Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Mer 10 Avr - 21:07


Dimanche 17 octobre, 14 heures

Après le déjeuner et un bon roulage de pelle dans un coin sombre, Galaad s’installa à la bibliothèque. Tout au fond, comme d’habitude, à une table qu’il considérait comme la sienne attitrée. Que quelqu’un essaye de s’y asseoir et il comprendrait sa douleur... Le Serpentard n’en était pas à graver son nom dans le bois, mais pas loin. Une fois, une PNJ de première année avait voulu s’y asseoir. Maintenant, elle pleurait quand elle voyait passer Galaad. Ok, c’était totalement faux. Disons qu’elle tremblait seulement de peur. Heureusement pour la galaxie, personne n’avait honteusement volé LA place de Galaad Amour Westchester. La Terre allait pouvoir continuer de tourner et les Sombrals seraient bien gardés.

Sans plus attendre, Galaad s’installa. Il sortit ses trèèèès nombreux livres les uns après les autres et les disposa de façon bien ordonnée sur sa table. Ça faisait des piles, c’était joli comme tout. Il avait beaucoup de livres, à tel point que c’était presque de la décoration, il ne fallait pas se leurrer. Mais ce genre d’installation - en plus de lui donner un genre sérieux - avait une utilité non négligeable : il pouvait se cacher derrière pour travailler plus ou moins ce qu’il voulait. Il avait apporté un petit grimoire absolument a-do-ra-ble sur les liens magiques. Quelque chose d’ordinaire en apparence, mais il y avait quelques chapitres qui auraient été sans doute censuré à Poudlard. Ou plutôt, gardé en sécurité dans la Réserve et confié aux étudiants motivés sur autorisation.

En soit, ce n’était pas bien grave qu’il ait en sa possession un tel ouvrage. Si la Réserve avait encore été accessible, il aurait obtenu sans problème une autorisation pour y avoir accès. Le petit souci était qu’il en possédait de nombreux autres nettement plus... gênants. Mais ceux-là étaient bien en sécurité dans sa malle, protégée par toutes une batterie de sortilèges. Mais ça, personne n’était censé le savoir. Et puis... C’était purement théorique, il n’était pas encore interdit de se cultiver. Il s’intéressait aux formes un peu sombres de la magie, et alors ? Oui, il y avait des sorciers qui se tailladaient le poignet pour échanger leur sang et lier leur magie, mais Galaad n’était pas comme ça ! Parce qu’il n’avait personne dans son entourage susceptible d’accepter une telle chose, certes. Mais aussi parce qu’il avait bien trop la frousse. Ça l’excitait de lire des histoires pleines de sang, de chairs et de morts, mais... Pas pour de vrai ! Même si... Rha il aimerait bien, mine de de rien. Essayer. Un tout petit peu...

Après le chapitre sur les dettes d’honneur, tout ce qu’il y avait de plus ordinaires, le jeune homme passa au chapitre sur les liens de sang. Il y avait les liens familiaux pour commencer qui pouvaient être exploités magiquement, du moins si on savait comment faire. Et puis... Les liens de sang contraints. Voilà qui était nettement plus louches... Galaad consignait tout cela dans un de ses carnets en cuir, bien en sécurité derrière les piles de ses livres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Jeu 11 Avr - 18:10


Are you hiding something ?

Leopold était de bonne humeur. Aux yeux du monde, son comportement n’avait rien d’anormal : il était toujours aussi froid, réservé, renfrogné et ne quittait jamais son plumeau plus d’une dizaine de minutes. Pourtant, une élève avait eu la chance d’obtenir un « bonjour » en retour du sien, alors que les étudiants qui se rendaient à la bibliothèque s’étaient habitués à devenir un objet de mépris totalement invisible et grotesque. Ainsi donc, il y avait tout de même quelque chose de changer chez le bibliothécaire qui portait à ravir un nœud papillon bleu marine. Il allait et venait entre les rayons remplis de livres en tout genre, chantonnant parfois quelques airs de comédie musicale, snobant parfois un ou deux élèves venus chercher un renseignement auprès du maître des lieux. Comme toujours, il était seul avec lui-même, dans sa tête et dans son attitude.

Oubliant les récents évènements dans la brume, Leopold avait reçu un certain nombre de bonnes nouvelles. Il avait reçu tout une série de carnets vierges qui ne demandaient qu’à être remplis, s’était procuré une plume d’autruche, celle dont il avait toujours rêvé, et sa commande d’un ouvrage de 800 pages dédiées à Marie-Antoinette était enfin arrivée. Rien de bien réjouissant direz-vous : il en allait autrement pour le bibliothécaire qui avait même eu le courage d’esquisser un sourire devant le livreur, tôt dans la matinée. Enfin, il avait prévu de contacter Caine prochainement pour passer un peu de bon temps. En somme, de quoi égayer sa journée.

La main gauche de Leopold, abîmée par tant d’années à écrire sans cesse, parcourait au hasard les rayons, caressant les couvertures soignées des ouvrages, se perdant sur les sorts, l’histoire de la magie et quelques romans, jusqu’à ce qu’elle se perdre dans le vide à la fin d’une section dédiée à la divination, pour se poser plus bas, sur une pile de livre posée sur une table. Le jeune Westchester était là, plongé dans son travail, aussi sérieux qu’à l’ordinaire. L’une des rares personnes à qui Leopold adressait parfois un signe de tête pour le saluer. Il était entouré de tout un tas de livres et le pouvoir de Leopold en ces lieux lui permettait de se mêler de ce qu’il ne le regardait pas.

- Il n’est que 14 heures mais je ne pense pas que vous aurez le temps de tout lire.

