Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Validée] Amber Westwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Amber Westwood



Messages : 1


MessageSujet: [Validée] Amber Westwood   Mer 22 Mai - 9:31

AmberWestwood



Nom : Westwood
Prénom(s) : Amber
Surnoms : Bulldozer, Bernadette [dérivé un peu spécial de son prénom, du à son amour de la France], Danton, Ferraille. [Je sais, c'est bien bizarre tout ça, mais vous comprendrez en lisant la suite. Ou pas.]
Âge, Date de Naissance et Année : 14 ans, 13 avril 1985
Nationalité : Britannique
Ascendance : Moldue
Avatar : ♣️



It's aMagical World


Baguette : Bois de tremble et plume d'hippogriffe, 31,75 cm. Le bois très clair de cette baguette lui confère une élégance certaine, ainsi qu'une capacité d'ensorcellement exceptionnelle, ce qui la rend redoutable lors des duels. Alliée à une plume d'hippogriffe, elle choisit généralement pour maitre un esprit fort, capable de se lancer dans des quêtes périlleuses et d'aspirer à un ordre nouveau. C'est une baguette de révolutionnaire. [D'après Pottermore]
Patronus : Un buffle !
Armotentia : Un mélange de café noir, de cigarette et de papier journal.
Epouvantard : Une manifestation de sa claustrophobie : une cloche en verre sous laquelle elle se retrouve enfermée, impuissante, tandis que l'air se raréfie et que les paroies se rapprochent peu à peu.
Animal de Compagnie : Robespierre, un chaton roux dont l'unique but dans la vie semble être celui de se fourrer dans les endroits les plus improbables. Amber n'était pas supposé l'emporter, mais la petite bête s'est débrouillé pour se cacher dans sa valise à son insu, ne révélant sa présence qu'une fois arrivé au château.
Magie :
    I - La Magie de Combat

    ¤ Sortilèges : 6/10 initié
    ¤ Dcfm : 5/10 Initié
    ¤ Protection : 2/10 Novice
    [la meilleure défense, c'est l'attaque !]

    II - La Magie en Général

    ¤ Métamorphose : 5/10 Initié
    [Une matière vraiment fun, pour laquelle Amber se donne à fond. Changer des rats en verre à pieds, sans avoir pris auparavant de substances illicites, c'est juste trop cool !]
    ¤ Potion : 1/10 Novice
    [Amber essaie vraiment de bien faire, mais c'est juste trop compliqué de retenir toutes les étapes de la potion contre les furoncles !]
    ¤ Botanique : 1/10 Novice
    [Etrangement, Amber n'est pas fan de la bouse de dragon et des morsures de plantes carnivores]
    ¤ Astronomie : 0/10 Troll
    [S'user les yeux à regarder des petits points brillants dans le ciel, mais où est l'intérêt au juste ?]
    ¤ Histoire de la magie : 9/10 Apprenti
    [La matière favorite d'Amber, fascinée par les révoltes des Gobelins, l'insurrection des harpies, la révolution de... vous avez compris le principe.]
    ¤ Vol : 4/10 Novice
    [Amber ne sent pas vraiment à l'aise sur un balai, mais elle y travaille]

    Options
    ¤ Runes : 1/10 Novice
    [Les runes, ou la matière qui remplace tous les somnifères du monde]
    ¤ Etudes des Moldus :
    ¤ Arithmancie : 5/10 Initié
    [L'Arithmancie, c'est pas seulement compliqué à écrire, mais aussi assez difficile à comprendre. Amber ne s'en tire pas trop mal.]
    ¤ Divination : 3/10 Novice
    [Si on fait abstraction de rares moments d'inspiration, le troisième oeil d'Amber reste obstinément clos]
    ¤ SCM :




