elrik tiquait sur des éclats de voix, des cris, des paroles… tout cela allant de paire avec l’augmentation des questions intérieures qui l’assaillaient. On lui avait reproché d’être trop dur, et pas assez conciliant pour les plus petits sorciers, à l’orphelinat, mais les adolescents, franchement… était bien plus indiqué ? Ses géants lui manqueraient presque… Il pouvait taper sans se poser de question sur eux, au moins.
    Interruption de pensées : bouchon dans le couloir.
    Une voix très pompeuse l’accueillit. Un grand brun, tiré à quatre épingle. Maintien élégant, l’œil vif et alerte. Sûrement un dernière année. Elrik l’écouta sans ciller, ni laisser son visage bouger d’une seule micro expression.

    « Merci Monsieur Westchester. L’avant du train. Je n’y avais pas pensé. » souffla-t-il d’un ton égal. Du lard ou du cochon ? La question se posait côté Monroe comme côté Westchester. Elrik savait qu’il ne devait pas juger les gens sur une simple approche. Et encore moins juger tout court. N’empêche que les manières trop polies du jeune homme ne le convainquaient pas. L’excès… piège de tous les vices. Qu’importe ce gamin avait raison, il semblait y avoir pas mal de bazar aux alentours. Ça n’était pas à Ellia de faire la police toute seule. Il fallait se bouger.
    Bouger.. bouger… Argh ! Impossible, le Seigneur Westchester bouchait le passage, avec une petite brune accrochée à son cou. Elrik observa leur manège, refreinant son impatience. Heureusement cela ne dura qu’un instant. Un frère et une sœur échangeant quelques paroles, ça n’avait rien de grave. Derrière, un braillard qui chantait plus mal qu’un ivrogne, ça par contre, ça l’agaçait davantage. Elrik adressa un signe de tête au jeune homme qui s’en allait dans la direction opposée puis, reporta son attention sur ces deux soldats en herbe. Le petit serait-il à Poufsouffle ?! L’idée lui traversa la tête. Hum… Elrik en doutait. Et la fille ?! Il le saurait en temps voulu.

    « Bon. On y retourne. » Et zut, il fut encore une fois stoppé par le chariot de bonbons et friandises qui arrivaient à leur niveau. Quelle idée de permettre aux gamins de se farcir l’estomac de sucrerie, juste avant le banquet. Et vue les secousses du transports, c’était donner du travail à l’infirmerie à coup sûr en arrivant ! Il adressa un signe de tête poli à la vendeuse, brièvement, et s’assura à nouveau que personne ne trainait.
    « Allez, on ne va pas y passer la nuit. En avant, en avant ! » répéta-t-il avec l’amabilité d’un gendarme avec sa matraque coincée au bon endroit.
    Finalement, vers la tête du train certains compartiments avaient l’air moins bondé. Elrik stoppa donc son pas devant l’un d’entre eux. Un peu de calme, entre temps ils avaient croisé des élèves vraiment bizarres… des petites blondes qui sautillent avec les bras en l’air en chantonnant, tout ça…
    Et Ciel ! C’était le boxon dans ce compartiment. Des bouts de cartons en étoiles… c’était des shuriken ou quoi ?! jonchaient le sol.
    Il porta son regard vers ses deux petites recrues, enfin la grande et la petite et leur désigna le compartiment. « Là, il y a de la place. On s’assoit et on reste tranquille. »

    « Ennnnnh un nouveau ! un nouveau ! M’sieur M’sieur t’es qui ?! Tu veux voir mon katana ?! »
    Elrik se retint d’écarquiller les yeux devant la furie brune qui sautaient d’un siège à l’autre pour atterrir sur ses pieds. Sans chercher d’avantage, il saisit le sabre en mousse qu'elle avait en main.
    « Hey !
    - Confisqué. Range ce bazar. Fais de la place, tu vas avoir de la compagnie. » Là-dessus et sans écouter davantage de babillages, il sortit du compartiment. Manquant de marcher sur un paquet de chocogrenouille traînant par terre, Elrik se baissa pour le ramasser.
    « Monsieur NDiaye. Je en sais pas à qui cela appartient mais ça n’a rien à faire par terre. Prends-le et range-le. » Il confia donc le paquet de chocogrenouille abandonné à Jason, et sans un mot de plus, repartit dans le boyau du couloir.

    Désolé pour le pavé t_t ! S'pas terrible je ferai mieux après o

    Bilan : Elrik a conduit Jason & Lorelei jusqu'au compartiment de Salomé, où actuellement il n'y a plus que Salomé. Qui rale donc parce qu'Elrik lui a confisqué son sabre.
    Le chariot repasse près de vous régulièrement, mais déjà vous avez gagné un paquet de chocogrenouille o/

    Jason & Lo, si jamais vous vouliez aller dans un autre compartiment, postez ailleurs sans problème en disant juste que vous nêtes pas restés avec Salomé ^^

_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@


Dernière édition par Elrik H. Monroe le Ven 24 Fév - 19:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cléophée P. Lambertson
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 308


Feuille de personnage
Gallions: 34
Points de Magie: 280

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Mer 22 Fév - 18:54

    Sortir du bruit et des cris fit du bien à la jeune Serpentarde qui commençait à fatiguer des engueulades de sa directrice de maison. Elle suivit les Gryffondor et remit sa cape sur ses épaules, il faisait plus frai dans le couloir du train que dans les compartiment et cela surprit un peu la jeune fille qui frisonna en voyant une fenêtre ouverte. Les gens étaient ils malades ? Ou bien ils voulaient le devenir. Quoi qu'il en soit, il était hors de question de refroidir tout le train et la Verte et Argent se dépêcha de fermer la fenêtre en appuyant dessus lorsqu'ils passèrent devant. A peine sortit, les deux Gryffondor faisaient les kékés. Ceux là alors, ils ne pouvaient pas se tenir tranquille plus de cinq minutes, c'est dingue quand même. Sucette toujours en bouche, la jeune fille grimaça lorsque Ethan parla à Léandre sur un ton plus que bancal et éclata de rire lorsque ma voix de Dustan sortit du compartiment pour commenter tout ça. Les garçons étaient absolument intenables et ça, Cloé en était persuadée.

    Un ébranlement du train plaqua la jeune fille contre le mur, manquant d'écraser un charmant Serdaigle qui passait par là. Un gnôme fut envoyé à l'autre bout du train par son ami qui voulait lui faire une tape virile dans le dos -viril à onze ans c'est difficile mais aller l'expliquer à Ethan vous !-. Bref, la blondinette se redressa tant bien que mal et repartit en suivant Ethan. Elle vit Joren rentrer dans le compartiment où elle aperçut Léandre. La blondinette se bloqua. Elle ne rentrerait pas là dedans. Plutôt supporter un Dustan en chaleur ! Parce que Léandre c'était quelquechose aussi et autant elle se prennait la tête avec les deux, autant Léandre était le dernier des garçon qu'elle pouvait voir. Bref, elle n'irait pas. Heureusement Ethan le comprit et s'arrêta avant de lui parler. La jeune fille fut amusée par la remarque du Rouge et Or et c'est en s'appuyant sur le bord de son compartiment qu'elle répondit :

    - Je ne te demande pas comment tu manges une dinde entière à chaque thanksgiving je crois !

