Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Bethney E. Redwyn
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 216


Feuille de personnage
Gallions: 124
Points de Magie: 95

MessageSujet: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Lun 15 Avr - 21:52

    Je suis niaise, et je le vis bien !


    Attention, ceci est ridicule, niais, et stupide. La joueuse a honte. Beth aussi.

    Mardi matin, huit heures. La Grande Salle se remplissait lentement d’élèves venus remplir leurs estomacs affamés avec divers produits plus ou moins ragoûtants, selon les goûts (douteux ou pas) des intéressés et les talents culinaires des personnes responsables de la préparation desdits produits. Fidèle à ses habitudes, Bethney quitta tôt la Grande Salle pour ne pas être en retard en Arithmancie, après tout elle avait à montait les six longs étages qui la séparaient de son cours préféré. Jusque-là, rien de très inhabituel.
    En revanche, ce qui n’était absolument pas normal, c’était le grand sourire – un peu idiot, avouons-le – qui barrait son visage qui d’ordinaire était hermétique à laisser paraître une telle bonne humeur. C’était on ne peut plus anormal. Bethney Redwyn, sourire comme une bienheureuse ? Cela arrivait aussi souvent que de voir Galaad niais. Quoi qu’en ce moment, ce fût assez courant, tout compte fait. Disons que cela arrivait aussi souvent que de voir le professeur Monroe utiliser sa baguette alors. C’est çà dire quasiment jamais. (Notez que je parle bien de sa baguette magique. Même si ça marche aussi dans l’autre sens Là !).

    Bref, pour en revenir au sujet de départ, Bethney était de très bonne humeur aujourd’hui. Mais pas une bonne humeur normale, non, là, c’était plutôt le genre de bonne humeur où l’on a l’esprit remplit de nuages roses, d’arcs-en-ciel, et de bébés licornes multicolores. Autant vous le dire tout de suite, Beth battait tous les records de niaiseries possibles et imaginables aujourd’hui. Le pire ? C’était qu’elle n’avait aucune idée de pourquoi elle était aussi joyeuse. En descendant petit déjeuner, elle était passé dans un couloir vide, avait éternué, et d’un seul coup, avait commencé à voir la vie en rose bonbon ! Si elle avait su ce que sa sadique de joueuse avait prévu de lui faire subir, elle aurait sans doute été nettement moins heureuse…

    Mais pour le moment, elle avait le cerveau en guimauve fondue, et pas la moindre envie de se prendre la tête pour quoi que ce soit. Non, la seule envie qu’elle avait était celle de dire à tout le monde à quel point ils étaient géniaux, merveilleux, bref, à quel point elle les aimait !

    Nous avions donc une Bethney ayant malencontreusement mit ses neurones sur off qui se baladait dans le Hall d’Entrée avec une expression d’écervelée sur le visage. Quelqu’un pour l’arrêter, lui demander si elle allait bien ? Bien sûr que non !

    Elle avait vraiment, mais vraiment envie de faire part de tout cet amour qui débordait de son cœur à quelqu’un. Tout de suite, maintenant, sans attendre. Elle aperçut le trio infernal des Serpentard – Dunstan, Graham, et Sebastian – discuter, alors qu’ils montaient les escaliers pour aller déjeuner.
    Elle se laissa un instant aller à regarder Graham. Son préfet en sucre d’orge @___@. Beau, intelligent ( Rolling Eyes), sportif, calme, etc… Un parfait parti, non ? Que pouvait-on demander de plus ? (Que l’on rende son cerveau à Beth .__.). Sous l’effet de cette substance aussi illicite que dangereuse pour ses neurones qu’elle avait (inconsciemment) absorbée, elle sentit son cœur rater un battement. C’était que sa pauvre petite personne débordante d’amour et de niaiserie ne pouvait rester silencieuse face à la personne dont elle avait décidé – depuis une dizaine de secondes – qu’elle était l’amour de sa vie.
    Oui, son cerveau était totalement court-circuité, à telle point qu’elle se sentait folle amoureuse de n’importe qui. En l’occurrence, Graham Pritchard. Cela aurait pu tomber sur n’importe qui, sur Sebastian, ou Dunstan (*o*), mais là, c’était bien dudit Graham dont elle était persuadée être amoureuse. Pas de bol pour lui.

    — Graham, l’apostropha-t-elle avant de s’approcher du garçon, les joues roses. Je… Hum, je voulais juste te dire que… Enfin, je… Elle prit une grande respiration, puis déclara d’une traite. Jesuisamoureusedetoi. Voilà.

    Elle adressa un grand sourire niais à son nouvel amour, et, ayant enfin pu faire part de tous ces sentiments qui s’agitaient en elle à quelqu’un, tourna les talons pour monter en vitesse jusqu’à la tour d’Arithmancie, laissant le préfet assez déconcerté. Pas que lui d’ailleurs. Depuis quand Bethney Redwyn faisait-elle des déclarations d’amour en public, et surtout à Graham Pritchard ? Du jamais vu.



