Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Mar 27 Mar - 20:59

    Gnup gnup... Gnup gnup... Gnup gnup... Cruel destin. Devoir d'arithmancie. ET devoir d'astronomie. Pourquoi ? Voilà une heure qu'Elyon lisait et relisait son cours et l'énoncé de l'exercice qu'on leur avait donné pour essayer de capter quelque chose. Mais rien. le néant. le néant total même. Son antenne devait être complètement pétée. Son iPod dans les oreilles, elle dodelinait de la tête, tapotait sa cuisse en rythme, et relisait encore et encore. Mais WHAaAaAT THE FUuUuUCK à la fin, laissez-nous en paix ;__;

    Ce truc était trop bizarre. Juste affreux. Horriblement compliqué. Elle se leva, enfila son super gilet à rayures multicolore qui lui donnait un air trop badass, mit un coup de genou dans la tête d'un petit gryffondor qui courait partout en beuglant (osef du gosse, s'il a mal il va à l'infirmerie et il fait pas chier è_é) et quitta rageusement la salle commune. Un devoir non fait, c'était un zéro assuré. Et elle ne voulait pas de ça dans sa moyenne, merci, elle se débrouillait assez bien aux contrôles pour se pourrir. Elle descendit en pestant contre les escaliers (pourquoiiiiiiiiiiiiii) jusqu'au quatrième étage, espérant trouver la paix éternelle dans la bibliothèque. Voire même de l'aide. Ou des bouquins pour lire complètement autre chose, qui sait. Elle entra et alla s'asseoir dans le plus grand silence à une table, le plus près possible de la fenêtre. Elle s'installa, sortit ses petites affaires, et essaya encore une fois de comprendre. Sans la vacarme humain en bruit de fond, elle travaillait mieux.

    Ou pas.

    Quand elle se rendit compte qu'elle était en train de noircir la page de son cahier de brouillon d'écritures sans aucun rapport avec ses devoirs, elle regarda l'heure. Bon, elle n'avait pas vraiment écrit depuis qu'elle était arrivée. mais de là à y passer une heure sans faire attention, quand même. Bon, elle relirait ça plus tard pour savoir qi ça valait le coup de le garder. Elle poussa un soupir déchirant et releva la tête. Ah tien, il y avait quelqu'un en face d'elle. Elle l'avait même pas vu. Il aurait pu se manifester. En plus il était habillé comme un Serdaigle, alors qu'elle était sûre de ne jamais l'avoir vu. Bizarre tout ça. Peut-être qu'elle pourrait lui demander de l'aide ! Elle lui tapota le coude du bout des doigts et sourit.

    « Eh, dis, tu fais arithmancie ? T'es en quelle année ? Comment on t'appelle ? Et le devoir d'astronomie, tu l'as fait ? Moi je comprends rien, c'est trop bizarre, je les vois pas ses constellations à la noix, en plus pourquoi elle veut nous faire faire des points à la con sur un parchemin, ça sert à rien, elle en a déjà des cartes. Tu peux m'aider ? Surtout en arithmancie en fait, j'y arrive pas. Mais en même temps l'arithmancie ça peut attendre, alors que l'astronomie c'est pour tout à l'heure. »

    Bon, et si tu le laissais parler hein ? Peut-être même que ce serait une bonne idée.

    « Moi, je suis Elyon. En quatrième année. En fait, je te demande de l'aide mais si ça se trouve t'es pire que moi. Tu veux que je t'aide ? »

    Non mais oh, j'avais dit laisse-le... Et d'où tu décides qu'il est nul toute seule ? Rah mais c'est pas vrai... Elle enleva un écouteur pour être sûre de l'entendre répondre, chantonnant intérieurement. We are the hiiiiive... We are the peopleeeee... We ring the beeeeeeeeeells... Of the seven hells ! Gnup gnup, cette chanson, c'était de l'or en barre *____*

    « Et t'écoutes quoi comme musique ? T'écoutes de la musique en fait ? Tu connais Helloween ? Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? Tu lis, tu dessines, tu joues au échecs, tu cuisines...? »


    Quoi, comment ça devoirs ? Osef devoirs, elle était face à quelqu'un de potentiellement intéressant à saouler connaître ! Enfin après, s'il l'aidait, c'était encore mieux. Mais si elle venait de le remarquer, il y avait plus de chances que ce mec cause autant qu'un tapis. Un tapis aphone. Qu'à cela ne tienne, elle allait en faire un warrior de la vie, elle l'énerverait jusqu'à ce qu'il parle ! Oui, elle devait faire une bonne action. Après tout, c'était bientôt Noël (mais nooon ><') \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel J. Jones
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 85


