Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Mer 27 Fév - 11:58



    Alan & Llewelyn
    ©️ Never-Utopia

    A Poudlard, il y avait vraiment de tout. Ceux qui se rendaient, sur les coup de midi moins le quart, dans la Grande Salle – et ceux là étaient nombreux – et les quelques autres qui travaillaient. Un peu dans les salles communes, un peu dans la bibliothèque – un peu dans la Grande Salle, en relisant en catastrophe quelques pages tout en grignotant sur le pouce – et puis … cette silhouette solitaire qui prenait à contre cœur le chemin de cachots ? Quelle guêpe avait donc bien pu piquer Alan Bird ? Le jeune homme ajusta son sac sur ses épaules et tourna rapidement, en arrivant dans le Hall, en direction des cachots. Sous son bras, il tenait un épais grimoire de Divination qui n'avait clairement pas réussi à tenir dans son sac à dos.

    Rapidement, la luminosité baissa. Alan frissonna – il n'aimait pas le noir. Bon ! D'accord. Il en avait une peur bleue – mais ça, il ne risquait pas d'en parler ! Oh non ! L'aiglon hâta tout de même le pas. Chaque bruit résonnait entre les épais murs de pierre des cachots et c'était là une sensation que le garçon n'aimait pas. Vraiment … vraiment pas ! Sans compter que les flammes oscillantes qui n'éclairaient pas grand chose n'étaient pas vraiment là pour aider Alan à se sentir à l'aise. Mais … Gnu ! Avec un petit soupir – Maman, j'ai peur ._. – le brun s'accrocha un petit peu plus à son livre et hâta le pas jusqu'à gagner le cachot, sombre et humide, ou avaient lieux les cours de Potion et surtout … ceux de Divination.

    Il régnait là une atmosphère que le brun n'aimait pas vraiment. Entre le nécessaire à potion et les boules de cristal entreposées sur les étagères du fond, il ne parvenait pas pas vraiment à se concentrer et *raaaaaaaah la joueuse galèèèère sur ce RP et n'a clairement pas envie de se taper la description d'une ATMOSPHERE à décrire, sérieux* (hum, pardon, crise passée) et … bref. Il avait du mal à ouvrir ses chakras et à chanter des « Ahouuuuum, ahouuum » pour être en accord avec l'esprit des boules de cristal (qu'allez-vous donc imaginer ?!) et du Dieu de la Divination. Et très clairement, ça le faisait chier parce que la Divination était tout de même de loin sa matière de prédilection ! Non mais ho.

    Bref … tâchant de ne pas poser son regard sur les bocaux chelou … appartenant à Monsieur Monroe, sans aucun doute (Calinou) plein de … d'animaux bizarres ? Gnu ._. Maman ._., Alan s'obligea à ne pas trembler – en plus, il caillait sa maman ! Il aurait du prendre sa peau de bison pour venir là, euh … sa cape d'hiver, celle en laine. Oui oui. Bien ! Ne pas trembler, ni de trouille, ni de froid, poser sa boule de cristal devant soi, oublier les animaux et la fontaine qui trainait (et non pas trônait, ça va pas, ho) dans un coin de la pièce, ouvrir ses chakras – et son livre de Divination – et …

    Chanter des Ahoum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/
avatar

Llewelyn M. Skellig
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 276


Feuille de personnage
Gallions: 198
Points de Magie: 160

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Mer 27 Fév - 19:28

    Cela faisait bien plus d’une demi-heure que Lee traînait dans les vestiges de sa salle commune. Sa vraie salle commune. Non pas celle qui appartenait aux blaireaux et qui était maladivement ornée de jaune à chaque centimètre. Celle-là, elle craignait grave. Celle-là, c’était juste une petite salle commune de remplacement, un truc de substitution vite-fait qui ne valait pas plus de deux sous. Ainsi, Llewelyn traînait dans sa vraie salle commune depuis un bon bout de temps. Une salle commune qui se trouvaient dans les entrailles du château ; la meilleure des salles communes de cette planète. *Damned, ce qu’elle m’avait manqué cette fichue salle commune.*

    A cette heure-ci de la journée, il n’y avait quasi-personne dans la place. Tout le monde se grouillait de rejoindre la Grande Salle pour se procurer les meilleures places et se remplir la panse des meilleurs mets. Bouffer à Poudlard était régi par la loi la plus ancestrale de toutes, la loi de la jungle. Quelque puisse être ton statut social, tes relations ou même tes origines, c’était le premier arrivé qui était servi en premier. Et en temps normal, Lee serait déjà dans les lieux en train de monopoliser la meilleure place en plein centre de la table. Mais non, depuis qu’elle avait quitté de cours de Défense Contre les Forces du Mal hebdomadaire du vendredi matin, Lee s’était empressée de rejoindre sa salle commune. Cette bonne et vieille salle commune qui lui manquait tant. Ils avaient tous pleins de choses à se dire.

    Ce lieu avait certes perdu de sa splendeur avec ses fissures au mur, mais son emblème, sa valeur et sa magie restaient intactes. Pas une once en moins. Et rien que pour ça, cet endroit avait le don de rendre la jeune Skellig nostalgique. Elle avait passée six maudites années de sa vie dans ce taudis et elle était en train de gaspiller une septième. A la fin de cette année, dans un peu moins d’un an, elle allait quittée ce lieu à tout jamais. Et même si elle était profondément contente de ne plus être enfermée H24 dans une sorte d’île paumée dans l’océan –dit celle qui a passé toute sa vie en Irlande uhuh, sa salle commune allait fichtrement lui manquer. Ce château risquait de lui manquer. Tout ces gens de merdes risquaient aussi de lui manquer.