Welcometo my Life


Famille :
William Westwood~Père~38 ans~Moldu
Le père d'Amber est un sacré numéro, il n'y a pas à dire. Il faut bien que le caractère fantasque de la jeune fille vienne de quelque part, et bien en l'occurrence, elle a hérité de celui de ce cher William. Ils partagent tous deux ce gout pour les révoltes, les révolutions, les rébellions, 'fin bref, vous voyez le topo. Pour cause : William est un indépendantiste écossais. Il est membre d'une mouvance radicale affiliée au SSP ( Parti socialiste écossais) et reçoit donc en permanence beaucoup de gens aussi exaltés que lui dans son manoir d'Édimbourg. L'immense baraque, héritage familial, est toujours bondée et emplie de fumée de cigarette, comme si une révolution pouvait se construire sur un paquet de Malboro. William est, comme sa fille, en perpétuel mouvement, complètement excessif et, surtout, farouchement utopique. Amber est encore trop jeune pour se rendre compte de la réalité de la vie, mais son père, lui, continue comme un gamin de croire à la possibilité d'un monde meilleur et à une révolution sans violence. parce que William n'a pas vraiment grandi, il est resté un éternel ado, incapable de prendre les bonnes décisions, génial pour ce qui est des grands discours, la déconnade ou l'amusement, mais bizarrement injoignable lors des situations de crise, ou lorsqu'il faut résoudre d'importants problèmes. Ce qui explique en partie qu'Amira, la mère d'Amber, l'ai quitté
Comme la révolution ne va pas se payer toute seule, William travaille comme journaliste dans une feuille de chou locale, ou il déverse à son aise toute sa bile révolutionnaire. Son maigre salaire passe dans les frais d'impression des affiches ou tracts à la gloire de l'indépendentisme, dans l'entretien du petit monde qui squatte chez lui, ainsi que dans les cigarettes et le café, bien sur... si bien que s'il n'avait pas hérité de la demeure familiale, William serait sans doute à la rue depuis longtemps. Il est en outre beaucoup plus généreux que l'état de son compte en banque ne le permet, et ne refuse rien à personne, surtout pas à sa fille. Celle-ci n'en abuse pas pour autant, gênée par la prodigalité excessive de son père.
Depuis plusieurs années, il a de nouveau quelqu'un dans sa vie, Fabienne Anderson, une femme sympathique, sans doute sous le charme des idéaux de William ou de ses beaux yeux verts ( qu'il a d'ailleurs transmis à sa fille).

Amira Bentaleb~Mère~36 ans~Moldue
La maman d'Amber, une vraie perle. Venu à Édimbourg de sa Palestine natale pour fuir les conflits qui s'y déroulaient et, accessoirement, étudier le droit, Amira n'en est jamais reparti. Aussi passionée que William, la jeune femme à cependant évolué différemment. Tandis que ce dernier s'enfonçait dans les méandres de la politique sans se départir de son utopie adolescente, Amira, elle, a grandi, sans rien perdre de ses envies d'engagement. Ainsi, elle a rejoint en tant que bénévole une association pour la défense de la Palestine, organisé des récoltes de fonds sans-abri sans abris et défendu six personnes victimes de délit de faciès grace à son travail d'avocat. Elle a coutume de dire, un sourire un peu amer collé au visage, que William rêve la révolution, tandis qu'elle la rend réelle. Et en quelque sorte, elle a raison.
Amira est une personne profondément dévouée et humaine, même si avec le temps, elle est devenue un peu blazé et beaucoup plus pragmatique. C'est la personne la plus stable et sensée de l'entourage d'Amber, et c'est avec elle qu'elle vit, dans un petit appartement du centre-ville d'Édimbourg. Amira tente de canaliser Amber du mieux qu'elle peut, sans pour autant la brider, lui laissant une assez grande liberté. La jeune femme est une végétarienne convaincue, ce qui pose souvent problème lorsqu'un de ses collègues ou une de ses rencontres se décide à l'inviter à diner. parce que Amira est du genre plutôt jolie, avec ses longs cheveux noirs ondulés et ses grands yeux chocolat, et qu'en plus de tout, elle ne manque pas de conversation. Mais, que ce soit par désintérêt ou nostalgie de l'être aimé, la jeune femme ne va pas plus loin que le simple repas, et n'a eu aucune relation amoureuse depuis William. Quand Amber l'exhorte à se trouver quelqu'un, elle répond en souriant : "J'ai une manif à préparer ma puce, tu crois vraiment que j'ai le temps pour un flirt ?"

