Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 846


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Jeu 22 Mar - 23:34

    La rentrée avait eu lieu seulement quelques jours auparavant et Ellia pouvait définitivement avouer que tout ceci n’était pas de tout repos ! Vendredi 3 Septembre au soir, elle attendait deux de ses élèves, a qui elle avait attribué une retenue pour comportement inadmissible. Quelques heures seulement après le départ du Poudlard Express. Eh oui, la jeunesse n’était plus ce qu’elle était et Ellia s’en était bien rendu compte. Elle n’oublierait jamais ce qu’elle avait ressentit lorsqu’elle avait vu Miss Lou Sparrow, préfète des sages Serdaigle, a genoux devant Dunstan Pryde, Serpentard quelque peu incorrigible, le pantalon sur les genoux. Et personne autour pour dire quelque chose. Ellia n’avait absolument pas voulu savoir quelle mouche avait piquée ces deux la et surtout la véritable explication de cette situation, mais quoiqu’il en soit, Ellia n’avait certainement pas pu passer au dessus de leur comportement. Elle les avait donc collés, et leur avait enlevé quelques points. De quoi bien démarrer l’année.

    Ellia n’avait pas eu l’occasion de contacter les deux élèves avant le matin même. Après avoir discuté avec Minerva, il était évident que les retenues avait de quoi relever de l’utile en plus de la punition. C’est pourquoi, dans son hibou du matin, Ellia avait donné rendez vous a Lou et Dunstan devant la bibliothèque après le diner du vendredi soir. A 20h15 pétantes, Ellia était devant l’immense pièce et attendait, appuyée contre un mur, des parchemins et quelques bouquins sous le bras. Il fallait bien qu’elle s’occupe pendant que les deux élèves vaqueraient à leur punition. Enfin les deux élèves arrivèrent. « Bonsoir. » lança t-elle. « Bien, vous savez pourquoi vous êtes ici. Comme il n’y a pas d’elfes de maison, vous allez les remplacer pour ce soir et vous allez nettoyer la bibliothèque qui a largement eu le temps de prendre la poussière ces derniers mois. » Sympa la soirée nan ? Se prendre pour des elfes de maison !

    Ellia ouvrit la porte et fit entrer les deux adolescents dans la bibliothèque. « Vous avez le droit d’utiliser la magie, mais je dois vous prévenir. Au moindre écart, ce ne sera pas qu’une retenue et des points en moins, c’est compris ? » Ellia n’aimait pas sévir, ni menacer ses élèves. Ceci dit, après un an à Poudlard, à diriger les Serpentard, la jeune femme avait vite compris qu’il faudrait s’imposer si elle ne voulait pas se faire bouffer par ses élèves. C’était la dernière chose qu’elle voulait d’ailleurs. Ne pas imposer le respect serait un retour a la case direct, et ce serait repartit pour une année déprime chez papa-maman. Non, rester la tête sous l’oreiller à faire l’autruche n’intéressait pas Ellia. Elle haïssait devoir hausser le ton, se montrer ferme, mais elle prenait sur elle, et finalement commençait à se sentir pas trop mal entre les murs de Poudlard. Au moins elle était un minimum utile ici. Et l’enceinte du château lui conférait une certaine sérénité, un nid, un cocon ou elle pourrait tisser sa toile comme elle l’entendait.

    Mais en attendant, elle avait deux adolescents à occuper pour qu’ils payent pour leurs actions irresponsables. Au boulot ! « Vous avez des questions ? » Ajouta t-elle tout de même. La voix de la jeune femme n’était pas froide, ni méchante. Un rien ferme, mais douce.
    Au pied de la colonne de livres la plus proche se trouvait deux seaux d’eau, avec une éponge dans chacun. Et a leurs pieds, des chiffons et des plumeaux. Tout ce qu’il y avait de nécessaire pour faire le ménage. Ellia s’installa quant a elle a une table non loin, et posa ses parchemins devant elle, commençant à travailler, mais surtout gardant un œil sur les deux élèves. Elle n’avait pas envie que ça parte en cacahuètes ce soir… Elle aurait du demander a Elrik de venir avec elle. Au moins elle se serait senti moins seule, et moins vulnérable devant ces deux adolescents qui n’en avaient sûrement rien à faire de ses mises en garde. Par Merlin, que foutait-elle ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 950


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 24 Mar - 16:48

    SCHLAK !! Lou abattit violemment son couteau dans son assiette, coupant net en deux un pauvre champignon qui n’avait rien demandé. SHLACK ! Cette fois-ci, ce fut une pomme de terre qui succomba à son attaque. SHLACK ! Une patte de lutin. SHLACK ! Une racine. SHLACK ! Un... “Lou, calme-toi un peu, veux-tu !” ordonna sèchement Stewart Ackerley, face à elle, d’un air pincé. Lou releva le nez de son assiette et foudroya du regard son collègue préfet, sans cesser d’abattre à un intervalle régulier son couteau sur les aliments qui s’amoncelaient devant elle. “Lou ! Arrête de jouer avec la nourriture ! Ce n’est pas toi qui hurles dès que quelqu’un fait ça ?” La jeune fille haussa les épaules, énervée à l’idée de se faire reprendre à l’ordre par cet idiot à lunettes, et grommela quelque chose qui ressemblait à "lâchemoilesbasketscrétin" entre ses dents. Stewart leva les yeux au ciel, tandis que Morgwenn Westchester, assise à sa gauche, se mit à pouffer de rire. “Stewart, laisse donc Lou tranquille ! Tu ne sais pas qu’elle a sa retenue avec Dunstan Pryde, ce soir ?” “Une retenue ? Une préfète ? C'est une plaisanterie ?” s’étrangla Stewart, manquant de recracher son ragoût dans son gobelet de jus de citrouille, visiblement offusqué. Lou soupira, donna un ultime coup de couteau dans son assiette, jeta un regard à sa montre bleue fluorescente et quitta la table des Serdaigle en affichant un air mi-dépité mi-résigné, écrasant au passage les pieds d’à peu près tous ses camarades, sous le regard furibond de Stewart et l'air amusé de Morgwenn. Merci les copains.

    Grmbl. Elle n’avait pas envie d’aller à sa retenue. Ce n’était pas l’idée de devoir travailler toute la soirée qui la dérangeait ; au contraire, elle aimait se rendre utile ! Et faire quelque chose pour Miss O’Brian ne l’aurait pas dérangée... non, ce qui la mettait de cette humeur massacrante, c’était la perspective de passer toute sa soirée à travailler avec Dunstan Pryde. Ce Serpentard était idiot, pervers, sournois, tête à claques ! Le genre de spécimen que l’on ferait mieux de conserver dans un bocal pour s’en servir à des fins scientifiques, histoire qu’ils servent au moins une fois à quelque chose dans leur vie ! Pourquoi fallait-elle qu'elle doive accomplir sa retenue avec lui ? Monde cruel.

    La jeune aiglonne arriva en même temps que lui devant la bibliothèque. Elle se raidit automatiquement en le voyant et ne lui accorda pas le moindre regard, se contentant de tordre la bouche en une moue butée et dédaigneuse, relevant le nez avec suffisance, et écoutant attentivement le professeur O’Brian, heureuse qu’elle soit là. Parce que se retrouver seule à seul avec Pryde, non merci !! Plutôt se noyer dans son chaudron !!!
    Hm. Donc, ils allaient devoir jouer les elfes de maison et nettoyer la bibliothèque ? Lou acquiesça vaillamment en entendant cela, secrètement soulagée. La bibliothèque était un lieu qu’elle connaissait plutôt bien, en bonne petite bleue&bronze qu’elle était ; au moins, elle n’était pas en territoire ennemi ! En plus, ils avaient le droit à la magie ! Le professeur O’Brian avait peut-être quelques soucis d’autorité, mais elle était sympa, au final !!

    “Tout est très clair, professeur !” lui répondit Lou, avant de s’avancer en direction de son sceau d’eau, de son éponge et des autres instruments ménagers, sans attendre Dunstan. Bon, par quoi commencer ? Dépoussiérer un peu les bouquins, peut-être ? ... Heureusement qu’elle avait quitté son uniforme pour mettre des habits qui ne craignaient pas la poussière, avant le dîner ! Bon, d’accord, avec cette chemise à carreaux jaunes et rouges, boutonnée jusqu’au cou, et ce jean trop large qu’elle retenait à l’aide de bretelles, elle n’avait pas l’air spécialement maligne, mais bon... Ce n’était pas comme si elle était venue draguer \o\ (d’ailleurs, elle ne connaissait même pas ce mot è_é)

    Lou prit donc un plumeau et se tourna vers Dunstan, avant de le tendre vers lui pour qu'il l'attrape. Bon, et maintenant... Elle n’allait pas passer sa soirée sans lui décrocher un mot, même si l’idée était tentante... dans son infime magnanimité, elle pouvait toujours lui accorder une ou deux phrases ! Il fallait juste qu’elle arrive à se mettre à son niveau intellectuel o/

    “Tiens, prends ça, et commence à dépoussiérer les livres. Heu... tu sais ce que c’est, au moins, un livre ? C’est ce gros trucs avec plein de symboles, dedans. C’est ce dont on se sert, en cours, pour apprendre des choses. Et c’est aussi ce que tu risques de recevoir sur le nez, si tu t’approches à moins de deux mètres de moi.”

    Lou Sparrow, l’amabilité incarnée. On avait dit lui parler, Lou, pas l'agresser en secouant ce plumeau sous son nez !

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Dim 25 Mar - 18:14

    Dunstan, allongé sur le lit d’Edgar, ou de Martin, ou de Whitby… (bref de n’importe lequel des crétins de Poufsouffle locataires du dortoir dans lequel on avait assigné de force le pauvre serpentard) griffonnait furieusement sur un parchemin. Il était pressé, agacé… il raturait la surface jaunie de sa feuille avec sa plume, et se mettait joyeusement de l’encre partout. Et sur lui, et sur les oreillers ♥
      « Maman…Sérieux ! Il faut que tu fasses quelque chose ! J’veux pas y aller. […] Cette folle furieuse d’O’Brian mal troussée […] Cette vile professeur méchante […] Ma Directrice de maison, tu sais celle qui ne t’aime pas parce qu’elle est jalouse de ta parfaite attitude et du coup se venge sur ton fils, entend bien me forcer à subir cette ri-di-cu-le retenue totalement injustifiée ! Alors que je pourrais passer ma soirée à réviser mon cours d’Astronomie avec Graham. Tu sais, mon meilleur ami : le préfet de serpentard ! Je suis vraiment forcé d’aller à cette retenue stupide et en plus je dois la passer avec… Lou Angélique Sparrow. Tu sais, cette... fille ! Oui Maman, oui. C’est vrai. Je te le jure sur la tête de Malone ! On ne peut pas laisser faire ça ! Maman, pour tout l’amour que j’ai pour toi, et au nom de la justice j’exige que… »


    Il ratura une nouvelle ligne sur son parchemin et sursauta en entendant la porte du dortoir s’ouvrir à la volée.

    « Woh Bro ! C’est toi ! » soupira Dunstan, l’air maussade en claquant son poings contre celui de son pote le préfet de Serpentard.
    « Ouais, ouais, ouais ! T’as loupé le dîner, t’as surtout loupé la petite séance shampoing au yaourt à la citrouille d’Edgar ! Hey quoi Mec c’est cette retenue qui te fout les glandes comme ça ?! Sérieux, c’est rien ! O’Brian, Sparrow… même topo, tu veux que j’te fasse un dessin ? » Dunstan grimaça en voyant son camarade mimer son ô combien chaste et respectueuse pensée. Cela se passait de commentaire. D’ordinaire Pryde en aurait rajouté une couche mais bon, là, il n’était pas dans le mood.
    Le visage de Pritchard se tordit d’une moue déçue. « Tu déconnes ! T’es sérieux là ?! T’as pas la trouille ?! » OH PAR MERLIN ! Dunstan bondit du matelas en grognant. Il ne pouvait pas laisser quelqu’un, même son meilleur pote, son frère, tenir des propos aussi révoltants ! Il chiffonna sa lettre et la planqua là où personne jamais n’oserait aller la rechercher : au milieu de son tas de caleçon sales. Il gonfla le torse, serra les poings et frappa un coup sur ses pectoraux frémissants en regardant Graham droit dans les yeux.
    « Moi Dunstan Calderon Pryde, quand je veux les deux j’te les retourne et je leur apprends qui est le patron ! » Devant la mine réjouie de Pritchard, le Pryde avait dû retrouver son tonus, c’était rassurant. Il indiqua l’heure à la pendule du dortoir. « Okay mon joli poney, j’te sens bien parti. Dépêche, tu risques d’être en retard !
    - T’inquiète ma grosse loutre ! Bon, elle a dit quoi O’B. ? Ah ouais : N’oubliez pas votre braguette magique et la tenue confortable ! » Il commença à défaire les attaches de sa ceinture, devant Graham qui se fendait la poire en tapant du poing sur le lit.
    « Meeeec ! Pense à notre sablier quoi !
    - Quoi ? J’ai dis une connerie ?! »
    Des fois, Pritchard était obligé de jouer au préfet et c’était pas fun ! Dun' sortit donc rapidement de la salle commune des Poufsouffle, direction le 4ème étage, habillé d’une manière on ne peut plus correcte : chemise de bouseux noire à lacet dont il avait décousu les manches il y a quelques temps, et pantalon en lin marron, avec une large ceinture en cuir à la taille.