    *Fils Lee, tu commences à te faire vieille, en fait. C’est ta dernière année ma belle, ta dernière année.*

    Llewelyn ferma les yeux. Elle tentait de graver dans sa mémoire la douce mélodie du lac dans lequel était enfouie la salle commune des verts. Elle essayait de graver en elle, au plus profond point de son identité, l’humidité de l’atmosphère. Llewelyn ne voudrait jamais oublier la chaleur qui se dégageait de cet endroit. Jamais. Et puis, elle ne voudrait …

    Grrrrrrrrrrrrou

    La jeune Skellig ouvrit subitement les yeux. Coup d’œil à gauche. A droite. Vers le plafond. Hum. En fait, ce rappel à l’ordre bestial ne provenait pas de la salle commune. Il provenait d'elle. De son ventre pour être plus précis.
    « Bordel ce que j’ai la dalle. » Pour pas véritablement changer d’habitude hain.

    Comme à son habitude, Lee venait de ruiner un moment de méditation profonde sans même solliciter l'aide d'autrui. Uh. Mais rien n’était plus important qu’un ventre qui rappelait le corps à l’ordre. De toute façon, il y avait très peu d’occasions dans lesquels Llewelyn n'était pas profondément en accord avec son estomac. Très peu. Voire jamais. Elle le tapota donc et lui murmura un petit : « Mais oui mon chou, maman va aller te donner à manger tout de suite. »

    Elle se leva furtivement, balaya une dernière fois la pièce du regard et se dirigea vers la sortie. *Y’a intérêt à ce que ce soit bon. Et sans cheveux cette fois-ci. Me dire que je bouffe un truc contenant l’ADN de Felix, ce pseudo-prof de Botanique, me donne la chair de poule.*
    Rien qu’à cette pensée, la jeune femme frissonna. Hum.

    En passant devant les salles de cet étage dédiées aux cours, un bruit retint son attention. Il y avait quelqu’un d’assez débile pour squatter une salle de classe alors qu’il était midi, l’heure quotidienne si attendue du précieux déjeuner. A moins que ce soit un voleur d’ingrédients. Ou un imposteur. Lee sortit sa baguette magique et s’avança discrètement vers la porte entrouverte. Avec une petite montée d'adrénaline, elle jubilait.

    *Trop cool, je vais pouvoir le livrer à Monroe et gratter des points en plus pour mes ASPICs. Trop d’la balle.*

    En entrant doucement dans la salle, elle aperçut de dos un type brun en train de scruter une boule de cristal. Un livre ouvert était posé à ses côtés. Que … quoi … ce type bossait simplement sa divination. Il n’était pas en train de voler, ni de commettre aucun autre acte illégal et puni à la fois par les règles l’établissement et la loi du pays. Lee n’arrivait même pas à connaître l’identité du personnage, vu que ce dernier lui tournait le dos. N’empêche, elle était grave contrariée. Qui était assez ennuyeux pour bosser sa divination au lien de commettre des trucs pas légales. Franchement. Et elle n’attendit aucunement pour le faire savoir au monde, à voix haute :

    « Vraiment ! De la divination ! Tu n’aurais pas pu être en train de mettre de la glue sur la chaise de Monroe, voler des ingrédients dans le placard top secret de ce dernier ou même en train d'essayer de te procurer les copies du prochain devoir. Pfff, qui que tu sois, tu me déçois ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Mer 27 Fév - 22:41

    Oui. Et bin les chakras et les ahoums n'étaient pas vraiment au rendez-vous. Tout ce qu'Alan sentait monter en lui, ici, seul dans cette pièce humide, sombre et lugubre – n'ayons pas peur des mots – c'était d'abord un léger malaise … puis de plus en plus profond, le malaise ! Et puis le stress. Et puis la peur ! Et puis l'envie de pleurer et … et hop, une larme sur la joue d'Alan ! « ça, joueuse, c'est petit ! Surtout quand on sait qui va arriver ! » Et bien justement, Monsieur ! Tu ne sais pas ! Allé hop hop hop, j'entends pas assez de ahoum, là ! Hop hop hop ! Au boulot ! Sinon j'appelle Sam ! « J'vois pas le rapport … » Tu verra plus tard ! TES AHOUM è_é J'vous jure ! Autant vous dire que c'était dans la joie et la bonne humeur – enfin presque – qu'Alan tenta de reprendre son souffle. Essuyer la larme, se reprendre – il était un homme, un vrai ! Enfin … presque – et chanter des ahou...

    AH OUI MAIS SI ON VENAIT LE DERANGER AUSSI ! On avait à peine ouvert la porte que déjà, Alan soupirait. Il n'aimait pas qu'on le dérange quand il bossait. Il DETESTAIT ça ! OUI, d'accord ! C'était gonflé de dire ça alors que JUSTE AVANT il se faisait la réflexion qu'être seul ici, c'était relou – et au final, il n'était pas contre un peu de compagnie – mais quand il bossait … Et bien il bossait, que diable ! « ... T'as trouvé ça toute seule ? » Je te zut, Alan, d'accord ? C'est moi qui écrit le RP, c'est moi qui décide ! « ça va, ça va … » Donc euh … ou en étions-nous ? « Tu racontais n'importe quoi, pour changer ! » Alan ? A la porte. Plus vite que … ah non, zut. On a besoin de lui pour le RP. DONC ! *la joueuse se met des claques* Et puis … Quoi ? Lui ? Voler des ingrédients ? Mettre le bazar ? Chercher la copie du prochain devoir ? Mais … Il était gentil, lui ._. Aussi Alan fournit à la nouvelle venue, dont il n'avait pas encore reconnue la voix, une réponse franchement bateau.

    « J'avais pas de glue … » ET TA BAGUETTE MAGIQUE, SOMBRE CRETIN ? Un sortilège et on en parle plus ! « Et puis je suis nul en potion alors euh … LLEWELYN ? » Ah, bah oui … il avait fini par se retourner ! Bingo !