Dernière édition par Bethney E. Redwyn le Mar 16 Avr - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Mar 16 Avr - 16:15

    « C'est ta mère qui te l'a envoyé ?
    - Ouais ! C'est marrant hein ?
    - Aaaah Lady Caitlin a toujours de riches idées !
    - Te moque pas d'M'man, Bro !
    - Jamais de la vie ! Tu sais comme j'apprécie la Dame qu'est ta génitrice, d'une pour t'avoir amené dans ce monde et de deux pour être toujours un plaisir visuel de la classe et de l'élégance de notre distingué milieu ! »
    Comprenez par là que Graham aimait fortement mater ses fesses, à la maman de Dunstan. Mais il ne se risquerait pas à le formuler de la façon suivante. Il tenait à la vie. Tout Bro qu'il était ! Tout frère de sang, de cœur, de corps, d'esprit, tout en symbiose qu'il était avec M. Pryde Fils ne lui donnerait jamais, JAMAIS, la permission de parler de Môman en des termes avilissants. De toute manière, il respectait trop son meilleur ami pour cela. Et vice et versa ~
    « Oh Graham mon turgescent sucre d'orge, comme tu parles bien !
    - C'est pas pour rien qu'il est préfet !
    - C'est clair ! »
    Dunstan tapa dans la main de Sebastian Farhell, puis dans celle de Graham bien évidemment, même qu'il lui chiffonna les cheveux, et reporta son attention sur la petite chose qui l'avait tiré du lit en ce mardi matin. Elle était à présent lovée dans ses bras, sa longue queue enroulée tout autour, remontant vers son épaule. Normalement, le mardi matin Dunstan n'avait pas cours. L'Arithmancie, très peu pour lui ! Se lever plus tôt pour une matière pareille ? No way ! C'était super compliqué et en plus la prof était une vieille peau, dégueux ! Elle ne se gênait pas pour lui tirer les oreilles depuis qu'il était gamin, en première année, et qu'elle le chopait à faire des âneries dans les couloirs ! Somme toute, entre Vector, Pryde et l'arithmancie, ça n'était pas le grand amour ! Mais ce matin là, forcé de se réveiller pour s'occuper du bestiau, Dunstan s'était levé en même temps que Graham et Sebastian, qui eux, avaient choisi contraints et forcés l'Arithmancie, les pauvres ! Alors les voilà tous les trois à grimper les escaliers menant à la grande salle en revenant des cachots, dans le noble but d'aller déjeuner. Graham répandait avec panache les effluves de son aftershave magique hors de prix sur leur chemin, Sebastian faisait mine de lire un article sur l'économie du pays dans la Gazette du Sorcier (mais il était sur la page horoscope, chut.) Quant à Dunstan, il... pouponnait... son bébé wibblie. Môman avait été la meilleure comme d'habitude, et lui avait fait un cadeau vraiment génial ! Rien ne pouvait lui faire plus plaisir en cet instant, parce que Bucéphale lui manquait et Dunstan ne pouvait hélas pas profiter de son abraxan hors des îles Skellig. C'était injuste ! Parce que Malone avait son chat au nom stupide, même son père emmenait son chien partout avec lui... et Dunstan qui était LE PRO des z'amo les z'animis, des z'amis les z'animaux pardon, il n'en possédait aucun ! Heureusement que sa Môman était la meilleure du monde, toujours à tout voir, tout deviner, tout comprendre (okay dans sa lettre, Dunstan avait tellement chouiné sur l'absence de son poney... abraxan, étalon !!! - pardon - que le pot au roses n'avait pas été très dur à cerner !) (Mais Môman était tout de même la perfection !) Dunstan le méritait bien son cadeau du reste ! Vu comme la vie était injuste avec lui, en témoignait son nombre conséquent de conneries à la minute et de rapports s'empilant sur le bureau de McGonagall à son sujet ! Fallait-il être un fin psychologue de sainte mangouste pour réaliser son mal être révoltant, qui ne nécessitait, en fait, en guise de solution qu'un peu d'amour ! (Franchement depuis Cléophée sous la douche, il en manquait beaucoup de l'amour, et ça remontait à plus de dix jours ! L'horreur !! Llewelyn avait été si méchante encore avec lui... elle allait au bal avec... avec ... Aaaargh ! Ne pas y penser !) Heureusement qu'il y avait Môman, et Bethney, elle s'était montrée vraiment gentille... ELLE ! Et maintenant... il y avait cette petite boule de poils toute disposée à l'aimer tout plein ! Maaaais oui !
    La créature restait collée à Dunstan depuis qu'elle s'était éveillée ce matin aux aurors, encore intimidée par le nouvel environnement dans lequel on l'avait propulsé et surtout encore un peu secoué par le voyage en panier-hibou.
    « Il a l'air un peu flippé, non ? C'est une femelle ?!
    - Nan ! Un mâle ! » répondit Dunstan fièrement. La petite créature gigotait contre son torse en couinant.
    « Il a un couinement vachement aigu pour un mâle !
    - Mais fous lui la paix, c'est un p'tit ! Et c'est un bonhomme, j'suis sur qu'il a des couilles encore plus grosses que celle des kékés gryffondor toutes réunies ! »
    Ils s'accordèrent sur cet argument par un rire gras, tous les trois en même temps.
    « Et comment tu l'as appelé ?
    - J'ai pas encore trouvé ! Fauve peut-être !
    - Pour le moment il fait pas très peur ton Fauve !
    - Chuuuut ! Il va t'entendre, ne sape pas sa confiance en lui ! Woh Bro ! Je vais le dresser ! D'ici peu il bouffera les trou du c' des gryffondor en moins de deux ! J'te jure ! Tu me fais confiance !
    - Ah mais complètement !
    - Dresse le à bouffer les mollets de cette connasse de Vector ! Ca nous fera moins de cours ! Sérieux j'ai pas envie d'aller en Arithmancie ! »
    Ils soupirèrent tous les trois en cœur encore une fois, en hochant la tête. Et là, ils débarquèrent dans le hall.