    Bref, à 20h15 – applaudissez – Dunstan se présenta devant la bibliothèque. Cette petite discussion avec son meilleur ami l’avait revigoré. Non pas qu’il en ait eu besoin ! Cela voudrait dire que la perspective de cette soirée lui avait fait un tout petit peu peur. Ce n'était pas le cas ! Non point ! Vous ne pouvez pas sincèrement penser une telle ineptie ! C’était ce ragout de lutin mangé le midi qui lui avait retourné l’estomac et donc affaibli, juste un peu. Mais il était à nouveau en forme et disposé à envoyer valser cette retenue, en tout cas en faire un moment sympa à passer (du moment que c’était sympa pour lui, tout irait bien !) Ce n’était pas une petite préfète qui mouillait son string pour un rien qui allait l’impressionner. Plutôt s’improviser « Elfe aux pommes » entre les mains d’un troll !

    Pryde se posta donc devant sa Directrice – y avait plus de place au couvent du coin, quand elle avait choisi sa carrière celle-là ?! – en se tenant droit et fier ! Son regard de velours roula en direction de … Ah ! Il cligna des yeux, et leva sa main pour se protéger la vue, comme s’il risquait d’être frappé par les rayons d’un soleil éblouissant, surgissant dans un ciel pollué de vilains nuages gris. Non, non… ce n’était pas littéralement parce qu’il était ébloui par Lou. Mais, vous n’y songez pas ! Sa verve habituelle en témoignait.
    « Wowowoh. Lou Angélique Sparrow, y avait plus de place au cirque du coin quand t’as choisi tes options ?! » Quand Pryde tenait une vanne, il l’usait et l’usait… fallait pas gâcher. Coupler ça avec sa fâcheuse tendance à parler à voix haute… Hum.
    Bon, ah mais la directrice des serpy parle ! Okay faisons semblant de l’écouter ! Le regard scotché à la chemise jaune à carreaux rouges de sa codétenue, Dunstan écouta les consignes d’une oreille totalement sourde, mais n’oublia pas de hocher la tête.
    Deux minutes plus tard – ou plus, il avait perdu la notion du temps – Pryde se retrouva dans la bibliothèque, un saut d’eau, une éponge devant lui + des étagères pleines de poussière. Il n’avait pas encore vraiment repris conscience. Son esprit jouait toujours devant lui un balai de cases jaunes et rouges, gambadant sur des courbes mignonnettes.
    Puis… « Attchooooum ! » Il aspergea de bave ce qui se trouvait sous son nez – le plumeau, Lou…
    « Mais … Mais t’es folle ! Pourquoi t’agite ce truc sous mon nez ?! Je… »
    Suis allergique à la poussière Non même pas vrai ! Vous le prenez pour une lopette ?!
    Fiou, l’esprit de Dunstan mit un petit instant à se reconnecter à la réalité… La retenue, faire le ménage, Lou et ses menaces à deux mornilles. Le jeune homme avait envie de grogner. C’était on ne peut plus humiliant. Pfff… jouer les elfes de maisons, jouer la soubrette !
    Il tourna la tête et vit qu’O’Brian travaillait non loin d’eux. Merde.

    Le serpent faillit se laisser à nouveau assaillir par cette étrange déprime (non, pas angoisse) qui l’avait étreint un peu plus tôt dans la soirée. Mais il sut se reprendre à temps ! La situation était asses alarmante comme ça, sans qu’en plus il se laisse abattre ! Et si sa cousine Lee le voyait ?! Elle se foutrait sûrement bien de sa tronche ! Non, fois de Pryde ! Nom d’un petit Kraken ! Un peu de poussière et deux faibles femelles n’allaient pas le mettre à terre ! Il bomba la poitrine, haussa le menton devant Lou et adopta ce petit air hautain qu’il avait observé si souvent chez Galaad et qu’il s’entraînait parfois à reproduire – avec plus ou moins de succès !

    « Okay Poupée. On va mettre les choses au point tout de suite. Je fais ce que je veux. Tu peux toujours te dépoussiérer toi-même avec le manche de ce plumeau si tu crois que je vais faire suivre tes ordres. Et comme doit y avoir du boulot là-dedans, tu vas regretter de pas vouloir que je t’approche pour t’aider ! » Et toc !
    Là-dessus, il la contourna en faisant mine de s’écarter d’elle, comme si elle était pestiférée, mais non sans laisser s’échapper un petit regard en coin, beaucoup trop lumineux pour être anodin.

    Puis, il se retrouva dans les étagères, toute blanche de poussière, et des volumes, des volumes enchainés entre eux par des toiles d’araignées. Le Ménage… il poussa un soupire. Que ce soit avec son saut, son éponge ou sa baguette magique, Dunstan était totalement inutile. Il ne savait pas par où commencer… Après cinq minutes en silence à fixer son étagère, les mains dans les poches, le garçon se retourna, attrapa ce foutu plumeau et commença à le passer sur les bouquins. Il n’était vraiment pas doué et s’attelait à la tâche n’importe comment d’un geste pressé, engluée dans sa mauvaise volonté.
    Néanmoins, il ne se sentait plus aussi agacé qu’auparavant. Son esprit passait vite d’un état à un autre, en même temps. C’était un plus ! Alors, tout en s’attelant à la tâche et trouvant que l’ambiance retombait mollement – fois de Pryde, il ne laissait jamais rien retomber mollement !! – il lança à la cantonade :

    « Hey Lou Angélique Sparrow, qu’est-ce qui est long dur et rouge au bout ?! » Il se décala pour voir la tête qu’elle tirait, et lui planter son regard dans le sien. « Bah une allumette, p’tite coquine. » répliqua-t-il aussitôt en haussant les épaules, d’une voix tout à fait innocente.

    Un nuage de poussière se déploya autour de leur étagère, lourd et collant.

_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 950


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Dim 25 Mar - 22:03

    Hé ! D’où est-ce qu’il osait lui éternuer dessus, cette cervelle de veracrasse ?
    Lou, surprise, n’eut pas le temps d’esquiver les projectiles qui émergèrent du nez et de la bouche de son compagnon de retenue vert&argent ; tout ce qu’elle put faire, ce fut observer d’un air passablement dégoûté (et toujours dédaigneux) (vous savez, cet air de petite Miss Je-Sais-Tout qui donne envie de sortir les parpaings) la morve et la bave de son camarade jaillir de son visage et s’écraser sur SA chemise à elle (bien plus jolie que l’horreur à lacets dont était affublé le Serpentard !) Face à ce spectacle peu ragoûtant, elle ne put s’empêcher de lui lancer, non sans une petite mimique hautaine au passage :

    “On ne t’a jamais dit de mettre la main devant la bouche quand tu éternues, Dunstan Pryde ?”

    Merci, Lou.
    Bon, et maintenant, au lieu de relever le menton avec cet air vaguement hautain (qui donnait à Lou une irrépressible envie de mettre ses menaces précédentes à exécution et de lui balancer le contenu de la bibliothèque à la figure, avant de sauter à pieds joints sur son corps en poussant des hurlements de sauvage et de l’offrir en pâture aux centaures de la forêt interdite, pour ensuite finir ermite et se terrer dans une grotte des montagnes, où personne ne la retrouverait jamais), il ne pouvait pas prendre ce fichu plumeau et commencer à faire la poussière ? ... Et bien non, il préférait jouer les midinettes et s’éloigner d’elle pour bugger devant les étagères, sans mettre la main à la pâte.

    Voyant qu’il ne semblait pas décidé à esquisser le moindre geste (visiblement, réfléchir lui demandait beaucoup d’énergie ; elle ne pouvait pas lui en vouloir), Lou décida de s’atteler à la tâche que leur avait confiée le professeur O’Brian sans l’attendre. L’étagère la plus proche était couverte d’une fine pellicule de poussière grisâtre, et Lou décida de se protéger le nez et les poumons en nouant un grand mouchoir (à carreaux rouges et jaunes, assorti à sa chemise) autour de son visage. Elle devait ressembler à une sorte de chirurgienne ratée avec ce truc sur la figure, mais elle faisait ce qu’elle pouvait avec les moyens du bord ! Bon, et maintenant, il était temps d’utiliser un peu le plumeau qu’elle avait si gentiment proposé à Dunstan quelques minutes plus tôt ! Hop, un petit coup sur les bouquins, hop, un petit coup sur l’étagère, hop, un petit coup sur une table...
    Néanmoins, elle n’eut pas le temps de s’en servir bien longtemps ; soudainement, la voix de son camarade résonna près d’elle (tiens, deux neurones avaient réussi à se toucher ?) et la fit sursauter, l’interrompant dans sa tâche.

    Et lorsque son propre cerveau à elle analysa ce qu’il venait de lui dire...

    Lou sentit sa figure virer, en un temps record, au rouge cramoisi ! Il fallait dire qu’elle était une petite aiglonne chaste et innocente, elle (strike]et un peu coincée, probablement[/strike], et ce que venait de dire le vert&argent... bwah, ça avait de quoi mettre ses pauvres neurones dans tous leurs états ! Pourquoi est-ce qu’il lui disait ça ? C’était une approche ? Une tentative de drague ? Un truc de vieux pervers ? Oskour, Lou voulait sortir de là ! Se noyer dans son sceau d’eau, s’étouffer avec son éponge, peu lui importait, tant que... Quoi ? Une allumette ? C’était ça, la réponse à sa stupide devinette ? Une allumette ?

    Lou agita la main pour dissiper le nuage de poussière argenté qui flottait autour d’eux et s’empressa de rétorquer, sans se départir de son teint de homard :

    “Une allumette, bien sûr ! Je savais que c’était ça, la réponse ! Je le savais depuis le début, mais tu ne m’as même pas laissé le temps de répondre, sombre crétin !”

    Mais oui, Lou, tout le monde y croit.
    Pour masquer sa gêne et son irritation, la jeune fille agita son plumeau de plus belle sur les étagères, faisant voleter autour d’eux de grands tourbillons de poussière qui se déposèrent dans leurs cheveux et sur leurs vêtement en épais flocons grisâtres. Bon, et maintenant, vite, vite, il fallait qu’elle trouve quelque chose à dire pour rabattre le caquet du Serpentard !

    “Moi aussi, d’abord, je connais des devinettes, Dunstan Calderon Pryde, et les miennes, au moins, ont le mérite d’être drôles !” affirma-t-elle fièrement, après quelques secondes de réflexion.

    Après tout, elle n’avait pas été élevée chez les Serdaigle pour des noises ! Tout le monde savait que les bleues&bronze connaissaient une multitude de devinettes ! (Ne serait-ce que grâce au concours de blagues qu’avait instauré l’ancien préfet des bleues&bronzes, Luke Carlton !) Après, quant à savoir si elles étaient forcément drôles... c’était une autre histoire.

    “Ouvre ce qui te sert d’oreilles et écoute celle-la, Pryde : que fait une salade avec un revolver ?”

    Suspens insoutenable, durant lequel elle donna un petit coup de plumeau sur une rangée de livre maladroitement empilés, les yeux plantés dans ceux de Dunstan, pour le plaisir de voir ses neurones s'enclencher dans sa petite tête... et puis :

    “Elle les tue !” (laitue \o\ \o/ /o/)

    Et BOUM !! Absolument toute la rangée de livres dégringola au sol en même temps, suite à un mouvement de plumeau légèrement maladroit de la part de Lou, tombant en un bloc sur ses pieds juste protégés par un écran de tissu à moitié déchiré (c’était ça, d’avoir des baskets et des chaussettes trouées). Elle dut se mordre la lèvre pour ne pas glapir de surprise et de douleur et ne pas attirer l’attention du Professeur O’Brian, et elle se mit à donner des coups de plumeau dans le vide pour extérioriser sa douleur, manquant à plusieurs reprises d’éborgner Dunstan.

    “Gnnmpfrgourmph... bwaaaah... elle était... cool, ma blague, non ?” réussit-elle tout de même à articuler, sans lâcher l’instrument ménager des mains, se mettant à sautiller sur place pour que la douleur qui irradiait ses orteils cesse une bonne fois pour toute. “Mieux que la tienne, en tout cas, que j’ai toujours pas comprise, d’ailleurs !!” C’est ça, Lou, et si tu ramassais les livres et que tu allais t’enterrer ailleurs, maintenant ?

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Ven 30 Mar - 19:48

    Dunstan renifla avec élégance, tout en faisant mine de poursuivre sa tâche. Avec son plumeau à la main il époussetait le côté de l’étagère, seul endroit où il n’y avait pas de poussière, en guettant la réaction de la serdaigle suite à sa blague. Il faisait preuve de toute la discrétion qui le caractérisait. A savoir : aucune. Elle vira au rouge di-rect ! Le cerveau de Dunstan s’arrêta, triomphant, sur cet unique détail. Pouaaaaah ! La vieille meuuuuuf ! Elle avait trop peur du loup, c’était gros comme une citrouille – ou comme sa b*** BATTE !