    Bon euh et … oui, bien sur ! Maintenant, c'était un petit peu la merde. Qu'est ce qu'on était censé faire dans ce genre de situation, hein ? Le genre de situation où on se retrouvait face à la fille qu'on détestait, qui nous détestait aussi, mais qui nous avait fait un câlin quatre jours et demi plus tôt ? Même qu'on lui avait rendu le câlin et qu'au final, ça avait été plutôt cool. Mais un câlin en tout bien tout honneur, attention ! Rien de suspect, ni rien ! Loin de là ! Alan rougit rien que d'y penser, c'est dire. Bref … Et la suite … Ah oui ! Et maintenant, quand on est censé devenir ami avec cette même personne ? Quoi, comment ça, vous n'avez pas suivit ? … Moi non plus. BREF !

    « Pssssst ! PSSSSSSSSSSSSSSST ! JOUEUSE ! J'fais quoiaaaa ? » … Je sais pas, mon chou. « Mais tu peux pas me laisser dans cette situation ! » Bof ! Pourquoi pas ? « Mais ! C'est méchant ! » Ooooh, choupinou ! « JOUEUSE è_é » *caline Alan tout plein et met un peu de bave sur sa joue* « C'est dégueulasse. Bon, j'fais quoi ? » Bah j'en sais rien, mon grand. Je sais pas, réfléchis un peu part toi même ! Ou reste là à rougir, tiens.

    Alors Alan resta là à rougir, fixant bêtement Llewelyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/
avatar

Llewelyn M. Skellig
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 276


Feuille de personnage
Gallions: 198
Points de Magie: 160

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Ven 1 Mar - 19:16

    Franchement, les jeunes de nos jours manquaient de plus en plus d’originalité. En faisant face au dos de cet élève certainement studieux, Llewelyn secouait misérablement la tête et en arborant sérieusement une mine de désaccord. La jeune Skellig se faisait un sincère souci pour les générations futures qui ne connaîtraient plus les joies de l’imprévue et de la connerie. Ils risquaient tous de vivre dans un monde morose régi par un tas de règles et codes qu’ils suivraient tous sans trop rechigner ni se poser de questions de peur de les enfreindre et de se mettre à dos les adultes. Un monde peuplé de clone de Galaad Westchester sans aucun imbécile du type de Pryde, Graham et compagnie pour mettre de l’ambiance. Un monde de merde quoi ! Non pas qu’un monde sans Dunstan Pryde ne serait qu’un monde meilleur particulièrement joyeux et fleurissant. *Mais oui Lee, mais oui, continues à te voiler joliment la face.*

    Llewelyn n’avait aucune idée de l’identité de son futur interlocuteur, mais il ne promettait absolument pas d’être un type marrant ou amusant. C’était certainement un de ces nombreux rats de bibliothèque qui se ramenait aisément d’excellentes notes partout et qui retrouvait dans les bouquins les traits d’un meilleur ami et d’un confident. C’était ces mêmes personnes qui réussiraient sans aucune équivoque dans la vie et n’auraient aucun mal à intégrer une école d’études supérieures ou de rentrer directement dans le monde actif du travail. Ce même genre de personnes dont Llewelyn arrivait très rarement à supporter la compagnie et qu’elle jalousait secrètement –chose qu’elle n’avouerait jamais même si on l’obligeait à voir Oncle Teddy lui faire un striptease. Pour plus d’informations, Oncle Teddy était l’ivrogne de la famille, celui qu’on avait honte d’invité au dîner mais que la cousine éloignée a eu le malheur d’épouser lorsqu’il était encore sobre et bel homme. Oncle Teddy avait cinquante ans à son actif, plus de seins que Lee elle-même, un ventre imposant et rétif accompagné de nombreux et non moins gracieuse vergetures et un semis de mauvaises herbes composées de longs et ondulés poils blancs. La représentation même du sexy et du glamour. C'était pour vous dire à quel point Llewelyn Skellig avait une fierté de malade.

    Alors qu’elle avait fait remarquer au squatteur des cachots qu’il était d’un ennui et d’un manque d’originalité total -avec grâce et subtilité - ce dernier se mit aussitôt à baragouiner des phrases inaudibles. *Kézako ? Pas de glue ? Hain ? Non de quoi il me parle celui-là. D’un pathétique les élèves de Poudlard, jte ju-*

    « BIRD. »

    Tandis qu’elle pestait contre l’univers et ses occupants, l’individu qui lui offrait une vue imprenable sur son dos et son délicat fessier Bulle, quelques secondes plus tôt, daigna enfin de se retourner. Et qu’elle fut sa surprise lorsqu’elle se rendit compte que cet intrus n’était autre qu’Alan Bird. Yep, le même Alan Bird avec lequel elle s’était fighté devant la bibliothèque. Celui-là même qu’elle avait traité de tous les noms péjoratifs existants sur cette planète dans ses pensées ET à voix haute. Et le même Alan Bird à qui elle avait fait impulsivement un câlin dans les toilettes des mecs pour combler un douloureux manque de réconfort. *Mais pourquoi je ne fais que croiser ce type ces derniers temps. Dafuq ? Va falloir qu’un jour le Destin et moi, on s'explique a propos de cette histoire uhuh.*

    D’ailleurs, le Alan Bird en question était aussi surpris et mal à l'aise qu’elle. Et le fait qu’il crie son prénom tandis qu’elle-même beuglait son nom de famille en était la preuve.

    Le moins qu’on puisse dire sur cette situation était qu’elle se révélait extrêmement gênante. Lee était embarassée et ne savait pas comment réagir, ni quoi répliquer. Une première pour la jeune adolescente. Un silence pesant s’installa donc pendant lequel ils se fixèrent dans le blanc des yeux. Très constructif comme tactique d’approche. *Ca va hain, c’est pas comme si t’avais couché avec lui. Tu lui as juste fait un câlin, débloque Lee, débloque ma vieille.*

    En y pensant, la jeune Skellig devrait bien se décider à interrompre le silence installé parce que son interlocuteur –qui ne parlait d’ailleurs même pas- ne semblait pas pressé d’y mettre fin de sitôt. Elle devrait bien prendre les choses en main avant de débuter une première phase de décomposition et se transformer en légume.