    « Venin peut-être ? Ou Tentacule !
    - Tentacule ! N'importe quoi !
    - Quoi ça sonne bien, non ?! T'as vu sa queue en plus ? »

    Et sur cette discussion fascinante... se pointa devant le trio...

    « Bethney ?
    - Redwyn ?
    - Beth ? »

    Voilà, la brochette de vipère masculine surprise et pas qu'un peu ! Ils se regardèrent les uns les autres, fermèrent leur grande bouche. L'on entendait plus que les bruits des autres élèves passant dans le hall, le brouhaha habituel du château qui s'éveille, et les ronronnements proches du Wibblie pressé contre le torse de son nouveau maître. Il y avait quelque chose de saugrenue qui flottait dans l'air... un rien d'inhabituel sur ce décor tout à fait banal. Dunstan ne put s'empêcher de détailler Beth avec beaucoup d'attention... elle avait... non, sincèrement, il ne mettait pas le doigt dessus. Mais la jeune fille lui apparaissait tout à fait différente. Lumineuse. Comme jamais il ne l'avait vue. Or, il y avait dans cet entrain peint sur son visage un petit rien de terrifiant. Et son cœur s'emballa sans même qu'il ne s'en aperçoive. Peut-être que ce rien d'étrange provenait du fait qu'elle ne le regardait pas lui. Non, ce n'était pas vers lui qu'était tournée cette lumière si radieuse. Ce n'était pas lui non plus qu'elle avait appelé... Dunstan serra son wibblie dans ses bras. Il couina un chouilla mais ne chercha pas à se déloger de son poste. La suite se déroula si vite... en un clin d’œil Bethney fut près d'eux, ouvrit la bouche et s'enfuit comme une petite fée magique ayant joué son tour dans un battement d'ailes malicieux.
    Et les trois garçons restèrent là, légèrement interdits...

    « Euh, ça ne va pas mieux elle...
    - Comment ça elle est amoureuse de toi ?????
    - Hein ? Mais j'en sais rien !
    - Elle vient de le dire ! »

    Il y avait une impatience grondante dans la voix de Dunstan, que son pote ne s'attendait visiblement pas à entendre. Il était surpris de tous les côtés. Mais en bon préfet, maître de lui même - et surtout en bon gamin prétentieux - Graham se drapa dans son panache habituel et haussa les épaules.

    « Je savais pas que j'avais une touche avec la coincée de service ! » Il sourit comme un bien heureux et lança à travers le hall, des fois que la jeune fille soit encore à sa portée. « Sois mignonne Redwyn ! Fais-moi mes devoirs d'arithmancie si tu m'aimes ! Après on pourra parler affaire, euh CŒUR ! Cool, bon c'est pas dans mes habitudes de donner dans l'humanitaire mais pourquoi pas. Elle a pas un cul trop moche. AÏE ! BRO QU'EST CE QUI TE PREND ?! »

    Il fallait dire que Dunstan l'avait saisi par le col et plaqué le plus brutalement du monde contre le mur à proximité.

    « C'est QUOI cette histoire ? Depuis quand tu frayes avec cette fille pourquoi tu me l'as pas dit qu'est-ce que tu me caches d'autres et depuis QUAND tu mates SON CUL ?!
    - Et depuis QUAND ça te pose UN PROBLÈME ?
    - Depuis MAINTENANT CE TE VA ?
    - WOOOOOOOOOOOOOW ! »
    Heureusement dans leur trio, l'un d'eux avait un cerveau....

    Sebastian les attrapa tous les deux par leur col et tira de toutes ses forces pour les séparer. Dunstan finit par lâcher prise, laissant devant lui un Sebastian et un Graham pour le moins surpris. Et sans laisser passer une seconde de plus, le Pryde se mit à hurler de stupeur. Comme si l'on venait de lui jeter un seau de glaçon dans le dos, il fit un bond de trois mètres avant de se rendre compte que son Wibblie s'était posté dans son dos, avait glissé sa queue sous sa chemise contre sa peau et lui entourait le cou... sauf que le corps de la créature était devenu aussi froid qu'un iceberg, en contraste avec la température élevée de son propre corps... bah oui, il voulait aidé son maître le brave Fauve/Venin/Tentacule, en remarquant comme tout à coup, il devenait tout brûlant !

