Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un deux trois nous irons aux bois ! [15.10.1999 - midnight] | PV Logan & Maël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Logan E. Murdoc
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 160


Feuille de personnage
Gallions: 316
Points de Magie: 10

MessageSujet: Un deux trois nous irons aux bois ! [15.10.1999 - midnight] | PV Logan & Maël   Mer 30 Jan - 23:35

    Logan avait un petit peu trop bu. Un tout petit peu trop bu ! Passer la soirée dans les pub moldus avec ses très rares potes de la fac, penser qu'il faisait ça pour fêter le fait qu'il avait retrouver Zephyr – et qu'il allait la revoir le lendemain, particulièrement éméché, d'ailleurs - et écumer Soho n'était pas bon pour son foie – ni pour garder les idées claires, encore moins pour ne pas être bourré, tout simplement ! C'était déjà un miracle qu'il ai réussi à retrouver son chemin jusqu'au Chaudron Baveur – ok, un pote l'avait déposé un petit peu plus bas dans la rue à sa demande, OK – un miracle encore qu'il avait réussi à trouver sa baguette et la bonne brique sur la quelle tapoter pour ouvrir le passage sur le chemin de traverse – ok, il était tombé sur un sorcier sympathique qui l'avait fait passer, OK – alors, bien sur … après tant de miracles, Logan s'était perdu. Pommé ! Largué, le coco ! Totalement égaré dans les sombres ruelles qui courraient derrière Diagon Alley. A la merci du premier grand méchant loup, mon doux et tendre et Ô combien délicat petit agneau ! @_@

    En fait, si Logan avait toute sa capacité de réflexion, le petit garçon plutôt peureux – qu'est ce que ce mec avait fait chez Gryffondor, je vous le demande – aurait flippé grave sa maman. Mais alors grave … GRAVE ! Il avait avancé sans trop regarder autour de lui – tout était sombre, tout était trouble, tout était … tout tournait ! Surtout sa tête, à vrai dire. En clair, le coco choupinou avait avancé sans trop savoir ou il mettait les pieds. Pour aller chez lui …

    L'index en l'air, Logan s'était arrêté et avait regardé autour de lui – enfin ! Avait tourné la tête autour de lui, explorant vite fait les environs. Donc alors … pour aller chez lui, il fallait tourner à droite après le super glacier, Florian Fantome ou euh … Fortarome ? Ouais, nan. Il savait pas – il savait PLUS ! Ça lui reviendrait demain, enfin, il espérait. C'était à peine si il parvenait à se souvenir du prénom de la demoiselle blonde qu'il aimait – enfin, il pensait. D'ailleurs … elle était pas brune ? Ou rousse. Oh, j'en sais rien. Enfin non, non ! Il n'en savait rien. Pas moi – enfin, pas lui ! Hu ! Ouais, ça déboitait sérieux là dedans. Donc euh … à droite. C'était le fantome, là ? Ouais. Non. Bof, il en savait rien. Bref, à droite. Il tourna à droite, avança, avança, avança, avança … et puis finit par se prendre un lampadaire cassé et tomba. Baf ! Un Logan-crèpe.

    « Putaiiiiiiiiiiiiiiiin … »

    ça tournait, ça tournait ! Et il aimait bien ça. Ou pas ? Ou pas ! Rofl ! Il savait pas ! Et il était ou, là, au fait ? Logan tourna la tête – vit vaguement un mur de brique et juste derrière *ZBAF* une palissade de bois qui semblait fragile. Elle semblait aussi avoir vécu de meilleurs jours, cette palissade ! Toute verte, recouverte de moisissure, de pourriture … A à peine un mètre, le mur de brique était à peu près dans le même état. Ne parlons pas du sol – c'était là ou était assis Logan, mais bon – recouvert de boue et de … substances chelous. Beurk ! Bref. En clair, il régnait là une atmosphère franchement glauque et malsaine. Ouais, ouais ! Et en plus, y'avait pas de lumière, là dedans ! Quel b*****, franchement … Juste la lune. Enfin, un peu. Vite fait. Des p'tits reflets. Une fois de temps en temps.

    Alors pourquoi il la voyait parfaitement, cette ombre qui s'approchait ? Et ces bruits de pas … Oh maman ! Un loup ! Ou un loup garou ! Il … il allait mourir ! Là, dans cette ruelle sombre, ses tripes et ses boyaux répandus sur le sol – alors qu'il avait une super grosse gueule de bois.