    Que la vierge effarouchée se rassure, le loup n’avait pas envie de se casser les dents sur de l’agneau congelé ! Quoique ça pourrait être marrant. Non. Trop galère… cette fille était peut être folle de lui – évidemment – mais ce n’était pas encore le moment pour lui d’accomplir sa B.A. de l'année. Woh c’est bon, il avait passé l’âge de faire dans l’humanitaire ! Peut-être qu’il y reviendrait plus tard… quand il s’ennuierait. Pour l’heure, Dunstan se considérait comme à l’apogée de sa virilité et de son potentiel séduction – apogée qui bien sûr durerait encore pour de longues années. Il avait grave l’occasion de vendre du rêve, mais encore fallait-il le mériter ! Miss Lou Angélique Sparrow l’avait fait punir dès le début de l’année. Fourbe petite poule quoi ! Ça se paierait ! Elle méritait bien qu’il la provoque. Et ça l’amusait en plus, bien que la tâche n’ait pas l’air hardue ! Héhéhé !
    Bien mon Dunsty, rengorge-toi d’assurance insolente, tu n’es pas déjà assez gonflé – ni gonflant – comme ça ! Continue trésor.

    Ah voilà qu’elle fichait de la poussière partout !
    « Aaaaatchooooom. » Mais ça suffit !
    Ce coup-ci, il avait mis sa main devant sa bouche. (Bien dressé, non ?!) Non c’était un pur hasard, d’ailleurs pour garder son image intacte, il s’essuya sur sa manche et cracha dans son saut.
    « Nom d’un Kraken, pour une nana, t’es pas douée pour faire le ménage toi ! T’en mets partout. J’en ai plein les cheveux ! J’vais être obligé de prendre une douche ! Merde quoi, j’en ai déjà pris une le mois dernier ! » Quoi, il avait encore dit une connerie ? Il lui adressait son plus éclatant sourire en tout cas.

    Hop hop hop reprenons le travail. Un coup d’œil vers Ellia, celle-ci avait levé le nez de son boulot pour loucher dans sa direction, d’un air suspicieux. * Quoi ? C’est bon, j’vais pas m’enfuir ! Woh ! Pff Pauv' meuf celle-là aussi *
    « Tout va bien Madame ! Je veille au grain ! Elle astique bien la p’tite y a pas de souci ! » lui lança-t-il en lui adressant en même temps un petit coucou de la main.

    Ensuite le jeune homme prit deux secondes pour s’étirer, rouler des épaules et se remettre à épousseter une autre étagère, laissant la première bien plus encore garnie de poussière qu’elle ne l’était auparavant !

    Et là, la bleu&bronze voulut faire de l’humour. Enfin c’est ce que Dunstan comprit ! Tout curieux, le fond de ses yeux bleus luisant d’une étincelle de défi, il tendit l’oreille dans la direction de la douce enfant.
    Une salade…. Un révolver. Ahein. Dunstan cligna des yeux sans perdre Lou de vue.
    * Elle les tue… ? * A comprend pas. Attendez ! Une salade… Dunstan, penche la tête !!!!!!!! pour que tes deux neurones se connectent, bien sûr.
    « Mais… elle tue qui ?! » lâcha-t-il dans une grimace d’incompréhension. Il n’eut pas l’occasion qu’on l’éclaire, le pauvre garçon ! Voilà que Lou faisait tomber une impressionnante pile de livres ! Il recula pour esquiver les attaques sournoises de plumeau qu’elle balançait dans le vide pour se venger de la douleur qu’elle s’était infligée toute seule comme une gourde. Dunstan se tourna pour se retrouver face à elle, la regardant se dandiner d’un pied sur l’autre, un petit rictus fripon accroché au visage.

    « Ouais, trop fun ta blague, mais pas autant que ta petite danse. Qu’est-ce t’as d’autres dans le froque Lou Angélique Sparrow, que je me marre pour de bon ! Et si tu piges pas ma blague, j'te l'expliquerai preuve à l'appui. Enfin si tu es sage. » Il s’appuya, la main contre l’étagère, laissant son regard de velours peser sur elle, un rien détaché cependant, en haussant les sourcils bien comme il faut. Puis il ajouta : « Te fais pas trop de bobo, je te rappelle qu’on n’a pas d’infirmière. Je serai obligé de te soigner moi-même. Enfin, je suis doué pour ça, j’ai de l’expérience. Chez moi, je soigne tout le temps les juments de l’élevage. » Il fit claquer sa langue dans sa bouche, en signe de fierté manifeste ! Puis il lui lança un clin d’œil avant de se remettre à faire semblant de travailler. La classe c’était quelque chose d’inné chez lui. Il y mettait le pourquoi !

    Puis tout en faisant peur aux araignées sur les grimoires, en agitant son plumeau de façon fort peu délicate sur leur territoire, il s’arrêta soudain et se mit à glousser. Dunstan venait de comprendre la blague de Lou…


_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 950


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Dim 8 Avr - 13:15

    Tout en bondissant sur place comme une balle de ping pong enragée pour soulager la douleur qui palpitait dans ses orteils, Lou priait pour que Dunstan ait eu un soudain accès de cécité et de surdité et qu’il ne fasse pas attention à ses trémoussements d’otarie sous caféine. Tiens tiens, la préfète qui, d’ordinaire, ne craignait absolument pas le ridicule (il suffisait de voir la tenue haute en couleur dont elle s’était affublée, et qui aurait probablement fait saigner les yeux du premier styliste venu), aurait-elle peur du regard de Dunstan Calderon Roban Pryde ? ... Mais non, absolument pas ! Elle avait juste sa fierté, et n’avait pas envie qu’elle se faire écorcher par un Serpentard de seize ans incroyablement con et plutôt mig... migrateur ! Et qui, en plus, faisait des blagues trop nulles et l’avait entraîné dans cette retenue poussiéreuse et obscure !

    “Ar-arrête de te moquer de moi, Dunstan Calderon Pryde !” grommela Lou en reposant prudemment un orteil un sol, cessant enfin de s’agiter dans tous les sens. “Je le vois dans tes yeux sournois, que tu te moques de moi, et ça ne me plaît pas du tout ! Et arrête de rire, il n’y a rien de drôle !” ajouta-t-elle en posant ses mains sur ses hanches et en se redressant de toute sa hauteur de gnomette, à la manière d’une mère de famille courroucée. “Un garçon qui ne se lave qu’une fois pas mois n’a pas à me faire ce genre de remarque désobligeante !” Et les filles qui ne comprennent pas le second degré, dans tout ça ? (Rho...) “Et oui, tu as intérêt à m’expliquer ta blague, preuve à l’appui, comme tu dis !” termina-t-elle en fronçant les sourcils, avec le sérieux d'un pontife.

    Heu, heu, deux petites secondes... Elle venait de dire quoi, là ?
    OH NOM D’UNE GARGOUILLE EN TUTU ROSE QUI COURSE DES ALLEMANDS DANS DES RUELLES DE PRÉ-AU-LARD !

    “NON !!! NON NON NON !!! Ne m’explique rien du tout, je ne veux pas savoir, JE NE VEUX RIEN SAVOIR !!!” hurla la jeune fille, catastrophée, avant de réaliser que sa douce et mélodieuse voix se répercutait en écho dans les artères de la bibliothèque et produisait une cacophonie assez... peu agréable pour les tympans.

    Elle plaqua les mains sur sa bouche, comme si elle venait de lâcher une flopée de grossièretés, et jeta un regard en coin à Miss O’Brian. Hohoho ! (c’est moi, le Père Noël ! Tu veux voir mon petit lutin ?) (HUM HUM, pardon) Elle n’avait pas intérêt à faire de tapage, si elle ne voulait pas que le professeur de Défense contre les Forces du Mal la prenne définitivement pour une hystérique dépravée ! Déjà que sa réputation était à revoir... rha, tout ça, c’était de la faute de Dunstan ! Et de Léandre, d’Hélios et d’Amaranth ! (Comment ça, ils n’avaient rien à voir dans cette histoire ? Tout était toujours de la faute de ces trois crétins qui avaient des pommes de terre à la place du cerveau, un point c’est tout !)

    Bon. Arrêter de paniquer, arrêter de rougir, arrêter de se cacher derrière ses mains, ou alors elle allait finir par ressembler à Alan. Et là, c’en serait finir de la fière Lou Angélique Sparrow ! Elle n’aurait plus qu’à s’étouffer avec la chemise de bouseux de Dunstan !

    “Et je vais parfaitement bien !” ajouta-t-elle finalement entre ses dents, finissant de dépoussiérer son étagère. “Et ne me compare pas avec une jument !”

    Et puis l’information monta jusqu’à son cerveau.
    Et l'on perdit momentanément la jeune fille.

    “Ooooh !!! Tu as des juments ? C’est trop mignon !!! Elles s’appellent comment ? Elles sont grandes ? Elles sont grosses ? Elles sont de quelles couleurs ? Moi, j’ai des poissons, mais ils sont tous petits et pour les soigner, je dois juste mettre des potions dans leur aquarium !”

    Fascinant, Lou.

    “Et dis, dis, diiis, tu nettoies leurs écuries, des fois ? Tu as peut-être des méthodes qui nous permettraient d’aller plus vite pour nettoyer cette bibliothèque, non ? Et tu as des chevaux, aussi ? Tu sais monter à cheval ? Moi j’ai essayé, une fois, mais je me suis rétamée, je suis sûre que j’ai encore une cicatrice sur le genou ! Mais c’est à cause de mon père, il... enfin...”

    Partie dans son passionnant discours, Lou en avait presque oublié à qui elle était en train d’adresser la parole. Elle babillait joyeusement en donnant des coups de plumeau à droite et à gauche avec une vigueur décuplée, mettant du coeur à l’ouvrage, mais évoquer son père la fit brutalement redescendre sur Terre. Une seconde, elle était dans ses délires et posait des questions à Dunstan comme s’il s’était s’agit d’un vieil ami ou d’un aiglon avec lequel sociabiliser, et la seconde d’après... bam, elle se rappelait où elle était, ce qu’elle faisait... et surtout, avec qui elle le faisait.
    Et son accès de bonne humeur se dissipa, comme des grains de sable dans le vent.
    Bienvenue dans le monde merveilleux de la Réalité, et n'oubliez pas d'attacher votre ceinture !

    “Enfin, ça ne doit pas t’intéresser.”

    Attention, jour à marquer d’une pierre blanche ! Pour la première fois de sa vie, Lou Angélique Sparrow faisait preuve de lucidité !

    “Tiens. Prends ce mouchoir, ça t’évitera d’éternuer toutes les cinq minutes” acheva-t-elle pour essayer de reprendre contenance, tendant au garçon un grand mouchoir à carreaux bleus et jaunes et ornés de petits canards (huhu) venant directement de sa poche. Héhé, qu’avait-on fait de la Lou présomptueuse qui, un quart d’heure auparavant, crachait son venin sur le Serpentard et instaurait une distance de sécurité entre eux?

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Mer 11 Avr - 18:43

    Et il gloussait, et il gloussait… et il était content de glousser ! Enfin, attention, Dunstan ne gloussait pas comme Victory ou Amanda pouvaient le faire, comme autant de petites clochettes joyeuses secouées autour d’un turgescent bâton de Fou (paye ta métaphore) Dunstan, le turgescent sus nommé, lorsqu’il gloussait imitait davantage le grognement d’un cochon asthmatique.
    C’est en s’affichant ainsi entre les rayonnages de la jadis tranquille bibliothèque qu’il faisait secouer les étagères à force de se marrer. Au bout de quelques minutes, lorsqu’il réalisa que rire à la blague de la clownette n’était pas une bonne idée, car trop flatteur pour elle, il voulut s’arrêter ! Mais encore, elle le fit rire. Homme qui rit ? Hum…

    Roh mais non mais, attendez ! Elle était si ingénue (mot compliqué de Cordy casé, et de trois !) c’était mortel ! La tronche qu’elle tirait, on aurait dit qu’elle se pissait littéralement dessus !
    « Lou ! Lou, Lou, Lou. Tu es si ingénue ! » Dunstan aimait à répéter ses pensées à haute voix… « Mais arrête donc de gueuler, je t’ai rien montré encore ! » *glousse grouinppf grouinpff glousse * « Garde tes cris pour le jour où tu pourras admirer la bête ! Mais c’est pas encore pour aujourd’hui ma vieille ! J’ai dit quand tu serai sage ! »
    *glousse grouinppf grouinpff glousse *

    Et le jeune homme si charmant se fit violence pour stopper ses spasmes de phacochères qui donnaient à l’Elégance en personne l’envie de rouler dans la boue. Ah mais qu’est-ce qu’il s’était bien marré ! De petites perles de bonheur humides étincelaient au coin de ses yeux bleus.
    « Aah, finalement tu as bien choisi ta tenue. Pour un clown, t’es très drôle Lou Angélique Sparrow. » Puis, il fit mine de reprendre un semblant de sérieux. Il l’enveloppa de son regard perçant, des pieds à la tête, s’attardant peut être un peu plus qu’il ne l’aurait voulu sur sa petite personne. Passons…