Fabienne Anderson~Belle mère~37ans~Moldue
La nouvelle copine de William. Étonnant qu'elle soit restée autant de temps, quand on y pense. Amber ne lui porte qu'un intérêt très relatif, la trouvant tout à fait fade et insignifiante. Comment son père peut-il aimer une femme aussi dénuée de passion ? Leurs relations à toutes les deux restent cordiales, mais les choses risqueraient de se gater si Fabienne s'hasardait à jouer les "mamans" avec Amber.

Colin Anderson~Demi frère~12 ans~Sorcier
Alias Carotte Man. Celui-là, il est vraiment trop bizarre. Plongé dans ses cahiers, à griffonner des poèmes, sursautant au moindre bruit... Beaucoup trop timide et coincé, le pauvre vieux. Une cible de choix pour Amber, qui se fait un devoir de l'égayer. Dans la pratique, la limite entre "égayer" et "martyriser" est faible sinon inexistante. Pour ne rien arranger, carotte man est un sorcier, lui aussi, et la jeune fille doit se le coltiner à Poudlard, et le voir sursauter chaque fois qu'il la croise la fait toujours rire aux éclats. Colin est du genre victime, Amber s'en est assez vite rendu compte, et elle fait son possible pour le défendre, même si parfois, on ne saurait dire ce qui fait le plus peur au garçon : les personnes qui l'agressent ou Amber. Ces deux-là partagent au moins leur amour de Victor Hugo, et tout au fond d'elle, la fillette aime beaucoup Carotte man.

Emma Anderson~8 ans~Demi soeur~Moldue
La petite soeur rêvée ! Surdouée, la fillette est capable de soutenir une conversation sur Lénine sans sourciller, de se lancer dans des débats enflammés avec Amber ou de mijoter un plan machiavélique pour se venger de son père. Amber apprécie fort sa compagnie, et espère beaucoup qu'elle manifestera bientôt un signe d'appartenance au monde magique. Sacrée gosse.



Histoire & Background :
Dans la famille Westwood, on est révolutionnaire de père en fille , de mère en fils, et inversement. L'histoire des Westwood est peuplée d'énergumènes ayant tenté, de façons plus ou moins sensées, de changer le monde, lever un mouvement de révolte, s'engager pour une noble cause, j'en passe et des meilleurs. On y trouve notamment, en vrac : un membre malheureux de la conspiration des poudres, écartelé il y 400 ans, qui avaient un peu trop bu et s'est mis à gueuler sa culpabilité dans les rues, alertant par ce biais les autorités compétentes un révolutionnaire guillotiné pour s'être endormi à l'assemblée et avoir prononcé des mots malheureux dans son sommeil, deux communards qui poursuivis par la garde, se sont réfugiés dans une impasse, trois combattants de la guerre d'Espagne qui, le 26 avril 1937, se sont dit qu'il serait sympa de faire un tour à Guernica, cinq membres de l'IRA qui, ayant piégé une voiture et programmés son explosion, s'est fait bêtement carboniser par leur propre attentat ( ils avaient oublié qu'on changeait d'heure)...
Vous voyez le truc. Pas de martyrs ou de grands discours chez les Westwood, juste des morts plus connes les unes que les autres. Mourir pour ses idéaux c'est bien, mais tout dépend de la façon dont on meurs.