Une manière de lui faire remarquer que vider les rayons de la sorte pouvait retarder le travail d’autres étudiants qui pourraient chercher ces mêmes livres. Laissant de côté les quelques livres qu’il portait, Leopold passa une main curieuse sur la couverture des ouvrages empruntés par le Serpentard, comme s’il s’agissait de reliques d’une valeur inestimable. Souvent, les élèves observaient la façon qu’il avait de toucher les livres et de les manipuler : il était aussi soigneux qu’avec un morceau de cristal, aussi doux qu’avec une plume, aussi respectueux qu’avec un vestige historique.

Le souvenir de leur dernière conversation ne tarda pas à surgir dans l’esprit de Leopold, ce dernier ayant fait remarquer au Westchester qu’il était souvent seul. A nouveau, c’était le cas. Pire encore, le jeune homme se cachait derrière d’innombrables livres. Soit il s’isolait, soit il avait quelque chose à cacher.

- Potions, histoire de la magie, astronomie… Multifonction monsieur Westchester ? Besoin d’aide, j’imagine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Ven 12 Avr - 12:26

Galaad était perdu dans ses recherches. Plus il avançait dans sa lecture et plus il trouvait tout cela fascinant. Il ignorait qu’il était possible de partager sa puissance magique en échangeant son sang au cours d’un rituel précis qui n’était malheureusement pas détaillé dans son grimoire. Il faudrait qu’il en trouve un plus centré sur le sujet. Échanger sa magie, c’était partager ses pouvoirs, donc devenir plus puissant... Mais il y avait bien évidemment des aspects plus négatifs. En l’absence de son binôme, on voyait sa puissance magique chuter de façon significative. Il fallait savoir ce qu’on voulait. Le problème se posait aussi à la disparition de l’un des sorciers, ce n’était pas mentionné dans le grimoire, mais Galaad le supposait à raison.

Très concentré, il n’entendit pas le bibliothécaire passer dans l’allée à côté de lui. Il sursauta en entendant le son de sa voix et évita de lever les yeux. Était-ce un reproche ? Oui, c’en était un. Ou pire, une moquerie... Le jeune homme rougit sans pouvoir se contrôler. Comme toujours en présence de son idole. Il avait l’impression d’avoir six ans, c’était infernal. Lui qui était si froid et détaché en temps normal perdait tous ses moyens face à cet homme ô combien impressionnant. Il tenta malgré tout de se justifier.

- Je ne dérange personne, ce sont mes ouvrages personnels... murmura-t-il en se risquant à lever les yeux. Et j’ai beaucoup de travail. ajouta-t-il du bout des lèvres.

Il avait en effet une belle collection de livres. Ses manuels de cours, ses grimoires complémentaires, ses ouvrages d’architecture sorcière... Une belle collection. Il transportait tout dans son sac en cuir de dragon agrandi magiquement. Un cadeau pour ses dix-sept ans. Il était rassuré d’avoir tout sur lui. Enfin presque tout, il n’avait qu’un dixième de sa bibliothèque personnelle (autrement dit sans compter la bibliothèque Westchester que ce soit celle de son père, de sa mère, de ses grands-parents où celle d’Irlande) à Poudlard et seulement un quart de ce dixième sur la table. Et puis, on ne savait jamais. Certes, il les utilisait pour se cacher, mais il était possible qu’il en ait besoin. Il n’avait pas décidé de ce qu’il étudierait par la suite.

Merlin, Léopold Applewhite avait touché ses livres @.@ Il ne les laverait plus jamais. Par contre... Là, il avait posé sa main sur un grimoire d’architecture vieux de quatre siècles dont la lecture était strictement réservée aux Westchester. Galaad n’osa pas demander au sorcier ne pas y toucher, mais cela n’empêcha pas de fixer la main intruse.

Potions ? Astronomie ? Il avait des livres sur ce sujet O.o Hum, c’était sans doute les manuels de cours, les seuls qu’il avait sur ces matières inutiles. Car s’il était un Troll en Potions et Astronomie, c’était bien évidemment la faute de ces matières et certainement pas la sienne. Galaad était mal à l’aise. Il n’aimait pas être dérangé quand il travaillait, même par un écrivain de génie. D’autant plus qu’il n’avait pas spécialement envie qu’on sache sur quoi il travaillait. Le Serpentard avait refermé discrètement son carnet et tourné les pages de son livre pour revenir au chapitre sur les dettes d’honneur.

- Merci, mais je n’ai pas besoin d’aide. déclara Galaad sans contrôler son ton légèrement prétentieux et pédant.

Vous n’avez rien d’autre à faire ? aurait-il eu envie d’ajouter. Mais il ne pouvait pas, ça n’aurait pas été correct de sa part...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Sam 13 Avr - 12:10


Leopold avait toujours détesté perdre son temps. La vie était bien courte pour que l’on puisse se permettre de gâcher ne serait-ce que quelques minutes. Surtout, il avait toujours cherché à être efficace, à agir précautionneusement afin de ne pas revenir à un acte mal accompli. C’était pire quand il s’agissait du travail : afin de ne pas gâcher un temps qu’il aurait pu passer à écrire, à lire ou à réfléchir sur la nature humaine, il essayait d’être le plus performant possible et de ne pas monopoliser son attention sur une futilité. Alors il n’était pas question que le jeune Westchester l’envoie sur les roses.

- Monsieur Westchester, m’arrêter pour parler aux élèves constitue une perte de temps colossale alors profitez-en. La plupart du temps, ceux qui veulent se débrouiller seul ne s’en sortent jamais. Tenez, pas plus tard que ce matin, une Poufsouffle est venue chercher un livre sur les philtres de confusion, pour son grand-père et l’a confondu avec le philtre d’amour. J’imagine que son grand-père est poursuivi pour inceste à l’heure actuelle.