    « Ca c'est bien fait pour ta gueule ! T'avais qu'à pas m'attaquer ! Même Fauve ça lui plait pas !!
    - C'est ça dit plutôt que t'as d'la chance que j't'ai pas encore mis mon poing dans la gueule ! ET IL S'APPELLE TENTACULE !
    - Okay, Pryde, tu veux qu'on règle ça dehors ?
    - Ouais, ça me paraît être une bonne idée, Pritchard !! »

    Joyeuse matinée, dans le monde magique des serpentard.

_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alexy L. Carter
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 383


Feuille de personnage
Gallions: 28
Points de Magie: 0

MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Jeu 18 Avr - 14:24

Dormiiir ! Dormir ! Oui, Alexy pouvait dormir ce matin et ça s’était bien annoncé jusqu’à… ce qu’un ronflement sonore ne le réveille. Robin dormait à poings fermés, pas son genre de ronfler pourtant. Le temps de calculer que c’était un ronflement, c’était foutu. Pas de chance. Pourtant, quand il tenta de décoller ses paupières, en vain. Sa tête retomba lourdement sur l’oreiller et il referma ses yeux fatigués jusqu’à ce que le stresse le submerge d’un coup d’un seul, là, il était réveillé. Quel jour ? Quelle heure ? Qui que quoi comment qu’est-ce ? Il attrapa sa montre et son calendrier. Mardi, 7h30… Grumgngngn… Pas d’arithmancie pour lui, pourquoi avait-il fallut qu’il se réveille ? Et surtout, qui était le responsable ?
Trop tard pour se rendormir, ou plutôt, trop réveillé pour se rendormir. Alexy se leva, alla se laver, s’habilla et descendit, les cheveux en pétard, encore en guerre avec la brosse à cheveux, c’était l’évidence même.

Tel un zombie chassant sa proie à la vitesse qu’on leur connaît dans les vieux films de Romero, Alexy avançait dans les couloirs pour rejoindre la grande salle. Si un phylactère avait siégé par-dessus sa tête, on aurait pu y lire « Mangeeer… Maaangeeer ! ». Au lieu de ça, juste un blondinet pas si bien réveillé que ça, les cheveux en vrac et la cravate de travers.

Hall face à la grande salle, 8h00 tapante, Alexy avait réussi à ne pas se cogner mais à se tuer le petit orteil sur une dalle, ça commençait très fort. Comme le disait si bien l’adage mal prononcé, si j’avais su j’aurais pas venu – abattez-moi ces énergumènes bon sang ! – parce que devant lui se déroulait une scène franchement pas banale.
Bethney il-ne-savait-plus-quoi, avait un sourire à vous faire rougir la Joconde encré sur le visage et débordait d’un enthousiasme absolument délirant. Bon, soit il rêvait encore, soit il était tombé dans un monde parallèle. Loin de lui l’idée de juger mais franchement, ça valait le détour, y avait de quoi rester interdit en plein milieu d’un couloir. Mieux que ça, le trio Serpentard venait de s’arrêter pile devant leur camarade et ils n’avaient pas l’air franchement moins effarés que notre blondinet. Le monde marchait-il sur la tête ? Le monde ne marchait pas, oui, mais on s’en fout, là n’est pas la question.

Décidant que pour sa survie personnelle, il valait mieux rester à distance et suivre tout ça de loin, Alexy ne manqua pas de remarquer qu’un truc clochait vraiment. Il était loin, mais pas sourd… Même pour lui, c’était un événement, avait-il bien entendu ce qu’il avait cru entendre ? Bethney amoureuse de Graham ? Assistait-il à la fin du monde ? La question se posait effectivement. – C’est fou ce qu’on oublie vite les véritables soucis quand ça va un quart de poil mieux pas vrai ? –
Par Merlin, drama à Poudlard en direct, accrochez-vous à vos chaussettes ! Réponse de Graham franchement romantique – c’te blague – digne Serpentard, pas de doute… Il n’empêche que c’était pas commode et pas sympa non plus. Mais c’était Alexy, pas un valeureux garçon tout prêt à défendre la gent féminine, fallait pas déconner. Cela dit, pas besoin d’être un défenseur de la veuve et de l’orphelin… le trio était en train de se prendre le chou et de s’engueuler à qui mieux mieux. Tout ça finirait en duel, c’était couru, à moins qu’ils se tombent dans les bras, ça n’était pas exclu non plus.