    « Bird. Quel plaisir de te voir. Bon bah, je ne savais pas que c’est toi, désolé de t’avoir presque insulté et … » Tout en parlant, la serpentarde s’approchait doucement de lui de sa démarche féline. « … en fait non, je m’excuse pas. Ce n’est pas de ma faute si tu es chiant et ennuyeux comme mec. »

    Et elle lui adressa un sourire. Il n’y avait ni hostilité, ni ironie, ni méchanceté dans sa voix. Tout au contraire, elle avait même prononcé le tout avec un soupçon de joie et de curiosité.

    « Alors qu’est-ce que tu fais de cool par ici ? Tu t'es enfin décidé de rendre visiter aux cachots ? T’as vu comment c’est grave ensoleillé comme destination. »

    Elle balaya diverses feuilles de papiers au côté de la boule de cristal et du bouquin de divination d’Alan, de nombreux parchemins et notes qu’elle ne se gêna aucunement de balancer par terre et finit par déposer son précieux postérieur à leur place. « Tu essaies d’invoquer les esprits ? T’es sur de t’en sortir bien avec les humains et les vivants, avant d'essayer de t’attaquer au Dieu et toussa. Ou bien tu essayes d’élargir tes horizons, t’essaies ptetre de te faire de nouveaux amis … » Un clin d’œil. « … de nouveaux amants. »

    Je vous jure qu’elle faisait des efforts pour être gentille et tout. Là ! C’était sa manière de dire à Bird que peut-être bien elle l’appréciait. Peut-être bien ouais.

    Pendant ce temps, elle balança régulièrement ses pieds dans le vide en faisant dangereusement grincer la table en bois. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Lun 4 Mar - 19:46

    Tiens. Llewelyn ne parlait pas et … et Alan trouvait ça particulièrement flippant, en vérité. Parce qu’inhabituel ! Alors, bien sur, le garçon ne put s'empêcher de se demander ce qu'elle était en train de fabriquer. A tous les coups elle allait l'engueuler parce qu'il était sur son territoire, et interdire l'entrée des cachots à tous les Serdaigles et à tout jamais, même que ça serait drôlement la merde pour aller en potion, et euh …

    Maman ! Elle s'approchait. Alan se mit à trembler – quoi ? Lui, peureux ? Pfff, mais tropa ! J'vois pas d'où vous pouvez bien tirer ce genre d'idée, franchement. Mais rapidement, ce fut la surprise qui gagna Alan. Elle s'excusa... Ah, bah non. Il se disait, aussi, tiens. C'était presque trop beau pour être vrai. Sans percevoir la légèreté dans le ton qu'employait la verte et argent, Alan ne put s'empêcher de reculer légèrement. Putain, ça craignait du boudin, comme situation ._. Et puis elle continuait de s'approcher, et la trouille montait, et il flippait, et il voulait sa maman et …

    « pardon ._. »

    Et bien sur, il ne put s'empêcher de s'excuser lorsque la demoiselle lui fit remarquer qu'il était ennuyeux et chiant. Ce mec, j'vous jure … Lee Chérie, je pense qu'on va avoir du boulot – cela dit, on est pas à ça près ! Le sourire de la demoiselle, par contre, il ne parvenait pas à le comprendre. A tous les coups, c'était là une vieille tactique de sioux pour endormir sa méfiance et … oh, oh ! Il ne fallait surtout pas qu'elle se rende compte qu'il s'était rendu compte ! Surtout pas ! Ça serait trop un drame, quoi. Et ça signerait son arrêt de mort, aussi. Il s'appliqua donc à lui rendre son sourire, sans trop savoir ou allait les mener cette drôle de situation.

    « Je, euh … travaillais. » murmura-t-il d'un air perdu, sans comprendre ce qu'il se passait. C'était bizarre, dites-donc, on dirait qu'elle était gentille … Les filles étaient franchement trop compliquées, en fait. Personne avait un mode d'emploi à lui fournir ? Un truc bien détaillé, qui pourrait aider le souriceau à comprendre, parce que là … Pfff, à tous les coups, songea Alan, c'était pour ça qu'il préférait les mecs. Ouais, voilà. « Euh … » Tu déconne là, mec ? Euh ? Tu crois vraiment que c'est une réponse ? Essaye encore ! « bin … pas autant que la coursive du septième … ensoleillé, je veux dire … » Alan Matthew Bird, ou le mec le plus imperméable de Poudlard à l'ironie. Second degrés ? Connais pas, ça se mange ? Rapidement, il attira sa boule de cristal à lui et commença à paniquer en voyant tout son travail Divinatoire – oui oui oui, rien que ça ! N'ayons pas peur des mots – se répandre lentement sur le sol. Vite, il attrapa deux trois feuilles au vol, son livre et … lança le tout dans son sac. Il flippait, voilà. Un bref instant, le jeune homme hésita à lancer un sortilège qui pourrait l'aider à remettre tout ce qui était au sol dans son sac et puis … Maman, il allait se craquer ._. encore … Néanmoins, il essaya. D'une toute petite voix étranglée par la peur. Ça oui, elle était impressionnante, Llewelyn Skellig !

    « Failamalle ! »

    … Passons sur cet échec critique. Rouge tomate, il attrapa celles qui n'étaient pas trop loin, se dit qu'il irait chercher le reste de son travail plus tard. Bon euh … il allait falloir discuter, maintenant. Maman, pas ça ._. c'était trop dur, de parler ._. Néanmoins, Alan décida de faire un petit – gros – effort. Pourquoi, il ne savait toujours pas, mais tant pis.