Le bibliothécaire ne parlait plus à son élève. Son regard s’était déposé sur je-ne-sais-quoi d’inexistant et sa voix devenait de plus en plus inaudible à mesure qu’il parlait. Ce n’était pas la première fois qu’il entrait dans un dialogue pour finalement ne se parler qu’à lui-même. A chaque fois qu’il revenait à la réalité, constatant qu’il n’était pas seul dans ses réflexions, il était toujours plongé dans un brouillard de quelques secondes avant de retrouver un brin de raison et de paraître moins bizarre, si cela pouvait être possible.

Un autre sentiment poussait Leopold à rester auprès de l’élève. Un brin de curiosité l’avait en effet envahi. Et dans ce domaine, Leopold était loin d’être délicat, usant parfois d’un certain toupet pour parvenir à ses fins. Et cette fois là, il comptait bien en apprendre un peu plus sur le rejeton Westchester, lui qui connaissait plusieurs membres de la branche familiale. Une façon en somme de découvrir quelques secrets sur ses connaissances, lui qui passait son temps à écrire, imaginer et deviner la vie des autres. Sans plus attendre, Leopold attrapa le livre du Serpentard pour le refermer d’un coup sec, pouvant ainsi observer le titre d’un ouvrage qui ne lui était pas inconnu.

- Je ne sais pas ce qui m’énerve le plus. Vos cheveux incoiffables ou votre incapacité à cacher les choses.

La réputation des Westchester n’était plus à faire et en tant que bibliothécaire, Leopold n’était pas du genre à oublier les livres qu’il avait pu consulter dans le passé. Celui du Serpentard ne le dérangea pas outre mesure et bien qu’il ne s’agissait pas là de son genre de lecture, il avait conscience que ce n’était pas le genre de livre que l’on pouvait sortir aisément à Poudlard. Surtout, il se doutait bien que la bibliothèque de la famille Westchester regorgeait d’ouvrages d’un genre plus douteux encore.

- Il n’y a personne, alors aidez-moi à ranger tout ça.

Le regard du maître des lieux se dirigea vers toute une pile de livres en tous genres que des élèves avaient rapporté récemment. D’une part, Leopold ne mourrait pas d’envie de s’y mettre seul mais surtout, il n’aurait pas voulu qu’on l’accuse de laisser les élèves lire des ouvrages peu recommandables, bien qu’il savait que celui de Galaad lui avait été tout à fait indigeste mais le gamin avait été tellement idiot dans sa recherche d’isolement qu’il était de toute évidence suspect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Sam 13 Avr - 18:12

Lorsque Monsieur Applewhite ouvrit la bouche et commença à le réprimander, Galaad se liquéfia et rentra légèrement le cou dans ses épaules. Il se mordit la lèvre inférieure, gêné comme jamais. Il se flagellait mentalement. Stupide, il était complètement stupide. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de parler de cette manière à son idole ? Il était évident que tout était de sa faute, Monsieur Applewhite avait forcément raison et lui tort. Il n’aurait pas dû refuser son aide, l’aide de Monsieur Applewhite était un don, on ne devait pas la refuser. Même s’il n’en avait pas besoin, il aurait dû faire semblant ! Parce qu’il était tellement inférieur à cet homme qui en savait tellement plus que lui. Galaad n’avait qu’une envie, se jeter à ses pieds et implorer son pardon en pleurant. Mais comme il avait un peu d’amour propre, il se contenta de baisser les yeux et d’encaisser.

Bien trop occupé à se fouetter ardemment en pensée, Galaad n’eut pas le temps de réagir lorsque le bibliothécaire s’approcha pour récupérer son livre. Il leva bien la main pour le rattraper, mais elle se referma dans le vide. Mordred... Nouvelle pique. Cette fois, le jeune homme sentit ses joues le brûler. Ses cheveux étaient-ils réellement mal coiffés ? Ils étaient un peu trop longs, c’était un fait, mais normalement il prenait soin de bien les ordonner chaque matin. Il se les couperait peut-être la semaine prochaine quand il irait à Pré-au-Lard. Mais... Joren les aimait bien longs comme ça. Il jouait avec quand ils s’embrassaient ou se faisaient des câlins dans les coins sombres. Peut-être devait-il lui demander son avis av... Non, il n’allait quand même pas lui demander l’autorisation de se couper les cheveux par Ceridwenn ! Bref, il verrait ça plus tard.

Toujours aussi mal à l’aise, Galaad passa nerveusement une main dans ses cheveux dans l’espoir de les ordonner. Il releva timidement la tête. Monsieur Applewhite regardait son livre. Mordred. Allait-il le lui rendre ? Il avait intérêt parce que c’était une propriété Westchester. Et il en avait besoin pour travailler. Galaad voulut demander au sorcier de lui rendre son livre, mais les mots restèrent coincés dans sa gorge. Quel incapable... Le pire fut lorsque le bibliothécaire lui demanda de l’aider, il sauta presque sur ses pieds, comme sur ressort et se dépêcha de faire ce qu’on lui demandait.

Merlin, il était vraiment irrécupérable. Il devait se reprendre, ce n’était qu’un écrivain, pas Merlin en personne. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Dès qu’il était dans les parages, il avait l’impression que son cerveau fichait le champ. Un peu comme avec Joren en fait. Ou quand il croisait Roderick torse nu dans les dortoirs. À croire que les garçons s’étaient tous donnés le mot pour le rendre dingue. D’ailleurs, qu’avait-il fait de son grimoire ? Zut, il n’avait pas regardé. Bon il allait déjà ranger tout ça et puis il aviserait ensuite.