Toujours est il que depuis une cinquantaine d'années, les Westwood sont engagés dans la lutte pour l'indépendance de l'Écosse, le berceau historique de leur famille. Sans grand résultat, il faut bien le dire. Du moins personne n'est encore mort de façon trop stupide, à l'exception des parents de William, mort étouffé sous leurs banderoles avant d'aller à une manifestation, lorsqu'il avait 16 ans. Fils unique, celui-ci hérita donc de la demeure familiale. Une pléthore de militant indépendantiste mais de ses parents vint s'y installer temporairement, afin de s'assurer qu'il ne manquait de rien et terminer sa formation révolutionnaire. Quelques années passèrent, William avait repris la petite affaire indépendantiste familiale, dégoté un emploi de pigiste ainsi qu'une cinquantaine de nouvelles causes à défendre. Alors qu'il se rendait à une manifestation pro-palestinienne, il percuta en plein fouet une jeune femme qui, au vu du drapeau qu'elle avait dans la main, s'y rendait elle aussi. Comme dans les comédies romantiques quoi, à la différence près que ces deux-là n'allèrent pas boire un café avec deux sucres dans le pub le plus proche, mais continua leur chemin bras dessus bras dessous, conversant avec passion de LA cause et beuglant des slogans révolutionnaires tout le reste de la journée. Le soir, William était persuadé d'Amira était la femme de sa vie, et celle-ci était convaincu que ce petit maladroit qui ne regardait pas ou il allait était l'homme qu'il lui fallait. Ils se revirent un nombre incalculable de fois, coururent les manifs ensemble, se bourrèrent la gueule au whisky en chantant "l'internationale" et "A. Man's a Man for à that". Amira s'installa bientôt chez William, et ils furent parfaitement heureux, dans cette grande baraque emplie de fumée de cigarette et de chants révolutionnaire. Ils décidèrent qu'il ne se marierait jamais, parce que le mariage c'est vieux jeu, qu'ils auraient un chat gris appelé moustache et feraient un jour un voyage dans la Palestine reconquise ( pas forcément dans cette ordre).

Et puis Amira tomba enceinte et accoucha à Avril d'une magnifique petite fille, que l'on prénomma Amber, bien qu'a eu d'abord pensé à Louise ou encore Marianne. Elle prit le nom de son père sur le registre de naissance, parce que dans ce pays de raciste, pour réussir, il fallait mieux avoir un nom bien britannique. Cinq années s'écoulèrent, de plus en plus mouvementées, de moins en moins heureuses. William s'absentait chaque fois qu'on avait besoin de lui pour changer une couche, aller acheter du lait ou régler des détails financiers, et de surcroit, Amira devait bien convenir qu'ils ne s'entendaient plus aussi bien qu'avant. Ces deux êtres avaient été réunis par leur passion et la fougue de leur jeunesse, mais force était d'admettre qu'entre eux, la passion était morte depuis longtemps. Un beau jour, Amira annonça- avec toute la douceur possible- à William qu'elle le quittait, étant donné qu'il était incapable de se comporter en père responsable et qu'elle était lassée de l'entretenir. Elle ajouta qu'il pourrait voir Amber autant de fois qu'il lui plairait, et qu'il pouvait garder le peu de fric qu'il lui restait à la fin du mois pour lui, étant donné qu'elle était parfaitement capable de subvenir aux besoins de sa fille. Au fond d'elle, elle avait peur qu'ayant demandé une pension alimentaire, William eût préféré La cause et l'entretien de tous les parasites qui vivaient chez lui plutôt que celui de sa fille unique. Ne pas en réclamer ( d'autant qu'elle était inutile) éludait la question.

