Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Lun 28 Jan - 22:50

Dans les couloirs de Poudlard, l’après-midi était propice aux gloussements et aux bavassages peu glorieux en ce jeudi après-midi. Au détour d’un couloir, Candice, qui était aujourd’hui dans une forme olympique – comme à chaque fois après un cours de soins aux créatures magiques -, se trimballait joyeusement avec un bouquin sous le bras direction le travail, ce dur labeur sans fin. Saluant rapidement au passage une ou deux têtes qu’elle reconnaissait, son ouïe qui traînait bien malgré elle en ce milieu de journée ne put s’empêcher de capter quelques réflexions de haut vol proclamées par deux deuxièmes années aux cravates vertes et argentées, en plein échange passionné – et un poil lèche-bottes - sur les grandes figures de proue de Poudlard. « Ah mais, oui. C’est clair et net ! S’il y a bien un sorcier ici qui ira loin, c’est forcément Monsieur Westchester ! » « Oui, il est tellement doué en sortilèges ! Ce n’est pas comme s’il souffrait de concurrence, hin ! »

La ferme. La ferme, la ferme, LA FERME ! C’est ce qu’elle avait envie de gueuler à l’adresse de tous ces imbéciles qui se pâmaient d’extase devant lui et qu’elle regarda froidement. Marre qu’on lui rabâchait dans les oreilles que Mister Perfection-et-balai-dans-le-fondement faisait toujours tout tellement bien : et puisque ça réjouissait à ce point tout le monde d’avoir une armée d’élèves sans vie et sans autre objectif morbide dans leur regard éteint que le travail, qu’ils fassent une tripotée de clones à son effigie, non mais ! Non ce n’était pas de la jalousie, non : c’était pire que ça, c’était de la colère pure teintée d’un esprit vengeur. La blondinette n’avait jamais vraiment supporté Galaad depuis le début de leur scolarité ... Et plus les années avaient passé, pire c’était.

Et d’ailleurs, quand Candice avait finalement entendu le professeur de Runes exulter, presque plus triomphant qu’elle, que Monsieur Manchester n’avait pas à la ramener parce qu’il avait eu un Piètre au dernier devoir, la jeune fille avait presque failli pousser un hurlement et faire la danse de la joie sur sa table de cours. Presque. Retenue et dignité chez les Pauson étaient les maîtres mots de ... N’importe quoi. Refermant sa bouche aussi sec, elle avait noté l’information dans un coin de sa tête. Histoire de lui proposer de partager son bonnet d’âne, un de ces quatre. En toute inimitié. Le souvenir lui ravivait, de fait, un sourire affable. Bon sang, un Piètre. Ca valait bien tous les exercices supplémentaires et ses propres Trolls à elle, ça !

Fort heureusement, depuis ce fameux dernier cours de Runes, ces derniers jours, la blonde avait eu fort à faire et moult chats à fouetter. Elle n’avait décemment pas eu le temps de penser à Westchester, oubliant donc de lui en mettre plein le nez : mais qu’on se rassure, Pryde avait élégamment pris sa place pendant la semaine. Lui aussi, c’était un sacré spécimen, mais dans le genre inverse total. Si le Bâtisseur en herbe – gna gna gna – était au moins reconnu pour avoir quelque chose sous la boîte crânienne, Dunstan, lui, était aux antipodes de son copain. Et rien que de repenser à cette insupportable tronche de cake infoutue d’aligner trois mots sans faire de faute de grammaire, Candice rentra dans la bibliothèque avec une expression proche de la tête d’enterrement. Elle y passait vraiment beaucoup trop de temps en ce moment ; le fait de côtoyer les aiglons, peut-être. Ou autre chose. Peu importait.

L’endroit était exceptionnellement plein à craquer. Et calme. Mazette. Qu’est-ce qu’ils avaient fait ? Avaient-ils été soumis à un sortilège d’Imperium généralisé pour se tenir aussi sages que des images ? Haussant les épaules, la septième année espéra tout de même qu’il y avait un coin tranquille où elle pourrait s’installer. Elle avait un peu de travail, quand même, ce n’était pas pour rien qu’elle venait ici.

Evoluant entre les tables, son regard finit par tomber sur une table vide, ou presque. Oh Seigneur, que la petite étoile là-haut qui veillait sur elle soit remerciée et que ... Une minute. Cette petite chevelure brune coiffée comme si c’était le jour de la photo de classe, cet air concentré et pincé comme si rien autour de lui n’était à sa hauteur, cette façon précieuse et ridicule de se tenir droit et altier comme un prince du Moyen-Age .... WESTCHESTER !

D’accord. Il avait du se débrouiller pour réserver la table entière à son nom par le régime de terreur qu’il s’amusait à imposer sur les plus jeunes : Monsieur se payait une table de quatre chaises vides, n’en occupant qu’une, l’autre étant chargée de ses affaires. Ben voyons. Une colère sourde grimpa dans les entrailles de Candice comme du lierre persistant.

« Oh, quelle bonne surprise. Je peux ? Bien sûr que je peux. » Sans la moindre gêne, elle s’assit, lui faisant volontairement face, et posa son bouquin sur la table dans un petit bruit sec. Non, il fallait l’avouer : c’était odieusement drôle de savoir qu’autour d’eux, tous les regards s’étaient braqués sur le Serpentard et la Gryffondor. Merlin, que faisait l’impudente à s’asseoir face au grand Galaad ?! Elle voulait perdre la tête de suite ? Ahah, et l’autre petit bouffon vert, qu’est-ce qu’il va bien dire à une fille qui a plus de corones que lui ? Bref, vous l’avez compris, ça tendait l’oreille pour guetter leurs chuchotements, et ça trépignait dans les gradins improvisés de la bibliothèque pour l’occasion. Ca trépignait, oui, mais en silence.

L’arrêtant avant même qu’il ne s’offusque, pique un scandale de drama queen ou lui demande direct de se tirer de là, la lionne l’interrompit de la main. « Alors ouais, ça ne me fait pas plus plaisir qu’à toi, tu peux le croire, mais comme tu peux le voir la bibliothèque est bondée et y a plus de place ailleurs qu’ici. Et puisque des gens de ... ton espèce ont droit à une chaise et un bout de table, pourquoi pas moi ? » Dit comme ça, on avait presque l’impression que Candice ne posait cette question que par pure et innocente rhétorique. La vérité, c’est que dans son esprit bouillait une seule volonté : qu’il lui rétorque une de ses sornettes à deux Noises sur le sang pur. Allez, vas-y, dis-le, mon petit Westy. Comme ça on va pouvoir bien rire !

Echanger des civilités n’était pas leur genre qui plus est. Même si Galaad avait tenté de soumettre Pauson au régime du vouvoiement comme tout le reste de l’école, elle, ça l’ennuyait profondément d’avoir à supporter ces manières guindées, qui de toute manière n’étaient qu’un beau vernis pour cacher la pourriture intérieure. Sous le beau marbre d’apparat, que des poutres branlantes et rongées par les termites.

« T’attendais pas McAdams au moins ? » Victory, la gourde accrochée en permanence à la ceinture de Galaad. Goguenarde, elle le jaugea avec un petit air de félin, qui savait d’ores et déjà qu’il avait affaire à une monstrueuse pelote de laine géante. Et elle n’attendait que ça, qu’on vienne la griffer et la dérouler avec hargne. « Tu me diras, elle doit avoir la phobie des livres. Elle en a déjà ouvert un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1172


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Jeu 31 Jan - 23:17

C'est ce qu'on appelle un gros pâté pour ne rien dire x)

En ce jeudi 7 octobre, Galaad était un rien mélancolique. Après son cours de potions à jouer à « le premier-qui-regarde-l’autre-a-perdu » avec Joren ainsi qu’à « le-premier-qui-rougit-a-perdu », sans oublier le légendaire « je-te-frôle-mais-j’ai-trop-pas-fait-exprès », le jeune homme avait avalé en vitesse une salade filet du diable et une ou deux cuisses de crapaud panées, avant de filer à la bibliothèque. Il avait eu un peu de mal à se mettre au travail, trop occupé à soupirer en pensant à Joren et à leur petit moment privé il y avait maintenant une semaine. Ils n’avaient pas reparlé depuis, s’évitant comme la dragoncelle. C’était très perturbant. Les deux cours de potions qu’ils avaient eu entre temps avaient été... glacials.