    Elle remit sa sucette dans la bouche et sentant le petite bâton de bois sous sa langue, elle comprit que c'était bientôt la fin. voyant au loin le professeur de potion, la jeune fille se rapprocha contre le Gryffondor pour se dissimuler dans son ombre et ne pas se faire remarquer par le le professeur Monroe, elle allait encore en baver une année de plus alors elle pouvait bien prendre un peu de répit. Heureusement il passa avec deux morveux, les claqua dans un des compartiment et en ressortit avec un.. sabre en mousse ?! Peu importe, il allait dans l'autre sens et la jeune fille se détendit. Elle se recula un peu et releva les yeux vers le Rouge et Or qui lui proposait ironiquement de rentrer. Plutôt mourir était un peu théâtral. Je te suis serait terriblement ironique. La jeune bloden préféra tout simplement lui retourner l'invitation :

    - Tu ne veux pas qu'on aille s'installer avec mes presque cousins Westchester ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Jeu 23 Fév - 12:30

    - Ah non ! Non, c'est plus possible, je sors ! s'était écrié Alan après dix minutes de lecture.

    Dix minutes pendant les quelles Kenneth ne s'était pas tue une seule fois. Relou, relouuu ! Ce môme était en vérité pire que ce qu'avait tout d'abord imaginé Alan. Savait—t-il simplement ce que « se taire » voulait dire ? L'aiglon en doutait. La fille, qu'il ne connaissait absolument pas, n'avait pas dit un mot, se contentant de regarder la scène, et lorsqu'Alan s'était plongé dans son livre, il avait tout simplement oublié sa présence. Aaaah, le bonheur de la divination … Et puis l'énervement avait rapidement pris le dessus et le brun s'était levé, décrétant qu'il partait. Alan avait attrapé son sac à dos avec ses quelques gallions et sa baguette magique. Il y avait glissé le petit totoro en peluche qu'il aimait tant, son livre et s'était tourné vers la fille.

    - Je, euhh … je sais pas comment tu fais pour rester là ! Moi je m'en vais, c'est plus possible ! Si … enfin, euuuh, euuuuuuh, si tu veux, tu peux venir avec moi, hein ! avait marmoné Alan, plus rouge que le blason des gryffondor.

    - Hey, hey, toi là, pourquoi tu rougis comme ça ? T'es amoureux, c'est ça hein ? Nan mais moi, je m'en suis rendu compte dès le début, que t'étais amoureux d'elle ! C'était évident quoi !E-VI-DENT ! Moi chui pas amoureux, hého, faut pas déconner, être amoureux c'est un truc de bébés ! Moi je pense que …

    La voix de la jeune fille avait coupé court au discours du lion débile et un petit peu trop bavard.

    - Je vais venir avec toi, là ce n'est plus possible, je crois !

    Ils étaient donc sorti du wagon, Alan en oscillant légèrement, le visage toujours très rouge. Très très rouge. Quoi ? Maieuuuh, noeuuuh, il était pas amoureux de la fille, il la connaissait même pas ! Et puis Ethan, il était mieux, d'abord è_é ! Bref, les paroles sans queue ni tête de Kenneth avaient plongées Alan dans un silence pesant. Un instant, les deux élèves avaient marchés dans le couloir, sans trop savoir ou aller. L'aiglon serait son sac contre lui, devinant vaguement sous la toile la forme de la peluche. Gniii, il voulait la sortiiireuh ! Et puis, conscient tout de même que son attitude n'était pas des plus sociable, il fini par se tourner vers la jeune fille.

    - Euuuuh … euh, euuuh, je, euuuh …

    Mais oui ! Allé, essaye encore, mon poussin !

    - Désolé, pour euh, ce qu'il a dit, l'autre, là … C'est euuuh … c'est pas vrai, hein ! Je suis pas, euuuh … je … je suis pas amoureuuuux, heiiin ... mais euh, c'estb pas parce que tu es pas joliiie, hein ! … maiuuuh, Ethaa.... s'enfonça bien comme il fallait Alan.

    Oui allé, tais-toi mon cœur, tu va te ridiculiser si tu continue comme ça ! Penaud, Alan finit par arrêter de baragouiner des choses sans interet. Il mit rapidement son sac sur les épaules et, rouge vif, il tourna le visage vers la demoiselle.

    - Je m'appele Alan. Et j'vais, euuuh … par là. Voir des amis, des Gryffondors, si tu veux venir …

    … Décidément, cette année s'annonçait bien difficile, pour ce petit piou piou piou, kass dédi o/ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/
avatar

Hestia C. Matthews
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 82


Feuille de personnage
Gallions: 143
Points de Magie: 30

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Jeu 23 Fév - 13:15



« Dis, c’est quoi ces lettres ? C’est ton amoureux qui t’écrit ? Il est dans quelle maison ? Je le connais ? Car moi je connais tout le monde ! Sauf les p’tits nouveaux ! J’suis sûr qu’il joue au Quidditch ! Tu réponds pas ? C’est pas grave, tu lis, ça doit être important. Enfin, Moi quand j’écris c’est pour écrire des chansons ! Je chante trop bien moi ! J’adore les trop les Les Bizarr' Sisters ! Moi j’aimerais trop être célèbre plus tard ! J’aurais trop de sous ! Je pourrais avoir tout ce que je veux, rien que pour moi ! Du genre une super baguette avec mon prénom dessus quoi ! Mais j’ai déjà plein de chose tu vois, à mon anniversaire j’ai eu… »

Après avoir finalement fait demi-tour afin de se poser dans le wagon bruyant, Hestia avait ouvert ses lettres afin de les lire. Malheureusement, il était difficile de comprendre les mots qui s’alignaient avec grâce sur le parchemin à cause de la voix caractéristique du jeune Gryffondor. Parfois, la Poufsouffle se relevait et souriait au jeune homme avec politesse comme pour faire semblant de s’intéresser afin qu’il arrête définitivement de parler.

Cependant, la manœuvre ne marchait pas, et plus le temps passait et plus la jeune fille se crispait… La patience était une de ses qualités les plus poussées, et pourtant, en cette matinée de rentrée, elle s’était envolée très rapidement… Un soupir se fit alors entendre… Bientôt, elle allait craquer et ça n’allait pas être beau à voir… Mais avant de gambader gaiement sur le chemin qui menait au côté obscur de la force, la sorcière releva la tête pour la nième fois de la journée afin de gratifier le bavard d’un sourire large mais crispé.

