Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Sam 27 Avr - 0:52

« J’hallucine. »

Cachée, seule la crinière blonde de Miss Pauson dépassait de l’ouvrage hautement intellectuel qu’elle semblait lire en marchant. Les lettres écarlates et rosies du papier s’affichaient clairement sans qu’elle n’en rougisse vraiment ou ne s’en formalise : eh oui, Mademoiselle lisait bien le dernier Sorcière Hebdo ! Bon, à la base, c’était uniquement parce que Romilda le lui avait fortement conseillée. Vexée d’avoir une fois de plus l’impression de parler à une inculte tant sur le plan « people » que dernières tendances vestimentaires, sa camarade lui avait glissé subtilement son exemplaire perso’ sous le nez en plein milieu d’un cours, lui assurant que de toute façon, elle ne trouverait pas d’idée potable de tenue pour le bal autrement que là-dedans.

Plus par défaut que par intérêt, Candice avait sagement rangé le journal dans son sac, et avait attendu la fin du déjeuner pour le feuilleter en solitaire – elle avait horreur qu’on lise par-dessus son épaule -. Et finalement, la femme qui sommeillait profondément en elle s’était retrouvée toute secouée par cette abrutissante thérapie qui consistait à dévorer en dix secondes des articles au potentiel littéraire moindre sur la dernière jupe en cuir de dragon, ou sur … les Pheonix’ Desire !

Des fois, la France avait ses côtés agaçants : De Hautefeuille, par exemple, était la parfaite image du froggy détestable. Il était hautain, froid, avait ce petit accent qui faisait glousser les minettes et qui le trahissait à des kilomètres. Mais il y avait le reste ! L’école de Beauxbâtons, et ses spécimens pour le moins curieusement fascinants – Candice se souvenait encore de la Coupe de Feu … -. Et il y avait les Phoenix’ Desire. Un groupe qui n’avaient franchement rien de très franco-français, mais ces derniers venaient apparemment de mettre le feu à la capitale parisienne, et plusieurs élèves de l’académie de Madame Maxime avaient enfreint les règles pour aller les voir. En lisant cela, Candice soupira d’envie : que n’aurait-elle pas donné pour s’enfuir de Poudlard et aller se faufiler dans la fosse d’un concert ou crapahuter dans un festival moldu ! Surtout pour aller écouter – et regarder, juste un peu – les trois derniers prodiges nés de la pop sorcière. Ce n’était pas du Beethoven, mais on s’en contentait largement !

Tellement absorbée par sa lecture, Candice ne vit guère venir droit devant elle le danger aux longs cheveux d’ébène qui s’approchait alors qu’elle traversait tranquillement la cour pavée. Et BOUM ! Une collision plus tard, la blondinette feula mieux qu’un chat qu’on avait aspergé d’eau froide.

« C’est pas VRAI, REDWYN ! Fais attention un peu. »

Manquait plus qu’elle, tiens ! Bethney la petite curieuse qui aimait plonger son nez dans les affaires qui ne la regardaient pas ! Et pour sûr, la demoiselle allait faire un petit commentaire bas de gamme sur l’objet du crime qui s’étalait à présent clairement sous ses yeux, la double-page du Sorcière-Hebdo consacré aux Pheonix’ Desire bien ouverte à terre.

« Quoi ? T’as un souci avec mes lectures ? » Son bras vint ramasser le torchon au sol et le brandit sous le nez de la verte et argent. Excellent moyen pour rétablir un contact sain et positif avec les gens qui nous détestent : l’agressivité gratuite. « Oui. Je sais lire. Et comme je te vois venir avec tes petites remarques toutes faites, et bien c’est cadeau, je t’offre celle-ci. » Candice imaginait mal Redwyn se déhancher sur de la musique, alors sur celle des Phoenix, c’était improbable. Cette fille-là, c’était une sorte … de poupée de porcelaine flippante.

