Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Défi] Le livre prophétique malgré lui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alexy L. Carter
We Never Surrender
We Never Surrender


Messages : 383


Feuille de personnage
Gallions: 28
Points de Magie: 0

MessageSujet: [Défi] Le livre prophétique malgré lui   Mar 7 Mai - 19:33


07 septembre 1999, vers 09h00

En ce début d’année, Alexy se sentait comme le lapin d’Alice au Pays des Merveilles. En retard ! Très en retard et particulièrement à la bourre. Non pas que les profs s’acharnaient déjà à distribuer du travail, loin de là. Non, non. Alexy se sentait en retard sur tout, sur tout le monde et tout le temps. Il trouvait qu’il ne comprenait pas assez bien les gens et qu’il n’arrivait d’ailleurs même pas à les aborder, mais c’était un autre problème. En clair, le blondinet de service pédalait sévère dans le ragoût de lutins et ça le travaillait. Des efforts… il voulait vraiment faire des efforts.
Méditant sur son cas, la tête entre les mains, les coudes posés sur la table qu’il occupait à la bibliothèque… Il en arrivait à se demander, si un jour, il parviendrait à rattraper le temps perdu dans ce monde plein de magie. Objets ensorcelés par-ci, cagnotte de Gringotts par-là… Alexy n’y pouvait rien, il lui arrivait parfois de se sentir totalement semé, largué, perdu dans tout cet enchantement permanent. Après tout, dire que ses vacances s’apparentaient à s’y méprendre avec le bagne n’était même pas exagéré. Imaginez donc devoir rattraper deux mois de nouvelles de retard. Il soupira comme un diable et laissa tomber provisoirement.

Passablement dépité par cette prise de conscience ridicule et soudaine, il se saisit du premier livre qui lui vint en fouillant dans son sac. C’était un livre qu’il n’était pas très sûr de vouloir lire. Cela dit, il savait que ça ferait plaisir aux Gauthier, la famille française où il était resté durant la seconde guerre. Il les considérait comme une vraie famille à part entière dans sa vie, donc, il lirait ce livre, même si ça n’était pas son genre de lecture habituelle.
Il s’attarda à peine sur le titre du livre, préférant se perdre dans la superbe couverture qui le couvrait. Un tissu magnifique, des gravures, des incrustations en fer, il était en pamoison. Ça, c’était de la reliure ! Finalement, avec telle apparence, ce livre ne pouvait être que bien. Après tout, ils s’étaient décarcassés à lui faire comprendre dans une lettre, accompagnant le bouquin, que cette lecture lui ferait du bien et ne pouvait être que salutaire pour lui. Pourquoi pas…

C’était un livre d’histoires, comme des nouvelles mais pas forcément moralisatrices, une forme de contes mais sans fin douteuse. Enfin… il n’en savait rien, il supposait. Alexy persistait à ne pas comprendre les morales des contes. Tout ça lui semblait toujours totalement ridicule. Des lièvres, des tortues, des fourmis, des lapins, des chaudrons… Non, vraiment, pas de quoi fouetter un hippogriffe. Que l’on tire des leçons du passé était normal, mais des contes ? Il ne saisissait pas.
Se motivant pour attaquer sa lecture, il se laissa aller et entama la première page. Il ne put s’empêcher de pouffer de façon ridicule quand il constata l’étendue des dégâts. La nièce des Gauthier s’était prise pour Van Gogh et s’était amusée à dessiner sur la première page et à y mettre un mot. Elle était un peu plus vieille que lui, mais c’était plus fort qu’elle, il fallait que tout le monde sache qu’elle était passée quelque part. Alexy la voyait d’ici en train de prendre le livre, de tirer la langue en dessinant avec application, se tapoter ensuite le menton avec la tranche. Et soudain l’illumination qui éclairait son visage alors qu’elle tenait sa dédicace personnalisée à son égard.
Ces gens lui manquaient et il n’en fallut pas plus pour le motiver. Il attaqua goulûment le livre et se prit au jeu. Il imagina chacune des petites scénettes qui étaient décrites. Tristes, drôles, émouvantes, romantiques… Ce recueil était une montagne russe émotionnelle. Tout y passait et c’est bien ça qu’il aimait le plus. C’était ce qu’il préférait dans un livre, devoir imaginer les personnages, les décors et se construire l’univers ou encore entendre les dialogues comme s’il était tout à côté.

Quand il en arriva à une histoire bien précise, il tiqua. Le titre ne le marqua pas plus que ça mais les quelques dix premiers paragraphes… c’était autre chose.
C’était l’histoire d’un homme et d’une femme qui rejetaient systématiquement leurs proches ainsi que tous ceux qui les dérangeaient parce qu’ils étaient différents, étranges ou même non conformistes. Au creux de son ventre, Alexy sentit un feu se mettre à gronder. Un feu qui attisait de drôle de braises et cela créait en lui une chaleur qui n’était pas du tout agréable. C’était douloureux. L’histoire lui rappelait la sienne et il comprit rapidement ce que sous entendait la lettre. Il soupira et se força à reprendre.
L’histoire était plus longue que les autres, plus triste aussi mais elle ne se finissait pas bien, pas bien du tout même, d’une certaine façon… À son sens du moins… Ces gens étaient morts très seuls, détestés de leurs proches, rongés par le remord et les regrets. Pourtant, quelque part… Alexy espérait que ça ne finirait pas ainsi pour ses parents. C’était heureux pour les autres mais pas pour le couple et c’était dommage. Peut-être que ses parents comprendraient, un jour, qu’ils l’aimaient. Ils voudraient comprendre sa vie, en apprendre plus. Naïvement, il ne voulait pas perdre espoir. Mais il comprenait… il comprenait ce message-là. Ce que l’on faisait aux autres finissait toujours par nous retomber dessus. Lui qui n’était pas très bon au jeu de la morale cachée, celle-là, il ne pouvait pas ne pas la voir, comme un écho résonnant encore et encore. Un frisson le gagna pourtant, un frisson qu’il comprendrait plus tard, en temps voulu. Comme une intuition, qu’il persistait pour l’instant à ne pas vouloir ressentir. Il revint en arrière dans le récit et la phrase ricocha dans son inconscient pour s’y ancrer profondément. Au fond, il savait que cette phrase pouvait s’appliquer à sa mère et son père mais il était aveugle… encore un peu… Ses yeux s’arrêtèrent sur la fameuse phrase imprimée en cursives inclinées : « Il a la capacité émotionnelle d’une cuillère à café. »
1006 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nightmare
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 773


Feuille de personnage
Gallions:
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Défi] Le livre prophétique malgré lui   Mer 8 Mai - 21:48

Défi Terminé & Validé
Alexy remporte 17 Points pour Poufsouffle
et 15 Gallions dans sa poche
Pompom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Défi] Le livre prophétique malgré lui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fête du Livre
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Uglies, un livre....prettie ? ^^
» éditeur de livre sur les arcs et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: 4ème Etage :: Bibliothèque-