Arriva alors, comme un sauveur envoyé par les astres, un jeune homme un peu plus jeune qu’Hestia. Le moulin à parole qu’était Kenny se mit à tourner, encore, et encore, comme si l’apparition l’avait littéralement plongée dans une transe à faire peur. Ni une ni deux, le sorcier sortit sa baguette afin de faire taire la petite voix en pleine mutation du Gryffondor. Ne sachant pas quoi faire, la Poufsouffle écarquilla les yeux de surprise, puis adressa un sourire sincère à celui qui venait de faire revenir le silence. Fermant les yeux, elle se replongea dans sa lecture en espérant que le calme allait régner un moment… Mais ce fut une grosse erreur.

A nouveau, Kenny retrouva sa voix, ce qui donna vraiment envie de pleurer à Hestia. Si cela continuait, ils allaient devoir le transformer… Impossible de rester là sans rien faire. Alors que le jeune homme pestait comme Miss Teigne, celui qui avait tenté un sort prit la décision de quitter le compartiment. N’attendant pas une seconde de plus, la Poufsouffle rangea ses lettres dans un petit sac et répondit à la question qu’on venait de lui poser en se levant. Il était temps de fuir.

Le couloir était d’un calme reposant, c’est pour dire, cela faisait tellement de bien qu’il aurait été plus simple de se poser en plein milieu pour un moment de réflexion intense. Le sorcier qu’elle suivait parla alors d’une voix peu assurée afin de dire que le petit bavard racontait n’importe quoi. Dans un seconde temps, il voulut se présenter ( ?) mais ce fut un échec… Loin d’être moqueuse, la petite blonde sourit chaleureusement comme pour traduire son encouragement. Elle apprit alors qu’il s’appelait Alan et qu’il cherchait ses amis qui étaient à Gryffondors. N’ayant aucune priorité pour l’instant, Hestia posa sa main sur un rebord de fenêtre afin de pas tromber, et se mit à parler.

« Ne t’inquiète pas, ce petit pense bien ce qu’il veut. Moi c’est Hestia. »

Un clin d’œil mit un point final à sa phrase. Reprenant alors son souffle, la jeune fille continua sur sa lancée.

« Je vais t’accompagner si tu veux, ça ne me dérange pas. Après tout, je te dois bien ça. En plus, je pense savoir où ils sont car j’ai du traverser le train pour trouver un compartiment. Tu viens ? »

Hestia prit alors le chemin qui menait au fameux wagon en entrainant Alan avec elle. La première porte passée, la jeune fille se prit encore une fois le pied dans l’encadrement et se rattrapa de justesse sur le mur. Décidément sa maladresse la suivait partout et elle ne manqua pas de le dire à celui qui l’accompagnait.

« Je déteste ces petits rebords… j’espère que tu n’es pas aussi maladroit que moi, sinon, on risque d’arriver à la fin du voyage.. »

Surtout que devant eux se dressait tel un boss final, la chariote de celle qui apportait les traditionnels bonbons aux sorciers affamés. La traversée du train se montrait aussi difficile que celle entreprise par Frodon lorsqu’il dut rejoindre le Mordor afin de délivrer les Terres du Milieu du futur règne de Sauron en jetant l’anneau de feu dans la montagne du Destin... Il fallait du courage, beaucoup de courage.


_______________________________________________

~~Récapitulatif ~~

"Alan & Hestia partent afin de rejoindre le Wagon où se trouvent la petite troupe des Gryffondors !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 847


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Jeu 23 Fév - 23:33

    Ellia referma la porte du compartiment derrière elle et laisse passer les deux Gryffondor ainsi que Cloé Lambertson qui avait elle aussi décidé de s’en aller, laissant Dunstan Pryde seul avec les jumelles Royston. Advienne que pourra, Ellia ne voulait pas savoir ce qui allait se passer maintenant dans ce compartiment, ils étaient quand même bien assez grands pour se gérer tous seuls. Ou pas. Quoique les jumelles étaient un minimum responsables, elles ne permettrait pas un trop gros bordel. Ou pas. Ouais, rien n’était sur finalement. Après tout, après ce qu’elle venait de voir, elle pouvait s’attendre à tout. Le couloir était presque désert à présent. Respirant un peu mieux, Ellia s’appuya dos à la cloison et prit une grande inspiration. Il fallait qu’elle se calme, sinon elle allait craquer. Et pleurer devant les élèves ne serait pas une bonne idée. Mais la jeune femme n’arrivait à garder ses émotions pour elle. C’était difficile de confronter tant d’action, et tant de personnes à la fois. Elle qui avait passé un an à ne voir personne d’autre que sa famille, et l’année dernière presque tout le temps enfermée dans son bureau. Minerva ne lui avait pas franchement fait un cadeau en lui confiant le train en ce premier Septembre. Mais il fallait qu’elle soit forte et qu’elle prenne son courage à deux mains pour s’en sortir. Ca ne devait pas être si compliqué que ça. Et puis elle n’était pas seule. Corwin était là aussi. Elle ne savait pas où il était mais il ne devait pas se trouver bien loin.

    Après avoir prit encore quelques profondes respirations, Ellia se redressa correctement, prête à reprendre son chemin. C’est à ce moment là que la femme au chariot à friandises choisit de passer. Alors que Corwin était toujours dans l’esprit de la jeune femme, elle eut une idée. Elle s’approcha du chariot, attendit que des élèves de deuxième année prennent leurs bonbons, et fouilla dans sa poche pour trouver de la monnaie. « Je vais vous prendre deux Chocogrenouilles et un Fondant au Chaudron, s’il vous plait. » Demanda t-elle à la madame bonbon. Oui, Ellia avait une idée derrière la tête. Mais d’abord, il fallait qu’elle trouve Ellaria. Elle n’avait même pas prit le temps de chercher sa nièce, qui se trouvait dans le train, pour son premier voyage en direction de Poudlard. Quelle tante indigne.