[597 mots !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bethney E. Redwyn
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 217


Feuille de personnage
Gallions: 124
Points de Magie: 95

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Sam 27 Avr - 18:55

    Bethney avait beau être une poupée de porcelaine flippante, selon l’avis de certaines personnes, il n’en restait pas moins que lorsque deux rayons de soleil pointaient leur nez après des semaines de grisaille, peu de porcelaine ou pas, elle aimait bien sortir pour en profiter ! Seule, bien sûr – ou avec Saoirse et Iseult, à la limite – histoire d’être tranquille. Avec un bon livre, toujours. Aujourd’hui, c’était un livre passionnant sur la création de nouveaux sortilèges qu’elle avait déniché dans un recoin obscur de la bibliothèque. Même si elle n’avait absolument pas le niveau en sort pour en créer – elle maîtrisait parfaitement la théorie, mais en pratique, elle enchaînait les catastrophes – ce livre était plus qu’intéressant.

    C’est donc pour profiter du soleil, certes pâlichon et parfois voilés par quelques nuages qui ne pouvaient s’empêcher d’embêter le monde, que Beth avait prévu d’aller s’installer quelque part dans le parc, non loin des serres pour ne pas risquer d’être en retard pour son cours de botanique, l’heure suivante. Elle lisait en marchant – on ne se refaisait pas – et sans vraiment regarder où elle allait. De toutes manières, il ne devait pas y avoir grand monde à cette heure-ci dans la cour. Ce n’est pas comme si elle allait rentrer dans quelqu’un.
    En tout cas, c’était ce dont elle était persuadée… Car, plongée dans son livre, elle ne se rendit pas compte qu’elle s’approchait d’une élève, un peu trop près. Beaucoup trop près même. Et BIM, ce qui devait arriver arriva, elle la percuta de plein fouet, ce qui ne ravit pas la demoiselle.

    Bethney rattrapa de justesse le livre qui lui avait échappé avant qu’il ne touche le sol. Mr. Applewhite n’aurait certainement apprécié qu’elle abime l’un des précieux ouvrages de la bibliothèque. Elle releva la tête pour voir une Candice Pauson visiblement tout sauf ravie de s’être fait percuté par une Beth Redwyn distraire. Son magazine était par terre, d’ailleurs.

    — Désolée, je ne t’avais pas vue… s’excusa-t-elle (sans bégayer \o/)(mais toujours avec un volume sonore laissant à désirer, on ne peut pas tout avoir).

    Elle jeta un coup d’œil au magazine qui jonchait au sol. Sorcière Hebdo. Elle se retint de dire quoi que ce soit, mais le petit haussement de sourcil qu’elle ne put dissimuler voulait tout dire. Ce n’était pas qu’elle méprisait ce magazine mais… Ah, si, en fait. Ce n’était absolument pas son genre de lecture. Elle était plus du style "grimoire d’Arithmancie incompréhensible" Chacun son truc.
    Candice Pauson n’était apparemment pas le genre de personnes qui aimait être dérangée en pleine lecture. Ce qui lui faisait dire ça ? Le fait qu’elle commence à s’énerver et à lui agiter son torchon sous le nez. Elle l’avait d’ailleurs surprise, et Beth n’avait pas pu se retenir de reculer d’un pas. Cette fille était bizarre, décidemment. Non seulement, elle cachait des choses pas nettes – elle en était SÛRE, et elle finirait par savoir quoi – mais en plus, elle criait pour un rien.

    — Tes lectures ne regardent que toi, Pauson, la coupa Bethney. Je me doute bien que tu sais lire, en sept ans, je l’ai remarqué, rassure toi. Merci pour le magazine, mais je préfère que tu le gardes. Je n’ai pas l’intention d’aller écouter "The Secret Vampire’s Serenade". Ni aucune autre chanson de ce groupe d’ailleurs.

    Hautaine, Bethney ? Non, juste excédée qu’on l’agresse alors qu’elle n’avait strictement rien fait.

    — En revanche, reprit-elle, même si je n’ai pas de problèmes avec tes lectures, évite de me les agiter devant mon nez, que je puisse continuer les miennes.

    C’est qu’elle perdait toute amabilité quand elle était agacée.