    La loose totale …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maël Q. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 40


Feuille de personnage
Gallions: 172
Points de Magie:

MessageSujet: Re: Un deux trois nous irons aux bois ! [15.10.1999 - midnight] | PV Logan & Maël   Jeu 31 Jan - 0:40



    1+1=2. Jusque-là ça va ? Je n’ai perdu personne ? Bien. Vendredi soir + Maël = risque de le retrouver ivre mort sur le palier de l’appartement, rendant tripes et boyaux (taggle Ethan) sur le chouette tapis marqué d’un « Welcome Home » accueillant, tanguant sur place, des sueurs froides sur le corps, les paumes moites, cherchant désespérément ses clefs d’une main alors qu’il tient sa baguette dans l’autre. Mais une fois n’est pas coutume, Maël n’était PAS bourré. Il ne cherchait pas ses clefs, il ne ramenait pas une jolie donzelle chez lui, il n’était pas non plus en train de faire des choses glauques dans les sous-sols du Courtisane’s. Bref, il devait être malade.

    Oh, ne vous inquiétez pas…en réalité, Maël était en train de préparer quelque chose. Quelque chose de pas très recommandable, de pas tout à fait légal et d’un peu effrayant pour des gens…comme vous et moi, dirons-nous. Il avait une mission ce soir-là, aussi se devait-il d’être un minimum seul dans sa tête pour pouvoir tout gérer. Aux alentours de 23 heures, il sortit par la porte de derrière d’une herboristerie qui le ramena directement dans l’Allée de Embrumes. Tout était parfait. Ses cadeaux pour Morgan et Medrawt étaient arrivés la veille par bateau, directement importés de la Polynésie moite et chaude…nulle doute qu’ils allaient être très contents What a Face *la joueuse ricane comme une hyène* très satisfait, Maël serra la main de l’homme qui le suivait et lui glissa quelques mots à l’oreille dans le plus grand secret. Il rabattit la capuche de sa longue cape noire sur son visage puis il repartit comme il était venu. En silence, dans la nuit noire.

    Après s’être assuré qu’il était bien seul dans la rue, il sortit son paquet de cigarette et en cala une au coin de ses lèvres, l’alluma, se détendit. Il n’y avait pas à dire, ici, on avait vraiment la paix. Oui, Maël Queen Skellig se sentait en sécurité et « détendu » au beau milieu de l’Allée des Embrumes, en pleine nuit, seul et dans le noir. Il y a les gens normaux et puis il y a ceux qui portent des guêtres en cuir chers amis…*la joueuse se fait étrangler par son perso* soudain, le pas lourd d’un fêtard – semblait-il – vint troubler la sérénité de Maël qui s’arrêta aussitôt pour voir si ce n’était pas une connaissance. Ou une jeune femme en détresse. Quoi ? Il n’était pas bourré mais il avait bien le droit de tirer son coup, merde. Mais non. C’était simplement l’idiot du village qui rentrait saoul de la taverne où il avait dû enfiler un peu trop de piquette bon marché. Triste décennie…et puis soudain, le type se prit un lampadaire et tomba raide sur le sol. N’importe qui d’autre aurait éclaté de rire à la place de Môssieur Skellig. Mais non, lui, il se contenta d’observer la scène avec une indifférence totale, un sourcil levé, sa clope au bec. Il allait repartir, comme un bon connard qu’il était, mais…il y avait une part de lui-même qui savait très bien qu’il devait aider ce brave homme. Père disait toujours « Maël, mon garçon, il faut être bon avec le petit peuple. Ce sont eux qui cirent nos chaussures après tout. ». Tout à ses réflexions, Maël s’approcha à pas de loup, peu désireux de faire peur au jeune homme encore affalé par terre. Il s’arrêta devant lui, mit les mains dans ses poches et poussa le corps de la pointe du pied. Bon, déjà, il n’était pas mort. Il esquissa un sourire que l’autre ne devait pas voir dans cette pénombre. Et tant mieux pour lui @_@ Par contre, la voix lente d'outre-tombe, ça il n'y échapperait pas.

    « Eh bien ? On a perdu son chemin ? »

    Le sourire de Maël s’élargie encore un peu, très légèrement. Il baissa sa capuche, chercha sa poche pour y ranger son briquet et finit par tendre une main au jeune homme. Toujours serviable ce garçon ! Et après on ose me dire qu’il est dérangé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Logan E. Murdoc
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 160


Feuille de personnage
Gallions: 316
Points de Magie: 10

MessageSujet: Re: Un deux trois nous irons aux bois ! [15.10.1999 - midnight] | PV Logan & Maël   Jeu 31 Jan - 14:43

    « Maman, maman, maman ... »