    Ellia lâcha quelques sourires aux élèves qu’elle croisait, cherchant sa chère petite tête blonde, mais elle restait introuvable. Par contre, une silhouette familière se dessina au loin, sortant d’un compartiment. Corwin venait de refermer la porte derrière lui et s’avançait vers elle. Ellia lui fit un petit signe de la main et se rendit à sa rencontre. Une figure non hostile. Quel bonheur. Alors qu’elle se plantait devant Corwin et qu’elle allait lui demander comment il allait et si tout se passait bien pour lui, le train prit un virage un peu violemment et Ellia se retrouver projetée contre l’homme qui se trouvait en face d’elle, lui tombant presque dans les bras. Elle rougit instantanément, et s’éloigna lorsqu’elle eut retrouvé son équilibre. Décidément, tout était contre elle aujourd’hui. « Oups, désolée Corwin. » S’excusa t-elle avec un mince sourire. Tout la déstabilisait depuis ce matin. Il fallait définitivement qu’elle se reprenne. « Tiens, c’est pour toi. Je crois que c’était tes préférés non ? » Demanda Ellia en sortant de sa poche une des deux Chocogrenouilles qu’elle avait acheté un peu plus tôt. Oui, d’après ses souvenirs, Corwin adorait les Chocogrenouilles. La deuxième était pour Ellaria, à qui elle voulait faire découvrir cette friandise super bonne. Quand à elle, Ellia croqua dans le Fondant au Chaudron qu’elle avait acheté pour elle. Et ne dit plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Ven 24 Fév - 10:25

    Le ciel s'assombrit, et s'assombrit encore.
    Une nouvelle secousse agite le wagon. Des valises posées sur les portes bagages au dessus des sièges tombent.

    Le temps d'un battement de cil, le noir remplit le wagon. Il vous semble entendre un bruit de frottement étrange, le métal contre la roche.

    Puis la lumière du jour réapparait.

    Vous êtes passés par un tunnel ou quoi ? Mais. Il n'y a pas de montagnes à cet endroit normalement...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elrik H. Monroe
Unbowed, Unbent, Unbrokenh
Unbowed, Unbent, Unbrokenh


Messages : 1710


Feuille de personnage
Gallions: 134
Points de Magie: 97

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Sam 25 Fév - 8:19

    Une mission Accomplie. Une ! Les deux gamins avaient enfin trouvé une place assise. Elrik était satisfait. Cela se voyait à sa mine… figée dans l’expression placide de son visage, dans son regard prêt à saisir la prochaine bêtise osant moufeter sous son nez pour l’emprisonner entre ses griffes et l’étouffer, à son corps tendu, ses poings fermés… Oui bon d’accord, Monroe satisfait, ça ne se voyait pas !

    Elrik, donc, égal à lui-même depuis son entrée dans le Poudlard Express était reparti pour arpenter en sens inverse ce long couloir semé d’embuches.

    * Marche. Une, deux, une, deux. Marche - Brouhaha, Brouhaha - Une, deux, une, deux. Stop - Brouhaha, Brouhaha *
    Elrik essayant de se concentrer, tout en poursuivant sa ronde. Il examinait les compartiments les uns après les autres.
    RAS. (Celui des gryffondor passe entre les mailles du filet, youhou !)

    Refermant une porte derrière lui, l’homme aperçut au loin une main qui s’agitait dans sa direction. Son cœur fit un joli plongeon dans le vide, sans prévenir.
    Ellia.

    Il fallait s’attendre à la recroiser, bien entendu. Elle ne lui laissa pas vraiment le temps de rassembler ses esprits ou de s’enfermer derrière l’impassibilité qui le caractérisait. En deux secondes, la sorcière se tenait devant lui. Si bien qu’il dut la regarder avec un air d’ahuri pour le moins ridicule, durant une bonne minute entière. Par le tout Puissant, c’était elle. Pas de doute là-dessus.
    Est-ce qu’elle remarqua la façon plutôt étrange et farouche dont il la détailla ? Sans doute que non. Le train vint s’en assurer en les secouant à nouveau. Plus cela allait, et plus c’était dur de garder son équilibre. Elrik se rattrapa de justesse, bloquant son pied contre le mur du compartiment, quant à Ellia… il l’accueillit contre lui, serrant ses bras autour d’elle par réflexe, non sans maladresse. Puis l’information monta au cerveau, il ressentit aussitôt l’envie de se carapater vite et loin. Dès qu’il eut ôté ses mains des bras de la Sorcière, comme s’il venait de toucher des braises, elle se redressa et se tint en face de lui, normalement. Elrik fit de même, ignorant du mieux possible la panique silencieuse qui sévissait au fond de lui. Cela devenait une manie de lui tomber dessus (non Elrik, deux, trois fois c'est pas une manie, on se caaalme!)
    Ellia aussi semblait déstabilisée, ce qui au fond le rasséréna, pour une courte durée…. Il fallait qu’il lui dise qu’elle faisait erreur sur la personne. Mais avant qu’il ne puisse ouvrir la bouche, elle lui avait collé une chocogrenouille dans la main…
    Ses jambes allaient flancher. Elles allaient se dérober, s’enfoncer dans le sol. Il se tenait sur des sables mouvants, là ? Non ?
    Non. Aucune chance de fuite aussi simple. Ses jambes tiendraient bon, de même que sa figure imperturbable. C’était bien ça le problème.

    « Merci. » Il déglutit lentement, refermant son poing sur la friandise. Venant de la part de cette femme, ce n’était pas pareil que de les trouver dans un paquet entre les mains des jeunes élèves… Elle n’était pas pour lui, cette chocogrenouille, elle était pour Corwin.
    « Tu as bonne mémoire. » Ajouta-t-il.
    * ...Enfin presque. *

    Il releva les yeux vers elle. Ce n’était ni le lieu, ni le moment. Il observa la Sorcière reprendre une allure tranquille pendant qu’elle croquait dans son fondant au chaudron. Vraiment… ni le lieu, ni le moment. Oui mais parfois, il faut se faire violence.
    « Ecoute, Ellia. Je… »
    - Je vais tuer cet abruti ! Dix points en moins alors que nous ne sommes même pas encore à Poudlard ??? Il ne finira pas le voyage en un seul morceau ! » La voix de jeune fille qui claqua dans l’air le coupa tout à coup.
    « Mais atteeeeeeends-moi ! Floraaaaaa !
    - Bouge-toi Eleanor ! Je ne veux pas que ce sinistre crétin m’échappe !
    - Où tu veux qu’il aille en dehors du train Floraaaa ?!
    - Il faut s’attendre à tout ! Bon sang, c’est la règle d’or des préfets ! Eleanor qu’est-ce que tu as dans la tête ?!
    - Mais euuuuh !
    »
    Elrik fronça les sourcils et se retourna. Deux jeunes filles, une rousse et une brune, arrivaient à leur hauteur. Elles portaient déjà toutes deux leur uniforme. L’une était impeccable, sans aucun défaut : ni dans le nœud de la cravate, ni dans le tombé de sa cape et encore moins sur son insigne de préfète, brillante comme un gallion neuf. Serpentard. C’était inscrit dessus ! Mais même sans les couleurs ou le badge, on l’aurait deviné. La deuxième était plus relâchée dans son maintien. Sa cape était criblée de pin’s comme un ciel sombre constellé de pois de toutes les couleurs. C’était assorti aux barrettes dans ses cheveux noirs, une vraie palette arc-en-ciel moulée en forme de nounours, de petits canards, petits chats et papillons. Pourtant, elle était loin d’avoir la taille réglementaire d’une première année. Il était écrit Poufsouffle sur son insigne à elle.
    * Seigneur, aidez-moi. *
    Elles les dépassèrent sans mot dire. La rousse, préfète des serpentard, avait pris soin d’adresser un signe de tête respectueux à Ellia en guise de bonjour, et la brune leur avait lancé un grand sourire pour aussitôt chuchoter à l’oreille de sa collègue.
    « Floraaaa tu crois que c’est qui le nouveau ??? Il a un sabre en mousse à la ceinture t'as vu.... »
    Discret. Au loin, il put l’entendre crier « Edgaaaaaar qu’est-ce que tu fais ici tout seul Choupi ?! Mais, où est le pin’s que je t’ai offert ?! Tu ne l’as pas encore perdu ?! Roooh ! »
    L’année allait être longue.