Amira et Amber démènagèrent donc dans un petit appartement du centre d'Édimbourg, ou la fillette grandit dans un cadre familial stable. Sa mère l'emmenait voir son père, avec lequel elle avait gardé des relations amicales malgré tout, chaque week-end. William adorait la petite et l'initia très jeune à ce qu'il appelait " le Ba ba du révolutionnaire. Amira désapprouvait plutôt ces mesures, mais comme la fillette adorait cela, elle fit contre mauvaise fortune bon coeur. La petite Amber se révéla bien vite aussi passionnée que ses parents, se révoltant pour un rien et insistant pour qu'on l'emmène aux manifs. Après l'école, elle passait souvent chez son père pour l'entretenir de la révolution, se balader à travers les nuages de clopes ou aider des patriotes à coller des affiches ou taguer des slogans. parce que William et consorts, c'est le genre de personne qui colle des petits carrés de 10 cm sur 10 sur les panneaux de signalisation, vous voyez le genre? Ce qui n'était pas toujours extrêmement légal. Un jour qu'elle bombait avec entrain une devise révolutionnaire quelconque sur un mur malheureux, un policier la vit et la prit en chasse. Elle sprinta et se retrouva bientôt dans une impasse, bloquée par un mur de briques, entendant le représentant de la loi qui soufflait comme un boeuf 30 mètres derrière, mais n'allait sans doute pas tarder à débarquer, et alors... Amber senti la peur l'envahir. Elle ne voulait pas subir le même sort que Roger et Sean, ses aïeux communards bêtement fusillés dans une impasse. Tandis que le policier tournait à l'angle de la ruelle... elle s'envola littéralement et se retrouva dans un jardin, de l'autre côté du mur.

C'est ainsi que la fillette découvrit qu'elle était pour le moins spéciale. Cependant, elle ne s'en préoccupa pas outre mesure, voyant cela tout au plus comme un bon moyen de mener la révolution. Elle partagea son temps entre la maison de son père et l'appartement calme de sa mère, lisant beaucoup de traités ou discours révolutionnaires, buvant du café noir ( comme si elle avait besoin de ça pour être surexcité en permanence) et discutant politique avec chaque personne qu'elle croisait dans la rue. Ou à l'école. Ce qui lui occasionna quelques problèmes. Un beau jour, alors qu'elle venait juste de fêter ses 11 ans, son institutrice fit un cours sur le communisme, et Amber, voyant que la pauvre femme "insultait" Lénine, monta carrément sur la table et se mit à vilipender les élites bien pensantes, le capitalisme et les gens qui en ramassent pas les dejections de leurs chiens sur les trottoirs. Il va sans dire que la jeune fille passa les deux mois de cours restant chez elle, le directeur ayant estimé pouvoir se passer de ses lumières, à l'avenir.

Elle passa plus de temps chez son père et à coller des affiches, mais ce fut le seul changement notable dans son existence jusqu'à l'arrivée de la lettre. Amber a d'abord cru à une farce, un excès de café noir ou un truc du genre, puis elle a repensé aux trucs bizarres qui lui étaient arrivés ces dernières années, au fait qu'elle se doutait bien qu'elle était spéciale, quelque part, et à finit par se convaincre que tout cela n'était pas totalement invraisemblable. Convaincre sa mère fut plus dur, en revanche. Amira croyait dur comme fer que c'était un stupide canular, mais les efforts conjoints d'Amber et William parvinrent à la persuader de la véracité du contenu de la lettre. L'avant veille du départ dans le "Poudlard Express" Amira et sa fille se rendirent à Londres pour acheter les fournitures. Elles repassèrent une demi-douzaine de fois devant le chaudron baveur avant de s'apercevoir de son existence, et Amira faillit avoir une crise cardiaque lorsque les briques de l'arrière-cour s'écartèrent pour former une voute, qui donnait sur... Une avenue marchande plein à craquer de sorciers. Amber se rappela toujours ce jour et l'émerveillement quel ressenti, en achetant sa baguette, ses livres, en pénétrant dans Gringotts... Même si elle se souvenait maintenant des mines sombres des passants et des affiches du ministère les exhortant à la prudence, ou détaillant la marche à suivre en cas d'attaque de loups garous.