Feuille de personnage
Gallions: 343
Points de Magie: 139

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Mar 27 Mar - 23:13


« Mais non, ça ne fonctionnera jamais en faisant comme ça…mais si on inverse…peut-être quaWAAAAIE !......cornegidouille ! Qui a mis une marche ici ? »

Samuel se releva rapidement et épousseta son pantalon un peu large, maintenu sur ses hanches par des bretelles dont l’une prenait la fuite vers le coude. Il la remonta, s’empêtrant dans sa chemise qu’il ne remplissait pas elle non-plus. Au bout de dix bonnes secondes de lutte, il poussa un soupir de soulagement : tout y était, vêtements, baguette, nez, livres. Parfait. L’aiglon rouspéta à mi mots sur le trou entre les dalles et reprit son chemin. D’autant plus qu’il lui sembla entendre derrière lui la mélodieuse voix de Dunstan Pryde. Il ne prit que deux secondes pour s’en assurer et accéléra le pas en priant pour que le troll des montagnes qu’était Pryde ait avec lui l’une de ses admiratrices sur pilotis, histoire de le ralentir. Le cœur battant à tout rompre, des sueurs froides dans le dos, Samuel pénétra dans la bibliothèque et referma la porte un peu rudement avant d’aller se planquer derrière une rangée de livres.

« Maman…je suis vivant… »

Non il n’avait pas peur de Dunstan. C’était son pire cauchemar. D’accord, après certaines priorités qui parvenaient à avoir le dessus sur son instinct de survie, comme « ne jamais devoir monter sur l’estrade pour réciter un poème de Rimbaud traduit en polonais » ou « devenir complètement aveugle ». Mais quand même, ce type lui fichait la trouille. Enfin, aucune chance pour qu’il s’aventure dans un territoire ennemi. La bibliothèque est à Dunstan Pryde ce que l’église est au vampire. Peut-être qu’en l’attirant dans la bibliothèque il y avait une chance de le faire brûler ? Non. Arrêtons de rêver. Place au réel : le travail, le travail, le travail (Galaad, sors de ce corps). Samuel ouvrit son livre d’astronomie, bien décidé à terminer son devoir pour avoir la paix. Placer des constellations sur un bout de papier, y’avait-il plus abrutissant que ce devoir ? De toute façon, Sam n’aimait pas l’astronomie. C’était inutile, barbant et en plus il ne voyait rien. Deux solutions s’offraient donc à lui : faire son devoir et booster un peu sa moyenne s’élevant à un magistral zéro, soit rester un troll en astronomie et gagner un level en sortilèges. Le dilemme lui prit à peu près un battement de cil. Il se plongea donc dans la lecture passionnante de son tout nouveau livre, envoyé deux jours auparavant par sa mère. Jusqu’à ce qu’Elyon Liedequierk vienne s’installer en face de lui sans même le saluer. Choqué, l’aiglon n’osa pourtant pas ouvrir la bouche. Il la fixa un instant, bougea un peu, pas de réaction. Bon, il avait l’habitude, rien de grave. Et hop, retour à la lecture. Un tapotement sur son bras le tira de son chapitre. Gnu ? De mémoire d’homme, c’était bien la première fois qu’un élève lui demandait volontairement quelque chose. Mais euh…comment elle faisait pour dire autant de mots en si peu de temps ? Ce n’était pas humain ! (ou alors c’est toi qui a un problème ?) Le jeune sorcier resta muet jusqu’à ce qu’elle ait terminé sa tirade.

« Je…je m’appelle Samuel. On est, euh, on est ensemble en cours…presque tout le temps..et je fais arithmancie oui. »

Le petit bout (pas si petit en fait) allait protester mais déjà sa comparse reprenait un flux de parole, vitesse autoroute. Il l’écouta, se forçant à retenir méthodiquement chaque question.