    Okay, bon où en était-il ?! Ah oui. Buh.
    Hélas ! Le sort décida que : non, il ne réussirait point à finir sa phrase aujourd’hui. Une plus violente secousse saisit le wagon, le noir les enveloppa durant une seconde, un vacarme naquit de part et d’autres du couloir. Elrik porta sa main à sa ceinture. A peine ses doigts effleurèrent sa fiole de Lucioles dansantes que la lumière revint. Son regard se planta dans celui d’Ellia.

    « Toi qui as bonne mémoire... est-ce qu'on passait par des tunnels, déjà à ce moment du voyage ? » Elrik secoua la tête. Des voix d’élèves éclataient un peu partout. « Nous ferions mieux d’aller voir… »


_________________

Spoiler:
 


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/8 ! @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1174


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Dim 26 Fév - 12:59

    Galaad avait quitté en vitesse le compartiment des Gryffondor avant se faire brûler ou pire couper les cheveux (y en a qui ont le sens de priorités o/). Ce n’était vraiment qu’une bande de barbares ! Bon d’accord, il avait pas été très fin sur ce coup là, voir carrément stupide. Qu’est-ce qu’il lui avait pris d’insulter l’autre gourdasse en public ? Normalement il savait se tenir ! Il fallait dire qu’elle lui avait foutu les jetons en sautant comme ça sur lui, sans raison. Non mais sérieusement, elle croyait réellement qu’il pouvait être intéressé par elle et son cheveu sur la langue ? Il lui manquait une case à cette fille. De toute manière, Galaad n’était intéressé par personne car personne n’était assez bien pour lui. Et puis il était fiancé. ... Bon d’accord il y avait cette fille du Chemin de Traverse qui était incroyablement... Incroyable. Qui était-elle, il n’en avait aucune idée mais, Merlin ce qu’elle était belle, le petit Westchester en avait encore des étoiles dans les yeux rien que d’y penser.

    Stop. On arrête de penser à ça et on... on fait quoi en fait ? Ah oui Chuppa, il était toujours perdu celui-là. Bon, il le retrouvait, le ramenait à Morgwenn et allait s’enterrer dans un compartiment plein de Serpentard pour le reste de voyage en priant Morgane pour ne plus croiser aucun stupide Gryffondor. D’ailleurs il avait encore cette stupide marque de griffure sur le nez à cause de ce stupide chat. Hop un petit sort de soin accessible à un troisième année et la marque disgracieuse avait disparue.

    Alors qu’il fouillait à nouveau les compartiments, il y eut soudainement une violente secousse, tout devint noir et Galaad se prit une cage à hiboux sur le crâne. Il poussa un cri on ne peut plus féminin et fut sonné pendant cinq bonnes minutes. Heureusement un de ses camarades de dortoirs s’occupa de le remettre sur pieds. Oui, oui, ça va très bien. Mais que c’était-il passé par Salazar ? Il n’y avait pas de tunnel à cette période du voyage normalement ?

    Se remettant de ses émotions et massant sa nouvelle bosse sous ses cheveux d’ébène (wouhaaaa les cheveux d’ébène comme Blanche-Neige, si c’est pas la sse-claaaaa \o/) (mais qui est le prince charmant ?), Galaad fit une petite pause pour acheter quelques patacitrouilles. Gnuuuu ses bonbons préférééééééés *o* Voilà qui allait le remettre d'aplomb \o/ Alors qu’il se goinfrait mangeait avec élégance la friandise sorcière, le jeune homme repéra une rouquine assise dans le couloir, il allait passer son chemin en lui demandant froidement de dégager lorsqu’il s'aperçut que c’était la jeune Liedequierk, une amie de sa soeur. La Serdaigle était une des rares personnes a lui montrer un minimum de respect et à être aimable avec lui. Et elle avait ramené Chups !

    S’il avait été doué de la life, Galaad se serait très certainement baissé pour demander à la demoiselle ce qu’il n’allait pas. Mais Galy n’était vraiment pas doué de la life. Extrêmement maladroit dès qu’il était question de relations humaines, il évitait en général de faire des trucs de Gryffondor ou de Poufsouffle du genre «aider les autres». Aussi le jeune homme se planta devant sa camarade et chercha quelque chose à dire pendant un temps infiniment long.

    - Vous devriez enchanter votre appareil moldu, il ne va plus fonctionner bien longtemps, nous allons entrer en zone magique.

    Yeaaaaah Galyyyy ! Ça c’est de la conversation ! Tu ne veux pas lui demander ce qui ne va pas ? Non ? Vraiment pas ? Bon bah essaye de faire un geste alors, j’sais pas, montre que tu t’inquiètes ! Comment ça t’en a rien à foutre ? C’est la coupine de ta soeur alors tu vas faire un effort mon coco !

    Mal à l’aise, Galaad se racla la gorge et... tendit une main vers Elyon pour l’aider à se relever. Une fois qu’elle fut debout devant lui, il lui donna une petite tape sur l’épaule. ÇA c’est THE manière de réconforter les gens, non ? Aller, une holà pour Galaad \o\ \o/ /o/

    - Vous... Vous voulez qu’on aille ailleurs ? Je dois toujours trouver le dernier Boursouflet de ma soeur.