Elle faillit manquer le train, trouvant l'entrée cachée qui menait à la plateforme 9.3/4 à cinq minutes du départ, et piqua un sprint, trainant sa valise derrière elle, pour parvenir à se hisser dans le train, comme le sifflet du chef de gare retentissait. Elle pencha par une fenêtre pour faire coucou à sa mère, puis se laissa tomber dans le premier compartiment venue. Ainsi débuta sa vie de sorcière. Elle découvrit les rudiments de la magie, se passionna pour les études ( surtout l'histoire de la magie) fit quelques rencontres intéressantes... Sa première année passa à la vitesse de l'éclair, seulement interrompue par les vacances qu'elle passait chez ses parents. Les évènements de la fin d'année la terrifièrent et surtout, la révoltèrent au plus au point. Si elle n'avait pas eu 11 ans, aucun doute qu'elle se serait engagée dans la "résistance à l'oppresseur ". Faute de quoi elle rentra chez elle en fin d'année, soulagée de retrouver son foyer mais inquiète de la suite des évènements. Elle s'abonna à la gazette du sorcier pour se tenir au courant des nouvelles du monde magique durant les vacances, et elle ne fut pas déçu. C'était le chaos là-bas, et le climat de peur qui y régnait commençait à s'étendre jusqu'à Édimbourg. Au vu de la situation et de son statut de sang, ses parents décidèrent qu'elle ne retournerait pas à Poudlard l'année suivante, pas plus que carotte man n'y ferait sa rentrée. Elle resta donc cloitrée dans le manoir de son père, discutant avec Emma, embêtant son rouquin de demi-frère, apprenant le français pour s'occuper ( pouvoir lire les misérables en Vo, la classe)... Amber détestait se sentir si inutile, elle aurait voulu aider, même un petit peu... Enfin vu son niveau, ce n'était même pas la peine d'y songer. Sans compter que sa mère la couvait plus qu'elle ne l'avait jamais fait, à présent. Elle craignait chaque jour qu'il n'arrive malheur à sa famille. Cependant, celle-ci resta épargnée par la guerre qui faisait rage, et c'est avec un immense soulagement qu'ont accueillit la nouvelle de la chute du seigneur des ténèbres. Après des stages de remise à niveau, Amber et son demi-frère purent faire leur rentrée à Poudlard comme prévu. C'est à cette époque que la jeune fille élabora le look spécial qu'elle arbore aujourd'hui. Elle se réhabitua vite à Poudlard, passa sa troisième année à travailler (un peu) et à discourir ( beaucoup). À présent, elle est en quatrième année, la tete plus farcie de slogans que jamais, sans changement notable dans sa personnalité depuis l'année précédente, su ce n'est qu'elle a présnet complètement gaga de son chaton, Robespierre, qu'elle a trouvé dans le jardin du manoir de son père.

Caractère :
Bourrin - Perpétuellement révoltée - Bruyante - Lourde - très/trop Curieuse - Loquace - Prompte aux soliloques enflammés - Franche - Passionée

Amber est une fille chiante. Vraiment. En tout cas, la majorité de ses fréquentations sont d'accord sur ce point. Ils la perçoivent comme une espèce de bulldozer dopé aux amphétamines. La réalité est plus nuancée.

La jeune fille est toujours en train de s'agiter, de brasser de l'air, de parler avec une tchatche et une rapidité assez incroyable. C'est plutôt étourdissant, dans le genre. Intellectuellement, elle n'est pas vraiment bien différente, les meninges occupés en permanence par deux, voire trois sujets différents. A vrai dire, elle a du mal à se concentrer sur une seule chose, activité ou un seul problème à la fois, cela lui donne l'impression de perdre son temps. Elle a souvent l'impression de perdre son temps, du coup. Vous l'aurez compris, Amber déborde d'énergie et a du mal à rester en place, ce qui est assez gênant en classe. Tout en écoutant le cour, la fillette dessine, grave des slogans dans la table avec son compas, et change la position de ses jambes toutes les deux minutes, quand elle ne les balance pas frénétiquement. Agitée, donc.