« J’écoute surtout du jazz…et euh, j’aime pas tellement les fêtes, mais je connais Halloween quand même…et...je lis oui, je joue un peu aux échecs, et puis…j’aime bien les casse-têtes…genre rubik’s cube …et euh...le tricot. Mais tu voulais pas faire ton devoir? »

Samuel fixa Elyon un instant, se demandant s’il avait bien répondu, et baissa les yeux sur son livre. Dans sa tête, l’organisation et la rigueur était primordiale; dans les dialogues aussi, ça lui permettait de ne pas se répandre en paroles comme quand il réfléchissait seul. Ce dont il n’avait pas conscience par contre, c’est qu’il avait l’air d’un autiste fini comme ça, mais bon… relevant les yeux vers sa camarade, il prit son courage à deux mains.

« Et toi? Tu aimes le tricot ? »

Bah quoi ? Il faisait preuve d’amabilité non ? Et puis si la demoiselle voulait parler, elle pouvait largement le faire pour deux apparemment. Hocher la tête et répondre par oui ou non, ça devrait aller...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Jeu 29 Mar - 21:32

    Dans sa classe ? Aux mêmes cours qu'elle ? Elle avait beau fouiller dans sa mémoire, Elyon ne le replaçait pas.

    « Ah ? Tu sais, tu devrais parler plus, t'imposer, sinon personne ne te remarquera. Et ça risque de poser problème, plus tard. Rassure-moi, si une fille – ou un mec, j'en sais rien – te plaisait, tu irais lui parler ? Enfin remarque je dis ça, mais j'en connais qui parlent beaucoup mais qui deviennent muets en face de... Ouais, laisse tomber en fait, c'était un mauvais exemple. Mais, genre... Ton lapin ! Tu parles à ton lapin ? Oui ! Je me souviens ! T'es le mec avec le lapin trop mignon ! Ouais c'est ça, tu parles jamais, faut arrêter de faire la tapisserie là hein, fonce et discute ! Au pire, tu monologues, on s'habitue tu sais. »

    Le tact ? C'est quoi ça ? Ça se mange ? (ouais, ça c'est fines herbes et ketchup)(merci moi-même o/)(mais de rien o/)(j'insiste o/) Oh c'était mignon, il confondait Helloween avec Halloween...

    « Non mais Helloween, c'est un groupe de Metal, tu vois, et justement le nom est cool parce que ça fait un jeu de mots ! Moi le jazz, c'est pas trop trop mon truc mais de temps en temps ça fait du bien. Ah tu lis, ça c'est vraiment bien, lire c'est cool. Tu lis quoi comme genre de bouquins ? Les échecs ouais, j'ai déjà joué, mais je suis nulle. Le Rubik's cube c'est le pire, j'ai jamais compris comment on était censés faire pour le résoudre. C'est trop bizarre. Ah du tricot... Hein les devoirs ? Laisse, laisse, c'est un détail. Ce serait pas le premier zéro que je me prendrais en Astronomie hein. Faut dire qu'avec ma flamboyante moyenne de 1 – j'écris mon prénom tu vois – mes parents vont rien me dire. »

    Décidément, le pauvre Samuel n'était pas au bout de ses peines. La demoiselle s'était trouvé un nouveau copain (en tout bien tout honneur o/) et elle comptait bien en profiter (idem)(promis, je fais même pas exprès) ! Et puis il avait l'air marrant, elle réussirait bien à en faire quelque chose ! Oui, elle allait le socialiser ! (Ça y est Sam, ton arrêt de mort est signé, tu ne peux plus fuir, Lyonlyon a décidé de te coller quoi qu'il arrive) Elle voulait que les autres le remarquent, ce serait trop triste s'il finissait Poudlard en faisant le tapis. Et puis il ne s'était pas enfui en courant, il avait répondu, posé une question même !

    « Le tricot ? Ben, disons que j'en fais, des fois, enfin ça m'arrive, genre le soir près de la cheminée avec une couverture sur les genoux – ouais je sais ça fait cliché de vieux clou mais c'est trop confortable – mais je suis pas super douée. Je fais des trucs à mon frère. Parce que son patron l'exploite, alors des fois il doit rester dormir sur place. Je lui ai fait un super plaid, super grand et tout coloré, ça m'a prit du teeeeemps... Mon frère il fait des jeux vidéos, tu vois. Et de la pâtisserie, enfin pour moi en tout cas il en fait. Mais ouais, le tricot, c'est bien. Mais faire que ça je peux pas, généralement mon frère me raconte une histoire en même temps. »

    Elyon était absolument ravie d'avoir trouvé un compagnon de parlotte, elle ne comptait pas le lâcher de sitôt. Elle le fixa un moment dans les yeux, espérant ne pas lui avoir donné envie de fuir loin, très loin... Il allait sûrement bien réagir non ? Elle n'avait rien dit de bizarre. Elle baissa les yeux et soupira. Oh misère, cette carte... Franchement, faire des points... C'était tellement barbant.

