Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Alone Again [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: [Clos] Alone Again [OS]   Jeu 15 Mar - 22:48

    Elyon soupira, devant sa feuille. Les devoirs d'astronomie. Trop compliqué, trop inintéressant, trop long. Ses pensées dérivaient. Trop. Elle repensait à des choses désagréables. Elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas être blessée. Elle valait mieux que ça. Elle valait mieux... Que ça.

    Voilà. Voilà pourquoi. Voilà pourquoi elle n'arrivait pas à les garder, ses amis. Parce qu'elle était stupide. C'était cette fierté à la con qui cassait tout. Il se passait quelque chose, elle exigeait des excuses, elle revêtait cette espèce de masque si reposant. Le mépris. Quelle meilleure émotion que celle-ci ? Elle regardait cette personne de haut, avec un sourcil levé et une sorte de sourire en coin, respirant le dégoût, cette position de force incontestable, ce visage qui disait « Tu n'es qu'une merde, stupide et inutile, un déchet, et je te suis supérieure à un point que tu ne peux même pas imaginer. » Elle se drapait dans cette cape, dans son indifférence, et alors l'autre n'existait plus. S'il avait le malheur de s'excuser trop tard, ou au mauvais moment, il n'obtenait d'elle qu'un petit ricanement. Et puis, quelques jours plus tard, sans qu'elle puisse l'empêcher, cette histoire était reléguée au fond de son esprit, dans les archives, considérée comme réglée. Alors elle oubliait, elle se demandait pourquoi l'autre lui en voulait, elle se disait que ça passerait.

    Et des mois plus tard, sur un coup de tête, elle demandait des explications, elle n'en pouvait plus de ne pas comprendre, l'autre lui manquait. Et deux longs SMS plus tard, elle obtenait sa réponse. « Pour moi, tout s'est arrêté le jour où tu m'as envoyée chier en me disant de m'excuser à genoux. » Alors elle se souvenait, elle regrettait, elle était honnête, elle lui disait qu'elle avait oublié. Que c'était elle qui s'excusait. À genoux. Et que, au moins une fois dans sa vie, elle aurait ravalé son putain d'honneur à la con. Elle n'attendait pas de réponse. Tout était fini depuis longtemps. Elle ne savait même pas si l'autre avait lu ce message. Elle ne savait pas comment réagir. Elle se sentait mal. Elle se sentait terriblement coupable.

    Et puis, une dizaine de minutes, et cette émotion salvatrice revenait. Le mépris avait repris son droit. Ce sentiment de complétion, dans sa poitrine, après le vide complet qu'elle ressentait perpétuellement, c'était si doux, si chaud. Si agréable. Elle se laissait aller, elle allait s'abriter derrière lui, elle lui confiait la suite, elle retournait se cacher dans les tréfonds de son âme. Elle était bien. Lui, tout autour d'elle. Qui la protégeait. Qui l'aimait. Qui lui disait qu'il ne voulait pas qu'on puisse la blesser, alors qu'il se chargeait de tout. Elle le croyait, elle avait confiance en lui. Elle le laissait faire. Et une poignée de semaines plus tard, tout allait mieux, l'autre ne faisait plus partie de sa vie. Il était si efficace pour effacer les gens de sa vie, elle lui en était si reconnaissante, elle était forte grâce à ça. Ce masque. Ce mépris. Il l'aidait dès qu'elle en avait besoin, c'était automatique.

    Elle recevait un coup en plein cœur. Et hop, mépris. Elle s'en fichait. Elle n'avait pas besoin de cette personne. Elle était inutile. Elle ne valait rien. Pour qui se prenait-elle, à vouloir obtenir quelque chose d'elle, si supérieure ? Pour lui faire un affront pareil ? Elle n'avait besoin de personne, elle, alors elle ne la regretterait pas. Elle était forte. Elle était au-dessus de tout cela. Elle était une spectatrice. Elle regardait tous ces insectes se débattre dans la fosse à ses pieds, un sourire mauvais sur la visage. Qu'ils essaient de l'atteindre. Qu'ils essaient. Ils n'y arriveraient jamais.

    Et elle leur tournait le dos, elle partait. Elle n'avait pas besoin d'eux. Après tout, elle avait d'autres soutiens, au pire. Elle n'avait pas le temps de s'attarder sur cette perte. C'était inutile. Inutile. Elle évitait de se lier trop profondément, pour ne pas avoir à craindre une rupture. Elle gardait une distance. Elle le devait. Elle oubliait ceux qu'elle ne voulait plus aimer, elle créait de nouveaux liens, sans jamais faire attention à ce que devenaient les anciens. C'était mieux ainsi. Elle ne devait pas avoir à supporter la peine d'une perte. Elle ne voulait pas souffrir. Alors elle faisait souffrir. Elle se retrouvait seule. Encore. Et c'était mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Clos] Alone Again [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le bal du clos aux lys - j'veux pas y aller tout seul
» Partition mythique [Clos]
» Un matin à la volière... [sujet clos]
» Huis Clos : Le contexte
» [CLOS] [Alex/Yuna] Magic Alice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: 4ème Etage :: Bibliothèque-