Le silence s’installa. Galaad avait rarement été aussi mal à l’aise. Il ne savait pas quoi dire. Alors il rangeait les lourds ouvrages en jetant de discrets coup d’œil à son idole de toujours. Il devait dire quelque chose pour briser la glace. Quelque chose de pas trop stupide si possible. Genre, il ne devait pas lui demander ce qu’il aimait comme légume, mais quelque chose de plus intelligent.

- Vous... Vous vous p-p-plaisez à P-p-poudlard ?

Avec le bégaiement, c’était cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Lun 15 Avr - 22:29

Leopold avait toujours considéré le rangement des livres comme un véritable rituel. Muni d’un chiffon, il nettoyait toujours le rayon sur lequel il rangerait les ouvrages, eux-mêmes dépoussiérés préalablement, avant de finalement les déposer avec précaution entre leurs jumeaux. Sans lui demander son avis, Leopold tendit un chiffon au Serpentard afin que celui-ci ne vienne pas faire n’importe quoi. Il ne fallait surtout pas qu’un élève vienne déposer ses doigts gras sur une reliure de cuir ! La deuxième partie du rituel consistait à se taire. Ce contact privilégié avec les pages se devait d’être fait dans des règles… que le jeune Westchester semblait méconnaître. Celui-ci tentait en effet d’ouvrir une discussion, ce qui provoqua un long soupir de la part du bibliothécaire à la mine dépassée. Pourtant, il savait qu’il devait prendre sur lui. Se montrer sociable, ou au moins un minimum, c’était s’assurer une certaine quiétude et le moyen de rester tranquille dans son antre sans que l’on vienne lui reprocher quoique ce soit. Mais à ce niveau là, il avait encore un long chemin à faire.

- J’ai passé le cap de la première semaine, c’est un exploit au milieu de ces hormones pré-pubères qui me sautent au visage à chaque fois que je bouge un cil.

Il aurait pu avoir l’audace de citer les quelques pages dédiées à ses premiers jours à Poudlard mais l’écrivain était certain qu’en exposant de tels propos il risquait de subir les sermons d’une hiérarchie horrifiée. Le temps semblait s’être arrêté pour Leopold, tandis que, pour le reste du monde, celui-ci était interminable. Le bibliothécaire savourait son intimité littéraire avec les ouvrages qu’il rangeait avec soin, sans dire un mot. Pour autant, il avait une idée derrière la tête, alors qu’il venait tout juste de tomber sur plusieurs livres sur les sorts impardonnables. Une fois qu’il avait mis la main sur un ouvrage portant sur les familles de sang-purs, Leopold le fit glisser sur un des rayons en bois vernis afin qu’il rejoigne les mains occupées du gamin Westchester.

- Eh bien Galaad, ne faites pas cette tête. Ces lectures semblent vous intéresser.

Le bibliothécaire ne laissa pas le temps à l’élève de répondre et déposa son chiffon et les livres qu’il portait pour se rapprocher du Serpentard, d’un pas lent mais étrangement dérangeant tant celui-ci n’inspirait jamais rien de bon. Face au jeune homme, Leopold s’approcha de lui de plus en plus à tel point que le visage du Serpentard n’était pas loin de frôler le cou du maître des lieux qui, surplombant le garçon, profita de cet instant de confidence pour scruter la bibliothèque, s’assurant que le calme restait de mise.

- Je n’ai que faire de vos lectures mais votre manque évident de discrétion et vos lectures pourraient vous porter préjudice. Vous n’êtes pas idiot, je crois, ou alors si ?

Le bibliothécaire retourna à ses occupations. Jamais il n’avait voulu protéger le Serpentard, au contraire, il ne voyait là que son propre intérêt. Si l’on apprenait que certains élèves lisaient des ouvrages de magie noire sous la surveillance de Leopold, ce dernier pourrait avoir des ennuis. Et cela il n’en était pas question : il en allait de sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Jeu 18 Avr - 12:20

Pourquoi lui donnait-il un chiffon ? Genre pour essuyer chaque livre avant de le ranger ? Okay... Galaad prenait toujours soin de ses livres, mais delà à porter des gants blancs et passer sur désinfectant sur chaque reliure... Il ne fallait pas exagérer. Enfin chacun ses névroses. Lui-même était insomniaque, accro à la caféine et nouvellement aux sucettes à la pomme, alors il n’avait pas grand chose à dire. Le jeune homme observa le bibliothécaire quelques instants afin de l’imiter scrupuleusement. Forcément, ça allait beaucoup plus lentement de cette manière. C’était quand même un peu du temps perdu, il aurait pu travailler à la place. Mais il était bien trop poli pour faire la moindre remarque, même s’il n’en pensait pas moins.

En tout cas, Monsieur Applewhite ne semblait pas ravi d’être à Poudlard. Le contact avec les adolescents n’avait pas l’air de lui plaire, ce qui était tout à fait compréhensible. Lui-même avait parfois bien du mal à supporter ses camarades, alors un homme comme Monsieur Applewhite... Galaad l’aurait presque plaint. Mais en même temps... Pourquoi était-il ici ?

– Puis-je vous poser une question ? Pourquoi avez-vous choisi de travailler à Poudlard ? Un homme comme vous, relégué dans une vieille bibliothèque fréquentée par des adolescents au quotient intellectuel plus ou moins élevé... Même si je suis heureux de voir un sorcier compétent à la tête de la bibliothèque, je ne peux que m’étonner de votre choix.