C’est un Alexy perplexe qui finit par se diriger vers la grande salle pour enfin manger. La journée commençait bien, dire que Robin et Améthyste avait raté ça, du moins, le croyait-il… Il se surprit soudain à penser qu’il n’y avait pas de justice. Drôle de matinée… Pourvu qu’on ne l’ait pas vu, pourvu qu’on le laisse en paix. Il y était pour rien, lui, si les Serpentards avaient des problèmes à régler et marchaient sur la tête…


Dernière édition par Alexy L. Carter le Jeu 18 Avr - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Robin W. Ryswell
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 220


Feuille de personnage
Gallions: 69
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Jeu 18 Avr - 22:29

« PAS ARITHMANCIE ! » fut la première pensée qui envahit l'esprit brumeux de Robin lorsqu’il se réveilla en ce matin du mardi 19 octobre. Un claquement de porte venait de le réveiller et à en juger la fragrance qui flottait dans l'air, il en déduisit qu'il s'agissait de Alexy. Il était bien matinal alors qu'il n'avait pas cours. Quoiqu'il en soit, au vu de l'heure, Robin avait intérêt à se dépêcher s'il voulait avoir le temps d'engloutir son petit-déjeuner. Il savait que les cours du professeur Vector lui demandaient beaucoup d'énergie, alors il faisait le plein – toutes les excuses étaient bonnes. Il se leva en vitesse, passa sous la douche et sortit s'habiller dans la chambre. Baggy, tee-shirt coloré, bracelets habituels, Converses Batman et casque autour du cou. Il enfila son uniforme, replaça du mieux qu'il put sa cravate puis se saisit de son sac : il était fin prêt.

Il remonta jusqu'au Hall et aperçut Alexy qui passerait bientôt la porte de la Grande Salle. Il allait courir à sa suite lorsqu'il entendit des éclats de voix : Dunstan et Graham en pleine dispute, chose assez rare. Sebastian tentait de temporiser tout cela lorsque les deux amis Serpentard parlèrent d'aller régler ça dehors. Mais qu'est-ce qu'ils se passaient à Poudlard de si bon matin ? En bonne fouine qu'il était, il ne résista pas à la tentation d'aller à la pêche aux infos. Mais ce n'était pas la seule chose qui le motivait, non. Dunstan, malgré tout ce que l'on pouvait penser, était un de ses potes. Ils déconnaient pas mal et le voir dans cette fâcheuse posture ne lui plaisait pas.

A mesure de ses pensés, il s'était approché du petit groupe qui attirait pas mal l'attention au final. Certains badauds passaient sans rien dire, juste en fixant l'étrange scène. D'autres s'étaient même arrêtés pour observer. Et personne ne pensait donc à intervenir ? Robin ne pensait pas vraiment au «Et s'il se prenait un pain au passage ? Et si ça les énervait ? Et si tu t'occupais de tes affaires ? ». Non, Robin voyait un conflit et il n'aimait pas les conflits. Il n’aimait pas les conflits donc il tentait de les résoudre. Il tentait de les résoudre parce que ça faisait partie de son caractère de jouer les médiateurs si besoin était.

C'est donc ainsi qu'il décida d'intervenir dans quelque chose qui ne le regardait pas – pour ne pas changer.

Il leva les mains en signe de reddition, pour bien montrer qu'il n'était pas là pour servir de punching-ball ni pour chercher la merde. Il espérait que Dunstan n'était pas assez énervé pour perdre le contrôle – et cela, seul l'avenir nous le dirait, hinhin. Dans un petit coin de sa tête, il ne put s'empêcher de remarquer la boule de poils toute mignonne qui trônait sur le dos du Pryde. Un nouvel occupant à Poupou ? Il ferait connaissance et se renseignerait plus tard.

» Les mecs, les mecs, y se passe quoi ? Pourquoi tout ce stress dès le matin ? C'est Vector et son cours qui vous foutent sur les nerfs ?

Il savait pertinemment que Dun' n'avait pas choisi cette option, mais peut-être qu'une petite pointe d'humour détendrait un peu l'atmosphère et le string de tout le monde. Avec les Serpentard, rien n'était jamais sûr, mais il espérait bien que son ami saisirait sa perche – hinhin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Lun 22 Avr - 18:45