    Plumeaux à la main, nos deux jeunes gens que tout opposait devisaient à présent d’une bien intrigante manière. Chose à noter dans le calendrier, Dunstan écoutait la demoiselle. Il avait cessé de jouer les fées du logi et s’était posté face à Lou, sa silhouette appuyée contre l’étagère. Les bras croisés sur sa chemise de bouseux, il dardait sur elle son œil luisant de curiosité, hochait parfois la tête à certaines de ses paroles. Une façon comme une autre de tuer le temps en ne s’attelant pas à sa tâche, voilà tout…

    « Je sais que tu n’es pas une jument. Mes juments sont bien dressées. » précisa-t-il d’un ton placide. Quoi ?! C’était une banalité, une évidence ! Croyez-le ou non, il n’avait pas en tête de se montrer désagréable à cet instant précis. Se lancer avec lui dans une conversation sur les bébêtes c’était la meilleure façon d’avoir la paix. Dunstan adorait les animaux, vous ne le saviez pas ? L’avez-vous déjà vu s’occuper d’une pitite bestiole ? Méconnaissable ! M’enfin, ça n’était la sujet.
    Il écouta la demoiselle, donc. Celle-ci parlait vite. Trop. Mais il essayait de suivre. Brave pépère. Parce que le sujet l’intéressait, et que ça parlait de lui (on ne va pas le refaire !) Et quelle ne fut pas sa déception lorsque tout à coup, en si bon chemin, juste avant qu’il ne prenne la peine de répondre à la jeune aiglonne – cet honneur quoi – celle-ci perdit de sa fougue et retomba comme un soufflé raté, toute molle dans sa chemise à carreaux. Mais pourquoi ?! Dunstan ne comprit pas, bien entendu. Il continua de l’observer, un rien déçu, arquant un sourcil comme pour signier qu’il attendait la suite… mais rien. Les filles. Elles sont trop nazes.
    Et c’était quoi cette remarque ?!

    « Qu’est-ce que t’en sais ? T’es pas dans ma tête. Si ça m’intéressait pas, j’me serai barré. » Avant tout, Dunstan était un garçon franc, brute de pomme… primaire, pourrait-on dire. Il pensait à haute voix, il aimait la provoc’ et les vérités. Il maniait les deux plus ou moins bien, mais qu’importe, il en usait toujours. D’un élan, il se redressa, écartant ses deux pieds pour se camper bien droit, jambes parallèles bien en face d’elle. Le jeune homme la toisa, d’un air perplexe, prêt à dégainer – dégainer son éloquence, bien sûr. Puis, sans crier gare, elle lui tendit un morceau de tissu aux motifs… pittoresque.

    « C’est des canards ? » (Non, des olives !) Il releva la tête vers elle, tout surpris, en retournant le tissu entre ses mains. Ses yeux clignèrent plusieurs fois en direction de Lou. Que pouvait-il bien se passer dans la tête de cette fille. Elle lui hurlait dessus, lui faisait des cadeaux, lui hurlait dessus, faisait la maligne. AHA ! Mais bien sûr ! Où Dunstan avait-il donc la tête ! Un sourire de … canaille, bien sûr, éclaira aussitôt son visage… « Merci Miss Sparrow. Tu es bien bonne ! » Lui lança-t-il en brandissant le mouchoir sous son nez d’un geste triomphant, avant de le ranger dans sa poche arrière. Tandis qu’il attrapait le tissu de son pantalon, il passa sa langue sur ses lèvres, en se donnant une légère attitude prédatrice. *Elle est folle de moi, j’avais oubliée ! Pauvre enfant !*

    Maintenant, il fallait se remettre au travail, c’est bien ça ? Dunstan envoya valser son plumeau par dessus son épaule. L’ustensile au malheureux destin s’écrasa au sol, sans que personne ne s’en inquiète.
    Il était maintenant prêt à riposter. Lui n’avait pas fait grand cas du silence étrange dans lequel était retombé Lou. Faire preuve de tact était exclu de ses gênes. Il préférait mettre les pieds dans le plat, quelque part, il jugeait que c’était le meilleur remède à n’importe quel coup de moumou.

    « J’ai pas des chevaux petite bécasse. » lui dit-il après s’être approché d’elle, pour lui coller une pichenette sur le front. « J’ai des ABRAXAN. Tu sais ce que c’est la différence ?! J’vais te montrer… » Il enfonça à nouveau sa main dans sa poche arrière, en tira le mouchoir puis un parchemin assez froissé. Il replaça délicatement le mouchoir à sa place contre sa fesse droite, bien au chaud, et brandit sous l’œil de Lou la photo de Bucéphale, son petit poney, euh… son redoutable abraxan, pardon. Tout fait de muscles et de nerfs, monté sur ressort ! Une belle bête, à la robe noire et aux pointes de feu, sur les ailes et les sabots.
    « Voilà. Un abraxan jeune fille. Le clan des Skellig qui élève des Abraxans et des Sombrals, tu connais ?! Bah oui, tu connais. » Oui bien sûr, ceux dont on dit qu’ils copulent avec leur chevaux ?! Hum… chut ! « Et bah c’est pas parce que j’ai pas leur nom de famille que j’en suis pas un ! » Voilà qui venait du cœur. N’était-ce pas plus pour lui que pour elle, qu’il prononçait ces mots ?! « Donc, celui-là c’est le mien ! Un étalon ! Y a pas plus fort, y a pas plus rapide ! Il est coriace mais il m’obéit au doigt et à l’œil ! »
    Heureusement que Llewelyn – par exemple – ne passait pas dans le coin à ce moment –là, elle aurait trouvé le moyen de nier avec son venin de vipère (délicieux mais dangereux) chacune de ces paroles. Parce que d’une, Bucéphalounet ne serait pas à lui avant que Papy en ait décidé ainsi, de deux, il arrivait tout juste à monter dessus depuis cet été sans se faire éjecter –parce que l’animal avait autant sinon plus de caractère que lui – et de trois, il avait tout un tas de cicatrices encore bien fraîches pour démonter les certitudes dont il se vantait. Pas grave !

    Remarque, au sujet des cicatrices, Dunstan n’était pas embarrassé, c’était même tout l’inverse.
    « Ah tu n’as qu’une cicatrice au genou ?! Petite joueuse ! J’en ai tellement que j’ai même pas besoin de me faire des tatouages. Mais j’suis pas en sucre, hein ! Elever ces créatures, c’est pas un travail pour les lopettes ! Faut de la poigne et du cran ! » expliqua-t-il en serrant le poing pour donner plus de corps à ses paroles. Là-dessus, il ajouta un clin d’œil. Mais la suite du chemin de ses pensées le perdit dans une expression un peu moins assurée. Il tapota le sol, de la pointe de son pied droit, puis se gratta l’arrière de la tête. « Euh non, j’en connais pas des sorts… on nettoie pas les écuries avec la magie ! Faut suer pour mériter de vivre en osmose avec ses créatures tu comprends ? Mouais tu dois pas comprendre. Mais bref, moi c’est un travail d’homme que je fais, pas un job de pisseuses ! » Il fronça les sourcils comme s’il était offensé. Tout cela ne lui rappelait que trop bien que les autres sur les îles, ses oncles, ses cousins… ils usaient de magie pour ne pas se tuer inutilement à la tâche, mais ils lui avaient interdit d’en faire autant. Ses oncles plus par craintes d’une catastrophe, quant à Caine, il lui confisquait sa baguette sans sommation, pour le simple plaisir de le voir s’échiner sur les tâches plus pénibles. Ça forgeait le caractère, disait-il en prenant un malin plaisir à lui renverser dessus les tas de pailles sales et de fumiers tout juste amassé. Hum. Dunstan Princesse Sarah, tout une histoire…

    « Toi t’es une serdaigle et t’es une fille ! Des sorts chiants de ménage, tu dois en connaître, non ? »
    Dunstan recula sur ses paroles un rien sexistes, dites avec le plus grand naturel qui soit, mit le pied sur le manche de son plumeau, perdit l’équilibre et se cassa la figure sur son saut d’eau ! Les éclopés de la bibliothèque, scène deux !

_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 950


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Jeu 19 Avr - 23:42

    Lou sursauta lorsque Dunstan lui assura que si son babillage insouciant ne l’avait pas intéressé, il se “se serait barré”, et un léger sourire fleurit malgré elle sur son visage. Oooh ! Mais... Dunstan Calderon Roban Pryde n’était peut-être pas si grossier, insupportable, attardé, crétin et primitif que cela ? Peut-être cachait-il (très bien) un ou deux neurones sous ses épais cheveux châtains ? (Et peut-être même qu’un jour, les ornithorynques domineraient le monde, aussi ? *o*) Lou aurait adoré donner une pichenette sur son front, puis y coller son oreille pour vérifier l’acoustique de son crâne, mais elle ne put jamais mettre son plan à exécution ; après avoir attrapé son sublime mouchoir orné de canards, il lui colla une photo sous le nez, et Lou se figea sur place en poussant un “OOOOOOH” admiratif aussi discret qu’un troupeau de mammouths ayant décidé d’envahir un magasin de porcelaine.
    Un Abraxan !! Il était TROP mignon !!! Il n’en fallut pas plus pour que le malaise qui avait envahit la jeune fille quelques minutes auparavant, lorsqu’elle avait évoqué son père, ne se dissipe, remplacé par une vague de fébrilité. Exit le Flamby larmoyant qui faisait face à Dunstan une poignée de secondes plus tôt, place à une Lou qui avait repris du poil de la bête ! Huhu.

    “HAAAN !!! Mais je sais ce qu’est un Abraxan, espèce de patate ! J’en avais un en peluche, quand j’étais petite, même qu’il s’appelait Odin ! Mais je dois admettre que le tien est encore plus beau ! Tu remontes dans mon estime, Pryde, je te croyais plutôt du genre à faire de l’élevage de bébés trolls ! Et... Haaaan, mais tu t’y connais alors en créatures magiques, si t’es un Skellig ! Rappelle-moi de me mettre avec toi au prochain cours de soins aux créatures magiques, moi, je ne sais pas pourquoi, les animaux, ils essaient toujours de me manger le bras, je crois que ma tête ne leur revient pas, c’est trop nul et j’ai toujours des mauvaises notes. Il paraît que je suis trop brute avec eux, mais c’est trop pas vrai, franchement, t’as déjà vu plus douce et délicate que moi ?! Enfin bon, tu te mettras avec moi, hein ? Et tu m’aideras, comme ça, Mr Skellig ! Ca te fera servir à quelque chose !”

    Et, pour appuyer ses paroles (et parce qu’il était temps qu’elle reprenne son souffle, avant de devenir violette et d’agoniser dans une étagère), Lou adressa un grand sourire à Dunstan, lui-même parti dans un discours sur ses cicatrices de guerre.

    “De toute façon, les tatouages t’iraient pas” ajouta-t-elle à la fin de sa phrase. “Quoi que, je te vois bien avec un fruit de la passion sur les fe...”

    Mais Lou ne put jamais achever sa phrase (ce qui n’était probablement pas plus mal, huhu).
    ... KWA ? KWA KWA KWA ?? Il venait de dire quoi, là ??? Qu’en tant que Serdaigle et fille, elle devait connaître des sorts de ménage ? (la suite démontrera qu'il n'avait pas tort, mais c'est une autre histoire \o/) Lou le dévisagea, interdite, se demandant s’il pensait vraiment ce qu’il venait de dire et s'il réalisait qu'il venait de réveiller le dragon en elle. Et il semblait sincère, en plus ! Mais quel... macho ! Goujat !! Rustre !!! Et elle qui, l’espace d’une poignée de secondes, avait cru que cette retenue n’était pas tant affreuse, et que converser avec Dunstan n’était pas un exercice si compliqué que cela... mais non, ce garçon était décidément un boulet, un idiot, un TROLL ! C’était la désillusion ! Pire que le jour où elle avait découvert que la petite souris n’existait pas, et que c’était sa mère qui déposait des mornilles sous son oreiller ! (Non, Lou n’exagérait jamais, pourquoi ? \o/)
    (Et sa fureur n'avait aucun rapport avec le fait qu'il l'assimile, elle, Lou Sparrow, à une simple fille bleue&bronze chiante comme tant d'autres ! Pas du tout !!)
    Furibonde, ses yeux verts lançant des attaques éclair à distance, Lou observa Dunstan reculer et se ramasser magistralement en trébuchant sur un plumeau. Bien fait ! songea-t-elle férocement. Merlin t’a puni pour ta bêtise!

    “Espèce de gniouf !” siffla-t-elle en se penchant au-dessus de lui. “T’en as d’autre, des remarques du même genre ? Et puis d’abord, qui te dis que je suis une fille ? T’as été vérifié, peut-être ?”