    598 mots selon Word

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Dim 28 Avr - 0:09

Quelle tension ! Quelle hargne ! La discrète Beth avait-elle décidé de changer d’angle d’attaque et de ne plus se laisser faire ? Mais c’était le monde à l’envers ! Si Candice était aussi impulsive et agressive, c’est qu’elle savait pertinemment qu’il ne fallait pas laisser cette peste trop s’approcher de vous. Maline comme elle était, elle aurait tôt fait de lire en vous comme dans un livre ouvert …

Alors autant détourner la conversation ! Ce que ‘Dice fit allègrement. « Tu devrais te décoincer Redwyn. Je t’assure. Parce que t’as un vrai problème de détente. Ca te changerait : la musique adoucit les mœurs, surtout celle des Pheonix’ ! Et puis c’est une saine occupation pour les gens sains d’esprit. » Elle donnait à peine l’impression de parler à une grand-mère gâteuse. Elle aurait pu tout autant accompagner ses paroles d’une petite tape condescendante sur l’épaule et proposer une promenade en déambulateur à la brunette que l’effet eut été le même.

Son index soupesa négligemment l’ouvrage qui occupait les mains de sa camarade. Encore une merveilleuse œuvre littéraire destinée à endormir les lecteurs au bout de cinq lignes. Et tout ça pour se donner un genre de fille parfaite studieuse ! Un soupir inextricable filtra de ses lèvres pincées.

« Un bouquin d’Arithmancie. Voyez-vous ça. Mais tu sais, on peut être une fille sérieuse et pas aussi délurée que tes copines Skellig ou Dalton, sans avoir besoin de s’afficher avec un gros pavé dans les bras ! » Et c’était même plutôt vrai, mais Bethney n’était pas du genre à manger de ce pain-là visiblement. « Regarde. Regarde donc ça. Cet article sur les Phoenix’ Desires – dont tu sembles quand même connaître quelques trucs … Mh ? Mmmmh ? Ouais, parce que tu sais quand même me citer une chanson d’eux. » Clin d’œil moqueur. Candice n’allait pas insister là-dessus, mais finalement la septième année cachait peut-être son jeu ! « Bref. Tu vois, ça, ça va te permettre d’utiliser un truc incroyable que je vais te faire découvrir … Tes zygomatiques ! » Waouuuuuh, et celle-là, Candice, c’est du bon foutage de gueule en règle, propre et sans fioritures ! Et son interlocutrice n’allait guère goûter à la réflexion. Même s’il était avéré que Bethney Redwyn n’était pas connu pour son côté de petit comique ou pour sa bonne humeur communicatrice et bouleversante. L’article avait quand même son aspect hilarant : ça devait être assez tordant de voir une cinquantaine de petites pouffes régurgiter des limaces bien baveuses sous le nez des trois célébrités les plus en vogues de ces derniers mois !

L’air de vouloir calmer le jeu, Candice leva une main faussement apaisante. « Hé. Relax. Je veux dire, au fond, c’est juste un article sur des mecs plutôt bien foutus qui chantent pas si mal. Tu joues les filles supérieures et au dessus de la mêlée mais franchement … C’est Sainte-Mangouste qui se fout de la charité. Quand on sait que t’es une sacrée fouille-merde, tu pourrais tout aussi bien lire Sorcière-Hebdo. » susurra t-elle finalement, accordant un sourire en coin qui voulait tout dire.

Et une petite remarque bien sentie supplémentaire, une ! Que Bethney se rassure, ce n’était que le début de la fournée Pauson quotidienne. Il fallait bien qu’à un moment ou à un autre, Candice trouve quelqu’un pour passer ses nerfs. Et ça tombait à pic, parce que la blondinette n’avait pas besoin de se forcer pour aboyer au nez de la pauvre Serpentarde qui n’avait très certainement rien demandé, mais ça … Qui s’en souciait ?