    « Euh … non, euh … on peut pas rencontrer de gens avec la Divination … Enfin pas avec une boule de cristal … Je voulais juste, euh … avancer le prochain devoir ? Mais euh … je … ferai ça plus tard. » Fiouf ! Un peu plus et il se serait mis à transpirer. Trop d'efforts, que voulez-vous ! « Et euh … et toi ? Tu … te promenais ? » … No comment, Alan. Mais euh ! C'était pas sa faute ! En plus, il avait peur, la table faisait des bruits bizarres ! « Faudrait faire attention à ... euh ... pas casser la table ... » De mieux en mieux. Ah ça, il maitrisait l'art de parler aux filles, Alan, c'était clair et net ! Et celui de se faire des amis, par la même occasion !

    Spoiler:
     


Dernière édition par Alan M. Bird le Lun 4 Mar - 19:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Lun 4 Mar - 19:46

Le membre 'Alan M. Bird' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Llewelyn M. Skellig
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 276


Feuille de personnage
Gallions: 198
Points de Magie: 160

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Mer 6 Mar - 19:12

    Alan Bird était un bien étrange personnage. Il avait réussi à piquer la curiosité de la jeune Skellig. Puisque le Destin –entité bien supérieure que Lee préfèrerait avoir de son côté et dont elle ne voudrait aucunement attirer le courroux– semblait mettre inlassablement le bleu&bronze sur son chemin. Depuis un bon bout de temps, il ne se passait pas une semaine sans qu’elle ait une histoire avec le type qui se trouvait maintenant face à elle ou qu’elle croise le chemin de ce dernier. Cette permanente situation en devenait suspecte. Et Llewelyn Morya Skellig commençait à sincèrement se poser des questions.
    Peut-être que l’entité citée plus haut avait décidé d’offrir un moyen à la serpentarde de se racheter auprès d’elle. Oui, peut-être bien que le Destin voulait qu’elle s’occupe personnellement du cas de ce jeune homme dans le but de se repentir de toutes ses méchancetés et ses erreurs passés. Et c’était qu’elle en avait commis des choses salaces au cours de son existence. Hum. Peu importait, sa décision était prise. Llewelyn jurait sur la tête du bébé-abraxan d’Androma –sa petite protégée ailée qu’elle kiffait plus que tout- qui était mort deux semaines après l’accouchement qu’elle allait faire de son mieux pour qu’Alan Bird devienne un vrai homme d’ici la fin de l’année, peut-être même en lui trouvant quelqu’un pour le dépuceler, tiens, uhuh.. Si c’était tout simplement ce qu’elle devait faire pour reprendre le contrôle de sa destinée et que sa vie redevienne telle qu’elle était avant que les évènements ne commencent à se barrer en sucette, ce n’était pas cher payé. En plus, c’était un boulot qui était grave dans ses cordes. Alan Bird avait besoin d’une bonne dose d’amour propre et elle allait lui en donnait de bons paquets.

    Néanmoins, elle ne sous-estimait aucunement l’ampleur de la tâche. Elle avait bien du boulot devant elle. D’ailleurs, il venait à l’instant de s’excuser d’être un mec chiant et ennuyeux. *Mais c’était quoi ce ça ? Mondieu, ma grande, on ne risque pas de sortir de l’auberge de sitôt, uhuh.*

    C’était à ce moment-là qu’elle déposa son délicat postérieur sur la table en balayant gentiment par terre les feuilles qui se trouvaient auparavant à sa place et lui demanda ce qu’il faisait ici. Alan lui répondit humblement qu’il travaillait. Elle ne put s’empêcher d’aussitôt répliquer : « Ah ouais ? Tu travailles ? Moi qui pensais que tu checkais les pages jaunes pour avoir l’adresse d’une bonne call girl. Ah ouais non, ‘scuze Alanou, d’un bon call boy quoi. » Sourire en coin. « Tu veux que je te file une bonne adresse avant la sortie à Pré-au-lard ? » Okay, okay, elle se la ferme. Elle savait bien qu’elle avait décidé de l’aider au maximum. Et trop pas que maintenant, elle le mettait de plus en plus mal à l’aise. *Mais … mais … c’est de la faute à Bird s’il me tend autant le bâton pour le battre.* Et sa réaction à sa blague –trop drôle en passant, ouioui @___@- sur l’ensoleillement des cachots n'était qu'une preuve supplémentaire de l'énormité de la tâche dans laquelle la jeune verte&argent s'engageait. « Bird, il y a un truc de ouf vachement drôle qui s’appelle l’humour ? Tu ne voudrais pas que je t’en file une petite dose et … ah merde, c’était tes feuilles, ça ? Je pensais que c’était des trucs de Monroe et tout. »

    Ah tiens, pour aider l’aiglon, Llewelyn était bien partie. Et que je jette amicalement tous tes parchemins sur le sol. Et que je te lances des vannes mettant à mal à la fois ton égo et ta sexualité. Hey, dis-moi, tu veux devenir mon ami, en passant ?

    Tandis qu'il foira son sortilège initialement lancé pour ramasser les dits-parchemins maintenant par terre -merci qui?, Lee l'observa sans se départir de son sourire. Juste après, Alan lui annonça qu’il se trouvait sur les lieux pour avancer sur ces devoirs et … *Ah ouais, ça existe vraiment en fait les gens qui font leurs devoirs à l’avance et tout. Incroyable.* D'ailleurs ...

    « Ah parce que ça existe aussi les devoirs en divination ? Depuis quand ? A tous les coups, c’est une nouvelle réforme de merde. » Oui, j’en suis consciente, mon personnage est un boulet. « Je t’aurais bien aider, mais non. Je suis sure que je suis encore plus nulle que toi. Et encore, je m’en sors avec un Piètre juste parce que la prof est de la famille et tout … Et puis, arrêtes d’être tout rigide comme ça, la table va pas se casser, t’inquiète pas. » Ou pas, d’ailleurs, ou pas.