Et pendant ce temps, il continuait de se faire démonter par les Gryffondor. Il évitait Arcker encore plus que d’habitude, de peur que Joren (ou même McAllister puisqu’il semblait au courant...) ne lui ait dit ce qu’il s’était passé. Bref, Galaad faisait le mort ces derniers temps et ne cherchait qu’une seule chose : se faire oublier. Il avait l’impression de retourner un an en arrière quand il était obligé de baisser la tête parce que sa famille était en plein procès pour collaboration avec le Seigneur des Ténèbres. Une sombre histoire.

Il était à peine midi et demi lorsque Galaad entra dans la bibliothèque. Les lieux étaient déserts, il prit une table pour quatre histoire d’avoir de la place pour ses livres. Parce que Monsieur Westchester avait toujours une pile de livres vertigineuse. Ça impressionnait les gosses. Non, la vérité était qu’il avait besoin de place pour étaler ses plans de manoir. Il avait parfaitement conscience qu’il ferait bien mieux de travailler plutôt que de se disperser dans ses loisirs, mais le pauvre garçon avait bien du mal à se concentrer ces derniers temps. Il faisait ce qu’on lui demandait, de toute manière il n’avait guère le choix, mais cette histoire avec Joren le perturbait. Beaucoup. Trop. À la folie ? Pas du tout.

Le jeune homme passa deux bonnes heures à se vider la tête (et non pas autre chose, bande de pervers U.U) en usant sa plume sur ses plans. Il avait dû apprendre à dessiner avec Oscar, mais ça n’était pas bien compliqué. Des lignes droites, quelques courbes. Il faisait des petits gribouillis lorsqu’il voulait signifier un décor sculpté ou une connerie dans le genre. De toute manière, il aimait les choses épurées, sobres. Il put terminer le plan de sa salle de bal, parce qu’il y aurait bien évidemment une salle de bal dans son futur manoir è.é Et à ceux qui se posaient la question : oui, Galaad était un très bon danseur. Sa mère l’avait forcé à prendre des cours depuis l’âge de treize ans afin qu’il puisse danser lors des galas. Il avait tendance à être un peu raide, mais c’était un détail mineur.

Après s’être bien amusé, Galaad dût malgré tout retourner à des occupations plus terre à terre. Il devait commencer son devoir de runes pour rattraper son dernier échec. Rien que d’y penser, il avait envie de pleurer. Il priait Morgane, Merlin et Mordred pour que cette nouvelle ne parvienne pas aux oreilles de ses parents ou pire, de sa grand-mère, mais n’avait que peu d’espoir. Sa mère surveillait de trop près son éducation à Poudlard pour qu’un Piètre passe inaperçu. Elle ne lui enverrait pas une Beuglante, c’était bien trop... prolétaire, mais elle ne se priverait pas pour autant de lui adresser une missive plutôt salée. Quelle bouse de dragon ._.

Bref, Galaad se mit à ses devoirs, son encyclopédie runique en cinq volumes prête à l’emploi. Le deuxième volume était d’ailleurs ouvert en grand sur la table. Il avait laissé ses rouleaux de parchemins en vrac sur la table d’à côté, son sac posé sur la chaise. Il grattait son parchemin lentement, vérifiant chaque signe dans le dictionnaire. Bien trop peur de se tromper, encore une fois. Il avait la tête comme une citrouille, mais ça n’était bien important. Les sourcils froncés, les doigts crispés autour de sa plume, il se demanda soudainement s’il n’avait pas confondu le syllabaire gobelin du Ve siècle avec celui du VIIIe. Ils n’y avaient pas de grandes différences entre les deux, mais c’était considérable ! Il étouffa un juron très distingué avant de faire une belle boule avec son parchemin. Il la lança dans la poubelle sans prendre la peine de se lever. But.

Il prit un nouveau rouleau, tentant de garder son calme, lorsqu’il entendit une voix dans le lointain. Trop occupé à se maudire intérieurement, il n’avait pas vu l’arrivée de Pauson, ni son installation opportune juste en face de lui. Il la fusilla du regard, près à sortir les griffes. Il serra les dents en l’entendant l’insulter, mais ne réagit pas. Il ne devait pas répondre, elle n’en valait pas la peine. Galaad reprit son travail en silence, faisant comme s’il n’avait rien vu, ni rien entendu. Du moment qu’elle se la fermait, il pourrait supporter sa présence. Même si ses délicates narines étaient déjà opportunées par la puanteur de son sang impur.

Le Serpentard eut un geste pour vérifier que sa cravate était bien en place et passa une main distraite dans ses cheveux un brin trop longs. Il tourna nerveusement les pages de son encyclopédie avant de se rendre compte que ce qu’il cherchait était dans un autre volume. Paf, le lourd ouvrage s’écrasa sur la table à sa droite alors qu’il ouvrait le tome trois. C’est alors que la voix criarde de la Bouffonne-plaquée-or revint à la charge. Il se sentit rougir à l’évocation de Victory. Mordred, il détestait quand on lui parlait de ça. Ça avait vraiment été une idée débile de sortir avec elle. Mais bon, maintenant il était un peu coincé, il se devait de faire durer la relation pour ne pas se retrouver couvert de honte. Il releva son manuel devant lui pour ne plus voir cette crétine et tentant de faire abstraction de sa présence. Elle n’en valait pas la peine. Il prit néanmoins la peine de murmurer du bout des lèvres, pour la forme :

- Vous êtes dans une bibliothèque, Mademoiselle Pauson. Veuillez baisser d’un ton, voire même ne plus parler du tout. Il y a des élèves qui souhaitent étudier dans le calme, et j’en suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Lun 4 Fév - 17:41

La tronche du siècle ! Mémorable ! Une énième fois, Candice regretta que des systèmes de caméras moldues n’existent guère dans la bibliothèque : elle aurait pu se repasser en boucle cette mine courroucée, un poil constipée, qui crispait chaque trait du visage du Serpentard. C’était comme si un duel intérieur des plus sanglants avait pris place dans ses entrailles. C’est que ça devait être sacrément dur de ne pas avoir envie d’envoyer valser la table et de partir en courant. Il devait être persuadé que la blondinette allait lui refiler le syndrome du « sang sale », une des innombrables conneries que le racisme sorcier avait pu laisser traîner dans son sillon.

Pourtant, au demeurant, son impassibilité faisait mouche : Candice avait beau taquiner le goujon avec la subtilité d’une massue frappant dans l’eau, le grand brun restait aux abonnés absents. Bon, très bien : elle n’avait plus qu’à monologuer jusqu’à ce qu’il craque. C’était souvent de cette façon qu’elle les avait tous à l’usure. Ah, les garçons ... La parlotte était décidément une arme redoutable avec eux.

« Attention West-West. Tu vas frôler l’explosion interne si tu continues comme ça, il faut te détendre. C’est parler de Mc Adams qui te met dans cet état ? Il va falloir penser à relâcher toute cette pression, c’est ... fiuh. » Elle poussa un profond soupir de relâchement, ne manquant pas de sourire d’un air narquois. Ne manquait plus qu’il commence à lui faire un speech entrecoupé de vouvoiements exagérés et de remarques toutes faites sur ‘l’éducation débridée et visiblement ratée’ que Candice devait avoir : car bien sûr, les filles de petite vertu, ça n’existe pas dans les grandes lignées sorcières. Et Victory était, bien sûr, la Sainte-Vierge. « Surtout qu’elle n’est pas très discrète, et qu’elle colle pas mal Pryde ces temps-ci. Tu veux pas finir avec des petites cornes, n’est-ce pas. » Petite pause de réflexion, suivie d’un léger éclair de lucidité moqueuse. « A moins que vous soyez tous les deux très ouverts d’esprit. » Galaad Westchester, ouvert d’esprit et libertin assumé. Elle faillit se rouler par terre de rire, mais se retint une fois de plus, car comme chacun sait, et comme le rappelait le septième année avec une justesse glaciale, la bibliothèque n’est pas faite pour les jeunes filles trop expressives.