    Lou et les remarques utiles dans toute leur splendeur ! \o/

    “Relève-toi, maintenant, espèce de lopette !” ajouta-t-elle en lui cramponnant le bras de toute sa force de clownette, enfonçant joyeusement ses ongles de filles dans sa peau, avant de le tirer vers elle pour qu’il se remette debout *la joueuse avait (encore) écrit “deux bouts”, sauvez-la* “Sinon, Miss O’Brian va finir par nous retirer des points !” ajouta-t-elle, justifiant ainsi son geste, et relâchant immédiatement Dunstan une fois qu’il fut de nouveau en position verticale. Puis, réalisant leur soudaine proximité suite à ce geste, elle fit un bond de trois mètres en arrière... et renversa un sceau rempli d’eau dans sa manoeuvre.
    Youpi.

    “C’est de ta faute !” lança-t-elle en observant une flaque d’eau mousseuse se répandre peu à peu à ses pieds, trempant ses baskets à carreaux jaunes et rouges assortis à sa chemise. “T’as toujours mon mouchoir ? Il faudrait qu’on essuie tout ç... HAN !!!”

    Eclair de génie.

    “Han mais oui, il y a une formule qui permet de toute nettoyer en un clin d’oeil ! Pour n’y ai-je pas pensé plus tôt ! C’est toi qui brouilles les ondes de mon cerveau, avec ta présence ! Bwah, mais je ne sais plus quelle est le formule... réc... révurcuite... récurtonnez... haaaa, je sais pluuus !!! Mais c’est dans un des bouquins de sortilège de la bibliothèque ! J’crois qu’il est près de toi, ça s’appelle “Sorts & Enchantements : devenez une fée du ménage” ! Je l’avais lu un jour pour m’occuper parce que j’étais enrhumée et j’avais pas le droit de sortir !” C’est passionnant, Lou. Et si tu allais droit au but, maintenant ? “Je le vois, il a une couverture rose et il est juste derrière toi ! Tu peux regarder dedans, s’il te plaît, et me dire quelle est la formule ? Alleeez, on se bouge les miiiches, Mr Skellig l’ami des bêtes !”

    Passer du coq à l’hippogriffe était un art que maîtrisait plutôt bien Lou Angélique Sparrow. Une seconde, elle traitait Dunstan comme s’il s’était s’agit de strangulot pourri, vexée par sa remarque, et la seconde d’après, elle le regardait avec des yeux brillants en sautillant sur place. Bizarre bizarre, vous avez dit bizarre ? ... Elle-même ne comprenait pas trop ce qui la poussait à s’emporter aussi vite sur ce crétin aux yeux bleus pour d'obscures raisons, tout en désirant confusément lui parler, le comprendre, voir ce qui se cachait dans sa caboche, établir un contact avec lui, fusse par l'intermédiaire d'un bouquin de ménage et d'un surnom plus ou moins amical. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, alors elle se laissait guider par ses sentiments, et elle trépignait sur place en braquant sur lui des yeux étincelants, sa fureur déjà reléguée au second plan.
    Mais pour combien de temps ?

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Mar 1 Mai - 18:39

    Mais quoi encore ?! Qu’est-ce qu’il avait dit de mal ? Pourquoi elle adoptait cet air courroucé, qui ne lui allait pas si mal mais passons… Vraiment ce genre de nana : des plaies sur pattes ! Deux secondes avant, elle était toute frétillante ! A deux doigts de ses pieds d’avouer qu’elle était folle de lui ! Et maintenant là voilà plus indignée que s’il avait tenté de la coincer entre deux étagères et de la confondre avec un chiffon à poussière (pour la frotter contre les grimoires bien sûr – le ménage pouvaient devenir ludique ! voire lubrique…) (quel romantisme) ! Mais non, qu’elle se rassure ! Dunstan s’occupait déjà d’Hortensia, comme mission humanitaire. Ça suffisait pour le moment… Et voilà que, par dessus le marché, il se vautrait sur son saut… L’eau froide lui mouilla le derrière et lui arracha un cri de belette très viril.
    C’était froiiiid ah glagla, il aurait du mettre un slip plus épais ! Il n’avait même pas de quoi amortir la chute en plus, ah tout le monde ne pouvait pas avoir le fessier de Llewelyn ! Dunstan se promit de répéter à sa cousine cette heureuse comparaison, tant elle était spirituelle et bien trouvée.

    Pryde se mit donc à bougonner, à maugréer avec un air de petit garçon boudeur. Quand Lou s’approcha pour l’aider, et le traiter de Lopette, il voulut la repousser. « Je peux me débrouiller tout seul ! Mais ! » Trop tard, elle était déjà au contact et en une fraction de seconde, le sixième année fut sur pied ! Il avait fallu peu de force à Lou pour donner à Dunstan l’impulsion nécessaire. Oowh, lui donnerait-elle des ailes ?! Non mais oh, ça va pas ?! La situation était limpide : Lou était folle de lui, elle n’avait pas pu s’empêcher de se jeter sur sa personne tandis qu’il était à terre ! Pour profiter de son corps sans doute ! Mais comme il était hors de question que Dunstan se laisse manipuler de la sorte par une femelle, notre jeune homme s’était aussitôt relevé pour éviter toute entourloupe ! C’est d’une logique implacable ! Fort de cette hypothèse, Dunstan se racla la gorge le temps de reprendre contenance, puis passa sa main mouillée dans ses cheveux, pour se donner une allure assurée.

    « Oui bah j’aurai pu me débrouiller. » expliqua-t-il avec suffisance. Il aurait aussi pu dire merci… mais Dunstan avait opté pour une alternative qu’il jugeait plus masculine. « Attention où tu m… » Trop tard !

    Ah la gourde ! Elle avait mit les pieds dans le saut ! (C’est toujours mieux que ses fesses hein ! Ah bah oui tiens, il avait l’air malin lui maintenant avec son postérieur trempé…) L’eau d’ailleurs forma une belle flaque autour d’eux !
    « Mais que t’es gourde ! T’as mis le pied dans le saut. » Et bien oui, vous vous souvenez qu’il pense souvent à haute voix, ce charmant bonhomme. Il se mit à fixer les baskets de la serdaigle. Oh elles étaient comme sa chemise… il bugga un instant dessus, oubliant de continuer à l’insulter, jusqu’à ce qu’une petite voix dans sa tête, qui ne parlait pas bien souvent, ne le ramène à la raison. Il cligna des yeux, et haussa son regard à la hauteur du visage de Miss Sparrow. « Non, je salope pas à mon mouchoir à cause de toi, c’est le mien maintenant… » Il n’avait pas réalisé que le malheureux carré de tissu se trouvait dans sa poche arrière, et qu’il était aussi trempé que son pantalon et son slip. Puis, il dut se concentrer pour suivre ce que Lou se mit à débiter à toute allure. Ouh la la… trop de mots d’un coup. Respire ma vieille ! Mais il saisit l’important… et regarda derrière lui. Oh oui, une couverture rose plus en hauteur. Ou… elle avait dit rose ou mauve ? Il y en avait plusieurs. C’était vraiment l’étagère des pisseuses ça !
    Dunstan se retourna vers Lou et lui lança, un peu ennuyé : « Mais tu parles trop ! Fais le toi-même au lieu de parler ! Quoi ? C’est trop haut ? Pfff, viens par là. » Et sans attendre de réponse, il lui attrapa le poignet, l’attira contre lui, plia les genoux pour encercler ses bras juste sous ses fesses et l’élever dans les airs. Il ne lui fallut pas plus de deux secondes pour l’amener à la hauteur de l’étagère en question. « Hey tu pèses ton poids en patacitrouilles toi ! On dirait pas tellement t’es minus ! » Dunstan, l’art de parler aux femmes, toujours. Ce n’était pas vrai, elle était légère comme une plume. Mais ça le faisait rire de dire le contraire… « Allez attrape ton bouquin pour les fée-patapute, lis ta formule et on termine… après si t’es sage, je t’emmène voir les hippogriffes de l’enclos ! Allez grouille pendant ce temps je vérifie que O’Brian se tienne tranquille. » Gentleman ! Non ? Bah quoi, elle était chiante mais elle n’était pas si insupportable que cela au final… elle l’avait appelé Monsieur Skellig, et avait grimpé dans son estime d’un coup !! Oh oui, combien de temps cela durerait-il c'était une bien bonne question !

    Bref… pauvre Miss O’Brian ! Elle n’allait pas être déçue de ses élèves si elle regardait dans leur direction, là tout de suite ! Lou, perchée dans les bras de Dunstan, à leur pied au grande flaque de mousse grisâtre et de la poussière toujours bien à son aise sur les étagères ! Dunstan glissa son regard sur le côté et zyeuta vers la table où la directrice des Serpentard s’était installée pour travailler.

    « Oh bah elle s’est barrée !!! » Dunstan bougea la tête, se cognant au niveau du corsage de Lou. Bien sûr il ne s’excusa pas et regarda de l’autre côté, sans hésiter à bouger la jeune fille pour avoir une meilleure vue (pas pour autant qu’il la reposa, bien entendu !).
    « Ah non ! Elle est debout plus loin, y a l’adjudant casse-couille qui l’a entrainée dans un coin sombre… La voie est libre !!!! »
    Libre pour quoi au juste ? Bah oh, ce n’était pas à Dunstan de faire tout le boulot hein ! Héhéhé !

    En attendant, le directeur des Poufsouffle – puisqu’il s’agissait de lui – s’entretenait juste un instant avec sa collègue, lui montrant un ouvrage, de la façon la plus convenable qui soit, en se tenant à une distance tout à fait règlementaire ! Bien entendu !!





_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 950


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 5 Mai - 15:53

    Lou attendait patiemment que Dunstan obéisse à ses ordres en trépignant sur place, ses grands yeux verts braqués sur lui. Mais qu’est-ce que ce garçon était leeeent !! Il avait du flamby à la place du cerveau ou quoi ?? Où était planqué le bouton “accéléré” ? Il avait beau dos en affirmant qu’elle était gourde ; lui n’était pas mieux ! Lou ouvrit la bouche, prête à le mitrailler de “grouille-toi grouille-toi grouille-toi grouille-toi” véhéments, mais il l’interrompit dans son début d’injonction en lui saisissant le poignet. La jeune fille sursauta et se raidit, posant un regard déboussolé sur ces doigts étrangers qui enlaçaient son pauvre poignet, et faillit pousser un hurlement de belette lorsque son camarade l’attira vers lui et, après quelques contorsions, la souleva de terre pour qu’elle puisse récupérer le livre qu’elle lui avait ordonné de chercher. Paniquée (sooool, où es-tu mon amiiii ?), offusquée (mamaaaaan il me touche les feeeesses !!!) et rougissante, elle se mit à remuer comme un ver de terre pris au piège au bout d’une canne à pêche et faillit abattre ses petits poings sur le crâne de Dunstan pour qu’il la relâche, mais son accès de terreur fut rapidement évincé... par un nouvel accès de fureur !

    Quewaaa ? Elle pesait son poids en patacitrouilles ??? “Espèce de grossier personnage ! Ce n’est pas parce que tu as du flan à la place des muscles que tu es obligé de critiquer mon poids ! Et on ne critique jamais le poids d’une fille ! Sauf si tu as des tendances masochistes, et dans ce cas, je... oh ! C’est vrai, c’est vrai, tu vas m’emmener voir les hippogriffes de l’enclos ???”

    Lou arrêta de frétiller comme une sardine entre les bras de Dunstan, les yeux étincelants, et ébaucha un début de sourire un peu hésitant. La proposition du Serpentard la ravissait ; elle était une amie des bêtes, après tout, elle aussi ! Elle avait deux poissons rouges, un Leandre, un Helios et une Amaranth, il ne fallait pas l’oublier !
    Et puis cette scène -elle dans les bras d’un garçon et la promesse d’aller voir des créatures magiques- lui donnait subitement l’impression d’être... une héroïne de conte de fées ! Owi ! Comme dans les contes, avec le Prince charmant qui portait délicatement la jeune et jolie héroïne dans ses bras et qui...

    “HÉ, KESTUFAIS CRÉTINUUUS?”

    Pourquoi la bougeait-il comme ça, tout à coup, dans tous les sens, avec autant de délicatesse qu’un jeune mammouth ? Il la prenait pour un sac de patates ou quoi ?
    Pfff, Dunstan Pryde faisait vraiment un Prince Charmant en mousse. Et d’ailleurs, pourquoi l’avait-elle comparée au Prince Charmant ?? Elle lisait trop de romans à l’eau de rose, cela lui abîmait les neurones. Bientôt, elle embrasserait les crapauds d’Amaranth pour voir si l’un d’eux allait se métamorphoser en jeune homme physiquement intelligent !! u_u

    “Arrête de bouger, idiot !! Si je glisse, que je m’ouvre le crâne et que je meurs, je n’hésiterais pas à témoigner en ta défaveur lors du procès !” Il n’y avait pas à dire, les menaces de Lou Sparrow avaient de quoi faire frémir ! “Et ne parle pas du professeur Monroe comme ça, c’est un homme très respectable, lui !!” Fangirl spotted Là ! “Bon, je peux récupérer le livre, maintenant ?” Et Lou se mit à parcourir du regard le rayonnage qui se déployait sous son nez. Elle ne tarda pas à repérer la couverture rose dont elle avait parlé à Dunstan, et elle attrapa le livre, avant de l’ouvrir et de le parcourir rapidement, toujours haut perchée dans les bras de son camarade. “Alors alors... mmmh... tergeo... reparo... nooon... hm... VOILÀ ! C’est celle-la, regarde, regarde !” Et Lou colla le livre à deux millimètres du nez de Dunstan, fière de sa trouvaille. “Recurvite ! Pose-moi par terre, maintenant, je vais te montrer quelle pro du ménage je suis !” Et elle se mit à se trémousser de plus belle en battant des jambes dans le vide, pour échapper à l’étreinte du jeune homme, regrettant légèrement la proximité d’un corps qui sentait le mâle contre le sien. ... ... ... KWA ? Qu’avait-elle pensé ??? Elle ne regrettait rien du tout !!!! (nooon rien de rien, nooon je ne regrette rrrrieeeeen !) “Hum hum hum, hum hum hum, hum hum hum. Bon. Je vais essayer dans ce coin là de la bibliothèque, regarde, tais-toi et applaudis. Recurvite !