    Bon bon, revenons à la mission provisoire que Lee s'était lancée : sauver la peau d’Alan pour pas qu’il se fasse bouffer par le monde. « Bird, je peux te poser une question ? De quoi t’as peur ? C’est toi le type aux deux couilles dans la pièce. En plus, t’es celui qui a réussi à faire cracher des limaces à Llewelyn Skellig. Une légende. » Et elle lui adressa un sourire énorme et un clin d’œil. « D’ailleurs, tu m’en dois une, toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Ven 8 Mar - 17:25

    Llewelyn Skellig était décidément bien étrange. Si ils ne se détestaient pas cordialement – car c'était le cas, n'est ce pas ? Alan avait du mal à suivre, à vrai dire – le garçon aurait presque pu en faire son sujet d'étude favori. Comprendre une Skellig dans son environnement naturel … Pourquoi la Skellig agit-elle comme un mec aux gros bras en permanence ? Comment la Skellig a-t-elle obtenu un vocabulaire si riche et varié, ponctué en grande majorité de « Putain » et autres délicatesses ? … Oui, il n'y avait pas à dire, c'était là une étude absolument passionnante. Mais étant donné que depuis l'arrivée de la jeune femme, Alan était tout rouge, prostré sur sa chaise, et qu'il n'osait à peine ouvrir la bouche, les choses allaient être compliquées. Pour ce qui était de l'étude, il allait falloir repasser. Et puis c'était quoi d'abord, une call girl ? Alan n'en savait strictement rien et très sincèrement, il ne voulait pas qu'on le mette au jus ! Aussi fit-il non de la tête, tout tout rouge. Call boy ? Non plus ! Enfin … attendez. Minuuuuuute papillon. Pourquoi remplaçait-elle girl par boy ? Parce qu'il était attiré par les mecs ? C'est bien mon grand, tu as trouvé ça tout seul ? Alors, c'était peut être que … HAN ! C'était une personne avec qui faire, euh … cequ'ilavaitfaillifaireavecJoren? Oups … Quiiiiii est encore un petit peu plus rouge ? Mais … ça se trouvait pas dans les annuaires, ça ! Enfin, les personnes avec qui faire ça ! Et puis il n'y avait pas de personnes avec qui faire ça, n'est-ce pas ? A part, humm … peut être Joren, Aïden et Ethan, bien sur ! NON ! Il n'avait pas pensé ça. Bon, bien, bien. Alan n'avait plus qu'à partir se pendre plus loin. BREF ! Il ne tilta pas vraiment non plus pour l'humour – kezako ? Ça se mange ? Non ? Bof, pas intéressant – mais PAR CONTRE (!!) la jeune femme lui donna une occasion en or de changer de sujet ! OUI, C'ETAIT SES FEUILLES ! Non d'un caca de Doxys è_é

    « Bin oui … » Et on s'affirme ! Et on parle à haute et intelligible voix ! Tout de même, Alan ! Une nouvelle fois, la demoiselle lui donna l'occasion de parler un petit peu d'avantage ! La Divination, il aimait ! Il savait en parler – enfin, un petit peu … Mon coco, t'as intérêt de savoir en parler, j'te rappelle que tu nourris l'ambition d'être Prof de Divination ! Aussi se lança-t-il. Enfin ! Il essaya. « J'aime bien ça, moi, la Divination … » C'était sa passion dans la vie oui ! Et pas parce qu'il était en binome avec Ethan ! TROPA ! è_é Bande de mauvaises langues. « Et la prof est gentille … C'est ta, euh … tante ? » Bin quoi ? Il essayait au pif, lui ! Et puis la joueuse a la flemme d'aller voir la fiche famille, toussa. « Je pourrais t'aider si tu veux … Enfin, euh … si tu veux, quoi. » Tu l'as déjà dis, bouffi.

    Bien, bien. Bon, bah voilà, ça c'était dit … et maintenant ? Non, il ne fallait pas compter sur Alan pour relancer une conversation, jamais ! Sauf à la rigueur si on s'appelait Lou. Ou Roxane. Mais c'était bien tout ! Ou … Samuel, aussi. Même si entre ces deux là, la communication n'était pas évidente. Bref … trêve de digression. Et puis d'ailleurs, Llewelyn lui posa la question qui tuait tout. De quoi avait-il peur ? Mais euh … Bin d'elle ! Quelle patate Lee alors. C'était pourtant évident ! Il fut tellement sur le … sur les fesses que la demoiselle lui posa la question qu'il répondit avec son tact et sa délicatesse habituelle lorsqu'il était surpris – c'est à dire sans tact ni délicatesse.

    « Bin ! De toi ! » Et Alan, de lever des yeux tout étonnés vers la miss. Oui oui, ce garçon allait très bien dans sa tête, merci pour lui. « Peut importe le nombre de, euh … que j'ai. » No comment, merci. « Tu cris, t'es grande, tu traine avec Dunstan Pryde et en plus, tu m'aime pas. Et comme tu dis, je t'ai fais cracher des limaces ! Ça suffit pour avoir peur de toi, non ? » Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que le « tu es grande » fait dans l'argumentaire d'Alan ? … Mais dites donc ! Attendez. Il lui en devait une ? Hein ? Gné ? Comment ça ? Il lui devait une … quoi ? Une limace ? Pour le coup, Alan était perdu. « Je te dois une quoi ? » questionna-t-il doucement, se grattant le crane.