S’assagissant donc comme par magie, la blonde lionne lui accorda un petit hochement de tête en signe d’acquiescement à sa requête grinçante, et ouvrit le livre qu’elle avait emprunté à une page au hasard. De toute façon, le prétexte était posé, tout comme le contexte : ne manquait plus que le vert et argent se prenne bien gentiment au jeu pour qu’elle ait une raison valable de ne pas travailler. De toute manière, en se tenant face à cet imbécile trop propre sur lui, elle était clairement incapable de rester de marbre. Son esprit était constamment titillé par une remarque acerbe, une pique juteuse qu’elle pouvait généreusement lui adresser.

Dans un souffle, Candice se pencha vers lui, espérant qu’il reculerait comme si le choléra l’avait frôlé. Ce qui était devenu au départ blessant et vexant avait fini par se retourner contre le vert et argent : elle s’amusait bien dans le rôle de la pestiférée. « Mais je comprends, tu as raison, le travail avant tout. Il faut que tu suives les judicieux conseils de Gracia. Sinon tu vas encore te taper un affreux ... Piètre. » Le dernier mot avait été lâché avec une délicatesse rare et sincère, sa langue insistant avec une minutie particulière sur chaque consonne qui pouvait rendre un peu plus douloureux ce rappel à l’échec.

Ah. Le pied, la jouissance totale, l’extase à l’état le plus brut. Certes, on était loin de l’image charitable, joyeuse et enjouée de Candice Pauson ; mais on ne récolte que ce que l’on sème. Les Serpentards n’avait rien en eux qui puissent réveiller en elle quelque chose d’un tant soi peu positif.

Reportant toute son attention sur le livre ouvert devant elle pour continuer de le parcourir d’un regard attentif – tu parles -, Candice s’était donc confortablement renfoncée dans sa chaise, gardant un silence de marbre alors qu’elle adressait un signe évident de moquerie qui mimait clairement le « Motus-bouche-cousue ! » à l’un de leurs voisins de table, visiblement fasciné et effrayé par leur combat de coq à voix sourde.

Rapidement, ce qui ne dura qu’une brève minute de concentration de la part de la Gryffondor s’acheva ; son regard clair glissait lentement vers le parchemin recouvert d’une fine écriture patte-de-mouche, où les paragraphes imposants se suivaient dans une farandole qui donnait le tournis. Et juste à côté, ce petit pot d’un noir absolu ... Brillant ... A peine agité par quelques mouvements de plume qu’on humectait ... C’était tellement tentant.

« Tu devrais reculer ton encrier du parchemin. S’il chute par accident, tu vas devoir recommencer tout ton devoir. » murmura t-elle lentement, le regard étincelant perdu dans le vague.

Non. Non, elle n’aurait pas fait ça, n’est-ce pas ? C’était une gentille, brave et niaiseuse Gryffondor. Les Gryffondors ne faisaient pas ça, mais non, ils étaient tous d’adorables petits enfants de cœur qui tendaient la joue gauche quand on giflait la droite ... C’était de notoriété publique, n’est-ce pas ? Galaad n’avait vraiment rien à craindre.

Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1172


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Jeu 7 Fév - 12:44

C’était un fait établi, Galaad était légèrement coincé. De partout. On pouvait appeler ça un air aristocratique, mais c’était surtout très guindé et... Oui, Candice avait parfaitement raison quand elle le qualifiait de constipé. Il était constipé de la vie, on allait pas en faire un drame ! Il ne faisait de mal à personne ! Enfin presque. De toute manière, il n’avait rien à faire des autres et de ce qu’ils pouvaient penser. Il avait ses objectifs personnels et ne comptait certainement pas les changer pour faire plaisir à qui que ce soit. Alors il allait préparer ce devoir de runes pour pouvoir retrouver Adriana par la suite et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Il espérait secrètement que la jeune Gryffondor face à lui décide également de travailler, car ces personnes devaient bien travailler de temps en temps pour avoir le droit de passer dans l’année supérieure, non ? Ça devait forcément arriver de temps en temps, qu’ils la ferment et mettent le nez dans leur bouquin, ils n’étaient pas allergiques TOUS au travail quand même ? Malheureusement, ça devait être le cas car Pauson reprit la parole, arrachant à Galaad un soupir. Ça allait être très compliqué, il aurait dû prendre ses bouchons d’oreille ensorcelés. Enfin il pourrait toujours tenter un sort de silence si jamais elle continuait, mais elle risquait d’aller le dénoncer. Or il n’était pas vraiment en mesure de faire le malin ces derniers temps, vraiment pas. S’il faisait encore un pas de travers, sa mère allait finir par débarquer à Poudlard pour lui remettre les idées en place... Rien que d’y penser il en avait la chair de poule. Donc il n’attaquerait pas Pauson, même s’il en avait particulièrement envie.

Encore des sous-entendus pervers... Galaad finissait par les repérer à la longue. Il ne releva même pas les yeux, même s’il se sentait rougir. Merlin, ce qu’il détestait ça. Il se maudissait d’avoir choisi Victory, il aurait mieux faire de demander à Bethney de lui servir de couverture, ça aurait été plus crédible. Enfin non, ça aurait été encore plus mauvais U.U Se servir de la cousine de sa fiancée, MAUVAISE IDEE ! Non, Victory allait très bien. Ou pas. Bref, peu importait. Et le fait qu’elle soit proche de Dunstan... Il n’en avait absolument rien à faire. Son cousin n’allait quand même pas... Hum, il fallait qu’il ait une petit discussion avec lui. Histoire d’assurer ses arrières. Il ne pouvait pas se permettre des rumeurs de ce genre. Pas contre, il ne comprit pas cette histoire d’ouverture. Il releva alors quelques instants la tête en fronçant les sourcils d’un air interrogateur. Mais il ne demanda rien, plutôt crever.

Par contre, c’était très vil de sa part de parler de son Piètre. La main de Galaad se crispa sur sa plume alors qu’il se retenait d’envoyer la Gryffondor voir ailleurs s’il y était. Oui, il avait eu une note abominable. Oui, oui, oui ! Nom d’une goule... Rien que d’y penser il avait envie de casser le mobilier. Ça n’était pas possible. En runes, en RUNES ! Et pourquoi pas un Effort Exceptionnel en Enchantement et un Acceptable en Arithmancie tant qu’il y était ?! C’était aussi improbable qu’un Optimal en Potions --’ Non mais il avait juste eu envie de sauter par la fenêtre en recevant sa copie. Il avait cru mourir de honte lorsque leur professeur avait donné à voix haute sa note. Westchester, Piètre. La prochaine fois que tu me rends un truc pareil, je te fous un Troll et je te fais recopier trois fois l’encyclopédie runique en quatre volumes. (Oui Esteban était exigeant avec les bons élèves U.U)

- Mes résultats scolaires ne vous regardent en aucune façon, Miss Pauson. Vous devriez plutôt vous occuper de vos propres résultats. À moins que vous ne souhaitiez montrer une fois de plus l’infériorité des membres de votre esp... maison lors de l’épreuve des ASPIC.

Parce que lui comptait bien exploser le score en Enchantements Cool Obtenir les félicitations du Jury, bref la totale. En tout cas avec les blablatages de Pauson, Galaad avait bien du mal à se concentrer. Il relisait la même page depuis plusieurs minutes sans la comprendre. C’était mal barré. Profitant de quelques minutes de silence, il put reprendre sa traduction. Rapidité, efficacité.