    Spoiler:
     

    Allez savoir à quoi pensait Lou, mais elle visa assez mal, son sort fusa de plein fouet sur un sceau... et BOING !! “HAAAA MES YEUUUUX HAAAAA JE NE VOIS PLUS RIEN HAAAA JE SUIS AVEUGLE HAAAA DUNSTAN DUNSTAN DUNSTAN FAIS QUELQUE CHOSE !!!”
    Le sort avait rebondi sur sa figure, et Lou se mit à sautiller comme une puce en essayant d’attraper Dunstan, remuant les bras dans tous les sens. BAM ! Un coup dans une étagère. BAM ! Un coup dans un livre. BAM ! Un coup sur le visage de Dunstan... “Dunstan, c’est toi ? Je t’ai pas abîmé la figure j’espère ?? Ce serait dommage d’abîmer le seul truc bien chez toi !! Désoléééée, je vois plus rieeeen, j’ai un goût de savon dans la bouche, je sens le détergent, Dunstaaaan aide-moiiii !!!”
    Pitié, Dunstan, aide-la.

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya


Dernière édition par Lou A. Sparrow le Sam 5 Mai - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 5 Mai - 15:53

Le membre 'Lou A. Sparrow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 12 Mai - 17:48

    « Des tendances quoi ? Hey oh reste polie Lou Angélique Sparrow ! » s’exclama-t-il. Elle se foutait encore en boule pour rien celle-là ! Incroyable ! Qu’avait-il dit de mal encore ? Qu’elle pesait son poids en patacitrouille ?! Ooooh c’est bon c’était pour rire. Le genre féminin n’a pas d’humour !
    Des tendances ma-zoo-chistes… c’était quoi encore cette insulte ? Un truc moldu sûrement ! Hey oh, fallait pas l’insulter en moldu non plus !!! C’était pas fair play ! Pfff !
    Qu’elle continue à ce rythme, et il allait lui demander si elle n’avait pas ses règles…

    Bref, ils gigotèrent joyeusement durant quelques minutes, Lou juchée sur l’épaule de Dunstan tel le sac de pomme de terre moyen. La tête sagement appuyée contre la hanche de sa camarade (sympa l’oreiller ! Dire qu’il ne songeait même pas à glisser vers ses fesses, rendez-moi mon persooo !) le vert & argent surveillait les mouvements de sa Directrice de Maison, s’assurant qu’elle se tenait à sa place, à carreaux et ne projetait pas de venir les enquiquiner (normalement ce n’est pas l’inverse Dun ? Bah non ! T’en as des drôles d’idées toi la joueuse !). Pendant ce temps là, l’éminente préfète des Serdaigle attrapait l’ouvrage à la couverture rose : clé de leur quête !
    Au final, Dunstan ne se trouvait pas en si mauvaise posture. Bon si la Reine Préfète des Brises-Cognards se tortillait moins, ça ne serait pas du luxe… mais l’on ne pouvait pas tout avoir ! D’ailleurs le Serpentard dut faire quelque pas sur les côtés pour ne pas se retrouver déséquilibré par le manège de Lou ! Heureusement il avait de l’expérience dans le transport de trucs instables : Merci Papy Dwayne et ses journées à lui faire charrier des citrouilles empilées depuis les champs de culture jusqu’au garde-manger de la forteresse !!! Dunstan resserrait sa prise sur la jeune fille de temps à autre, la faisant sauter légèrement dans ses bras pour s’assurer qu’elle resterait bien en place sur son avantageux perchoir. Force était d’admettre que l’entreprise n’était pas si désagréable que cela. Elle aurait pu continuer à parcourir son ouvrage dans ses bras, Dunstan ne s’en serait pas formalisé le moins du monde. Il ne donnait pas l’air d’être aux anges, évidemment. Mais au fond il s’amusait. Et elle qui jactait avec entrain, au-dessus de lui, sur la respectabilité d’autres mâles. Il se mit à l’imiter en train de parler, esquissant de puériles grimaces.

    « Blablabla. Mouais Mouais. » Intéressant Dunstan. « Récupère-le ton livre au lieu de causer de ce que tu connais pas ! Viens squatter la salle commune des poufsouffle, tu verras comme c’est chiant et casse-cognards le respect ! » Jaloux ?! Non trop pas. N’importe quoi. « Enfin moi je m’en moque, j’suis pas une lopette ! Tout ce qu’il fait j’le fais. Quand tu veux ! » Tais-toi Dunstan… Reprends ta surveillance et boucle-la pendant que Lou réfléchit.
    Le jeune Pryde eut l’intelligence d’écouter sa conscience sage et avisée (hinhinhin) et il se remit à observer que la voie restait libre.

    Victoire pour nos deux aventuriers de la bibliothèque : O’Brian leur foutrait la paix puisqu’elle était partie roucouler avec le respectablement coincé qui lui servait de mec (Dunstan saute vite de conclusion en conclusion, il ne faut pas lui en vouloir) Quant à Lou, elle avait regagné la terre ferme, son grimoire de Fée dans les mains. Il s’écarta d’elle. D’un geste exquis et distingué (comprendre : tout l’inverse) il remit sa chemise de bouseux des cavernes dans son pantalon, puis se gratta l’arrière de la tête. Il recula encore d’un pas en arrière tandis que Lou, fière de sa trouvaille, prenait les choses en mains magicalement parlant. Non pas qu’il n’ait pas confiance… Dunstan prenait de la distance pour mieux apprécier le spectacle, avoir une meilleure vue… voilà tout ! Un petit rictus malin se faufila sur ses lèvres alors qu’il se taisait comme demandé, et regardait la pro à l’œuvre. Il croisa ses bras sur son torse, et attendit….
    Et là, c’est le drame ! Le sort rebondit dans la direction de Lou, en une fraction de seconde ! Dunstan avait juste eu le temps d’esquisser un pas vers elle et de tendre le bras pour l’attraper et l’enlever de cette redoutable trajectoire. Trop tard ! Elle était frappée par son propre sort et hurlait !
    Alors pour la discrétion c’était grave loupé… mais Dunstan n’y pensait absolument plus. Il s’était précipité vers elle, et … tout en essayant de l’attraper par les bras pour la faire tenir en place, le garçon éclata de rire.

    « Ah ouais en effet t’es trop douée, une vraie pro du ménage ! Nom d’un kraken poilu ! Quelle-Aaah ! C’était mon nez ! » Et bien oui, depuis deux minutes elle s’égosillait pour lui faire comprendre qu’elle ne voyait plus rien, il y avait là de quoi paniquer comme elle le faisait ! Mais Dunstan voyant qu’elle continuait à babiller et tenait sur ses jambes s’était dit qu’elle n’était pas non plus à l’article de la mort : donc se foutre d’elle était passé en priorité devant le fait de l'aider. Il en fut bien puni d’un coup sur le museau ! « Même pas mal. » marmonna-t-il d’une voix nasillarde.
    Le jeune homme secoua la tête pour faire fuir la douleur, étrangement il ne perdait pas son sourire de petit garnement. Un rapport avec le fait qu’elle venait de lui faire un drôle de compliment ? My my my, son sourire s’accentuait ! En réalité Dunstan n’avait pas percuté le compliment, il s’était rangé dans les informations à traiter ultérieurement, dans un coin de son cerveau. De toute façon cette fille était folle de lui, il le répétait depuis le début ! Normal, en même temps… hey hey. Matez un peu le héros à l’œuvre :
    Pryde saisit à nouveau ses mains, d’un geste habile et délicat – vous en doutiez ?
    « On se calme ! Je vais t’aider. » Il est gentil quand même hein…. « Tu vas m’en devoir une belle Chérie ! Héhéhé ! Arrête de gigoter, là, stop, bouge plus. Laisse-toi faire ! Hey Lou, celle-là je suis sûr que tu la connais pas … » C’est le moment de lancer des blagues. « Qu’est-ce qui a 32 dents et qui cache un monstre ?! »
    *zip !*
    Dunstan attrapa sa baguette magique, bien entendu.
    « J’te laisse méditer ! » Il s’écarta juste un chouia, sans lui lâcher la main. Mais il leva sa baguette dans sa direction. C’était un sort qui avait foiré, donc : il fallait annuler le sort. Grande conclusion ô combien réfléchie et intelligente ! Dunstan savait faire ça. Hey oh, faut pas le prendre pour la moitié d’une patate !

    « Finite Incantatem ! »

    Citation :
    1/2) Rien, passé au plan B de l’attaque trempette. Nya
    3/4) Presque, plus de savon pour piquer les yeux de Lou, par contre elle est trempée de la tête aux pieds !
    5) Nickel, ça marche. Lou voit à nouveau… le divin visage de son sauveur ! Mwaaha
    6) Oh oui, ça marche Lou n’est plus attaquée par le Recurvite : le sort par de Lou pour se coller sur Dunstan… bah, ça lui fera son décrassage du mois !

    Bon. Rien.
    Ca c'est fait.
    Plan B !
    Quand on est un Dunstan Pryde, on réfléchit vite. Pas vite et bien. Mais vite. Rester à ne rien faire, les bras ballants devant un échec : très peu pour lui. Alors Dunstan grogna un bon coup, rangea sa baguette dans sa poche.
    *Zip*
    Puis il se baissa, attrapa le dernier saut d'eau encore intact et plein qui restait à leur portée, et enfin, il le renversa sur la tête de Lou. A plus de bubulle de savooooon !


_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 


Dernière édition par Dunstan C. Pryde le Sam 12 Mai - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 12 Mai - 17:48

Le membre 'Dunstan C. Pryde' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 846


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 19 Mai - 11:33

    Ellia était assise à une table, un peu plus loin de ses élèves, et à vrai dire, elle ne faisait pas vraiment son boulot. Totalement prise par ses copies, et la préparation de son prochain cours, il fallait dire qu’elle ne faisait pas du tout attention à se qui se passait à côté. Elle aurait du, franchement, si quelqu’un avait assisté à la scène, il aurait pu la traiter d’incompétente. Les cris de ses élèves ne l’alarmèrent même pas. Elle s’était contenter de lancer distraitement un « faites un peu moins de bruit s’il vous plait ! » à un moment donné, mais sans vraiment relever la tête de son travail.
    Après quelques minutes, Ellia n’était même plus en train de travailler. Elle regardait distraitement la pile de parchemins devant elle, complètement perdue dans ses pensées. Elle était carrément dans un autre monde. Elle pensait à pleins de choses. Pleins de choses, comme le soir de la rentrée, la conversation qu’elle avait essayé d’avoir avec Elrik. La nuit qu’elle avait passée sur le canapé. Pleins de questions se bousculaient dans sa tête, l’empêchant de revenir mettre les pieds sur terre, dans la bibliothèque.

    Elle était perturbée. Elle se souvenait qu’Elrik était plutôt discret et tout, mais là, il fallait dire que l’ancienne Serpentard se posait des questions. Elle le trouvait distant. C’est sur, il ne pouvait pas lui sauter dans les bras dès le premier jour, cela faisait 20 ans qu’ils ne s’étaient pas vu. Mais quand même, elle aurait espéré un peu plus. Le manque de confiance en elle lui faisait penser qu’elle avait pu faire quelque chose de mal, ce qui entrainait ce comportement si mystérieux chez l’homme.

    Tiens, en parlant d’Elrik. Ellia leva la tête un instant, croyant entendre des bruits suspects du côté de ses deux élèves. Mais qu’est ce que Elrik faisait devant elle ? Revenant brusquement à la réalité, Ellia se leva d’un bon. « Oh euh… Salut Elrik ! Qu’est ce qui t’amène ? » Magnifique. Elle perdait tous ses moyens. Toujours debout, elle essaya tant bien que mal de lisser les plis de sa robe de sorcière avec ses mains. En vain, cela ne changeait rien, et trahissait juste sa nervosité. Nervosité d’avoir été prise en flagrant délit de rêverie, et du coup, elle avait carrément du mal à se replacer dans le contexte, à savoir, la bibliothèque, où elle était censée surveiller deux élèves en retenue. Non pas rêver. « Tout va bien ? » Elrik avait son éternel air impassible qu’Ellia l’avait vu porter pendant ces trois derniers jours. Sans un mot, il lui tendit un bout de parchemin.