    Il allait devoir cracher des limaces, lui aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/
avatar

Llewelyn M. Skellig
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 276


Feuille de personnage
Gallions: 198
Points de Magie: 160

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Mer 20 Mar - 13:22

Spoiler:
 
    Depuis le début, Llewelyn se demandait quand est-ce que Bird comptait ouvrir sa bouche, tâche rosâtre perdue dans la blancheur de son teint, pour enfin répliquer quelque chose d’intelligible et de construit ? Elle murmura même, pour elle-même, un petit : « Tu ne voudrais pas que je te donne un dictionnaire des synonymes et un p’tit Bescherelle pour que tu puisses enfin construire une phrase sujet-verbe-complément potable ? » Et lorsqu’il eut enfin la décence d’achever l’attente –qui commençait à devenir interminable- de Lee, c’était pour sortir une phrase d’une très grande éloquence et une question très … entraînante à la conversation. Ahem. Llewelyn secoua simplement et d'un geste de désespoir la tête, avala une bonne bouffée d’oxygène et lui répliqua calmement : « D’où tu peux aimer la divination ? On parle tous les deux de la même bande de psychopathes qui croient prédire l’avenir en roulant des yeux et qui peuvent te dire l’âge et le sexe de tes futurs enfants en comptant le nombre de veines visible sur ton poignet ? Ne me dis pas que tu crois à ce ramassis de conneries ? » Llewelyn, radicale ? Extrémiste ? Pas le moins du monde. Elle pensait, bien évidement, chaque mot de ce qu’elle venait d’avancer au jeune aiglon. Néanmoins, faire un étalage de son point de vue n’était pas le but premier de son intervention, elle voulait pousser ce dernier à argumenter. Bon sang, ce type avait fichtrement besoin d’affirmer sa position sur cette planète et le fait de simplement aimer une matière n’était pas, en soi, très convaincant pour l'humanité. Peut-être qu’elle allait réussir à le faire réagir, peut-être bien … Surtout si cet art occulte et complètement stupide du point de vue de Lee donnait l'impression de passionner ce dernier.

    Il lui demanda ensuite si Scarlett Skellig était sa tata. Avec un petit sourire, elle lui répondit : « Ce n’est pas comme s’il y avait 36000 Skellig sur la planète hain ! Mais si tu veux tout savoir, ce n’est pas vraiment ma tante au sens propre du terme. En fait, c’est la cousine de mon père, ou un autre truc du genre. Toute façon, on s’en fout. C’est tout le temps grave compliqué les familles de sang-purs, tout le monde couche avec tout le monde. » Sourire en coin. Pensée à elle et Dunstan. Plus de sourire du tout. « Donc voilà quoi, on s’en fout ! »

    Ensuite, il lui proposa de lui venir en aide question divination. Cela déclencha aussitôt, un fou-rire de la jeune femme : « Hahahahahaha ! » Tiens, elle avait retrouvé le sourire. « Ce n’est pas contre toi, mais devenir une boss en divination n’était pas mon but dans la vie. Et puis, c’est pas pour être méchante, mais c’est toi la merde dans l’histoire qui n’arrive même pas à lancer un sort correct en cour. De nous deux, c'est toi qui aurait besoin d'un p'tit peu d'aide scolaire. » D’une gentillesse, Lee. D'une très grande gentillesse, pour pas changer d’habitude. A la fin de sa phrase, elle souriait encore et à pleines dents.

    C’était à ce moment-là que Llewelyn lui demanda pourquoi il avait aussi peur, en permanence et de tout le monde, en revenant gracieusement sur le duel durant lequel il lui fit cracher des limaces. Un exploit qui avait fait le tour du château en même pas une journée. Hum. Et même si elle s’attendait plus ou moins à ce qu’Alan réponde cela, elle fut tout de même surprise. Surprise et curieuse d’entendre qu'elle-même était l'origine de sa peur et ce qu'il avait à dire en plus sur le sujet.

    Ou pas, hain. Autant il était bien parti dans sa lancée et avait réussi à répliquer à pleine voix la totalité d’une minuscule tirade, autant le je te dois une quoi venait de l’achever. Mais … mais … euuh !

    « Bon bah, contente de te faire autant d’effet hain. » Comment ça elle était encore une fois en train de se foutre allègrement de sa gueule ? « Mais franchement, t’es un sorcier ou une langouste ? Faut pas déconner Bird. T’a une baguette magique ? T’as une cervelle ? Bah utilise-les au lieu de les laisser choir dans le néant en mode déco pour que des araignées viennent tisser des toiles dessus. Non mais faut vraiment pas déconner là. »

    Ensuite, elle sortit sa baguette magique de sa poche. « Ah ouais, et faut vraiment que je me venge pour ce coup-là ! Me faire cracher des limaces ? Et tu as osé en plus … »

    Mondieu, ce qu’elle aimait faire ça ! Oui, elle savait bien qu’elle était sensée venir en aide au pauvre Alan, mais … c’était trop tentant de lui foutre un peu les jetons. C’était dans sa nature à elle, Lee ne pouvait rien faire pour lutter contre ça. Même avec les plus gros efforts du monde. Alan devrait certainement être en train de flipper en la regardant sortir Amélia, son bout de bois magique. Uhuh. Elle la pointa donc le pauvre aiglon, imita un sourire en coin sadique et …

    « Accio parchemins d’Alan » Elle redirigea juste à temps sa baguette pour fixer les feuilles d’Alan encore éparpillées par terre. Sadique comme jeune fille ? Loin de là.
    Néanmoins, Llewelyn était tellement concentrée à observer la tronche apeurée qu’arborait son interlocuteur, qu’elle avait même oublié de se concentrer sur son sort. Sortilège qui se solda d'un échec monumental. Hum. Elle penserait plus tard au fait que ses capacités magiques faisaient de plus en plus de peine à voir ces derniers temps, là, elle était bien trop occupée à se foutre de la gueule d’Alan : « HAHAHAHAHAH, fallait voir ta tête. Non mais, voilà quoi ! HAHAHAHAHAHA ! ‘scuze pour le sort foiré, mais … voilà quoi ! HAHAHAHA »

    Merci Lee pour cette intervention d’une très grande utilité. Elle descendit brusquement de la table en poussant sur ces bras. Cette dernière fit, d'ailleurs, un bruit de grincement encore plus bizarre. Puis, elle se fléchit les jambes pour pouvoir ramasser les feuilles qu’elle avait balancées par terre quelques secondes plus tôt. Puis, elle les tendit à Alan : « Tiens ! »

    En temps normal, elle n’aurait jamais fait ça. Mais en temps normal, elle n’aurait jamais adressé la parole à Alan. C’était peut-être le signe qu’il était temps que les temps normaux ne le soient plus du tout .. Et puis, c'était de sa faute si ces feuilles étaient par terre. Aussi de sa faute si Alan était tellement tétanisé qu'il n'osait pas les prendre. Et puis, ce n'était pas Alan Bird qui risquait de considérer ça comme un acte de soumission ou quoi que ce soit d'autre, hain ..