Salazar, il y en avait des bouquins... D’habitude, c’était les domestiques ou les elfes qui faisaient ce travail. Quand il travaillait dans la bibliothèque familiale, il laissait tous les ouvrages qu’il avait consulté en plan et un domestique passait derrière lui pour ranger. Assisté ? Certainement pas. Il avait seulement d’autres choses bien plus intéressantes à faire.

Mais voilà que Mr. Applewhite lui passait un livre qu’il jugeait intéressant. Les familles de Sang-Purs... Un ouvrage extrêmement général et incomplet. Galaad ne cacha pas son scepticisme et haussa les sourcils. Il rangea le livre au milieu des autres.

– Je n’ai guère besoin de ce genre de livres, Monsieur Applewhite.

Sous-entendu : je connais déjà tout ce qu’il y a à savoir et le peu que je ne sache pas ne se trouverait pas dans la bibliothèque de Poudlard. Oulaaaaa pourquoi il s’approchait comme ça ? Mal à l’aise par cette soudaine proximité, le Serpentard se sentit rougir. Il sentait bon en plus... Que quoi donc ? Il lui parlait ? Moui, tout ce qu’il voulait *-* Les informations mirent un certain temps à arriver jusqu’au cerveau de Galaad, bien trop occupé à gagatiser intérieurement. Hein ?

– Euh... Non je ne suis pas idiot. Hum voilà qui était intelligent... Ce n’est... Enfin... Je ferais attention.

En plus, il était tout à fait discret U.U C’était Mr. Applewhite qui était un peu trop curieux. N’importe qui d’autre n’aurait jamais remarqué que son livre puisse contenir un contenu à la limite du magiquement correct. Et puis... Enfin ça allait encore ! C’était très soft ! Franchement, il exagérait. Il aurait débarqué avec son manuel « comment ensorceler l’âme de vos ennemis », okay. Mais là, c’était juste des liens du sang. Même pas détaillés en plus.

– Il n’y a pas grand chose dans ce livre, vous savez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Dim 21 Avr - 20:50

« Et cette fois, es-tu content ? »
Leopold n’avait su se livrer. Pire, il avait toujours cherché à tout dissimuler, persuadé que connaître un homme, c’était le condamner à une faiblesse insurmontable. Et c’était sans compter sur son tempérament sombre et son visage neutre, dénué de la moindre expression, du moindre intérêt. Alors Elisabeth et Susan n’avaient eu de cesse de chercher un brin de satisfaction aux activités qu’elles lui avaient proposé, alors qu’il n’était encore qu’un enfant. On l’emmenait dans un parc de loisirs, il ne s’excitait pas comme tous ses enfants agités. On lui offrait des cadeaux, il remerciait poliment sans déborder d’énergie. Plus âgé, il avait reçu plusieurs récompenses littéraires qu’il avait reçues avec une totale humilité et un rare détachement. Parfois, on estimait qu’il ne se réjouissait de rien et que rien ne serait jamais assez beau pour lui. Alors on pensait qu’il était là un peu par hasard, lui qui semblait si froid dans toutes occasions, et le jeune Westchester n’avait pas échappé à ces interrogations.

- Poudlard a un certain pouvoir sur ses occupants. Une belle cachette.

Le bibliothécaire, après avoir fait la leçon à l’élève, était retourné à son rangement combiné au ménage, après que le jeune homme lui ait fait savoir qu’il n’avait rien à cacher. En clair, il n’avait rien compris et Leopold fit un effort pour continuer à lui parler.

- Le problème est là. Je vous l’accorde, ce livre est d’un plat désarmant. Je ne voudrais pas que cela vous pousse à approfondir ce domaine.

Un lourd silence s’imposa pendant de longues minutes. De temps à autre, Leopold répétait dans un faible murmure les paroles de Westchester. « Je ferai attention », répétait-il. Les élèves usaient beaucoup de ce genre de tournure, comme ils usaient du « Je suis désolé » ou de l’éternel « Ce n’est pas ma faute ». En clair, des petits passe-partout qu’on lance au hasard en espérant se tirer d’une situation gênante, mais Leopold n’était pas dupe et il n’oubliait jamais. Quoique pour cette fois, il fermait les yeux tant il était désintéressé : les lectures de Westchester lui étaient totalement égales. D’ailleurs, Galaad était censé être un fervent lecteur de Leopold, alors il aurait l’intelligence de faire la part des choses en matière de magie blanche et de magie noire. Mais il ne fallait surtout pas qu'il espère parler de cet ouvrage avec le maître des lieux. Il l'avait lu, bien sûr, et l'avait trouvé totalement indigeste. A tel point qu'il avait peiné à le finir. C'était bien connu chez les sorciers : Applewhite s'était toujours opposé à la magie noire. Un drôle de comportement pour celui qui déconsidérait l'espèce humaine. Seulement, il l'a jugeait bien assez mauvaise pour accepter qu'on la noircisse davantage. De plus, il voyait en la magie noire une sorte de facilité et avait consacré tout un ouvrage polémique à ce sujet lors de l'avènement du Seigneur des Ténèbres, quelques années auparavant. Un franc succès.

- Vous posez beaucoup de questions. Pour quelqu’un d’asocial comme moi, je reste diplomate, non ?