    C'était tout de même un petit peu la loose. Il était bourré, il allait mourir – décidément, il y tient à cette idée – et tout ce qu'il trouvait à faire, c'était se répéter en boucle « maman », comme un gamin de … vingt cinq ans ? Naaaan ! Pathétique. Enfin, entre ça et son envie grandissante de se mettre à pleurer maintenant tout de suite pour toujours, il ne savait pas vraiment ce qui était le pire. Oui ! Il avait peur, le coco ! Logan n'avait jamais été du genre courageux – alors bien sur, il s'était toujours demandé ce qu'il faisait chez les Gryffondor. Lui s'était toujours vu comme un Serpendaigle un petit peu chelou. Solitaire, ambitieux, hautain et plutôt peureux, il avait toujours été comme le vilain petit canard de sa maison – qu'importe ! C'était trop tard pour y penser, maintenant ! Et puis ce n'était pas ce qui allait le sauver du méchant dévoreur de chaire humaine à l'approche. Hum. Bref. Il allait faire pipi dans sa culotte – parce qu'il flippait sa maman, d'une part, et puis parce que … et bien voilà ce que c'était, de faire un petit peu trop joujou avec la bière et la vodka ! Sa vessie menaçait sérieusement de déborder.

    En face de lui, l'ombre n'avait pas de visage – pas de traits, elle était tout simplement anonyme. Enfin … Si Logan avait été un petit peu moins déchiré, il aurait rapidement comprit qu'il s'agissait d'un homme. Sa démarche, sa silhouette auraient du le lui indiquer. Il était également aisé de découvrir une certaine nonchalance – les mains dans les poches, la démarche souple, … Logan, lui, ne voyait qu'une tâche noire et longiligne qui s'avançait lentement vers lui. Il tenta vaguement de reculer, mais étant déjà appuyé contre la balustrade – qui penchait dangereusement, agitée par un vent violent qui ne parvenait pas à lui remettre les idées en place – c'était là une tâche ardue. Et puis, bientôt, un pied vient le chatouiller – Logan se redressa brusquement. Enfin, se redressa un bref instant, avant de se laisser retomber sur le sol. MAIS EUH ! Il aurait voulu protester « Maiiiiiiis, laisseuh moi, euh ! Créature du diable ! » mais aucun son ne sorti de sa bouche, rien si ce n'est …

    « Grumpbllleuh … »

    Mais oui mon grand. Moi aussi je t'aime, tu le sais. Par contre mon choupinou, je veux bien te faire un petit bisous, mais il va falloir répondre, on te pause une question, là.

    « Aaaaah, mais non … » Ce mec avait une voix bizarre – trop forte, à son humble avis, et surtout à l'humble avis de sa gueule de bois, trop lente, trop … bizarre. Logan ne put retenir un frisson – dégout, peur … Comment aurait-il pu savoir qu'il avait à faire au frère de la nana qui, euh … de la nana ? S'il l'avait su, l'Ecossais n'aurait d'ailleurs surement pas été surpris ! Mais passons. « t'parles trop fort, toi … » Une coccinelle aurait fait trop de bruit, de toute façon. Le mec lui tendit une main secourable que Logan aurait bien voulu ignorer. Il tenta, d'ailleurs ! Se raccrocha vaguement à son lampadaire cassé pour se remettre sur pied, se hissa … et se cassa la gueule une nouvelle fois. Pestant contre lui, contre le mec, contre la vokda et contre la rousse – ou brune, ou blonde, il ne savait pas trop, il avait oublié … il verrait bien demain, à la soirée. Enfin, plus tard. Enfin bref … ça le faisait pas trop, quand même ! Vite fais, Logan attrapa la main du mec et la serra fort fort, histoire de ne pas retomber une nouvelle fois par terre – il avait un peu honte, en fait, mais bon. Ça faisait un peu …

    Bouffondor ? Tu viens de découvrir pourquoi tu avais été chez les Gryffondor ? « gnia gnia gnia … »

    « merci … » Ouais, ça allait lui arracher la tronche de le dire plus fort ! Alors – et non pas Alan, qui n'a rien à faire ici – Logan se contenta de continuer de serrer la main du mec dans la sienne, sans vraiment se rendre compte de ce qu'il faisait, mettant difficilement un pied devant l'autre. Et puis … « Tu l'sais ptet, toi ! Elle est blonde ou brune déjà ? Zephyr ! »

    Aaaaaah, bah là … c'était la honte intersidérale, say clair !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un deux trois nous irons aux bois ! [15.10.1999 - midnight] | PV Logan & Maël   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un deux trois nous irons aux bois ! [15.10.1999 - midnight] | PV Logan & Maël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]
» Un, deux, trois, nous irons au bois... [version #1]
» un deux trois nous irons aux bois quatre cinq six ....
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Wizarding World | For the Greater Good :: London :: Knockturn Alley :: Ruelles Coupe-Gorge-