    « Dis, tu penses pas que c'est trop bizarre comme mot, « barbant » ? C'est censé vouloir dire quoi ? Je veux dire, pourquoi est-ce qu'une barbe serait ennuyeuse ? Et si c'est vrai, pourquoi les gens en portent ? »

    Ou l'art de poser des questions existentielles n'importe où.



[HJ] Sorry, presque que du dialogue, l'inspiration n'est pas de mon côté ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel J. Jones
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 85


Feuille de personnage
Gallions: 343
Points de Magie: 139

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Sam 7 Avr - 15:45


Mamaaaaaaan, la fille elle me fais peeeeeeur ! ;___;

Si Samuel avait su qu’en venant à la bibliothèque il allait tomber sur la fille la plus bavarde de tous les temps, il ne serait surement pas venu. Il l’écoutait sagement monologuer, art qu’elle semblait maitriser à la perfection. Cela dit, ça arrangeait Sam qui n’avait du coup pas besoin de réfléchir quinze ans à ce qu’il allait répondre, ou si il n’allait pas paraitre cloche, ou si ce n’était pas bizarre, ou…voilà voilà. Dans sa tête, il répondait à chaque question.

Euuuh, bah, il était beaucoup trop timide pour parler à Lou d’autre chose que de banalités. Mais euh, comment ça les mecs ? Deux garçons ensemble s’étaient un peu…enfin pas vraiment son truc quoi…(pour l’instant mon cœur, pour l’instant). Oui il parlait à Papillote. Ah finalement il était connu sous le nom du « mec avec le lapin trop mignon » ? Soit.
Pause.
Helloween c’était un groupe de métal. Mais euh…ça ressemblait à quoi un groupe en métal ? Étaient-ils tous vêtus d’armures ? Comme une sorte de groupe de musique médiéval ? Ça devait être sacrément particulier comme musique. Sam continua à hocher la tête, notant mentalement de lui dire plus tard quels genre de livres il aimait lire. Il nota aussi, bon pour la demoiselle, qu’elle était aussi nulle que lui en Astronomie. En même temps, qui aimait cette matière ? Eh…il lui venait une idée tout à coup : peut-être qu’un jour, si elle avait envie et que ça ne l’embêtait pas ou qu’elle n’avait rien d’autre à faire, il pourrait lui apprendre à résoudre un rumik ? Ciel, son instinct d’animal politique se réveillait pour la première fois depuis quatorze ans ! Alléluia !
Et puis la miss reprit son monologue. Euh, tricoter au coin de la cheminée le soir avec une couverture ça faisait vraiment cliché de vieille dame ? Bon bon…tant pis. Et c’était quoi un jeu vidéo ? (non, l’info principale que tu dois tirer de cette conversation c’est : Elyon a un grand frère)(ah…d’accord. Merci)

Quand leurs regards se croisèrent, Sam fixa sa camarade avant de vite détourner les yeux en rougissant. Merlin, il était en train de communiquer avec un être humain (ou tout du moins une créature humanoïde parce que rien ne garantissait qu’Elyon soit de cette planète). L’air de rien il reporta son attention sur son livre de…il lisait quoi déjà ? Avec tout ça il était complètement perdu. Mais déjà il se faisait interrompre dans ses réflexions. Euh…d’où venait « barbant » ? Bah, il avait bien une théorie là-dessus mais il allait encore passer pour quelqu’un de bizarre non ? Allé, vas-y mon chou ! Sois fort !

« Euh…tu connais le rasoir d’Occam ? Guillaume D'Ockham, qui était un philosophe du Moyen Age, a dit Entiae praeter necessitatem non sunt multiplicanda, ce qui veut dire qu' « il ne faut pas multiplier les entités sans nécessité ». Ce précepte est connu sous le nom du rasoir d'Ockham, et lorsqu'un discours a été dépouillé de ses entités nécessaires, en somme qu’il ne reste plus que des arguments sophistes et des exemples ampoulés, il est abstrait donc les personnes qui n'y sont pas habituées ont tendance à s'ennuyer en l'écoutant, ce qui les fait dire "c'est rasoir". Surement parce que ça leur donne envie de mettre fin au supplice en se tranchant la carotide. Par association d’idée, un rasoir serre à ôter la barbe, donc au fil du temps, le verbe "barber" a du prendre le suffixe -ant pour devenir un adjectif populaire. »

Bah quoi ? Il s’était déjà posé la question et avait fait quelques recherches, histoire de…bien, dire quelque chose, vite.