Leopold se retenait assez difficilement de ne pas s’immiscer à son tour dans la vie du garçon. Il avait fait de la découverte d’autrui un véritable but, un accomplissement et un bouclier. Mais il aurait peut-être semblé un peu trop indiscret s’il commençait à enchaîner sur des sujets sensibles. Ce n'aurait d'ailleurs pas été la première fois qu'on l'aurait trouvé trop maladroit dans sa curiosité maladive. Après tout, n'était-il pas venu à Poudlard dans l'espoir de changer afin de trouver une quiétude pour s'épanouir et survivre un minimum ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Mar 23 Avr - 11:14

Ce sorcier était décidément vraiment... bizarre. Bien qu’il ne soit en rien expert en psychologie, Galaad sentait quand même que quelque chose ne tournait pas rond. Il avait l’habitude de fréquenter des gens froids et distants, son grand-père en était sans doute l’exemple le plus fameux en la matière, mais là... Il avait l’impression d’être observé. Il devait se faire des idées, il fallait dire qu’il était particulièrement paranoïaque ces derniers temps. Monsieur Applewhite ne devait pas avoir grand chose à faire de sa petite personne. Le jeune homme essaya de faire abstraction et se concentra sur son rangement.

Monsieur Applewhite parlait par énigme, comme toujours. Galaad ne manqua pas de lever les yeux au ciel lorsqu’il parla de Poudlard comme une cachette. Les cachettes, c’était bon pour les lâches. Lui n’était pas un lâche ! Enfin... Sauf que Arcker lui faisait peur et menaçait de lui coller son poing dans la figure, mais c’était une toute autre question U.U

Bien, il admettait que son livre ne contenait pas grand chose alors pourquoi le lui prendre ?! Il était passé où d’ailleurs ? Galaad ne manqua pas de poser la question avec son petit air hautain.

– Nous sommes d’accord sur ce point. Auriez vous l’obligeance de me le rendre puisqu’il n’est en rien dangereux, s’il vous plaît ? Il appartient à la bibliothèque Westchester.

Approfondir dans le domaine. Il allait se gêner, tiens ! Le Serpentard eut un petit sourire en coin, montrant ostensiblement que si jamais il voulait vraiment étudier la magie noire, personne ne l’en empêcherait. Même pas Léopold Applewhite. D’ailleurs il avait déjà commencé et n’était pas prêt de s’arrêter. De toute manière, tout cela restait purement théorique. Enfin de temps en temps, il essayait quelques trucs, mais rien de bien grave. Il avait conscience de ses limites, du moins pour le moment. La magie noire, c’était comme un Tornade de Glace. La magie blanche, un bon vieux Bossdur. Quoi qu’il arrive, on arrivait à voler. Mais le Tornade permettait de défier toutes les lois de la physique, c’était de loin le plus puissant ! Mais quand on se crashait avec... On n’en sortait pas vivant. Alors qu’avec un Bossdur, on parvenait toujours à freiner à temps. Tout était une question de contrôle. Qui n’avait pas envie d’être plus puissant ? D’ailleurs en parlant de balais, il allait sans doute bientôt recevoir un Tornade de Glace... Du moins il l’espérait. Ça serait génial. Et Pauson en crèverait de jalousie.

– Quoi qu’il en soit, ce n’est certainement pas à Poudlard que l’occasion d’étudier réellement la magie, quelque qu’elle soit, se présentera. déclara-t-il sans regarder le bibliothécaire.

Monsieur Applewhite ? Asocial ? Ça leur faisait un point commun, il paraissait qu’il en était également un. Personnellement, Galaad trouvait ce qualificatif stupide. Ce n’était pas parce qu’on aimait la solitude qu’on était forcément asocial. Le jeune homme eut une petite moue en terminant le rangement de l’étagère.

– J’en ai terminé avec ces livres, avez-vous encore besoin de moi, Monsieur Applewhite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Jeu 25 Avr - 18:39

La fierté. Le vice de tous les hommes. Sans prétention aucune, Leopold pouvait se vanter de tout savoir à ce sujet. Il avait passé sa vie à analyser ses semblables et depuis son enfance, il s’était rendu compte que c’était la faille des hommes et des femmes qui l’entouraient : attaquez un égo, subissez l’écho. Si les circonstances quotidiennes ne permettaient pas de pousser cette attaque, il suffisait d’user d’autres situations, souvent plus intimes. Et bien des hommes tombés dans les bras de Leopold ne pouvaient tolérer le moindre soupçon de domination. Le jeune Westchester n’échappait pas à l’étude de Leopold, largement détaillée dans plusieurs carnets. Il parlait de la « bibliothèque Westchester » et cette simple évocation permettait d’imaginer une salle immense, un havre de culture, coûteux et respectable. Leopold tenait donc une grande relique entre ses mains ? Il aurait pu éclater de rire mais préféra se contenir, quoiqu’une moue moqueuse se lisait sur son visage.

- Mille excuses. Je ne voudrai pas me mettre la hiérarchie Westchester à dos.

Pauvre Galaad, s’il savait quelle était la nature des liens d’Applewhite avec un certain Westchester, et pas n’importe lequel ! Plus qu’une réplique et Leopold laisserait son hypocrisie de côté afin de ne pas paraître trop désobligeant, quoiqu’il semblait l’être bien assez jusqu’à maintenant.

- Votre livre est resté à votre place.

Qu’on ne vienne pas l’accuser de ce qu’il n’avait pas fait ! D’ailleurs, Leopold n’aurait jamais confisqué un livre aussi creux que celui de l’étudiant. Celui-ci aurait pu venir avec un roman érotique, le bibliothécaire se serait contenté d’une simple remarque. Du moment qu’on ne venait pas perturber le calme de la bibliothèque, qui lui était si cher, tout allait bien, surtout qu’il connaissait les jeunes gens et il n’était pas sans savoir qu’on ne pourrait rien tirer d’eux, si inconstants, si insouciants, voués pour la plupart à une vie morne et ratée. Toutefois, il ne fallait surtout pas qu’on vienne dire à Leopold Applewhite, détenteur d’une horde de diplômes, ancien maître de conférence à Paris, ancien guide au Louvres et à Versailles, qu’il fallait négliger les études. L’écrivain en était persuadé : les années à passer à étudier s’avéraient être les meilleures tant le monde de la culture permettait de s’échapper des dures réalités du monde pour n’en tirer que du bon. Et il en allait de même pour la magie.