    La dernière fois que Dunstan avait ressenti pareille rage brûlante l'envahir, partir du creux de ses reins pour remonter sournoisement le long de sa colonne vertébrale pour aller agiter l'extrémité de ses doigts, cela s'était très mal fini. Très mal.
    Dunstan n'était pas le genre de garçon à apprendre très vite de ses erreurs, il lui fallait en général plusieurs récidives pour vraiment percuter, et être percuté par les conséquences de ses actes afin qu'il en tire une leçon constructive.
    Cette fois-ci ne ferait pas exception.
    Imaginer Graham, pourtant son meilleur ami depuis la nuit des temps, avec Bethney Redwyn le foutait en boule ! Autant qu'en visualisant Ryan Fowler en train de lécher sa cousine Lee partout ! Une horreur, un scandale, une ignominie lui donnant une furieuse envie d'en découdre. Il ne savait pas vraiment doser sa colère, et encore moins se raisonner. Môman lui avait pourtant dit, pas plus tard que la veille : Poudlard, ça n'est pas comme sur les îles, on ne peut pas agir selon les mêmes codes, on ne peut pas risquer de briser les autres comme il est pourtant normal de le faire sur le caillou, parce de toutes, la loi du plus fort est la plus évidente et naturelle à suivre. Non ça n'était pas recommandé d'agir ainsi et il se devait de faire attention. Ces sages conseils flottaient bien loin au dessus de ses mèches auburn, à cette seconde. Le fait qu'en face, Graham soit presque son frère ne jouait en rien pour temporiser son animosité, bien au contraire. C'était sans doute pire. Plus les liens étaient forts, plus l'exigence l'était aussi. Et plus Dunstan souffrait du besoin ardent d'encercler son cou avec ses mains, et de secouer son meilleur pote en lui demandant pourquoi, pourquoi diable ne lui avait-il pas dit qu'il s'intéressait à Betheny, pourquoi avait-il fait quelque chose pour qu'il s'intéresse à Bethney, pourquoi est-ce que ça l'agaçait autant de l'imaginer avec Bethney ? Pourquoi "pourquoi" ? Qu'est-ce que l'univers ?!

    Et ça faisait mal ! Nom d'un Kraken ça faisait mal ! Que Graham le regarde avec autant d'émotion et d'incompréhension... pourquoi n'était-il pas fichu de comprendre ce que lui-même, Dunstan, refusait de réaliser ? Il était son meilleur ami ! Il aurait dû comprendre bordel ! Et Sebastian ? Pourquoi s'échinait-il à l'empêcher d'avancer, pourquoi tenait-il bon comme ça entre eux ? Pourquoi ne pouvait-on pas le laisser lui tomber dessus ? Que les explications tombent, qu'on se déchire histoire de savoir à quoi s'en tenir ? La patience n'était vraiment pas une vertu chez le vert & argent.

    « Personne va aller dehors, j'vous cogne tous les deux moi ! Vous êtes cons ou quoi ?!
    - Casse-toi Seb ! Lâche-moi ! Te mêle pas de ça !
    - Tu peux crever pour que je m'en mêle pas ! SAGE DUNSTAN, RECULE ! Et toi recule aussi Graham ! On va régler ça gentiment !
    - Ah mais rassure-toi, je vais gentiment lui mettre mon poing dans la gueule si c'est ce qu'il veut !
    - Pense à ton insigne bordel !
    - J'vais la lui faire bouffer mon insigne et à toi aussi si tu te tire pas de mon chemin Farhell ! Laisse-nous régler ça entre hommes ! C'est un ordre !!!!!
    - VAS Y ESSAYE POUR VOIR !
    - Pour que vous vous pleuriez dessus comme des pisseuses après ?! JAMAIS ! PUTAIN vous faites chier !
    - PUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIK !
    - AAAAAAAAAAAH Maman.... TU VOIS SEBASTIAN WILFRED FARHELL TU GUEULES ET TU FAIS PEUR A TENTACULE ! »

    C'est vrai que le pauvre Wibblie pouikait dans le dos de son maître en lui assenant des vagues glacées pour tenter d'équilibrer sa température corporelle... opération rocambolesque et difficile !

    Nous étions toujours en plein milieu du hall au moment où cette scène se jouait. Bethney, source de tous les conflits, s'était évanouie dans les corridors de Poudlard depuis une bonne dizaine de minutes ! Mais les yeux des curieux dans la vaste pièce centrale de l'école ne se fatiguaient pas. Les gens passaient leur chemin, comme Carter le jeune poufsouffle, ou même la jeune Arcker qui fila droit vers la grande salle sans s'émouvoir du spectacle. D'autres s'arrêtaient, chuchotaient. C'était le cadet des soucis des trois garçons. Leur échange faisaient tant d'étincelles que tout ce qui pouvait se produire autour n'avait que peu d'impact... jusqu'à ce qu'une voix précise ne vienne éclater suffisamment près d'eux pour qu'enfin, ils sortent de leur bulle. Ils en étaient à s'attraper tous les trois par les épaules pour se forcer les uns les autres à bouger, ce qui les bloquait plus qu'autre chose... quand Robin Ryswell se ramena pour agiter sous leur nez le drapeau blanc ! Pour le coup, Sebastian lâcha ses deux compères et fit un pas en avant et se placer, sur la défensive, sous le nez du Poufsouffle.

    « C'est pas le moment ! Va fouiner ailleurs si on y est ! » lui décocha-t-il d'un ton acide, clairement prêt à défendre les loups de sa meute devant les éventuels intrus.