[597 mots selon Word]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bethney E. Redwyn
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 217


Feuille de personnage
Gallions: 124
Points de Magie: 95

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Lun 29 Avr - 21:55

    Certes, elle n’était pas des plus aimables. Mais Pauson le cherchait, il fallait l’avouer. Bethney détestait être interrompue dans une lecture aussi passionnante que la sienne, surtout si c’était pour se faire agresser par une Gryffondor qui avait apparemment pensé qu’elle se laisserait faire. Bien sûr qu’elle était timide, qu’elle avait tendance à se laisser embêter sans trop protester… C’était sa nature, mais si elle savait une chose, c’était que Candice Pauson n’était en rien amadouée par ses rougissements, ses bégaiements, et ses yeux vissés au sol. Soit. Alors elle se faisait fureur et tentait de jouer sur un autre terrain.

    Il lui était bien plus facile de se montrer désagréable avec Candice qu’avec Fowler par exemple, pour le simple fait qu’elle n’avait pas peur d’elle. Chose étrange, quand on y pensait. Mais la Serpentard avait très bien comprit que la Miss Pauson avait un secret, ce qui lui enlevait toute possibilité d’être effrayante. Elle devenait une cible, plus un éventuel danger. C’était sans doute le fait d’avoir quelque chose à cacher, et sans doute quelque chose de très gros, qui lui ôtait cela. Comment avoir peur de quelqu’un qui dissimule une information apparemment si énorme qu’elle en devenait une arme ?
    C’était étrange, assez contradictoire par rapport au comportement habituel de Bethey, mais elle qui prônait la logique faisait bien souvent preuve d’un grand illogisme dans ses habitudes. Il ne fallait même pas chercher à comprendre.

    — Je ne sais pas citer la moindre chanson qu’ils ont bien pu écrire, en revanche, je sais lire, et un titre est écrit là, pour ton information.

    Et ses zygomatiques étaient très bien comme elles étaient ! De toutes manières, elle n’aimait pas faire étalage de ses sentiments, de par son caractère, mais également parce qu’on le lui avait appris dans ses cours d’étiquette. La seule chose qu’elle avait du mal à cacher, c’était la peur, et en ce moment, elle n’en ressentait aucune. Alors son habituel air froid reprenait le dessus, comme d’habitude. Elle savait sourire, mais ce n’était pas Candice Pauson qui réussirait à le faire. Elle ne le faisait qu’avec de rares personnes.

    — Je pourrais lire Sorcière-Hebdo, accorda-t-elle à la Gryffondor. Je pourrais, s’il y avait la moindre information intéressante dedans. J’aime être informée, et je ne crois pas qu’il y ait la moindre chose qui puisse avoir de l’intérêt pour moi là-dedans. Libre à toi de lire ce magazine si tu veux, cependant, je préfère les « gros pavés », comme tu le dis.

    Qu’on n’essaye pas de lui faire croire que ce torchon était plus intéressant que son merveilleux livre, elle n’en croirait pas un mot. Elle préférait s’occuper la tête avec des calculs, des choses précises, intelligentes, pas avec des articles idiots sur un pseudo-groupe en vogue.

    — Tu permets ? demanda-t-elle avant de prendre le magazine, et de le feuilleter rapidement pour commenter d’une voix railleurs. Un article sur le cuir de dragon ? Ce n’est pas que ce ne soit pas intéressant, mais je crois qu’il n’y a que votre directrice pour porter ce genre de chose. Critiquer la directrice des "Bouffondors", comme le disait si bien Flora : fait What a Face. L’horoscope ? Précisément la chose pour laquelle je trouve la divination idiote.

    Elle remit l’exemplaire entre les mains de Candice. Franchement, comment pouvait-elle lire ce genre d’idioties ?

    — Ce n’est pas que je trouve ce magazine stupide, mais je préfère mon livre. Alors si tu voulais bien te pousser, je m’en irais, je reprendrais ma lecture, toi la tienne, et nos problèmes seront réglés.

    Elle était quand même une Serpentard, elle fuyait le conflit…

    599 mots selon Word *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Mar 30 Avr - 22:45

(598 mots. Pardonnez Candice, cette enfant est insupportable What a Face elle aurait du finir à Serpentard en fait x).)


« Il faut arrêter de s’y croire, Redwyn. A ce rythme-là, ni tes chevilles ni ta tête ne passeront les doubles-portes de la Grande Salle. » Candice n’ignorait pas que son comportement n’était en rien celui d’une personne sage et raisonnable : et elle aurait sans problème avoué qu’elle cherchait ostensiblement à mettre la Serpentarde en rogne. Parce que c’était comme ça, c’était la logique constante qui régissait une partie de son monde, un point c’est tout.