- Ne soyez pas immature. Le monde qui vous attend n’a rien de rose, profitez donc de vos instants ici. Certes, les enseignants ne sont pas toujours à la hauteur. N’oubliez pas qu’un certain bibliothécaire pourrait vous enseigner quelques bricoles.

Tandis qu’il s’exprimait ainsi, tel un mentor, Leopold tira sa baguette magique de sa poche et l’agita dans les airs avec désinvolture, non sans une certaine grâce. Toute une pile de livre plutôt impressionnante arriva alors, en lévitation, pour finalement se poser aux côtés de l’étudiant, manquant presque de s’effondrer. Et oui, le bibliothécaire avait encore besoin du jeune élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Sam 27 Avr - 15:44

Comme d'hab Galaad est un modèle d'amabilité ^^'


Est-ce que le bibliothécaire était sérieux ou il était en train de se payer sa tête ? Galaad en doutait... Il avait l’impression que la réponse de Monsieur Applewhite était tintée d’ironie et avec tout l’immense respect qu’il lui devait... S’il parlait en mal de sa famille, ça n’allait pas du tout le faire. On ne faisait pas d’ironie avec la famille Westchester, jamais. Et surtout pas en parlant de bibliothèque. Il ne plaisantait pas. Galaad fronça donc les sourcils, se retenant difficilement de faire un commentaire assassin. Ça aurait été n’importe qui d’autre, il aurait sorti un petit discours plus que hautain afin de bien montrer qu’il était au-dessus de tout le monde et que ce n’était pas un sang-mêlé qui allait critiquer sa famille. Mais Léopold Applewhite n’était pas n’importe qui justement. Alors le jeune homme prit sur lui et détourna les yeux.

Comment ça, son livre était resté à sa place ? Galaad tourna la tête en direction de sa table, effectivement, il était posé sur le dessus de la pile. Dans sa précipitation et perturbé par son idole, il ne l’avait même pas remarqué. Hum, la honte. Il fit bien sûr comme si de rien n’était et garda la tête bien droite. Tout était normal, il avait fait exprès de poser cette question.

- Merci. déclara-t-il simplement en arrangeant un peu les livres sur l’étagère de façon à ce que pas un ne dépasse.

Le discours de Monsieur Applewhite était bien joli. Genre, il n’était pas au courant. Il fréquentait les galas depuis qu’il avait dix ans, encore plus maintenant qu’il était majeur, il allait se marier avec une fille qu’il n’avait pas encore rencontrer, donner un héritier à sa famille, il avait subi le procès de sa famille l’année précédente, avait appris à lancer des impardonnables. Il était au courant que la vie n’était pas rose, il ne l’avait d’ailleurs jamais cru. Le jeune homme ne manqua pas de laisser échapper un ricanement calculé. Ils étaient encore beaucoup à le prendre pour un gamin et bien évidemment, Galaad pensait que ce n’était absolument plus le cas. Enfin en fait... Ça dépendait des moments.

- Je vous remercie, Monsieur Applewhite.

Mais ça n’est pas vous qui allez m’aider à m’imposer auprès de mon père, vous n’êtes même pas un Westchester, aurait-il eu envie d’ajouter. Ce n’était pas qu’il n’aimait pas son bibliothécaire, c’était juste qu’il avait été piqué au vif. Et il avait un amour-propre légèrement surdéveloppé.

BOUM. Nouvelle pile de livres. Galaad ne put retenir un petit soupir. Il pensa prendre sa baguette, mais il était pratiquement sûr que Monsieur Applewhite allait lui rétorquer quelque chose sur le fait qu’un livre devait être bichonné avec soin et méritait toute son attention. Ou autre chose du genre. Il continua donc son rangement sans rien dire, se demandant quand est-ce que tout cela serait terminé... Il n’allait quand même pas passer l’après midi à ranger des livres ! Il avait clairement autre chose à faire.

- Vous comptez me faire ranger des livres tout l'après-midi ou je peux espérer pouvoir travailler en prévision des ASPIC comme cela est nécessaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530
avatar

Leopold G. Applewhite
Unbowed, Unbent, Unbroken
Unbowed, Unbent, Unbroken


Messages : 207


Feuille de personnage
Gallions: 164
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Jeu 9 Mai - 12:02


Plusieurs types d’admirateurs existent. L’admirateur basique ne se démarque pas, il est courtois mais toujours neutre et jamais trop présent, son temps compte plus que sa passion, tandis que l’admirateur passionné ne manquera jamais une occasion pour rencontrer son idole, ne sera jamais trop exhaustif face à elle et cherchera toujours à montrer son intérêt pour ses travaux. Quant à l’admirateur fanatique, celui-ci semble plutôt relever du cas clinique. Pourtant, certains admirateurs ne peuvent trouver une place dans le lot et Galaad Westchester en faisait partie. A en croire Medrawt, le Serpentard était un lecteur assidu de Leopold et enverrait même son frère lui signer le dernier livre. Mais face à lui, Leopold avait affaire à un tout autre comportement qu’il assimilait aisément à de l’orgueil. On avait toujours reproché à l’écrivain sa franchise et sa tendance à discréditer ceux qui l’entouraient et Galaad semblait plutôt du genre à faire valoir son bouclier face à ce qui pouvait s’apparenter à une agression.