    Pour le coup, il libéra la voie aux deux enragés... et arriva l'inévitable.
    Dunstan se jeta sur Graham, tomba avec lui contre le mur. Il y eut de méchants bruits d'os qui craquent, plusieurs séries de grognements et une pluie d'injures toutes plus dégoutantes les unes que les autres. Fauve-Tentatcule Pryde sauta du dos de son maître pour se réfugier dans les bras du Poufsouffle qui se tenait près de Sebastian, là ça avait l'air d'être un bon abri !!
    Et Dunstan abattit son poing sur le nez de Graham, arrachant un cri féroce à ce dernier. Il répliqua sans tarder, lui assenant un méchant coup de genou dans la cuisse et le repoussa en arrière. Dunstan l'agrippa en perdant l'équilibre. Leurs jambes s'étaient vigoureusement emmêlées les unes dans les autres pendant qu'ils essayaient de se castagner. La seconde suivante, ils étaient tous les deux par terre. L'impacte dut leur faire assez mal car Graham roula sur le côté aussitôt, observant son pote grimacer en écarquillant les yeux.
    « Putain mais t'es con ! J'saigne du nez ! J'savais même pas pour cette meuf ! Tu m'as déjà vu l'approcher de façon suspecte ?! C'est un glaçon ! T'as rien de casser, merde ?!
    - C'est toi qu'est con ! T'as failli me stériliser ! Ah ! Mais pourquoi elle t'a dit ça alors ?
    - Mais j'sais pas, je parle pas le femelle moi ! j'ai rien capté ! Donne-moi la main !
    - Non ! J'peux me démerder tout seul !
    - T'es vraiment chiant !
    - Je m'en fous, j'ai perdu Tentacule !
    - Sûrement parce que c'est un nom qui craint ! »
    Sebastian lâcha un juron agacé et rebroussa chemin, en les traitant de pisseuses, et qu'il l'avait bien dit qu'ils finiraient par chouiner ! Et que c'était la honte ! Tout ça pour une meuf ! Il partit à droite et avant que Pryde n'ait le temps de dire ouf, Graham s'était lui aussi carapaté, direction les extérieurs du château.

    Dunstan leva le nez vers ses potes, incapable de donner corps à la boule de mots gênés et colériques formant un amas de grumeaux incompréhensible dans sa bouche. L'air tout penaud et un poil vexé, il cracha par terre et son regard se porta vers un grand bonhomme planté devant lui à la place du reste du monde.

    « Les rats quittent le navire, restent que les blaireaux ! C'est du joli ! Robin ne pique jamais une meuf à ton meilleur pote ! C'est un conseil ! Quoi que ton meilleure pote c'est une gonzesse alors ça risque d'être compliqué que tu lui piques son mec ! Qu'est-ce que tu fous avec Tentacule dans les bras ?



_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 


Dernière édition par Dunstan C. Pryde le Mar 23 Avr - 9:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Robin W. Ryswell
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 220


Feuille de personnage
Gallions: 69
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Lun 22 Avr - 18:51

Robin reçut un accueil des plus chaleureux de la part de Farhell. Il lâcha les deux autres Serpentard, s'approcha de lui et l'envoya se faire paître dans les règles. Bien, bien, bien. Cela n'effraya en rien le poufsouffle qui connaissait la réputation chaleureuse des verts et argents. Il pinça ses lèvres en réponse tout en montrant du doigt ce que, sans le vouloir, ils avaient provoqué tous les deux : Dunstan venait de se jeter sur Pritchard et déjà les coups pleuvaient.

Robin n'intervint pas plus que Sebastian. Tous deux savaient que s'ils avaient le malheur d'intervenir, ils se prendraient de méchants coups. Mais surtout, aucune ouverture n'apparaissait pour espérer s'immiscer entre eux et mettre fin à leur bagarre ridicule. Soudain, la petite bête de Dunstan sauta dans les bras de Robin, un brin tremblante. Ce dernier, la surprise passée, la laissa s'installer plus confortablement dans ses bras croisés autour d'elle et lui caressa la tête un instant avant de lui chuchoter des mots pour la rassurer.

Oh, pas d'inquiétudes, le Ryswell n'avait pas oublié la bagarre, mais il savait Sebastian sur le coup. Il savait que les Serpentard étaient des têtes de mule – Dunstan encore plus – et s'ils avaient décidé de se foutre sur la gueule, il serait dur de les empêcher. Et puis Robin était confiant : deux amis ne pouvaient aller au bout d'une bagarre comme celle-là. Il releva les yeux vers les deux garçons et les retrouva par terre, l'un le nez en sang, l'autre légèrement recroquevillé. Ils revenaient enfin à eux.

Après un échange houleux encore une fois, Robin comprit le pourquoi de cette dispute : une certaine fille. Depuis quand Dunstan s'intéressait à une fille, qui s'intéressait à Graham, qui ne savait « même pas pour elle » ? Tiens, tiens, tiens, tiens. L'esprit fouine de Robin s'était mis en action. Qui était cette fille et qu'avait-elle dit pour amener les deux amis à se battre ? Quelqu'un parmi les témoins avait dû voir quelque chose, c'était sûr, il devrait mener sa petite enquête. Un coup d’œil alentour lui indiqua que Hortensia était là, fascinée par l'échange qui venait d'avoir lieu – presque en train de baver, même.