    Ellia attrapa le parchemin et jeta un coup d’œil. Cela ressemblait à s’y méprendre à une répartition des tâches. Il y avait des noms de différents professeurs, assignés à des jours de la semaine pour la cuisine, la bibliothèque et l’infirmerie. Ellia hocha la tête, et entraina Elrik un peu plus loin. Elle n’avait pas envie d’avoir ce genre de conversation trop près de leurs élèves. Elle leva les yeux vers lui. « C’est la répartition des tâches pour les professeurs ? » Demande la directrice des Serpentard à son ami qui n’avait pas encore ouvert la bouche. Il hocha la tête et lui répondit « J’ai fais le tour des collègues pour savoir qui voulait faire quoi, et tu es la dernière. Tu as la cuisine le mercredi et la bibliothèque le mardi. » Ellia le regarda, quelque peu étonnée. Enfin ça ne la dérangeait pas, elle était simplement surprise. « Euh, oui, oui, d’accord ça me va ! » Répondit-elle, pas vraiment sure qu’elle puisse dire autre chose dans ce genre de situation. « Bien. Eh bien, à plus tard. » Ajouta Elrik avant de tourner les talons et de sortir de la bibliothèque, plantant Ellia au milieu des bouquins, le bout de parchemin dans la main.

    Ellia resta interdite quelques secondes, puis se secoua. Elle avait d’autres choses à faire, le drôle de comportement de Mister Monroe devrait attendre un peu. Il fallait retourner voir ses élèves. Elle glissa donc le parchemin dans l’une de ses poches et retourna vers Lou et Dunstan.

    « Merlin ! » s’écria la jeune femme en voyant l’état dans lequel se trouvaient les deux élèves. « Mais qu’est ce qui s’est passé ici ? Vous étiez censé nettoyer, pas empirer les choses !! » Reprocha la jeune femme en regarda une Lou trempée, un Dunstan pas dans un meilleur état, et un sol plein d’eau et de savon. « Sparrow, vous me décevez, j’attendais tellement mieux de vous ! Pryde, vous êtes intenable ! Nettoyez moi ça tous les deux, et plus vite que ça. Je vous regarde ! » Oh non, elle n’allait pas prendre le risque de s’éloigner à nouveau. Oublié Elrik, oubliées les tâches ménagères. Seuls ses élèves comptaient à présent. « Allez, dépêchez vous ! Par Morgane, mais qu’est ce que vous avez fait ?! » Ellia soupira. « Vous me voyez dans l’obligation de vous enlever 10 points chacun… Je vous avais pourtant prévenu jeunes gens ! » Elle croisa les bras et s’appuya sur une étagère, histoire de surveiller la Serdaigle et le Serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lou A. Sparrow
Wisdom is Our Strengthp
Wisdom is Our Strengthp


Messages : 950


Feuille de personnage
Gallions: 649
Points de Magie: 239

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Mar 22 Mai - 23:49

    Ses yeux piquaient, brûlaient, pleuraient, déversant des flots de larmes bouillantes sur son visage, et malgré sa douleur, Lou ne put s’empêcher de prier pour que Dunstan ne remarque pas ces stupides perles translucides qui roulaient sur ses joues. Par chance, le Serpentard semblait plus occupé à se moquer d’elle qu’à faire attention aux larmes qui baignaient son visage tordu de douleur, et Lou ressentit une pointe de reconnaissance au milieu de sa peine ; merci, merci Dame Nature d’avoir doté ce garçon d’un sens de l’observation et de l'apitoiement aussi médiocres ! Plutôt se pendre avec la cravate du jeune homme plutôt que de se faire prendre en pitié !! Elle eut même un début de rire -au milieu de ses glapissements de douleur- en l’entendant se plaindre d’avoir reçu un coup dans le nez, faisant ainsi sortir de sa gorge un cri étrange et à moitié étranglé, proche du cri du dindon enragé (“bwaahahahkrrrrrhinhinerkhuhuhu”). Mais cet étrange gargouillement à mi-chemin entre la plainte de désespoir et le rire nerveux s’interrompit sitôt que Dunstan se remit à lui parler, lui écrasant les mains entre les siennes. Plaît-il, quelles sornettes lui débitait-il ? Lui en devoir une belle ? Chérie ? Qu’est-ce qui a 32 dents et qui cache un monstre ? 

    “J’suis sûre que c’est encore une de tes blagues nulles et incompréhensibles ! Et ne m’appelle pas Chérie, moi, c’est Lou !” Lou se cramponna comme une forcenée à ses doigts, manquant de lui broyer les mains. “Et la seule chose au monde qui ait des dents, c’est une bouche, non ? Mais une langue n’est pas un monstre... sauf la tienne, peut-être ! Elle a dû visiter tellement de cavités buccales différentes qu’elle est pleine de méchants microbes !” Non, Lou, tu n’y es pas vraiment... mais c’est probablement préférable ainsi, huhu.
    Puis Lou vit Dunstan sortir sa baguette, à travers le flou artistique qui se déployait sur ses rétines douloureuses. Elle cessa immédiatement de remuer dans tous les sens, soudainement pleine d’espoir, et pressa sa main de plus belle. “Mes yeux, tu vas sauver mes yeux ?” demanda-t-elle le plus sincèrement du monde. “Dis-moi que tu vas les sauver ! J’ai encore plein de choses à voir, tu sais. Les hippogriffes de l’enclos, d’abord. Et je veux voir ma petite soeur grandir. Et voir la tête de Leandre le jour où une fille lui mettra un râteau. Et voir si dans quelques années, Alan aura plein de poil sur la figure et sur le torse comme un vrai homme. Et voir si ça existe, les gâteaux bleus. Et voir si...” Tout à sa solennelle psalmodie, Lou n’avait pas entendu l’échec du sortilège de Dunstan, et le sceau d’eau qu’il lui jeta au visage en guise de plan B (moi, j’ai pas de plan B, mais j’ai un bon plan Q *quelle est cette voix ? Thomas, est-ce toi ? @_@*) la prit de court.

    Elle resta immobile un long moment, sonnée, glacée, l’eau ruisselant sur son visage et collant ses longues mèches brunes à ses tempes. Puis elle ouvrit la bouche pour hurler, mais la referma aussitôt... et rouvrit les paupières, tremblante d’espoir.
    La première chose qu’elle vit furent les yeux bleus de Dunstan, puis son nez, sa bouche, ses cheveux en bataille, d’une netteté à toute épreuve. Sa vision, elle avait récupéré sa vision, et la douleur s’était estompée ! Elle battit plusieurs fois des paupières, incrédule, puis baissa les yeux sur sa main -que le Serpentard avait dû lâcher pour récupérer le sceau d’eau- et la passa dans ses cheveux. Ils étaient mouillés et emmêlés. Et ils sentaient l’abricot (son shampoing) et le chien mouillé.
    Une mèche retomba mollement sur le bout de son nez, et alors, seulement, Lou comprit ce qu’il s’était passé. Elle releva brusquement le visage vers Dunstan, les yeux brûlants...

    Et sauta à son cou.

    “Merci, merci, merciiii !!” Elle se pressa brièvement contre lui, l’arrosant copieusement (et involontairement) au passage, avant de s’éloigner de lui, le teint rosissant, gardant les bras fermement enroulés au-dessous de ses épaules (elle était trop petite pour s’accrocher à son cou comme elle le faisait si bien avec Alan @.@) “Espèce de CRÉTIN CONGÉNITAL !” ajouta-t-elle avec virulence en le secouant avec toute sa force de crevette. “T’ÉTAIS OBLIGÉ DE M’ARROSER COMME ÇA, CERVELLE D’OISEAU-MOUCHE ? J’AI L’AIR D’UNE ÉPONGE ? A CAUSE DE TA BÊTISE, JE RISQUE D’ATTRAPER UN RHUME, ET J’AIME PAS LA PIMENTIME ! SI ON ME FORCE A EN PRENDRE, T’EN PRENDRAS AUSSI, SINON, COMPTE SUR MOI POUR TE CASSER LE BRAS !!!” Puis elle cessa de s’escrimer pour le secouer et se pressa de nouveau contre lui, lui envoyant une flopée de mèches mouillés dans la figure. “Mais merci, j’ai bien cru que j’allais...”

    “Merlin !” *message de la joueuse : Ellia, la couleur que tu utilises est juste trop longue à taper, tu as bien du courage xD*

    Le cri la fit brusquement sursauter et elle fit un bond loin de Dunstan, une bouffée de panique lui grimpant au visage. Que... Miss O’Brian ? Oh bordel de troll mou, comme le disait si élégamment Amaranth ! Lou plaqua une main sur sa bouche, consciente de leur situation plus que désastreuse, affreusement gênée, rougissante, rêvant de se transformer subitement en grain de poussière pour finir sa vie sur une étagère de la bibliothèque... et ressentant malgré elle une pointe d’irritation. Kwa kwa kwa ? La directrice des Serpentard allait rester jusqu’à la fin de la retenue ? (oui, oui, même les points en moins étaient passés au-dessus de sa petite tête mouillée lorsqu’elle avait entendu cela !)
    Lou ne put s’empêcher d’être profondément... dérangée par cette soudaine intrusion au milieu de son tête-à-tête improvisé avec Dunstan ; discuter avec le jeune homme seul à seule était moins désagréable que prévu, et même assez amusant, dans un sens, et puis... en temps normal, elle n’avait aucune raison de fréquenter le vert&argent, de passer du temps avec lui, de rester dans ses pattes ; il vivait sa vie, elle vivait la sienne... et là...

    Lou se maudit intérieurement. Elle n’avait pas à avoir de telles pensées. Elle était préfète, nom d’une goule nyctalope ! Les professeurs lui faisaient confiance, Miss O’Brian lui faisait confiance, et elle était en train de tout piétiner allègrement, avec ses bêtises !!
    Alors pourquoi regrettait-elle à peine d’avoir mis cet bazar intersidéral -et plein de jolie mousses et de bubulles- dans la bibliothèque avec Dunstan ? Que se passait-il dans sa tête ?? Les extra-terrestres avaient envahi sa boîte crânienne ??? Qu’on lui apporte ses cachets, vite !!! @___@

    “Je... nous sommes navrés, Miss O’Brian, nous n'aurions pas dû profiter de votre absence pour... empirer les choses...” dit-elle tout de même en baissant les yeux, s’accrochant comme elle le pouvait aux miettes de dignité qu’il lui restait. Elle aurait voulu lui demander comment allait Mr Monroe pour arrondir les angles (et parce que ça l'intéressait sincèrement, si si !), mais elle n'était pas sûre que cela ait l'effet escompté. “Dun... Pryde et moi allons réparer nos erreurs, n’est-ce pas, Mr Pryde ?” Et tac ! Un coup de coude dans les côtes dudit Pryde. Oui, bah elle extériorisait sa frustration comme elle le pouvait ! è_é “Occupe-toi des flaques d’eau, moi, je m’occupe du ménage des étagères avec la formule qu’on a trouvées. Récurvite !

    Citation :
    1 & 2 : Echec t_t Y a plus qu’à passer le reste de la retenue à tout nettoyer à la main... bouuuh t_t Mais Lou s’attelle donc à sa tâche, essayant de faire fi de la présence de Dunstan et d’Ellia à ses côtés...
    3 & 4 : Réussite moyenne ; la plupart des saletés qui recouvrent les étagères que Lou a visées s’en vont, mais elle va devoir passer un rapide coup de chiffon par-dessus tout de même. Ca devrait aller vite.
    5 & 6 : Réussite parfaite ; tout est propre ! Elle peut partir et couiner de désespoir dans son oreiller, maintenant ? *-*

    Oh yeah !

_________________
♦️ So, so you think you can tell
Heaven from Hell
Blue skies from pain
Can you tell a green field
From a cold steel rail ?
A smile from a veil ?
Do you think you can tell ?...

♦️ Pink Floyd - Wish You Were Here
@Shiya


Dernière édition par Lou A. Sparrow le Mar 22 Mai - 23:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Mar 22 Mai - 23:49

Le membre 'Lou A. Sparrow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Mar 29 Mai - 18:40


    Désolée c'est pourritos v_v

    Sans état d’âme aucun, Dunstan avait renversé un plein seau d’eau sur la tête de la demoiselle en détresse ! Mais avant même de se concentrer sur le résultat de sa manœuvre, Pryde percuta deux ou trois choses qui le laissèrent perplexe. Ses traits se muèrent dans une expression d’incompréhension agrémenté d’une pointe de contrariété, qui était somme toute assez familière chez lui !