Encore une fois, la voix de la Gryffondor le fit sursauter. Ne pouvait-elle pas se taire, une heure dans sa vie. Il leva les yeux au ciel, avant de braquer ses yeux bleu délavé dans les siens. Que sous-entendait-elle ? Le jeune homme resta quelques secondes à jauger sa camarade... Avant de déplacer son encrier un peu plus loin. On ne savait jamais...

- Vous avez de l’encre sur le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Dim 10 Fév - 21:20

Bon sang, mais les Runes, c’était JUSTE des runes ! Oui, d’accord, c’était très pratique, très utile et bla-bla-bla, peu importait l’argumentaire : Gracia rendait ça improbablement chiant. Enfin, c’était son point de vue. Tallhart ne l’aurait sûrement pas partagé, trop occupée qu’elle était à baver littéralement sur l’espagnol. Tsssk. Ca se prenait pour un bellâtre et ça vous colle des Troll à tout va, tout ça parce qu’elle, elle ne jouait pas à la groupie ... Oui, forcément, ça ne pouvait être que la seule et unique raison. Pas autre chose, non. Certainement pas. Macho.

Alors la remarque sur son niveau intellectuel, très peu pour Candice. Levant les yeux au ciel avec un air visiblement blasé sur le visage, la jeune fille tourna une page du livre pour la forme. « Très spirituel Galaad. Mais, excuse-moi, je n’ai pas prévu de jouer à la bûcheronne de baguettes magiques toute ma vie. »

De toute façon, elle, ce qui l’intéressait vraiment, c’était le balai. Au sens sportif du terme, et non pas dans la terminologie ménagère, évidemment … Et puis la métamorphose, aussi, ça avait ses intérêts. Cela dit elle n’était pas pour autant sûre de renouer facilement avec la défense contre les forces du mal ; la Gryffondor avait encore quelques peines dans la pratiques et des blocages qui ne se résoudraient qu’avec suffisamment de temps et de patience de sa part.

Lui jetant finalement un coup d’œil incendiaire, la jeune fille arqua un sourcil, et poursuivit, piquée au vif. « Et contrairement à ce que Môssieur Westchester pourrait laisser entendre, ce n’est pas la pureté du sang qui fait la qualité du sorcier. Sinon la moitié de tes copains ne seraient pas d’infâmes crétins aussi intelligents que des Véracrasses. »

Ca, c’était pour le semi-lapsus retenu à grand peine par le Serpentard. Elle n’était pas plus sourde qu’idiote, et puis de toute manière elle cherchait depuis le début à le lancer sur le sujet, alors il fallait bien qu’à un moment ou à un autre, la sentence tombe.

La Gryffondor chercha au plus profond de sa mémoire la première fois qu’elle avait entendu une réflexion désagréable sur ses origines. Bien sûr, comparé à d’autres élèves issus d’une entière famille de moldus, ce genre de déconvenues lui était bien moins souvent arrivé. Mais elle avait souvenance de cette toute première attaque gratuite et stupide à laquelle ni Judith ni Alec ne l’avaient préparée à l’époque. Elle avait pleuré, tant par vexation que par incompréhension : car au fond, où était le mal à ne pas venir d’une lignée composée exclusivement de sorciers ? Cette question demeurait un mystère pour elle, qui se renforçait d’autant plus avec les années que lorsqu’elle était face à des gens comme Galaad. Par habitude et par mépris pour une telle idéologie, elle laissait finalement couler quand il s’agissait d’elle, défendant cependant ses camarades lorsqu’ils étaient ciblés. Candice ne supportait pas de telles bassesses d’opinions.

A son tour, la blondinette lui coula un regard, hésitant entre perplexité et incrédulité. Avant qu’une fois de plus, un petit sourire faussement entendu vienne pointer le bout de son nez – on est dans le thème décidément -. « De l’encre sur le nez, mh ? Ah, Westchester, si je ne te connaissais pas aussi bien, je croirais que tu cherches à me draguer. » Tiens, c’est qu’elle avait soudainement envie de rendre son déjeuner sur la table rien que d’y penser. La blague était bonne, certes, mais il s’agissait de ne pas être trop imaginatif. D’ailleurs, imaginer Westchester avec une fille la laissait particulièrement dubitative, quand elle pensait à ce que sortir avec une personne impliquait pour un personnage comme Westy. Comment un glaçon faisait-il pour couvrir d’affection une chaudière telle que Mc Adams ? Et même, plus généralement : comment ce type pouvait ressentir quelque chose pour quelqu’un et appeler ça de l’affection, voire de l’amour ? Impossible. On dépassait les lois physiques de la magie pure et simple.

Attendant que Galaad replonge la tête dans ses bouquins adorés, Candice se hâta de vérifier discrètement, par le reflet de sa montre, qu’elle n’avait effectivement rien sur son visage. Mais quel fumier. Il pensait l’avoir avec une blague digne d’enfant de cinq ans, eh bien … Bon, dans un sens ça avait fonctionné puisqu’elle avait subtilement vérifié ses dires. BREF. N’importe quoi, c’était du grand n’importe quoi.

Abandonnant l’idée tentante de l’encrier renversé, la jeune fille se redressa subitement. « Au fait … Vous recrutez quand, pour votre petit club de bons samaritains du dimanche ? Non parce que je suis plutôt intéressée. » Plus sérieuse que jamais, Candice s’accouda littéralement sur la table, repoussant parchemins et babioles de travail pour se confronter plus physiquement que jamais à Westchester. Il allait vraiment être plus que difficile de travailler, les craintes du jeune homme se confirmaient de minute en minute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1172


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Lun 11 Fév - 18:51

Il était clair que si Candice avait été plus prompte à groupiser sur Esteban elle aurait eu de meilleures notes. Enfin... Pas forcément en réalité, il y avait peut-être autre chose. Parce que même si Esteban n’était pas un professeur exemplaire, il n’était pas non plus du genre à saquer pour rien. Il y avait Strangulot sous roche ! Mais ça Galaad ne le savait pas, tout ce qu’il voyait, c’était la belle collection de Troll de sa camarade Gryffondor. Il ne lui en fallait pas moins pour se faire son opinion sur les capacités de Pauson en matière de runes.

La bûcheronne de baguettes magiques ? Galaad ne comprit pas ce trait d’humour et le prit automatiquement comme un dédain de la magie. Ces Sang-Impurs... Tous des ingrats. Incapables de mesure la chance qu’ils avaient d’apprendre à pratiquer la magie. Sous toutes ses formes. Certes, lui-même n’accordait pas grand crédit à la Divination MAIS c’était un cas à part. Ce qui était marrant, c’était qu’au final, il y avait une possibilité pour que les deux élèves se retrouvent joueurs de Quidditch. Peut-être même dans la même équipe... Ou alors dans l’équipe d’Angleterre. Hahaha... Idée à creuser pour un futur défi x) En attendant, même la passion du Quidditch n’était pas suffisante pour réunir le Serpentard et la Gryffondor. Bien au contraire, cela restait source de discorde incessante, bien qu’en réalité, Galaad n’ait jamais fait parti de l’équipe Serpentard pour autre chose que des remplacements... Bah oui, ça avait toujours été cousin Drago, plus âgé et issu d’une famille plus noble que la sienne --’ Donc bref, c’était un détail.

- Rien ne vous oblige à demeurer une sorcière si tel est votre bon plaisir. grogna le jeune homme. Cassez donc votre baguette et partez vive en monde moldu, ça sera peut-être mieux pour tout le monde. Et jetez vous du haut de la tour d’Astronomie pour faire bonne mesure, vous polluez mon espace vital, ajouta-t-il mentalement. Et quand à cette histoire de pureté du sang, je déplore moi aussi que puissance magique ne soit pas associé à multiplications remarquables des neurones. Mais que voulez-vous, ce sont des Skellig, on ne peut pas leur en vouloir. Et que je bitche discrètement sur la famille concurrente ! Néanmoins je doute que vous connaissiez suffisamment mes fréquentations pour vous permettre de les juger de cette manière. Après tout, nous ne sommes que de vilains Serpentard qui finiront tous mages noirs, enfermés à Azkaban, n’est-ce pas ? Non, il n’était pas amer. Et celui qui prétendait qu’il était sur la bonne voie et bien... Il avait raison x_x Je pourrais vous retourner cette remarque. Vos propres camarades ne sont pas ce qu’on peut appeler des intellectuels... Profond dégoût dans la voix.