Dernière édition par Llewelyn M. Skellig le Mer 20 Mar - 13:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Mer 20 Mar - 13:22

Le membre 'Llewelyn M. Skellig' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alan M. Bird
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 1506


Feuille de personnage
Gallions: 50
Points de Magie: 437

MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   Ven 29 Mar - 22:40

    Pas convaincue ._.

    Alan était interdit, apeuré et également franchement vexé. Il n'avait pas un orgueil extrêmement développé, et n'était pas le genre de mec à venir faire chier son monde parce qu'on lui avait dit un truc de travers, loin de là. Alan était plutôt du genre à laisser tout passer, tout couler et de rougir tranquillement dans son coin – oui, ça, c'était l'aiglon. Cependant, Llewelyn faisant preuve d'une telle franchise qu'elle parvenait à le mettre mal à l'aise – et aussi, comme à son habitude, légèrement en colère. Il savait parfaitement faire des phrases – avec son côté rentre dedans qu'Alan trouvait à peine respectueux, elle ne lui laissait tout simplement pas le loisir de le lui montrer. Il aurait bien tenté de lui expliquer pourquoi il aimait la Divination, ce qu'il trouvait d'interet à la signification des rêves et la façon dont, selon lui, ses derniers pouvaient influencer nos choix et nos décisions, par exemple, mais déjà, la demoiselle poursuivie, lui expliquant sans qu'il ne le comprenne véritablement son lien de parenté avec Miss Skellig. De toute manière, on s'en foutait – et c'était elle qui le disait ! Il haussa les épaules. Alan était fils unique, il avait son papa, sa maman et sa cousine. Sa petite famille lui convenait très bien telle qu'elle était, il ne voulait pas de liens compliqués, lui ! Voilà qui, en tout cas, réconfortait sa position sur les sangs purs : ces gens étaient pour le moins bizarre. Étranges ! Pas forcément méchants, hein ! Juste … pas net. Bref … bref. Il lui proposa un brin d'aide, elle éclata de rire, achevant de le vexer.

    La situation était surnaturelle. Ni l'un ni l'autre n'avait encore commencé à élever la voix et pourtant, cela faisait maintenant bien dix minutes qu'ils étaient dans la même pièce. Il était donc possible de voir Alan et Llewelyn se contenter de converser. Il serait un petit peu tôt pour ajouter amicalement et le terme poliment lui même était peut être un petit peu exagéré, mais ils conversaient … à peu près calmement, si l'on oubliait les fou rire légèrement moqueur de la Serpentard. Et comme à chaque fois que les choses commençaient à déraper entre eux, Alan reprit du poil de la bête – et de la voix !

    « Tu as une façon bien à toi de ne pas être méchante, Skellig. » Ouch ! Le ton froid et sec était de retour ! Il parlait peu, mais avec la demoiselle, le garçon avait apprit à placer quelques mots pas toujours bien aimables lorsqu'il le fallait – et même lorsqu'il ne le fallait pas, mais c'était un autre débat ! « En attendant, la bille en Divination, ce n'est pas moi. Et dois-je te rappeler que je maitrise parfaitement le crache limace ? » Oh, ce n'était pas une menace ! Alan savait à peine ce que c'était, une menace. Hum … non, peut être pas, tout de même. Mais … bref, il n'était pas le genre de mec à menacer les autres. Il manquait juste d'une petite dose de tact et disait les choses comme elles venaient – ouais, en fait, en creusant, il avait des points communs avec Lee, c'était clair ! « Je sais parfaitement utiliser ma baguette » hum « et mon cerveau, mais tu n'es pas toujours là pour le voir, très chère. »

    Mais le garçon perdit bien vite sa contenance lorsque la demoiselle ricana en pointant sa baguette sur lui. Euh … maman ! Il blêmit rapidement et s'il l'avait pu, Alan aurait surement reculé, emmenant la table avec lui pour se protéger ! Ses neurones s'envolèrent, son cœur se mit à battre plus rapidement lorsque … Llewelyn lança un accio sur ses parchemins ? … … …

    Cette fille avait vraiment un grain. Il la laissa rigoler comme une baleine – pardon puce – et leva les yeux au plafond. Ridicule. Tant lui que elle, d'ailleurs ! Il rattrapa ses parchemins en marmonnant que franchement, avec tout ça, c'était lui la merde dans l'histoire … Il soupira, posa son regard sur Llewelyn, sans trop voir ou elle venait en venir. A part peut être au fait qu'il lui en « devait une ». Une quoi, ça, il ne savait toujours pas.

    « D'accord. Merci. Bien … Qu'est-ce que tu veux, Llewelyn ? »

    Là ! En plantant son regard dans le sien ! Et sans bafouiller, s'il vous plait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pardelalabrume.actifforum.com/


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ouvrir ses chakras et chanter des Ahoum. [15.10.1999 ; 12h] | PV Llewelyn & Alan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» T' as du travail? Je m'en fiche ~♥ Viens chanter avec moi ♫ [PV May ]
» Ouvrir la porte d'un avion en plein vol pour fumer...
» Comment ouvrir une boutique ?
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: Cachots :: Cours de Potions & de Divination-