    Bilan : Galaad a relevé Elyon assise dans le couloir et montre au monde entier à quel point il est doué en relations humaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Orion K. Moriarty
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 188


Feuille de personnage
Gallions: 71
Points de Magie: 9

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 0:04

Après être sorti de ce wagon de fous, laissant Westchester à son triste sort, cookies bien empaquetés dans son sac à dos, le gryffondor se demanda un instant où pouvait bien être Lou. Il ne l’avait pas vue depuis qu’il avait suivi Joren dans la cabine occupée par Tortensia, et si elle ne lui avait pas trop manqué, en compagnie de ses amis, là, il se sentait partant pour une conversation avec sa serdaigle préférée. Lou pouvait parfois se montrer extrême, et mériter le surnom que lui donnait les gryffondors, reLou, mais pour lui, qui la connaissait depuis l’enfance, elle paraissait incroyablement fragile, alors forcément, ça réveillait ses vieux instincts virils à deux noises.
Passant au travers d’un groupe de troisième années qui gloussèrent comme des hystériques, il tourna la tête à gauche puis à droit dans l’espoir de l’apercevoir. Il se doutait qu’elle devait être en stress pour ses poissons. Honnêtement, il n’avait jamais compris son engouement pour ses bestioles aquatiques : Un chat, on peut le câliner, un chien, c’est cool pour jouer, mais un POISSON ? Ces trucs se cognent contre les parois de leur fichu bocal au moins 50 000 fois par jour, tout simplement parce qu’ils OUBLIENT que ça s’est passé. Pas franchement le genre de créature avec qui on avait envie de tailler une bavette. Au moins, quand il parlait à Petibon, le hibou se montrait réceptif. En mode volatile, donc du coup, il ouvrait juste son bec, mordillait sa cage ou s’ébrouait. Bref, on était pas là pour rédiger un traité de la Supériorité du Hibou sur le Poiscaille.
-Scusez-moi, pardon, scuzeeeez-moi. Rooh mais tu le bouge ton derrière, oui ? Meeerciiii.
Bousculant ses camarades et s’attirant même quelques insultes qui ne firent que glisser sur la toile cirée de son indifférence, le gryffondor poursuivit sa route, projeté de temps en temps contre la porte d’une cabine par une brève secousse. Au bout de la troisième fois où sa joue se fut retrouvée écrasée contre le bois, il laissa échapper un juron moldu très peu élégant. Décidément, Lou ne savait pas tout ce qu’il endurait rien que pour savoir si elle allait bien. Il se demandait vaguement si ses potes gryffondors avaient déjà pendus Westie par les pieds et fouetté jusqu’au sang à l’heure qu’il était, lorsqu’il aperçut enfin la chevelure brune de la préfète des serdaigles. Pas trop tôt, hein ! Il avait presque remonté tout le train, et avait même croisé un type taillé dans le roc, qui devait sûrement être un nouveau prof –ou un vigil.
-Lou ! Hey, Lou Sparrow !
Il leva le bras en l’air –comme un jet-setter- et la héla, progressant vers elle avec un sourire ravi au visage.
-Ah bah c’est pas trop tôt, hein, ça fait une plombe que je te cherche ! Sushi et Magicarp vont bien ? Personne les a bouffé au final ?
Orion, la délicatesse incarnée, démonstration.
Attrapant la fille par le bras, il lui administra un bon gros câlin d’ours, avant de la relâcher, oui, il n’avait pas vraiment de raison d’être gênée avec elle, Lou était une bonne copine, pas une potentielle conquête –et elle ne le serait jamais, à moins qu’il… Ouais non, il la considéraitt presque comme ça sœur, ça lui faisait bizarre, tout ça. Baaaah, bref, il aimait Lou, en tout bien tout honneur.

Comme sa potesse avait l’air sur les rotules, il la tira par le bras, cherchant du regard une cabine libre en faisant la conversation. Il n’aimait pas les blancs, plus encore avec elle qu’avec quiconque. Alors il se transformait en un vrai moulin à paroles. Racontant ses vacances passionnantes –il avait réussi à convaincre son père de ne tenter aucune expérience engageant du fromage français, de peur qu’il n’empeste la maison, et puis, il avait aidé sa mère à faire le ménage –pour la virilité, on repassera- et puis, évidemment, il orienta la conversation sur Melisande et Tim, qui faisaient leur rentrée ensemble.
-Je suis presque sûr qu’il va atterrir à Serdaigle, il est tellement… -il voulait dire « bizarre », mais se souvenant de justesse qu’il parlait à la reine des étrangetés en tout genre, il rectifia le tire- … créatif.
Pfiou, franchement, un jour, sa langue trop pendue le perdrait !
-Bah tiens, quand on parle du loup ! Coucou Timmy!
Il montra d’une geste de la tête son frère, qui n’était qu’à un mètre d’eux, mais alors qu’il lâchait la main de Lou pour aller ébouriffer la tignasse de son frangin, une secousse plus vive qu’aucune autre le projeta au sol, tandis que le wagon était soudain plongé dans l’obscurité, l’espace d’un instant.
-Tim ? Lou ? Ca va ?
-Orion, retire tes mains de là tout de suite !!!
-Hein ? Mais de quoi tu parles ?
Il pouvait sentir la froide moquette du train sous ses doigts.
-Tes mains sont sur ma poitrine, espèce de bouse de TROLL !
-Hein ? Quoi ? Mais ça va paaas ?
Il se redressa d’un coup, pile au moment où la lumière revenait
-TIM !

Le première année avait bien les mains pile sur le décolleté de la coupine de son frère. Le rouge monta rapidement aux joues du Moriarty, qui attrapa son frangin par le col
-Spèce de p’tit pervers ! C’pas comme ça que tu vas péchot !
-Excuse-moi, Orion, mais il est évident, compte tenu de ma chute, que je n’y suis pour rien si j’ai malencontreusement atterri sur ta petite-amie ! Et puis, ce n’est pas comme si elle avait une poitrine si généreuse que ça !

Petit coup d’œil d’ado de 17 ans vers Lou pour vérifier… Ah oui en effet… MAIS NOM D’UN MOUTON-GAROU, c’était pas la question !
-C’est pas ma petite amie ! Et maintenant, retourne te faire des potes bizarres, espèce de bouse ! Et toi, viens avec moi, ajouta-t-il, les joues toujours bien rouges en tirant de nouveau Lou par le bras, à la recherche d’une cabine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 1:58

Elyon se morfondait plus ou moins depuis quelques minutes lorsqu'elle vit un de ses potentiels sauveurs arriver. Hum. Très potentiel. Elle leva les yeux vers lui, qui cherchait visiblement quelque chose à dire. Qui chercha quelque chose à dire pendant un bon moment. Elle ne put retenir un léger sourire devant sa remarque. L'utilitaire est toujours pratique pour commencer une conversation, elle en savait quelque chose. Elle fit un effort pour se montrer... Gaie, avenante, aimable...? Présentable, voilà.

"Merci, mais mon père s'en est chargé avant que je parte. Il ne me reste plus qu'à espérer qu'il est plus doué pour ça que pour monter les étagères..."

Un sentiment d'agacement lui monta à la tête à ce souvenir et elle lança un regard noir à son lecteur CD (qui la fixa de ses yeux brillants d'innocence).