Mais il n’avait que trop gaspillé sa salive. Se maudissant de s’être ainsi laissé déconcentré, Galaad replongea le nez dans ses bouquins. En face de lui, la jeune fille semblait... pensive ? Hum certainement pas, elle ne devait pas savoir réfléchir. Forcément. Par contre... Qu’est-ce qu’elle racontait >o< Il ne la draguait pas du tout ! Surpris, complètement pris au dépourvu et surtout persuadé d’avoir été ambigu sans le vouloir, Galaad se dépêtra comme il le pouvait, perdant soudainement son assurance.

- M-m-m-mais pas du tout ! Je ne vous drague pas, je ne suis pas intéressé. J’ai déjà une petite amie.

Le jeune homme piqua un fard et retourna dans ses livres. Il n’arrivait absolument pas à se concentrer, c’était infernal. Surtout que Pauson avait commencé à s’allonger sur la table pour se rapprocher de lui. Au viol ! Galaad se recula brusquement au fond de sa chaise pour mettre la plus grande distance entre lui et la Gryffondor. Qu’est-ce qu’elle racontait ? Comment avait-elle entendu parler de son plan avec Mélusine è.é Rhaa on n’était jamais tranquille dans cette école !

- Vous le saurez en tant voulu. Néanmoins je doute que vous passiez l’épreuve des auditions, il faut avoir un certain savoir-vivrez dont vous êtes de toute évidence totalement dépourvue. L’essentiel, c’est d’essayer. Je vous tiendrais au courant et qui sait... Peut-être que vous serez admise. Je meurs d’envie de vous apprendre à boire le thé et à danser. Vraiment.

Attentiooooon Galaad fait de l’ironie !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Lun 11 Fév - 21:57

Bravo ! Quelle riche idée ! Des fois, elle se demandait ce qui passait par la tête de ce garçon pour qu’il puisse débiter un tel lot d’insanités. Est-ce que la famille et l’éducation qu’elle dispense à ses enfants peut-elle être l’unique responsable d’un tel résultat ? C’était en partie ce qui devait être un des moteurs du formatage effrayant qui faisait de Galaad Westchester le jeune homme qu’il était, est et sera pendant longtemps : ça n’excusait quand même pas le fait que pour être un odieux connard, il faut avoir des prédispositions.

Dans un sens, Candice obtenait ce qu’elle voulait : les attaques à répétitions avaient fini par le faire cracher le morceau, et ce n’était pas beau entendre, loin de là. Elle regretta soudain de ne pas s’en être tenue à un geste simple, qui lui aurait pris cinq secondes et aurait enjolivé sa journée plus efficacement : le retournage surprise d’encrier sur chevelure propre du matin. Ou sa variante, sur copie de devoir fraîchement rédigé.

« Si y avait que les Skellig ... » siffla t-elle avec impertinence, le regardant par en dessous avec un air qui voulait clairement dire ‘Oui oui, c’est bien toi que je vise mon gros, et pas l’homme invisible dans ton dos !’. Non seulement ce type se prenait sévèrement pour le roi de l’école, mais en plus il n’hésitait aucunement à cracher sur toute la tripotée de bouffons qui l’entourait vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept ! Tu m’étonnes qu’ils avaient été fourrés à Serpentard, toute cette bande de faux-jetons qui puait le vice et l’entourloupe. Elles devaient être belles, les réunions de familles, songea Candice, presque morose et écœurée devant un comportement aussi lâche, notamment entre cousins – parce que, la famille avant tout, quand même, sauf cas de force majeur -.

Et puisqu’il insistait pour endosser le rôle du grand méchant loup caricatural, qu’à cela ne tienne ! « Eh bien, dit comme ça, c’est assez simpliste mais, ouais. Ouais, si ça te fait plaisir de te dire que tu finiras en taule, je t’en prie Westchester. » Si lui se moquait d’un cliché que l’histoire avait à plusieurs reprises renforcée, la blondinette, elle, avait repris l’amertume du vert et argent. Devenue plus acide et moins légère, ses yeux s’étaient animées d’une drôle de lueur : Pryde aurait joyeusement lancé qu’elle avait du ‘sable dans son vagin’, mais pour elle, les allusions à Azkaban, c’était loin d’être agréable. D’autant plus quand elles étaient faites par un garçon qui avait un bagage assez lourd pour y finir lui aussi. « Mais je me moque bien d’être amie avec des Einstein dans ton genre. Surtout si c’est pour me faire planter dans le dos à la moindre occasion. » L’amitié, un concept dont les définitions pouvaient parfois être aussi variables que ces deux spécimen qui se jaugeaient avec méfiance et répugnance.

Par chance, et cette fois-ci, elle aurait presque pu remercier le Serpentard d’être aussi prude, la réaction épidermique de ce dernier à sa petite pique la libéra des quelques résidus glacials qui hantaient cinq minutes auparavant sa voix et ses manières. Elle faillit même éclater d’un rire fracassant, mais se rappela juste à temps qu’ici, c’était le bagne ... Euh, pardon, un lieu de travail.

« Oh, on est tout troublé, Westy. A-do-ra-ble. » ironisa t-elle, joignant le geste à la parole – deux doigts dans sa gorge en signe d’appréciation, c’était tout ce qu’il y avait de plus classe et de plus limpide ! -.

Evidemment, le vert et argent n’était pas dupe : une association de gentlemen et de ladies en herbe, ce n’était apparemment pas la tasse de thé d’une fille comme elle. Non pas qu’elle ne savait pas se tenir, hein ! Parce qu’elle avait été très bien élevée par sa maman, comme, disons-le, la plupart des petites filles en Angleterre. Bonjour, merci, s’il vous plaît, au revoir ... Certes, les subtilités du petit doigt en l’air n’étaient pas son rayon. Elle se contentait bien des bases et les maîtrisait. Pour le reste, elle laissait le côté guindé et aristo’ aux autres.

« Je sais, Galaad. Je sais que tu trépignes tout autant que moi. Mais chaque chose en son temps. Et tu n’as pas la moindre idée de ce qu’une femme est capable quand elle veut quelque chose. » philosopha t-elle sereinement, trop calme pour ne pas cacher de bien vilaines intentions. Oh, oui, il pouvait avoir peur pour sa tranquillité et son rêve d’être à la tête d’un club de haute distinction : surtout si Candice Pauson s’y intéressait sérieusement. Elle était bien assez dingue pour s’y inscrire. Susurrant, plus douceâtre que n’importe quelle charmante couleuvre qu’il côtoyait à Serpentard, la Gryffondor le défia du regard, moqueuse au possible. « Crois-moi, même dans mes rêves les plus fous, je n’ose imaginer le bonheur que ca serait d’échanger un petit pas de deux. » Plutôt mourir transpercée par une centaine de lames de métal en fusion, puis de se faire arracher les yeux et les ongles encore vivante. Oui, appelez ça de l’exagération ou de la gaminerie niveau de maternelle, mais Pauson et Westchester, c’était comme l’huile et l’eau : mystérieusement et irrémédiablement insolubles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1172


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Sam 16 Fév - 11:00

Si Candice avait osé verser de l’encre sur la chevelure parfaitement parfaite de Galaad, il aurait été certain qu’elle aurait signé son arrêt de mort. Pas dans l’immédiat, certes, il n’était pas du genre à agir à chaud. Non, il aurait préparé sournoisement sa vengeance jusqu’à ce que la Gryffondor le supplie à genoux de l’épargner. Sans le moindre sous-entendu bien sûr. Il ne s’appelait pas Dunstan. Et d’ailleurs il ne savait même pas ce qu’une fille pouvait bien faire à un garçon à genoux... Ou un garçon à un autre garçon, il y avait des variantes ! Dommage pour lui. En tout cas on espérait tous qu’il le saurait bien assez tôt... C’était sans aucun doute le genre de « moment détente » dont il avait cruellement besoin. Pour se vider l’esprit, et pas que.