Amber est assez spéciale dans ses relations avec les autres. Non seulement elle a l'habitude d'adresser la parole à de parfaits inconnus et de se mettre à bavarder avec eux comme si les malheureux la connaissaient depuis trois ans, mais elle est aussi coutumière des arrivées inopportunes dans les conversations des autres. Pour peu que le sujet l'intéresse, elle s'incruste sans remords pour glisser son grain de sel. Même avec les gens qu'elle connaît peu, elle se montre d'une effroyable familiarité et d'une franchise à toute épreuve. Ce qui n'est pas vraiment fait pour lui attirer toutes les sympathies. Amber, c'est le genre de personnes reloues qui, dès que tu as le malheur de les croiser dans la rue, te lancent joyeusement un " ça farte " assorti d'un surnom bien ridicule, avant d'éclater d'un rire tonitruant. Vous n'êtes pas coutumier de ce genre d'énergumènes ? Vous ne connaissez pas votre chance.

Oui, parce que Amber à toujours un avis sur tout, et aime le clamer haut et fort, quitte à manquer de délicatesse. Révoltée par à peu près tout et n'importe quoi, elle a tendance à monter sur ses grands chevaux -ou le cas échéant sur un caisse qui traine- et à se lancer dans de grands discours enflammés. Elle ne manque pas d'intelligence, et se donne a fond dès que quelque chose l'intéresse. Ainsi, elle a appris le français pour pouvoir lire "les Misérables" en version originale. Elle est extrêmement curieuse, et n'aime rien tant que s'abreuver d'articles de journaux, de pamphlets ou d'ouvrages en tous genres -révolutionnaires, de préférence- mais pas trop longtemps quand même. Elle découpe les articles qui l'intéressent et les ranges dans des pochettes en carton à thèmes, avant de les oublier plus ou moins.

Comme la révolution ne se fait pas sans sacrifices, Amber à aussi un petit côté vandale, et qu'importent les lois débiles qui interdisent de coller des affiches de propagande sur les panneaux publicitaires ou de bomber des slogans anarchistes sur les murs. Naméo.
La vérité, c'est que la jeune fille aime faire son show. Sans en être tout à fait consciente, elle a un côté égocentrique, derrière ses discours pour l'égalité et l'entraide universelle. Elle n'a jamais vraiment eu d'amis -qui parvienne à la supporter, s'entends- et n'est donc pas vraiment habituée à ce que tout cela implique -fidélité, aide en cas de coups durs, etc-. Elle sait et a lu beaucoup de choses, notamment sur les révolutions/rebellions/contestations en tous genres, et a pas mal d'idées préconçues, tirées de bouquins plus ou moins illustres. Elle n'est pas encore totalement à même de se faire sa propre opinion, ni de prendre en compte les conséquences qu'implique une révolution. En effet, la demoiselle est encore dans la phase ou elle idolatre certaines personnes, sans prendre en compte la marge d'erreur que peuvent comporter les dires desdites personnes. Elle se rend parfois compte qu'elle ne va pas au bout de sa pensée ou de ses théories, qu'elle se contente de survoler un sujet, et cela la met en rogne. Finalement, elle recherche quelque chose de plus - autre qu'une révolution planétaire- sans parvenir à savoir quoi.