Mais la goutte d’eau qui fit déborder le vase fut en réalité un véritable tsunami quand Redwyn commit l’irréparable. Le ton monta brutalement.

« D’où tu critiques Watson comme ça, sale pimbêche ? Pour qui tu as cru bon de te prendre, là ? Non seulement tu ne lui arrives pas UNE SEULE SECONDE à la cheville … » Son index vint la pointer, menaçant, alors que ses yeux s’étaient parés d’une flamboyante ferveur. Ah, les rouges et or, ils n’étaient pas peu fière de leur dame en cuir ! « … avec le calamar qui te sert de chevelure, et ton éternel air de déterrée, mais en plus, t’es carrément à côté de la plaque. Jamais personne ne verra Tallulah Watson avec du cuir en peau de dragon : elle est contre la maltraitance animale. Y a que ton grand copain Westchester pour en porter fièrement. » Non, elle n’avait pas mâché ses mots. Cela dit, qu’une fille comme Bethney puisse se permettre de critiquer la grande Tallulah, pleine de classe et de superbe, et sûrement élue la mieux foutue de sa génération, c’était un comble que Candice ne pouvait guère laisser passer. « Quant à la divination … Ok, c’est peut-être pas l’art le plus génial du monde, mais qui tu es pour juger ça, hein ? La fille de Dumbledore peut-être ? » Elle ne pouvait forcément pas défendre la matière de Skellig avec autant de hargne et de sincérité : déjà parce qu’elle n’aimait pas ça non plus, et puis parce que la divination restait la divination.

Et sur cette tirade enflammée, la jeune fille poussa un soupir dédaigneux. Comme si son temps était précieux ! Pour qu’elle en ait suffisamment à se passionner pour l’arithmancie, c’est qu’elle devait très profondément s’ennuyer. Et cette pensée lui fit se souvenir que si ça se trouve, c’était aussi en compagnie de Redwyn qu’elle s’entraînerait à boire le thé sous l’œil averti de Galaad et Mélusine … Quelle bonne blague.

« Ben voyons. C’est ça, fuis, Bethney ! » s’exclama t-elle goguenarde, tout en repliant très soigneusement son journal à grands renforts de bruits de papier agaçants. « C’est là qu’on te reconnaît dans toute ta splendeur de Serpentard : extrêmement douée pour filer à l’anglaise dans un face-à-face. Par contre dès qu’on a le dos tourné … »

La phrase resta en suspens, laissant clairement entendre le talent inné des Serpentards qui n’était plus à prouver pour poignarder l’adversaire dans le dos.

« Mais si tu veux partir, eh bien tu n’as qu’à faire le tour. Moi je suis très bien où je suis, je ne vois pas pourquoi je me décalerais. » Et, grande seigneur, elle désigna du pouce ce qui se trouvait derrière elle. Non, pour faire simple, Candice n’allait vraiment pas bouger d’un centimètre. Si elle avait envie d’aller voir du paysage, Bethney allait s’en aller comme une grande et faire son propre chemin toute seule ! On ne parlait pas comme à un chien à Pauson pour espérer qu’ensuite elle vous laisse bien gentiment passer sous votre nez en vous tenant la porte. Non mais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bethney E. Redwyn
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 217


Feuille de personnage
Gallions: 124
Points de Magie: 95

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Sam 4 Mai - 15:49

    Certaines personnes avaient une fâcheuse tendance à penser que parce que Bethney était d’un naturel un peu – ahem Rolling Eyes - peureux, elle était tout ce qu’il y avait de plus inoffensif. Grossière erreur, car la jeune fille n’était pas une Serpentard pour rien. Elle n’était peut-être pas particulièrement courageuse, ou même agressive, mais elle savait où frapper pour faire réagir. Dans le dos , généralement, car il était bien trop risqué d’affronter quelqu’un en face, sauf verbalement.
    Elle prenait un malin plaisir à constater que sa critique avait fait mouche, et que Candice commençait à monter sur ses grands chevaux. Touché. Bien sûr qu’aucun Gryffondor ne se respectant ne supportait qu’on descende leur directrice, pas plus qu’elle-même n’appréciait qu’on critique Miss O’Brian. Mais à son humble avis, la professeur de vol était bien plus facile à blâmer que l’irréprochable directrice de vert&argent. C’était tellement plus simple de s’attaquer à la Dame de Cuir.