Là, on se demanda COMMENT on en est arrivé là, à parler de trucs sexuels. Passons à autre chose.

Contrairement à ce que pensait Candice, les Serpentard étaient extrêmement soudés et ne se tiraient pas dans les pattes. C’était juste Galaad qui pétait des câbles ces derniers temps à cause de... cf. paragraphe ci-dessus. D’ordinaire il supportait très bien ses camarades. Par ailleurs, ce n’était pas parce qu’ils étaient parfois mentalement limités qu’ils ne les appréciaient pas à leur juste valeur. Ou alors était-ce peut-être lui le problème. Ça n’était vraiment pas la question.

En tout cas, le changement d’attitude de la jeune fille ne lui échappa pas. Qu’avait-elle ? Réalisait-elle qu’elle était trop butée sur les Serpentard ? Ça l’étonnerait grandement. Galaad continua sur sa lancée.

- Quoi ? Vous doutiez encore que j’étais le futur Seigneur des Ténèbres ? D’ailleurs ne vous ai-je pas montré ma Marque des Ténèbres ? murmura-t-il d’un air que quelqu’un aux idées mal placées aurait pu qualifié de pervers, mais qui en réalité était entre le mépris et la provocation.

Par contre, il n’appréciait pas qu’on se moque de lui. Vraiment pas. En plus elle fit une grimace vraiment dégoutante qui arracha à Galaad un plissement de nez sceptique. Il se défendit comme il le pouvait.

- Je ne suis pas troublé, je suis juste perturbé par de toutes ces personnes qui me tournent autour ces derniers temps. Je suis navré, je ne peux pas être partout. À croire que les Mages Noirs ont de nouveau la côte. Le côté bad-boy inaccessible ou brun ténébreux, que sais-je...

Yoooooooo ! Galaad avait trouvé un truc à répondre \o/ Honteusement piqué à Dunstan & Cie, mais ça comptait quand même --’ Oui, il avait entendu cette réplique dans la bouche d’un de ses camarades et n’aurait certainement pas été capable de l’inventer tout seul, CERTES. Mais c’était le résultat qui comptait !

Pauson lui faisait quand même un peu peur à lui faire du charme là ._. Que sous-entendait-elle quand elle prétendait être capable de tout et rêver de danser avec lui ? Galaad ne comprit pas l’ironie dans ces paroles et se recula un peu plus. C’était totalement surréaliste. Après Joren, c’était Pauson qui lui tournait autour ? Non mais qu’est-ce qui arrivait aux Gryffondor par Morgane ! Pas vraiment assuré, il tenta malgré tout de répondre en restant dans la même veine.

- Je savais que votre haine à mon égard cachait quelque chose. Vous êtes pathétique, Miss Pauson. Je suis... flatté par l’intérêt que vous me portez, mais je crains de devoir vous éconduire.

Sur ces mots, il sortit de sa poche un de ses mouchoirs richement brodés de ses initiales. Propre évidemment U.U Reprenant un peu d’assurance, il le tendit à la Gryffondor avec autant de mépris que possible et son petit air coincé.

- Ne pleurez pas, il y a d’autre cas désespérés dans votre genre qui seront ravis de s’occuper de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Dim 17 Fév - 14:08

Il paraissait évident que Galaad Westchester était aux yeux de beaucoup de ses camarades de classe un garçon en permanence sur la retenue. Ce qui, clairement, n’était pas plus sain que vivable. Il avait toujours mis un point d’honneur à conserver cet orgueil implacable qui transpirait de tous ses pores depuis la première année, se renforçant même de plus en plus. Pourtant, si la Gryffondor n’était pas au fait de tous les rebondissements de la vie trépidante du jeune homme, ces derniers temps, il lui avait semblé que Westchester multipliait les agissements inhabituels. Une crise d’adolescence sur le tard, peut-être. Même si ça lui faisait plaisir, elle trouvait surprenant – au fond - qu’il se soit pris une gamelle en runes, par exemple. Et elle avait même surpris un ou deux verts et argents se plaindre discrètement de leur grand manitou. Etrange, étrange.

Grimaçant sans se cacher, Candice renifla avec dédain quant à son indécente suggestion de se montrer des tatouages. « Mollo, Westy. Je ne suis pas venue pour visiter le musée des horreurs. » En plus elle était persuadée qu’il devait en avoir une, ce cinglé. Ou qu’il avait failli l’avoir. C’était un peu sa vocation officieuse toute tracée, non ? Un vague et lugubre instant, la jeune sorcière se demanda si Alec en avait eu une. Un frisson imperceptible la fit frémir – le Serpentard l’interpréterait comme il voudrait, elle s’en foutait pas mal, qu’il s’imagine ce qu’il veuille ! -.

« T’as raison, ouais. C’que c’est sexy un mec qui balance des Avada Kedavra ou des Endoloris. Tellement séduisant qu’il n’y a que les Détraqueurs pour en vouloir, au final. » Clairement, on ne pouvait pas faire plus foutage de gueule. Passant une main dans ses cheveux d’un air négligé, Candice poussa un profond soupir dégoûté.

Ne rien laisser transparaître, c’était dur, d’autant plus quand elle avait juste envie de donner un bon coup de pied à Galaad et de l’insulter de tous les noms possibles et inimaginables qui lui passaient par la tête. Mais elle devait se garder de toute attitude circonspecte, de toute remarque ou tout geste qui pouvait laisser voir que le sujet la rendait furieuse. Trop furieuse pour que cela ne soit dénué d’intérêt personnel ou qu’une corde sensible ne soit pas touchée. Merde, qu’est-ce qu’il avait bouffé aujourd’hui ? Du Boutefeu chinois ? On avait l’impression d’entendre parler …

« C’est Prydosaure qui te donne ce genre de cours de dragues ? Quel raffinement. Digne d’un Milord. » Son sourire carnassier était réapparu. Oui, elle appelait Dunstan le Prydosaure, et il semblait que le pourquoi du comment d’un tel surnom était assez logique. On ne pouvait pas faire plus primitif que ce mec. Bouffer, dormir, se battre, et de temps à autre, foutre une main aux fesses d’une fille. Un vrai homme des cavernes.

Alors qu’il continuait comme il le pouvait de jouer les tombeurs, la Gryffondor n’en demanda pas plus pour rentrer dans son jeu, en rajoutant une couche alors qu’elle papillonnait d’un regard faussement humide. « Ah, merci Galaad … Snif. Oh, il sent ton odeur. » Attrapant sans vergogne le joli mouchoir brodé, la blondinette ne perdit pas une seule seconde son rictus et fit le geste qui allait sûrement faire vibrer le septième année d’horreur : elle se moucha dedans allègrement. Enfin, non, elle fit semblant, parce qu’elle ne pouvait pas s’inventer un rhume en deux secondes, c’était bien dommage d’ailleurs. Mais l’intention était présente et elle comptait : de toute façon, le tissu était rentré en contact avec sa peau, c’était déjà suffisant pour Westy.

D’une pichenette distraite mais parfaite, elle renvoya le morceau de soie brodé sur la copie de runes du Serpentard, croisant ses jambes alors qu’elle s’étirait lentement, ses yeux toujours sournoisement vissés sur son adversaire. Plus il s’enfonçait dans cette panique puérile, persuadé que ce second degré était la vérité toute nue, plus Candice jubilait. Intérieurement, s’entend. Extérieurement, elle continuait de le faire marcher, n’ayant même pas vraiment besoin de faire semblant : le Serpentard paraissait hermétique à tout sens de l’ironie sur des sujets aussi sensibles que l’attirance et le flirt. Pauvre, pauvre Victory, qui devait sûrement trouver les soirées à faire les mots croisés de la Gazette en duo terriblement longues !