Robin savait qu'il pourrait compter sur elle. Cette fille était un moulin à paroles et adorait fouiner, tout comme lui et Amé. Mais ! Elle obtenait moins de réussite qu'eux, héhé. Il fallait bien avouer qu'elle manquait de discrétion et qu'elle avait une réputation de fille collante qui lui... collait à la peau. Il y avait même eu une période où elle suivait Amé et Robin dans leur déplacement, espérant qu'ils « l'admettraient dans leur équipe pour être encore plus efficaces ». Heureusement, elle était tombée amoureuse de Dunstan dans la semaine qui avait suivie et ils n'avaient plus entendu parler de cette histoire depuis.

Il lui fit un signe discret pour qu'elle approche. Pendant ce temps, Sebastian puis Graham filèrent, loin d'être calmés. Ça promettait de beaux jours chez les Serpy tout ça. Hortensia arrivait à sa hauteur lorsque Dunstan s'adressa à lui. Il avait l'air tout penaud, et Robin n'aimait pas voir son pote comme ça. Il lui fit une petite moue triste mais se reprit bien vite : le Serpentard était du genre fier.

Il n'eut pas le temps de répondre que Dunsty embrayait déjà sur a-priori-Tentacule.

» Il s'est échappé pendant votre causette, il a eu peur le choupi.

Il donna une caresse à la bête puis la rendit à son propriétaire. Hortensia choisit ce moment pour prendre la parole.

» Dunztan, z'ai eu tellement la frouzzze pour toi, z'étais angoizzée, zi tu zavaiiis ! Heureuzement que tu es zolide et puiz-zzant !

Elle buta sur le dernier mot mais fit bonne figure en clignant des yeux amoureusement. L'amour de la Serdaigle pour lui était de notoriété publique, même si les rumeurs disaient que ces temps-ci, elle avait jeté son dévolu sur un autre. Dunstan, quant à lui, fit une moue peu avenante lorsqu'il la vit lui toucher le bras dans un geste niais et guimauvant. Il se décala légèrement avant de replacer son animal sur le dos tandis que Hortensia enchaînait :

» Rah, zette Bezzney Redwyn, il les lui faut touz, hein !

Ah, Robin venait d'obtenir l'information qu'il voulait sans même avoir à enquêter. Parfait. Mais ce nom l'étonnait plus qu'autre chose. Elle qui était si discrète d'habitude, ne semblait pas du genre à déchaîner les passions et briser des amitiés... Bien bien bien, il devrait enquêter là-dessus. Il y avait anguille sous roche, et une bien obèse.

» Au fait, mon zoupinou, za te dirait qu'on ze croize ze zoir ? Z'ai azeté des zauzzures et un ztring léopard, ze zuis zûre que za t'émouz-zz-tillerait...

Elle lui fit un clin d’œil qui se voulait sûrement sexy, mais elle donnait plus l'impression de loucher... Beurk, fut ce qui traversa l'esprit des deux jeunes hommes – avec un haut-le-coeur du côté de Dunstan. Et puis, c'était quoi cette manie qu'elle avait d'utiliser des mots qui la faisaient zozoter, par Merlin ! Mais personne n'eut le temps de répondre que Robin aperçut le bout du nez du Sergent-Caporal-Rampez-Debout-Six-Heures-Trot- SOLDAAAT Monroe qui montait les escaliers. Ses yeux s'écarquillèrent et il saisit le bras de Dunstan.

» Monroe à 5h...

Dunstan jeta un coup d’œil discret tandis que Hortensia se mettait sur la pointe des pieds pour voir ce qu'ils regardaient, en toute discrétion bien évidemment.

» Compris...

Et sans plus se concerter, ils filèrent du Hall sur un « A toute, Horty » et s'engouffrèrent dans la Grande Salle.

Ce matin-là, Dunstan déjeuna à la table des Pouffys, en compagnie d'un Alexy silencieux, d'une Améthyste curieuse d'avoir un Serpent à leur table et d'un Robin toujours aussi hyperactif. Et les vannes crades y allèrent, faisant se tordre de rire le Ryswell – merci Dunstan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nightmare
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 773


Feuille de personnage
Gallions:
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    Mar 23 Avr - 10:22

– RP CLOS –

Merci à tous King

Bonus du RP
5 réactions : 10 points pour Serpentard
5 Gallions chacun pour Dunstan, Alexy et Robin
10 points pour Poufsouffle, maison la plus active
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Défi "Quatuor à Quatre Vents" n°1] Je suis niaise et je le vis bien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Felipe de Palma ♕ Je vogue aux quatre vents
» Cyclone IKE se rapproche des côtes Nord d'Haiti avec des vents de 195 kms/h
» Quatre Chemins, Trois Chatons [PV Petite Perle et Petit Courage]
» Quatre lune ?
» Les quatre saisons d'une vie [Pv Myrielle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: Rez-de Chaussée :: Hall d'Entrée-