    Elle écouta Candice s’énerver sans broncher, entendant sans même s’en soucier toutes ses critiques sur son physique. De toute façon, ce n’était pas comme si elle y accordait un quelconque intérêt. Elle s’inquiétait bien plus de savoir si Miss Pauson allait se contenter de crier, ou voulait plutôt passer à une stratégie plus… Agressive, disons. Ça, c’était un vrai problème. Bethney commençait à se demander si elle n’aurait pas mieux fait de se taire. Interrogation largement contrebalancée par le plaisir qu’elle prenait à voir Pauson s’agiter.

    — Comme si la divination et l’horoscope t’intéressait vraiment… releva-t-elle avec un ton franchement sceptique.

    Elle préférait s’en aller, il n’y avait aucun intérêt à discuter avec cette Gryffondor. Cette envie de la titiller était d’autant plus drôle qu’elle restait éphémère, et l’instinct de conservation de Bethney reprenait toujours le dessus. Savait-on jamais, les gens comme Candice Pauson étaient imprévisible, il pouvait très bien lui venir à l’idée d’arrêter de discuter pour lui en coller une. Ce qu’elle préférait éviter.

    — On appelle ça de l’instinct de survie, Pauson. Quelque chose dont les Gryffondor sont malheureusement dépourvus.

    Elle était presque amère, en prononçant ces derniers mots. Après tout, c’était vrai que si les Gryffondor avaient été moins "courageux" – euphémisme d’irréfléchis selon elle – il y aurait eu moins de pertes durant la guerre. Oui, elle préférait partir, avant qu’une situation ne dégénère, et pour elle, c’était tout à son honneur. Mieux valait fuir que s’attirer des ennuis. Mais ça, une rouge&or ne pourrait jamais le comprendre, n’est-ce pas ?

    Qu’elle était puérile, à ne pas vouloir s’écarter. Sans doute considérait-elle comme humiliant de plier devant une simple demande. Bethney poussa un long soupir. Candice était tout à fait le genre de personne qui l’insupportait. Obstinée, impulsive, et irréfléchie. Toujours à s’énerver, à s’agiter pour un rien.

    — Pourquoi, serait-ce indigne de toi de t’écarter ? Si c’est ce que tu penses, je crois que tu te surestimes.

    Elle regarda un instant son interlocutrice, se demandant sérieusement si elle ne devait pas rester, juste pour l’embêter. Non, elle n’allait pas s’abaisser à ça, tout de même. Elle contourna Candice, fit quelques pas en avant, avant de s’arrêter, et de se retourner.

    — J’espères que ta lecture te seras profitable, en tout cas. Sait-on jamais, peut-être te permettra-t-elle de développer des compétences inconnues… La divination, par exemple.

    Ouh, c’était un coup bas. Elle n’avait pas pu s’en empêcher. Elle reprit lentement sa route, comme si de rien était, sachant tout de même qu’elle n’aurait pas le dernier mot ainsi. Dommage, ç’aurait été plaisant.

    575 mots selon word \o/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Candice Pauson
Come Try Us
Come Try Us


Messages : 551


Feuille de personnage
Gallions: 573
Points de Magie: 185

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Dim 5 Mai - 22:51

Elle avait raison, mais clairement, Blondie préférait se jeter du haut de la tour d’astronomie ou se faire écraser par un troupeau de Scroutts à Pétard plutôt que d’avouer que Miss Redwyn était dans le vrai. Implacable fierté gryffondorienne. D’une voix acide, la jeune fille rétorqua du tac-au-tac. « Mais qu’est-ce que tu sais de ce qui m’intéresse, Redwyn ? On est pas amies, alors en quoi tu pourrais savoir quoi que ce soit me concernant ? » Candice aurait presque regretté les mots qu’elle venait de dire, étant donné qu’elle savait à qui elle s’adressait. Et quel genre de défi elle insinuait dans ses propos. Elle se sentait déjà bien assez suspectée et surveillée par Bethney, alors pour le coup, la lionne se maudit de ne pas avoir tourné sept fois sa langue dans sa bouche. Impulsivité, une fois de plus …