    Il réfléchissait après coup aux paroles de Lou, il y en avait tellement que pour faire le tri c’était un vrai chantier ! Mais certaines avaient vite retenu son attention…

    « Quoi ?! Si ma langue a visité des cavités buccales ? Hey oh reste polie petite impertinente, je t’ai sauvé là quand même… je crois ! » s’indigna-t-il en levant sur elle un regard dont la sévérité était indéniable. Il n’allait pas se laisser insulter comme ça ! Et pour redresser la situation à son avantage, Pryde ajouta : « Par contre elle a exploré plein de bouches, et encore ! Si c’était que des bouches ! Et personne ne s’est jamais plaint j’te ferais dire. Oh non ! Mais voilà je t’ai déjà laissé entendre trop de détails pour tes chastes yeux ! » Maintenant il hochait la tête dans sa direction, en accrochant son sourire de canaille légendaire à ses lèvres. Tout cela pendant que la jeune fille reprenait petit le contrôle de ses facultés.
    Le serpentard ne se méfia pas. Les bras maintenant croisés sur la seule surface encore sèche de sa personne – sa chemise – Dunstan était entrain d’imaginer ce que ça donnerait si là maintenant tout de suite il faisait une démonstration physique de ces paroles à cette jeune ignorante. Franchement, c’était se tremper dans beaucoup d’emmerdes, parce qu’elle était folle de lui ! A tous les coups, la préfète allait s’imaginer qu’il allait la demander en mariage et qu’il l’aimait comme un dingue, qu’il allait lui offrir des fleurs et lui porter son sac de classe, lui prêter ses livres de potions et cogner sur les crétins qui l’enquiquinerait ! Et encore qu’il la trouvait mignonne dans sa chemise de clown, avec ses cheveux tout emmêlés, dans lesquels il avait grave envie de passer sa main pour les emmêler encore plus ! Enfin que des conneries de filles ! Et puis fallait pas oublier qu’elle était siphonnée cette nana. Bon okay, elle était pas si pénible à la longue – peut être même rigolote, et peut être même qu’elle le serait encore plus s’il la taquinait un chouia davantage – MAIS non, trop d’ennuis. Rah voilà, la preuve : elle lui avait fait perdre au moins quatre minutes de sa life à réfléchir ! C’était déjà trop ! Donc non, pas de démonstration des extraordinaire capacités de sa langue pour elle ! Non, non. (Oui tout ça pour ça.) Et puis d’abord pourquoi, au nom du plus putride des Kraken puant, avait-il eu cette idée en premier lieu ? Alors qu’il se le disait depuis longtemps qu’elle était une source d’ennuis carabinés ! Voilà, voilà ! Elle recommençait ! Lou était perfide ! Elle l’entraînait encore à se prendre la tête, en même pas deux minutes de temps. Stop. STOP STOP ! Euh ?

    Dunstan bugga un instant, Lou s’était jetée sur lui – consentante et tout – elle avait enlacé ses épaules, elle avait pressé son corps trempé contre le sien. Le contact avait été froid et surprenant, Dunstan avait sentit pourtant un coup de chaud lui rougir les joues. Mais très vite, le petit singe qu’il était trouva moyen de se raccrocher aux branches pour se lancer dans un jeu d’acrobaties verbales plus ou moins agaçant. Sauver les apparences coûte que coûte, c’était à cela aussi que l’on reconnaissait les serpentard.

    « Woh Tout doux espèce de ptit Poulpe. Tout doux ! » Quoi ?! Elle lui faisait penser à un bébé poulpe, avec ses grands yeux mouillés et ses grosses mèches de cheveux pleines d’eau qui gigotait dans tous les sens, suivant la danse de sa tête. Un poulpe, c’était comme un bébé Kraken. C’était meugnon. Elle avait entrepris de le secouer… Dunstan trouva cela très drôle et tandis qu’il rigolait comme un gros malin, il se laissait volontiers manipuler… histoire de lui faire croire que sa force de gnomette était d’une quelconque utilité. Puis entre deux pouffements bien gras, il rajouta : « Je sais que c’est tentant de me sauter dessus pour me remercier en faisant physiquement don de ton corps en personne ! Je sais ! C’est bien normal ! Mais si tu t’excites comme ça, toute novice que tu es, tu vas te faire mal ! Aha ! Me casser le bras ? C’est çaaaa… t’es une violente ! J’aime bien ça mais attends on se connaît à peine ! De quoi ? T’as cru que t’allais quoi ? »


    Hein, pourquoi Lou avait été interrompue ? Pourquoi ce refroidissement de l’atmosphère tout à coup ?! Aaah… Dunstan leva les yeux sur sa directrice de maison, arrivée à leur hauteur. Elle ne se priva pas pour les assaisonner vu le bordel qui avait sévi dans le coin ! Ils le méritaient à vrai dire, mais cela était loin d’effleurer l’esprit du serpentard. Insolent comme d’habitude, il soupira en faisant montre d’une exaspération flagrante. Il voulut l’ouvrir à plusieurs reprises pour lancer des « C’est booooon ! » Voire même des « Okay ça vaaaaa c’est pas nous retourne à tes copies espèce de prof quoi ! » Mais Lou monopolisa la parole tout du long.

    Alors Dunstan se contenta d’enfoncer ses mains dans ses poches et de regarder le plafond en sifflotant. Jusqu’ici cette retenue était marrante et l’autre là, elle venait de tout foutre par terre. On ne pouvait jamais s’amuser avec ces meufs ! Fallait toujours qu’elles viennent tout gâcher ! Et Lou qui jouait la carpette, nan mais sé-rieux ! Dunstan ne tint plus !

    « Aïe ! Hey vas-y c’était mes côtes ça ! Et puis c’est bon, quoi vous êtes pressée M’dame ? Vous avez un portoloin à prendre ! Mais vous gênez pas ça nous fera des vacances ! Ou un rencard ? J’crois pas, sinon vous seriez moins… » Moins chiante avait-il envie de dire. Mais l’annonce des points en moins l’indigna trop pour qu’il continue d’aggraver son cas. Il baissa l’égèrement d’un ton, cette fois… « Okaaaay nan mais c’est bon là tout le sablier qui prend pour un coup balai ! C’est abusééé ! Et toi je t’ai déjà dis de pas me donner d’ordre ! » Il avait alors pointé Lou du doigt, d’un geste brusque. Lorsque la frustration s’exprimait pour le jeune homme, elle n’y allait pas avec le dos de la cuillère.

    Là-dessus, il se retourna furieux. Il avança de plusieurs pas sur le sol mouillé pour aller attraper un balai et une serpillère. Ses mouvements étaient vifs, secs. Il décida qu’il valait mieux en finir une bonne fois pour toute, pour qu’on arrête de lui prendre le chou.

    Le visage chiffonné par une colère toute brutale mais fugace, Dunstan se concentra sur sa tâche. Assez vite, il passa la serpillère sur le parquet grinçant de la bibliothèque, pour éponger le sol du surplus d’eau. Le sixième année ne s’en tira pas aussi mal que prévu, retrouvant avec un naturel déconcertant les gestes et l’allure qu’il adoptait chez son grand père, lorsqu’il était question de débarrasser le foin et la paille des gigantesques granges d’Abbraxan.

    De son côté, Lou ne s’en tirait pas mal du tout. Dunstan reposa la serpillère dans le seau avec délicatesse – comprenez qu’il la balança dedans comme un sagouin quitte à remettre des gouttes d’eau autour… - puis observa le résultat satisfaisant des recurvite. « Ah bah c’est bien. T’es douée comme une fille se doit de l’être finalement ! » fanfaronna-t-il en lui rendant le coup de coude de tout à l’heure. Lui qui maniait le balai avec dextérité aurait dû se taire, parce que ça n’était pas vraiment à son honneur ! Pas à l’honneur d’un macho comme il prétendait l’être, en tout cas !

    Qu’à cela ne tienne, la colère qui l’avait emporté tout à l’heure avait fondu, comme neige au soleil. Dunstan passait vite d’un état à un autre. Tout cela n’était pas assez grave pour qu’il puisse en tenir rigueur, ni à l’une, ni à l’autre du reste. Ellia avait raison, Dunstan était intenable. Il mima une révérence – fort gracieuse – devant sa directrice de maison, son balai toujours à la main. Pryde lui adressait un sourire fier.

    « Voilà sa Majesté, ces elfes de maisons vous ont bien servie ? On peut disposé maintenant ? Franchement je crois qu’on a tous autre chose à faire… hein ! Hein Madame ? Hein ?! Ouais, vous avez autre chose à faire, forcément. Moi et Lou on a assuré c’est bon ! » Et oui, je vous jure. Oui, oui, oui… je vous jure qu’il osa lui faire un clin d’œil, à sa Directrice de maison. Oui. Ah puis à la serdaigle aussi, tiens ! Pas de jalouse !

_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ellia D. O'Brian
Unbowed, Unbent, Unbrokens
Unbowed, Unbent, Unbrokens


Messages : 846


Feuille de personnage
Gallions: 105
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   Sam 9 Juin - 12:43

    Toujours appuyée contre l’étagère, Ellia regardait ses élèves en levant un sourcil. Lou venait de s’excuser. C’était déjà ça. Ellia était tellement déçue. C’est comme si les deux ne se souvenaient pas pourquoi ils se trouvaient là. Ils avaient déjà fait des conneries dans le train, et ils continuaient. Ellia ne comprenait pas. Ce n’était pourtant pas si compliqué que ça de se tenir correctement pendant une soirée. Ces deux là ensemble étaient explosifs, la directrice des Serpentard venait de s’en rendre compte contre son gré. « Je ne vous le fait pas dire Miss Sparrow, vous n’auriez pas du en profiter, vous savez aussi bien que moi pourquoi vous vous trouvez ici, vous auriez du racheter ma confiance. » Merlin, ce qu’Ellia pouvait être sérieuse lorsqu’elle s’y mettait. Mais il fallait dire qu’elle était terriblement déçue et qu’elle n’arrivait pas à le cacher.
    Ellia se tourna vers Dunstan, qui, les mains dans les poches regardait le plafond en sifflotant. Cet adolescent était d’une insolence sans nom. Elle n’avait toujours pas réussit à le cadrer, et cela la frustrait plus qu’autre chose. Ellia leva les yeux au ciel, devant les remarques que proférait le Serpentard. Comment pouvait-on être aussi… Imaginatif ? « Monsieur Pryde. Je vous conseille de vous taire tant que vous le pouvez encore. Gardez vos réflexions pour vous si vous ne voulez pas plus de points en moins. Vous savez qu’enlever des points à Serpentard ne me fait aucunement plaisir, mais je le ferais quand même. Alors taisez-vous et agissez ! » Elle avait décider de passer au dessus de ses réflexions puériles. Elle avait autant envie qu’eux d’en finir avec cette retenue. Elle se demandait où il allait chercher tout ça d’ailleurs. Un rendez-vous ? Ah, si seulement ! Mais non. Elle voulait juste aller retrouver son placard et un peu de calme. Elle avait besoin d’être seule avec ses pensées.

    Ellia regarda ses élèves s’activer, empêchant ses pensées de reprendre leur course folle. Ce n’était pas le moment. Elle se concentra sur Dunstan Pryde qui avait prit une serpillère. De son côté, Lou nettoyait le reste à coup de Recurvites, qui firent honneur aux Serdaigle. Elle ne les félicita pas pour autant. C’était là tout le but de cette soirée, il n’y avait pas à les congratuler pour une chose aussi normale.
    La colère avait à présent disparue du visage du Serpentard. Oh, oh… Ellia ne savait pas si il fallait s’en réjouir ou en avoir peur. Elle le connaissait l’adolescent. Il était capable d’aller très loin. Et la plupart du temps, bien qu’Ellia fasse son possible pour ne rien laisser paraître, il la mettait très mal à l’aise avec ses réflexions osées. Et ce soir… Elle n’était pas d’humeur. Pas du tout. Il était même tout à fait probable… Qu’elle craque ?!

    « Votre insolence n’a aucune limite Monsieur Pryde. Cela vous en coutera 10 points de plus. Vous apprendrez à tenir votre langue et à respecter vos ainés et vos égaux. » La voix d’Ellia était froide et ferme. Elle menaçait d’exploser à tout moment. Dunstan lui mettait les nerfs en compote. Et elle était fatiguée. « Maintenant filez tous les deux ! Je ne vous plus vous voir, regagnez vos dortoirs. » D’un geste de la main, elle balaya l’air devant elle pour leur faire signe de déguerpir.
    Merlin merci cette soirée touchait à sa fin. Tandis que les deux élèves s’en allaient, Ellia fit disparaître tout le matériel de ménage d’un coup de baguette. Puis, elle alla rassembler ses copies qu’elle avait lâchement abandonné de longues minutes plus tôt. Enfin, elle quitta la bibliothèque avec un soupir qui trahissait son épuisement.

    L’année commençait mal.

    [Terminé pour moiiiii *.* Enorme RP, merci les choupis ! Je vous laisse poster encore une fois derrière si vous le voulez, sinon je vous laisse aller poster ça dans les RPs terminés Pinky ]


_________________

Nous vaincrons lentement, mais sûrement
- le club des escargots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] Dusting Duty | Retenue | Lou & Dunstan | Vendredi 03.03.1999 | 20h15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Bon vendredi 11 fevrier
» Je serai retenu contre mon gré durant toute la semaine
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Jeux de plateau vendredi 27 août ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: 4ème Etage :: Bibliothèque-