Physique :
Amber est de taille moyenne pour son âge, plutôt menue et relativement musclée. On ne va pas dire qu'elle ait un corps de rêve, juste normal et on ne peut plus banal. Elle est légèrement bronzée -héritage de sa mère-. Son visage est triangulaire, son nez plutôt petit et en trompette, ce qui lui donne un air espiègle. Ses lèvres sont trop pulpeuses à son gout, ce qui ne l'empêche pas de les recouvrir assez souvent de rouge à lèvres bordeaux un poil trop voyant. Amber trouve l'écart entre ses "dents du bonheur" trop prononcé, ce qui rend son sourire un peu bizarre, étant donné qu'elle fait tout son possible pour les cacher. Elle possède en outre de grands yeux vert sombre, assez ronds, perpétuellement cerclés de noir, étant donné que la demoiselle ne lésine pas sur l'eye liner et le crayon. Un piercing en argent a l'arcade sourcilière droite complète ce charmant visage.
La jeune fille a des oreilles pointues et percées à de nombreux endroits, chacune portant donc un bon poids de chainettes, anneaux et symboles, en argent ou en toc. Elle porte ses cheveux noirs coupés court, et généralement pas très bien coiffés -euphémisme-. Une frange/mèche/truc non identifié lui cache une bonne partie du front, découvrant tout de même deux sourcils un peu trop fournis pour être jolis.

Amber a un style vestimentaire plutôt spécial, dont le noir et le bordeaux sont les couleurs dominantes. Elle porte en permanence des Dr Martens noires laquées, qui claquent de manière très satisfaisante quand elle marche. La demoiselle possède également un manteau en cuir qui ne la quitte que rarement, bardés d'épingles à nourrice, et sur le dos duquel a été inscrit, avec ce qui semble être de la peinture blanche, la devise : "ni Dieu ni maitre". Le reste de sa garde-robe est composé de jeans sombres passablement déchirés, de tee shirts à l'effigie de grands révolutionnaires ou bardé de signes cabalistiques et de slogans. Le reste de son look tient aux multiples colliers/chaines/bagues/bracelets/épingles à nourrice - aux histoires diverses et parfois assez étonnantes- qui hérissent tout son corps, lui valant l'affectueux surnom de "ferraille". Le tout doit peser quelques kilos, au jugé.

Amber se déplace toujours avec nonchalance et une assurance certaine. Bien sur, le tas de ferraille qu'elle porte sur elle confère une certaine pesanteur à sa démarche, mais elle n'en a cure. La jeune fille est assez brusque dans ses gestes, et ne cesse de remettre sa mèche en place lorsqu'elle se trouve dans une situation embarrassante.

Aime / Déteste :
Elle aime : La France [un pays avec autant de révolutions et de révoltes à son actif, ça fait rêver !], les protests songs et autres chants révolutionnaires, le café noir, inventer des slogans un peu bidons, la couleur rouge, son chat, sa famille, l'orage, les fraises à la chantilly, parler, parler et encore parler.

Elle déteste : Les coincés du derche, l'arrogance, les rétrogrades, les personnes bornées, la chaleur [elle ne peux plus porter ses bottes et son blouson], la lâcheté, le totalitarisme, les chiens, le fromage, la mollesse.

Little White Lies :



TheReal You


Prénom/Pseudo : Maitre Blatte ^^ Ne me demandez pas pourquoi, c'est une histoire longue et ma foi, pas bien passionante.
Age : 16 ans et toutes mes dents bouing
Multicompte : Nop !
Mot Code du Règlement :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 847


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Validée] Amber Westwood   Dim 2 Juin - 14:17


    Roulement de tambours....

    J'ai le plaisir de valider ta fiche !

    congrats

    Prochaine étape pour entrer dans l'aventure : rédiger ton RP de Cérémonie de Répartition en Flash Back !.

    Ce rp est un One-shot, constitué d'un seul poste, il t'est personnel et se déroule lors de ton arrivée à Poudlard en 1ère année ! Arrêtes-toi dans le récit juste au moment où le Choixpeau va parler, Héhé !

    Tu posteras ton RP dans la Pensine du Choixpeau !

    Tu as également accès à la section Hors Jeu du Fofo maintenant !

    Bonne écriture et à très vite !
    Cute

_________________

Nous vaincrons lentement, mais sûrement
- le club des escargots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Validée] Amber Westwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Les récompenses de Flint Westwood
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: A Storytelling Game of Beautiful Madness :: Character Creation :: Have You Met...-