"Oui, il a intérêt à ce que ça fonctionne. Si ça ne marche pas... Ah, sérieusement, je sais pas encore ce que je ferais mais il va le regretter. Pas que ce soit un problème fondamental, je peux essayer de le faire ou demander de l'aide, mais quand même, qu'il ne soit pas capable de faire ça... Oh, pardon, je parle trop. Surtout qu'il ne s'agit là que d'une hypothèse."

Elle rangea l'engin en soupirant. Lorsqu'il tendit la main, elle cligna plusieurs fois les yeux, peinant à réaliser (bah ouais, quand même un peu). Elle accepta son aide avec un ravissant sourire et trouva absolument adorable de sa part de se soucier d'elle. C'était agréable, de temps en temps, de recevoir un peu d'attention. Bien qu'elle se demande pourquoi est-ce qu'il était aussi gentil avec elle.

Après la petite tape sur l'épaule et la phrase qui montrait le malaise de son vis-à-vis, elle décida de venir avec lui. Après tout, non seulement ça pouvait être intéressant, mais en plus c'était ça ou déprimer toute seule en regardant par une fenêtre. Mais pour qu'il retrouve son aisance habituelle en matière de conversation, elle devait impérativement cesser de ressembler à une demoiselle en détresse. C'est donc après avoir méticuleusement effacé la moindre trace d'humeur négative de son visage et de ses yeux (et prié pour qu'il ne remarque pas qu'elle jouait la comédie, manquerait plus qu'il sache qu'elle mentait à longueur de journées) qu'elle répondit.

"Oui, merci. J'ai eu un accès de faiblesse. Un boursouflet, hein... C'est comme ça que ça s'appelle alors, ces drôles de trucs pelucheux ? J'ai tendance à avoir un problème avec les noms. Où avez-vous déjà regardé ? Et ce n'est pas trop dur à gérer, trois trucs hyperactifs comme ça ? Enfin je crois que ça bouge un peu partout non ? Je dis ça, j'en sais rien en fait. Oh, décidément, je devrais me taire. S'il vous plaît, dites-moi quand je vous embête, je ne voudrais pas vous être désagréable."

Elle tenait à être en bons termes avec le serpentard, pour des raisons obscures et moins obscures. Pour avoir la paix, parce qu'il était de bonne compagnie, parce qu'avec lui elle pouvait ENFIN utiliser BEAUCOUP de vocabulaire compliqué et des tournures de phrases alambiquées au possible, et puis... Parce que... Ben, raisons obscures. Elle savait qu'il était loin d'être méchant, il lui donnait plus l'impression d'être... Extrêmement maladroit et un peu perdu, par moments. Et nerveux. Avec une compétence certaine pour perdre ses moyens. En fait, elle avait parfois l'impression qu'ils étaient radicalement opposés. Mais il était généralement, selon elle, super classe. Le genre noble sang-pur froid et distant qui vouvoyait tout le monde, elle trouvait ça génial. Mais on lui avait toujours répété qu'elle avait des goûts bizarres. Sûrement un tic d'écrivain. Bref. Elle était prête à le suivre, peu importe où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 954


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 11:38

    Comment Lou s’était-elle retrouvée étalée par terre avec toute la grâce d’une limace paraplégique, dans le noir total, avec ce qui ressemblait à des mains, DES MAINS, sur SA POITRINE ?? Monde pervers. Le pantalon de Dunstan n’avait pas suffi, il fallait, en plus, que son opulente poitrine (*hum hum*) serve de coussin d’atterrissage à un petit vicieux ?
    Grmbl.
    Mais revenons un peu dans le passé pour mieux comprendre la situation.
    Après s’être plus ou moins enfuie du compartiment de Pryde, ses poissons serrés contre elle, marmonnant des “mes précieuuuux” qui lui avaient attiré quelques regards interrogateurs (“C’est qui, cette azimutée ?” “Oh, rien... juste notre nouvelle préfète...” “Sérieux ? On les recrute au service psychiatrie de Sainte-Mangouste, maintenant ?”), Lou avait fait un petit tour dans le compartiment réservé aux préfets. Là, elle avait pu rencontrer ses “collègues” et se gaver de Chocogrenouilles (merci le chariot à friandises) en écoutant leur conseils plus ou moins avisés (“Si tu veux faire une fête non autorisée, essaie de pas te faire pécho, meuf, tu serais mal barrée après è_é”), affalée sur une banquette. Après avoir averti le préfet de Poufsouffle que le combo mèche+skate n’agirait en rien sur ses facultés mentales et que si elle le voyait faire une bêtise, elle n’hésiterait pas à le dénoncer, elle était reparti en sens inverse et avait décidé de mettre la main sur Alan, pour lui toucher deux mots à propos de la façon dont il s’était occupé de ses poissons, espérant vaguement qu’il n’ait pas croisé la route de sa demi-soeur et de sa vidéo compromettante au passage. Comment pourrait-elle avoir l’air crédible, elle, si dès qu’on posait les yeux sur elle, on repensait à la façon dont elle s’était accrochée à la jambe de Dunstan pour le rhabiller ? v_v

    Mais elle n’avait pas fait trois pas dans le couloir du Poudlard-Express qu’on venait de l’accoster avec une discrétion assez discutable. Reconnaissant la voix de son ami d’enfance d’Orion, elle avait fait vivement volte-face et s'était jetée comme un koala à son cou pour le câlin d’usage, lui parlant à la vitesse d’une mitraillette, ravie de voir enfin un visage amical dans les parages.

    “T’inquiète pas, Sushi et Magicarpe sont des warriors, ils ont survécu, mais franchement, je ne sais pas comment ils ont atterri entre les mains de ce fourbe, enfin je veux dire de Joren, désolée je sais que c’est ton ami et bien plus encore, mais voilà quoi, j’suis sûre qu’il avait prévu des trucs satanistes avec eux et qu’il comptait les brûler pour invoquer un...”

    C’est bien, Lou, un jour, tu apprendras que le silence a des vertus bienfaisantes, si si !
    Néanmoins, elle se tut bien vite, un peu gênée de lui raconter ce qu’il s’était passé quelques temps plus tôt dans le train, et elle le suivit dans les couloirs, l’écoutant avec attention. Elle aimait bien Orion. Il était gentil, attentionné, il cuisinait super bien et il avait toujours un ou deux cookies dans la poche. L’homme parfait, le gendre idéal ! C’était bien pour cela qu’elle était intimement persuadée qu’il préférait la gente masculine. C’était la seule explication possible. (Lou et la vision de l’homme parfait, volume 1.)
    Elle sourit en l’entendant lui parler de son frère, et sourit beaucoup moins au moment où une secousse la projeta au sol.