« Soyons sérieux cinq minutes, Westchester. Où est passé ton inébranlable goût du challenge ? » Dit comme ça, on y croyait drôlement. « Un petit défi se présente à l’horizon et tu te débines en jouant le fier ? C’est bien une attitude de mauviette ça. » C’était à ça que se résumait la maison de Salazar. Un nid de cafards effrayés par un peu trop de lumière. « N’est-ce justement pas là le travail de votre club ? De relever le niveau de Poudlard en prenant en charge les cas désespérés dans notre genre ? De purifier les choses ? » Elle insista sur le mot, la mâchoire serrée, le regard vif, étincelant. « Peut-être bien que tu es trop médiocre pour vraiment assurer ce rôle. Ca doit être ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1172


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Mer 20 Fév - 9:38

Candice avait raison, Galaad avait failli être marqué. Par forcément par idéologie... enfin si, mais disons qu’il n’était pas un combattant. Il aurait été plus à sa place dans le laboratoire du Seigneur des Ténèbres que dans son armée. Mais il était trop jeune à l’époque, à peine seize ans. Dommage. Par contre, il était vrai que la Marque des Ténèbres n’était pas très belle, il l’avait vue sur Joann et Drago et... Non, il n’aurait pas aimé l’avoir. Heureusement qu’elles avaient disparu avec la chute du Maître. Pourtant ça partait d’une bonne idée, ça pouvait être très beau un serpent ! Mais avec une tête de mort et des oreilles de lapins qui s’enroulent autour des carottes on faisait difficilement plus kitsch.

Par contre, elle n’y connaissait vraiment rien la Sang-Impure... Magie Noire = Impardonnables, non mais n’importe quoi ! Depuis quand on résumait toute une part de la magie par trois sortilèges, c’était pi-to-ya-ble ! Est-ce que lui résumait la Magie Blanche au Patronus et au Fera Verto ? Non ! Pauson n’avait pas à parler en termes si méprisants de ce qu’elle ne connaissait pas. C’était sympa les Impardonnables, il savait en lancer un sur trois (du moins il n’en avait essayé qu’un), mais... Il y avait bien mieux !

- Qui a parlé d’Impardonnables ? Il baissa la voix de façon à ce que seule la Gryffondor puisse l’entendre. Vous ne connaissez rien à la pratique des Arts Obscurs à ce que je vois... Si je le voulais, je pourrais enchaîner votre esprit au mien, enfermer votre âme dans un flacon ou modifier votre mémoire afin que vous soyez persuadée d’être mon esclave. Néanmoins, je n’apprécie guère l’idée d’avoir un quelconque lien avec moi, fut-il de servitude... Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas, Miss Pauson. Surtout pas avec moi...

Entre nous, Galaad se la pétait grave. Il connaissait une dizaine de sorts à tout pété et aurait été incapable de les lancer. Néanmoins, il était certain qu’il avait une certaine « culture » noire, comme un vieil héritage familiale. Il fallait bien qu’il s’occupe durant les deux longs mois d’été ! Quoi de mieux que de piquer des vieux grimoires pas très nets dans la bibliothèque familiale et les lire dans sa chambre en allumant des bougies et en faisant cramer de l’encens ? Il savait tracer des pentacles aussi et faire semblant de faire appel à des puissances démoniaques. Mais bref, Pauson n’était pas censée savoir si toutes ces histoires étaient du lard ou du strangulot !

En tout cas, Galaad et le second degré, ça fait au moins deux ou trois ! Mais tant pis, il ne s’en rendait pas compte, persuadé d’être dans son bon droit. Il laissa la jeune trollesse fille prendre son mouchoir. Par contre, il n’en revoulait pas ! Lorsque Pauson lui rendit son mouchoir, il fit la grimace rien qu’à l’idée d’avoir touché quelque chose ayant été en contact physique avec la Bouffonne d’Or. Néanmoins... Il le plia d’un coup de baguette. Ça pouvait toujours servir... D’ailleurs, c’était bel et bien un cheveu que la jeune fille avait perdu dans un même temps. Galaad pensa à sa fiole de Polynectar et... rangea le mouchoir contenant le cheveu dans son sac.

- Merci, je pense pouvoir faire une poupée vaudou très correcte avec ça. Si jamais vous sentez comme des aiguilles dans votre corps dans les jours à venir, vous saurez d’où ça vient. lança-t-il avec un vieux sourire malfaisant. Je n’ai pas habitude de m’occuper des cas désespérés. Je fais des miracles, mais j’ai malheureusement mes limites. La directrice ne va pas m’autoriser à user de sortilèges de façon à purifier votre esprit, à mon plus grand désarroi. Quant à votre sang, je crains qu’il ne soit trop tard... Néanmoins, je vous ferai parvenir un formulaire d’inscription, j’ai hâte de vous voir danser avec le professeur Monroe, Miss Pauson. Mais c’est bien parce que vous insister.

Il allait le regretter, il le sentait venir à des kilomètres à la ronde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Ven 22 Fév - 21:39

Spoiler:
 

Qu’est-ce qu’il se permettait de lui taper un speech sur les impardonnables et les diverses manières mangemoresques de faire souffrir autrui ? Elle s’en foutait. Elle s’en contrefichait. Ca ne l’intéressait pas. Je ne t’écoute pas, tais-toi, la ferme, ARRETE DE PARLER ESPECE D’ABRUTI RAMPANT ! Excédée, tant par l’incroyable capacité du brun à retomber sur ses pattes qu’à son propre agacement – qu’elle ne pouvait s’empêcher de lier à Alec -, la jeune fille cracha sèchement son humeur au visage du septième année. « Galaad ? Je m’en fous. » Lui jetant un regard à l’oblique qui était suffisamment explicite quant au dégoût et au peu d’intérêt qu’elle portait aux menaces voilées de Westchester, la blondinette rajouta en toute honnêteté. « Et le jour où j’aurai envie de t’entendre déblatérer comme un psychopathe ta science sur la magie noire, je t’appellerai. Après on ira même boire une Bièraubeurre aux Trois balais, on fera des tresses à nos Niffleurs et on fera une farandole de l’amitié avec Léandre, Ethan, Joren et Orion. »

Oh, non, elle n’avait honnêtement aucune sorte d’idée sur ce que ça pouvait bien faire à Galaad de parler de Joren Sways. Elle s’en foutait même royalement : à la limite, il valait vraiment mieux pour le Serpentard qu’elle n’en sache pas un traître mot, parce qu’elle aurait véritablement pu devenir insupportable – l’arroseur arrosé version gay, ce genre de remarques … - et aurait fini de nuire à la tranquillité du septième année. D’ailleurs, il y avait fort à parier qu’elle aurait eu pas mal de questions à poser à son ami rouge et or si elle apprenait ce qui se passait réellement entre les deux jeunes hommes. D’accord, Candice n’était la mère de personne à Poudlard, et elle était toujours la dernière à être mise au courant des ragots divers et variés, mais tout de même, si un Gryffondor rencardait un Serpentard, il y avait des points sur les i et des barres sur les t à replacer !

Tournant une nouvelle page de son livre pour jouer les bûcheuses, la lionne soupira avec un ravissement faussé. « Ah, tu vois. Là, je reconnais le Westchester qui sommeille en toi. Tu sais, le petit crétin bouffi de suffisance et d’orgueil. »

Ben oui. Quitte à être en tête à tête avec un de ses pires ennemis, autant que celui-ci soit dans sa forme la plus olympique et emblématique pour en profiter au maximum ! En tout cas, le voisinage semblait s’être subtilement détendu : il apparaissait que la tension entre les deux élèves était en train de retomber avec la douceur d’un soufflé au chocolat – le bruit inconvenant en moins bien sûr -. Evidemment, inutile de préciser que les apparences ne sont jamais ce qu’elles sont, surtout avec une Gryffondor aussi remontée. Sans crier gare, elle sortit à nouveau le vert et argent de la paix intérieure qu’il pensait retrouver.