Leopold ne prenait pas l’élève au sérieux. De loin comme de près, il connaissait la lignée Westchester, ses idéaux, son passé, ses limites. Il connaissait aussi les talents secrets d’un certain membre au physique avantageux. Il connaissait la position de la lignée pendant la guerre et s’étonnait d’ailleurs que Galaad puisse être un de ses lecteurs. Il se serait plutôt attendu à ce que l’on dise de lui qu’il était un parfait imbécile défenseur des mauvaises mœurs. Quoique cela n’aurait pas étonné le bibliothécaire de voir le Serpentard s’affranchir de la contrainte familiale. Souvent, dans ce genre de famille, les enfants que l’on voudrait parfaits et voués à un futur glorieux finissent par se détourner de ce que l’on croyait être le droit chemin. La famille devient alors un champ de bataille : les femmes s’opposent à leur mari, les enfants s’acharnent à s’éloigner de leurs parents.

Le Serpentard commençait à mordre, comme il devait souvent le faire, et il était hors de question pour Leopold d’entrer dans une confrontation. Premièrement, il savait qu’il gagnerait quoiqu’il arrive. Deuxièmement, s’en prendre à un élève entraînerait des complications qui viendraient nuire sa recherche de solitude et de tranquillité. Il préféra alors prendre congé de Westchester sans se débarrasser d’une once ou deux de cynisme.

- Je ne voudrais pas être responsable de l’échec du prodige Westchester.

Leopold continua son rangement sans se préoccuper de la présence du Serpentard. Il ne se gêna pas d’ailleurs pour reprendre le travail de l’élève qu’il jugeait bâclé. Il aurait du s’y attendre : lui seul savait comment il fallait procéder. Son rituel pu alors commencer et le bibliothécaire était parti pour un travail de longue haleine.


P.S : désolé pour l'attente ! On peut conclure là si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Galaad A. Westchester
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 1171


Feuille de personnage
Gallions: 2118
Points de Magie: 90

MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   Mer 15 Mai - 12:45

Si Léopold trouvait que Galaad n’était pas un fan ordinaire, il avait raison. Dans le genre contradictoire, on faisait difficilement mieux. Mais c’était aussi parce qu’il était particulièrement imbu de lui-même et sûr de lui. Enfin en théorie, ça dépendait pour quoi. Quand il s’agissait de magie en tout cas, Galaad savait très bien ce qu’il valait. Par contre lorsqu’il devait s’occuper de choses plus « sociales », du genre les relations amicales ou amoureuses, là il n’y avait plus personne. Bref, il n’en était pas là avec Monsieur Applewhite. Bien qu’il n’aurait sans doute pas dit non à... HUM. Non, pas Monsieur Applewhite quand même. Hahaha si Galaad savait ce qu’il faisait avec son grand-frère, il ferait une crise cardiaque. Mais la question n’était pas là.

Tout ça pour dire que même si Galaad était absolument fan à la limite du fangirlisme de Léopold, il était vexé et énervé. Il avait l’impression que l’homme se moquait de lui et surtout de sa famille. Il avait son petit amour propre et n’allait certainement pas s’écraser en silence. Du moins, c’était ce qu’il aurait aimé faire. Brailler comme Llewelyn lorsqu’il osait faire la moindre remarque sur les Skellig ou trucider purement et simplement la personne en question comme Cordélia. Mais Galaad n’était pas un Skellig justement, il ne pouvait pas se permettre de s’énerver et de hurler au crime, au meurtrier, à l’assassin. Ça n’aurait pas été correct. Il était un aristocrate. Alors il s’énervait avec classe et dignité. Et non, Monsieur Applewhite ne l’intimidait absolument pas ! Enfin... si peu. Juste un tout petit peu. Un rikiki peu.

Le Serpentard ouvrit la bouche... et la referma. Qu’est-ce qu’il voulait dire déjà ? Le bibliothécaire le prit de court en lui donnant congés de façon on ne plus plus cynique. Galaad fronça les sourcils. Était-ce bel et bien de l’ironie qu’il percevait dans les paroles du sorcier ?

- Qu’êtes-vous en train d’insinuer Monsieur Applewhite ? Je n’apprécie guère qu’on se moque de moi et surtout pas s’il s’agit de vous. Je vous laisse avec votre rangement, j’ai à faire. Bonne journée.

Dans le genre cassant et sec, on faisait difficilement mieux. Il ne se rendait même pas compte de son insolence tant il se sentait directement attaqué. Prodige Westchester... Comme s’il pouvait échouer, déjà à la base. Et pourquoi disait-il ça ? Galaad ne comprenait pas grand chose et tourna purement et simplement les talons pour retourner à sa place et reprendre un livre complètement au hasard. Il aurait bien sorti un vieux grimoire dégoûtant de magie noire rien que pour provoquer, mais il n’en avait pas sous la main à la hauteur. Tant pis, ce serait pour une prochaine fois.

Retrouvant rapidement sa concentration, le jeune homme reprit facilement son travail, choisissant de se pencher sur son devoir d’Arithmancie. Il était énervé au fond. Prodige... Pourquoi tant d’ironie ? C’était simplement la vérité, n’est-ce pas ?

Voilàààà clos pour moi, merci pour ce RP <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hpfanfiction.org/fr/viewuser.php?uid=44530


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] Magie.... grise – Dimanche 17 octobre, 14h [Léo & Galy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» Irminsul
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: 4ème Etage :: Bibliothèque-