« On n’a pas besoin de s’inquiéter de sa survie quand on a rien à craindre des autres. » La confiance était sûrement trop forte quand elle se trouvait face à la brunette. Après tout, elle se pensait un poil intouchable, même si son agressivité latente contredisait cette attitude condescendante. « Alors épargne-moi le refrain sempiternel ‘les Serpentards c’est les plus forts’, tu perds ton temps, et tu le sais. »

Ca, ce n’était pas faux. Les Gryffondors et les Serpentards, dans leur lutte perpétuelle du ‘quelle est la meilleure maison’, ne prêchaient que des convertis. Alors quel était l’intérêt de se rappeler l’un à l’autre sa supériorité ? Mystère et boule de gomme … C’était une tradition ancrée dans les mœurs poudlardiennes, inutile de théoriser là-dessus plus longtemps.

Un rire sarcastique qu’elle ne crut guère utile de justifier s’échappa de ses lèvres face aux menaces de la septième année. « Fais la maline, Redwyn ! En attendant, lire Sorcière-Hebdo donne des idées très enrichissantes en ce qui concerne les sortilèges. Tu loupes un truc. » susurra t-elle, l’air de rien. Parole sage sous couvert d’un ton plein de promesses. Allons bon, inutile de s’inquiéter pour rien, Candice était une jeune fille raisonnable qui n’était jamais prête à faire une quelconque crasse en public ! Ce n’était tellement pas son style !

Et alors que la Serpentarde s’éloignait, pensant bien sûr s’en sortir à temps et peut-être achever sa journée sans trop de misères, la voix de la rouge et or s’éleva dans les airs, atteignant sans mal les oreilles de sa camarade alors que nombre de regards et d’élèves se retournaient maintenant vers elles. Ce à quoi ‘Dice restait imperturbable, un sourire aux lèvres.

« Le Crache-Limaces, tu connais Beth ? Parce que si c’est le cas, JE TE CONSEILLE DE NE PAS ME RECROISER DANS LES JOURS A VENIR ! OU TU RISQUES DE FINIR COMME LES FILLES DE BEAUXBATONS ! ET SI C’EST PAS LE CAS, LIS UN PEU LA PRESSE SORCIERE ! SORS DE TA CAVERNE ! »

Et, un silence entrecoupé de gloussements plus tard, le bruit mou d’un journal qui atterrissait quelques centimètres devant Bethney interrompit sa marche. Derrière elle, Candice lui assigna un salut faussement courtois digne de la reine moldue d’Angleterre. Oh, allez, on ne refuse pas un cadeau aussi gentiment donné d’une des filles qu’on déteste le plus cordialement !

« ET PUIS AU PIRE, TU POURRAS ASSOUVIR TA PASSION SECRETE POUR LA DIVINATION ! » beugla t-elle, avec toute la délicatesse digne d’une vendeuse de poisson en pleine criée. Ca, c’était pour le coup bas qu’elle lui avait assénée précédemment.

(583 mots !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bethney E. Redwyn
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 217


Feuille de personnage
Gallions: 124
Points de Magie: 95

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Sam 11 Mai - 18:35

    Oh, alors Miss Pauson se demandait comment elle pouvait bien savoir qu’elle n’aimait pas la divination ? Douterait-elle de ses capacités à être au courant de tout, en toute circonstance ? Bethney eut un petit sourire défiant, le genre qu’elle ne laissait apparaître sur ses lèvres que quand elle était sûre de ce qu’elle avançait.

    — Je suis toujours au courant de ce que je veux savoir, Pauson, sache-le. Et ce que je ne sais pas dans l’immédiat, je finirai tôt ou tard par l’apprendre.