« Bon, aloooors, ce devoir de runes, il ne va pas se finir tout seul, très cher ! » Plus rapide que lui – et surtout beaucoup plus décidée à lui en faire voir de toutes les couleurs -, Candice se redressa, sortant de sa boîte tel un diable pour attraper au vol l’objet de ses convoitises. « Tu permets que je te l’emprunte ? Il a l’air très bien écrit ! Bon, par contre t’aurais pu faire la conclusiIIAAAAAAH— »

Qu’est-ce qui n’allait pas chez Candice Pauson ? Pas mal de choses, premièrement, sa faculté à emprunter tout ce qui ne pouvait décemment pas l’être. Elle n’était pas batteuse pour rien durant les matches amicaux de Quidditch en cours de vol : ses réflexes étaient pour le moins habiles, et on ne put lui ôter la manière vive dont elle s’empara du parchemin de runes de son camarade pour le lui voler impunément. Hilare et un peu trop fière de son coup d’état victorieux, la blondinette s’était laissée retomber en arrière en toute confiance, persuadée que c’était bien là que sa chaise se trouvait … Sauf que, oui, ma jolie, douce et gracieuse lionne, le mobilier avait eu le temps de bouger un peu dans le feu de l’action, et c’est avec son élégance naturelle que son fessier retomba trop loin de l’assise, et qu’elle disparut du champ de vision de Westchester pour se retrouver assise à terre, en pestant de douleur. Au vu et au su de tous ses camarades, d’ailleurs – aucun n’osait réagir franchement cependant -.

Tout ce ramdam avait achevé de ramener le membre du personnel surveillant ce jour là la bibliothèque, qui jeta à Candice un coup d’œil des plus avisés sur ce qui allait advenir d’elle si elle n’arrêtait pas son cirque incessamment.

« Putain de sa mère la bouse de Troll farcie à la merde de … Ouioui BON PARDON ! » souffla t-elle en sentant la menace d’une expulsion peser sur elle. Emergeant de la honte cuisante qu’elle venait de se prendre sans avoir – trop – le rouge aux joues, la septième année avait la main crispée sur le devoir, l’autre massant encore péniblement son dos. « Arh, je suis persuadée que t’as lancé un informulé pour déplacer ma chaise, enfoiré de Serpillière ! Avoue ! »


Dernière édition par Candice Pauson le Ven 22 Fév - 23:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Ven 22 Fév - 21:39

Le membre 'Candice Pauson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1172


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   Ven 1 Mar - 18:45

Finalement, Galaad s’amusait comme un petit fou. C’était tellement drôle de parler de magie noire ! Bon, il ne rigolait pas, il ne fallait pas abuser non plus, néanmoins ce n’était pas pour autant qu’il ne prenait pas plaisir à faire la conversation à Pauson. Un plaisir relative. N’allez pas croire que depuis qu’il fourrait régulièrement sa langue dans la bouche d’un Gryffondor (à défaut de fourrer (ou de SE faire fourrer, au choix) autre chose ailleurs), qu’il était devenu Gryffondor-friendly. Et il n’était pas gay-friendly non plus d’ailleurs. Bref, là n’était absolument pas la question.

Pauson s’en fichait ? Autant pour elle, il s’en fichait aussi. Parfait, ils s’en fichaient tous les deux et les Sombraux étaient bien gardés ! Galaad haussa les sourcils d’un air méprisant et leva les yeux au ciel. Pour une fois qu’il avait une conversation sensiblement intéressante, cette fille faisait les rabats-joies ! C’était elle qui était venue à l’origine, elle aurait pu tout aussi bien s’asseoir ailleurs ou encore mieux : partir loin d’ici. Et maintenant qu’elle ne pouvait plus jouer les cheftaines tyranniques, alors il ne devait plus rien dire. C’était Sainte-Mangouste qui se fichait de la charité !

- Je vous rappelle que vous avez décidé de venir à ma table pour quelque raison obscure et vous vous êtes mise en tête de me faire la conversation. Si cela ne vous plait pas, je ne vous retiens pas, Miss Pauson.

Et voilà que la demoiselle parlait de ses « amis ». Rien que d’entendre leurs noms lui donnaient envie de vomir. Léandre et Ethan. Les erreurs de l’humanité, les hontes du monde sorcier. Le jour où il passerait gentiment la soirée en leur compagnie n’était pas prêt d’arriver ! Ou alors si peut-être. Avec leurs cadavres. Jor... Joren ? Galaad se sentit rougir, il détourna les yeux et se pencha sur son livre. Était-elle au courant ? Non, ça n’était pas possible. Il était parano, c’était certain. Depuis l’épisode des galoches dans le parc, le Serpentard avait une fâcheuse tendance à psychoter. Il avait tellement peur que quelqu’un découvre ce qui se tramait entre lui et le Gryffondor qu’il en devenait légèrement dingue.

- Effectivement, ce n’est pas prêt d’arriver. grinça-t-il sans relever les yeux de son parchemin.

Le silence s’installa enfin. Galaad avait pu reprendre quelque peu son devoir, écrire trois lignes de traduction runique lorsqu’une douce voix stridente le sortir - encore une fois - de sa réflexion. Mordred, cela ne finirait donc JAMAIS ?! Allait-il devoir aller squatter la salle commune des Poufsouffle pour être tranquille ? Ou aller travailler dans les ruines du terrain de Quidditch ? Il regrettait amèrement sa salle commune.

Il fut tellement surpris qu’il n’eut même pas le réflexe de tendre la main pour rattraper son parchemin. Il avait été sauvagement arraché par sa camarade, si bien qu’il y avait une énooorme trace d’encre sur toute la longueur là où la plume était restée en contact avec le parchemin. Lorsqu’il releva les yeux, il assista à la chute spectaculaire de Pauson et ne put retenir un demi-sourire. C’était tellement... stupide. Il aurait aimé avoir un appareil photo pour immortaliser ce moment et vendre la dite-photo à prix d’or. Quoi que... Qui s’intéressait à Pauson ? Personne.

Amusé par la situation, Galaad s’était relevé. Il ramassa ses affaires tranquillement pendant que le jeune fille essayait de se relever avec la grâce d’une goule en chaleur. Il n’allait pas rester là, il devait vraiment travailler. Il n’allait certainement pas s’embêter à récupérer les trois misérables lignes de runes dont il se souvenait encore très bien. Il avait repéré sa petite sœur un peu plus loin et la place face à elle venait de se libérer.

- Miss Pauson, ce n’est pas que votre compagnie me dérange... Que dis-je, évidemment qu’elle m’insupporte... Mais j’ai autre chose à faire que de regarder vos cabrioles. Je vous offre ces quelques runes, ainsi peut-être que cela vous suffira à arracher un Désolant. Je vous souhaite une bonne journée et je vous ferais bien évidemment parvenir les formulaires d’inscriptions au club puisque vous souhaitez tant être en ma noble compagnie.

Sur ces bonnes parles, Galaad prit ses affaires dans ses bras et alla s’installer avec sa sœur qui l'accueillit avec un grand sourire. Il n’accorda pas la moindre attention à la Gryffondor qui lui avait fait perdre une bonne demi-heure de travail et se remit à ses runes.

Voilàààà j'espère que ça te conviendra Calinou Merci à toi pour ce RP Bulle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] How about we have a nice bowl of SHUT THE F- UP ?! [Galaad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Leurs chiens meurent pendant la traversée Nice-Calvi
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Bérénice - Faris
» Voir Nice Sous la Pluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: 4ème Etage :: Bibliothèque-