    Voilà comment elle se retrouva écrasée par terre, en train de se faire peloter allègrement (ou pas, mais on gère comme on peut sa paranoïa) par des petites (huhu) mains un peu trop baladeuses.
    Après avoir râlé comme elle le pouvait, elle se tut brusquement, offusquée en réalisant que ce n’était pas Orion mais son frère qui avait ainsi profité de sa position de faiblesse pour mieux mater avec les mains, et elle manqua de lui jeter sa casquette à la figure lorsqu’il dit innocemment (ou pas) qu’elle n’avait pas une poitrine si généreuse que cela.

    “Tu devrais éduquer ton frère, Riri !” lança-t-elle le plus sincèrement du mondeen se laissant entraîner plus loin par son ami, croisant sans le voir un Galaad Westchester occupé à jouer les chevaliers servants avec une demoiselle aux cheveux roux. “Être aussi pervers à cet âge-là, ça ne devrait pas être permis ! J’espère qu’il ne deviendra pas copain avec Mélisande ! Je sais comment ça fonctionne, les garçons ; il va vouloir faire ami-ami avec elle, mais ce sera juste pour mieux regarder sous sa jupe ! Haaa, les garçons ! Heureusement que t’es pas comme ça, toi ! Mais dis, c’était quoi, cette secousse ? Depuis quand il y a un tunnel à cet endroit là ? Tu crois que le machiniste a bu ? Ce serait grave, très grave !! Boire ou conduire, il faut choisir, c’est ce que ma mère dit toujours ! Tu as vu ce prof avec un sabre en mousse accroché à la ceinture ? Tu crois qu’on va nous donner des cours de combat ? Je ferais équipe avec toi, t’as l’air costaud...” Elle lui pinça le bras. “... ou pas. Bref. On va dans ce compartiment ? Il a l’air tranquille ! Je te préviens, une fois assise, je ne bouge plus, j’ai assez donné pour la journée ! Tu vas rester avec moi, hein, Riri ? Et au fait, tu n’as pas vu Alan ? Il faut que je lui tape dess... que je lui dise un truc ! Mais on a le temps ; dis, dis, tu as des gâteaux ?”

    Oh oui, la beauté du silence...



~~~

The story so far !!
Lou se laisse entraîner par Orion jusqu'à une cabine qui a l'air calme! Ils n'ont aucune idée du combat contre les chauve-souris qui s'est déroulé pendant ce temps et s'apprêtent probablement à s'affaler sur des banquettes pour parler comme des filles en mangeant des patacitrouilles et en espérant passer un voyage enfin tranquille ! \o/

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 17:43

    La suite du voyage suit tranquillement son cours. Vers 16h, les secousses du train semblent enfin se calmer, mais un courant d'air d'un froid mordant a décidé de venir chatouiller l'échine des jeunes sorciers. Est-ce le signe qu'il ne faudra pas tarder à se parer de son uniforme réglementaire et de sa cape ?!
    Peut être !

    Le temps file doucement, mais sûrement.

    HJ : Cet Event d'introduction s'achève demain IRL dans la journée. D'ici là veillez à prendre en considération dans vos RP que le temps passe et bientôt il faudra conclure ! Laissez vous guider ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hestia C. Matthews
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 82


Feuille de personnage
Gallions: 143
Points de Magie: 30

MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   Lun 27 Fév - 22:38




Finalement tout s’était bien passé dans le compartiment des démons volants. Après un léger briefing avec le « sauveur », Hestia avait pris la fuite afin de se réfugier dans les toilettes après avoir fait un léger détour par sa valise. Le calme était plus ou moins revenu dans les différents wagons, à croire que le pire était passé. Très rapidement en faisant très attention aux pièges qu’il y avait par terre, la demoiselle arriva dans un des toilettes du Poudlard Express. Contenant les larmes qui allaient et venaient devant ses yeux clairs, elle se débarbouilla la figure et constata que sa petite blessure ne saignait plus. Sans grande conviction, elle se changea afin de revêtir les couleurs de sa maison, celles de Poufsouffle. Aucun sourire ne venait éclairer son visage très expressif… La jeune fille désirait juste trouver un coin tranquille afin de se poser. Elle savait qu’elle allait craquer, comme toujours, et elle désirait le faire, de préférence, seule.

Une fois prête et fraîche comme un gardon, Hestia erra un moment dans les couloirs comme un électron libre… Revoir Kenny allait lui donner envie de tuer et retourner voir Lo’ referait ressurgir la honte qui l’avait accablée… Le regard vague, l’esprit ailleurs, la jeune fille ne fit alors plus attention à l’environnement qui l’entourait… De nouveau, ses pieds butèrent, et elle s’affala ne nouveau sur le sol, sans grâce cette fois. Tapant alors du poing en signe d’énervement, la Poufsouffle se releva en larmes. Non mais sérieusement, on lui avait jeté un sort de confusion ma parole !! Comme si elle n’en avait pas eu assez de sa journée, non mais franchement !

Couinant comme une petite souris qu’on aurait torturée à coup d’Endoloris, Hestia se posa dans le premier couloir vide. Elle se laissa alors glisser contre le mur, rabattit ses jambes contre son corps, posa sa tête entre ses genoux et se mit à pleurer en silence. C’était nul ! Nul ! Nul ! Comme elle ! Elle était passée pour une échappée de Sainte Mangouste ! Elle n’avait pas réussi à sortir son amie de la panade ! Elle s’était bousillée la lèvre et avait l’impression qu’elle avait triplé de volume. Puis elle était seule à présent, son frère n’était plus là… A cause du bavard de Gryffondor, elle n’avait même pas réussi à lire ses lettres !

Alors qu’elle se laissait aller dans son coin, toute recroquevillée, elle entendit quelqu’un arriver… Resserrant alors ses jambes, elle commençait à paniquer… Si c’était Westchester, elle n’avait plus qu’à se jeter par la fenêtre… Si c’était Lambertson, elle irait rapidement se jeter de la tour d’Astronomie pour abréger ses souffrances… Mais ne souhaitant pas mourir tout de suite, la demoiselle resta silencieuse et tentait de contrôler ses reniflements très (sexys) charmants afin de ne pas trop susciter l’attention. Fuir n’était pas une solution car elle ne souhaitait pas revoir la super moquette, lancer un sort non plus vu son état d’esprit, pas envie de transformer quelqu’un en chocogrenouille appétissante. Elle fallait juste attendre que le moment passe... Et cela risquait d'être long.




_______________________________________________

~~Récapitulatif ~~

"Hestia est dans le couloir, et elle finira le voyage dedans! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tortueux Poudlard Express [1er Septembre ; 11h etc...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Faut-il fêter le 30 septembre ?
» 11 SEPTEMBRE AUGUSTO PINOCHET OU RAROUL CEDRAS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Hogsmeade :: La Gare-