    Les mots sonnaient comme la promesse solennelle qu’elle allait bien finir par percer les secrets de Candice. Au moins, elle ne se demanderait plus comment elle faisait pour être aussi bien informée, tant sur les rumeurs et les intérêts de ses camarades que sur leur sombres cachoteries. Oh oui, sur ce point-là, elle pouvait être redoutable. Mais il le fallait. Comment prévoir les réactions des autres, quand elle ne connaissait pas tout d’eux ? Comment espérer les contrôler, ne serait-ce qu’un peu, si elle n’avait aucune information compromettante à se mettre sous la dent ? Les secrets étaient un moyen de protection comme un autre. Ils la rassuraient, aussi, lui permettait de tout calculer, tout anticiper, comme à son habitude.

    Elle toisa une nouvelle fois Candice, qui l’exaspérait, tant par son attitude idiote que par ses certitudes. Bien sûr, elle était persuadée ne devoir craindre rien ni personne. Sans doute avait-elle la naïve impression d’être invincible, protégée par son assurance indestructible et éternelle. Elle tentait d’avoir l’air mature, de se placer au-dessus du monde, mais alors qu’elle affirmait que les Serpentard n’étaient pas les plus fort, elle sous-entendait clairement que sa propre maison était supérieure aux autres, aux yeux de Bethney. Elle ne valait pas mieux que le reste du monde, avec ses belles illusions plein la tête. Les Gryffondor étaient les meilleurs, les plus forts, les plus gentils, ils avaient été, étaient, et seraient toujours invincibles, un modèle de tolérance… Qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre. Mieux valait être préventive qu’être forte, être réfléchie que courageuse. Question de logique.

    On a toujours a craindre le reste du monde, murmura-t-elle, plus pour elle-même que pour son interlocutrice, avant de se reprendre et de parler réellement à Candice. Je n’ai jamais dit que les Serpentard étaient les plus forts, juste que le courage démesuré dont votre maison fait sa valeur première ressemble plus à de la témérité stupide.

    C’était dit, au moins. Le courage était idiot, dépourvu de tout sens pratique. Quand certains se lançaient la tête la première dans les ennuis, et se faisaient massacrer vite, bien trop vite, d’autres avaient la patience et le bon sens d’aller demander de l’aide, voir de fuir quand la situation était perdue. On disait les premier courageux, et les autres lâches, pourtant, mieux valait demander du renfort que foncer sans réfléchir, c’était évident.

    Elle frissonna à la menace sous-entendue de Candice. Oh, elle ne doutait pas un instant de la capacité de la Gryffondor à lui jeter n’importe quel maléfice. Bien au contraire. Mais elle ne devait pas montrer sa faiblesse. Elle tenta de rester glaciale. Elle contourna Candice, lança une dernière pique, et s’éloigna, avant que la voix mélodieusement criarde de la septième année lui percer les tympans. Elle ne supportait pas qu’on attire l’attention sur elle, encore plus quand il s’agissait de sous-entendre qu’elle aimait quelque chose d’aussi idiot que la divination. Elle se retourna vers la Gryffondor, ignorant avec superbe le magazine.

    — Garde ton torchon, Pauson, conclut-elle d’une voix froide, avant de tourner les talons, et de s’en aller une bonne fois pour toute.

    598 mots selon Word @__@

    Clos pour moi ! Merci pour ce défi choupie, c'était vraiment super cool love crazy . Faudra qu'on refasse un RP What a Face

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nightmare
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 773


Feuille de personnage
Gallions:
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   Dim 12 Mai - 21:02

Défi Terminé & Validé
Candice & Bethney remportent 50 Points pour Gryffondor et Serpentard
et 20 Gallions dans leur poche
wings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Défi Pioche dans le coffre à jouets] Histoire de perdre quelques neurones ... [Bethney]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voyage dans le foin...
» Un clique sur cette page, revient à faire un don de 10 Gallions dans mon coffre fort de Gringotts [Basch Zwingli]
» La clé de l'oeuvre de Tolkien.
» You can't always get what you want
» Souillée, humiliée, trompée, mal aimée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: The Grass is Always Greener :: Cour Extérieure-