« Mais euh…ça n’explique pas pourquoi les gens portent la barbe…surtout que ceux qui portent la barbe ne sont pas forcément ennuyeux. Enfin plutôt ennuyants. Parce que s’ils sont ennuyeux ça veut dire qu’ils causent des ennuis. Ce qui peut arriver en fait, surtout si elle est longue. Leur barbe je veux dire… Euuuh, désolé, j’ai pas…j’ai pas l’habitude de parler autant, je m’embrouille un peu. »

Uuuuuuuuuuh, mamaaaaaan ! Je sais pas ce que je dois faire maintenant ! ;_____; (trouve une idée débile pour meubler !)

« Et si…si on faisait une bataille navale ? Au moins il y aurait des points sur nos cartes… »

On a dit débile mais quand même…Sam attrapa son parchemin (considérons qu'il y a déjà des carreaux dessus, genre feuille millimétrée o/), une plume et de l'encre avant de mettre un livre en barrière entre eux.

« Honneur aux demoiselles... Et sinon…tu…euh….hum…tu viens…tu viens d’où ? »

On va peut-être en faire quelque chose de ce petit o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Sam 7 Avr - 16:52

    Si Elyon s'était attendue à faire autant réagir Samuel en posant une question à la noix qui lui était venue en tête... Et bah elle l'aurait fait plus tôt o/
    Très concentrée, elle prêta une grande attention au discours de son interlocuteur, fouillant dans son cerveau pour trouver les définitions des mots les plus compliqués en même temps d'écouter. Donc il y avait une vraie réponse à cette question ? Super ! Parce que la demoiselle, bien qu'elle ne soit pas férue d'études, sautait sur chaque occasion d'en apprendre plus sur certaines choses qui la... Turlupinaient.
    Et c'était ça, la différence entre ennuyeux et ennuyant. Elle oubliait à chaque fois. Ennuyeux, qui fait des ennuis. Comme, comme, comme... Rater un sort. Voilà, rater un sort était ennuyeux, un cours d'astronomie était ennuyant. Parfait !

    « Wah, c'est trop cool ! J'ai beau me poser beaucoup de questions concernant certains mots carrément bizarres, au final je cherche jamais vraiment... Merci de m'avoir éclairée sur ce point ! Ben, les gens ont des barbes, parce que.... Ben... Disons que je pense que ça peut aller à certains, donc c'est plus une sorte d'accessoire. Ou alors ils sont feignants, comme mon frère, il se rase pas pendant une semaine, et après il pique. Enfin. Je me demande combien de temps ça prend pour qu'une barbe atteigne le sol... Je pense que ça peut être encombrant assez vite, déjà avec vingt centimètres. Je veux dire, par exemple, quand on a une barbe ni courte ni super longue, on peut pas se pencher par-dessus la table pour prendre du pain, sinon on a sa barbe qui vient tremper dans sa soupe. Et je suis pas sûre que ce soit super. Et t'inquiète pas, tu t'embrouilles pas vraiment. Enfin je comprends, donc c'est bon. »

    Elle eut presque un sursaut quand il lui demanda si elle voulait faire une bataille navale. S'il n'était pas aussi loin d'elle, elle lui aurait fait un gros bisou baveux (sur la joue bien sûr). Enfin quelqu'un qui ne cherchait pas de prétexte pour fuir loin d'elle et de ses innombrables phrases. Et mieux, il lui proposait de jouer ! Elle acquiesça, joyeuse d'avoir trouvé un compagnon de fin d'après-midi.

    « Ouais, bonne idée ! J'adore les batailles navales. J'y jouais beaucoup avant, mais j'ai arrêté il y a un moment, je me souviens plus pourquoi. Et si ça se trouve, on pourra faire croire à la prof qu'on est juste très nuls, après tout, on peut autant se tromper dans ce... Euh truc que dans un devoir d'arithmancie. D'ailleurs ils sont durs en arithmancie aussi les devoirs. Bref. »

    Elle s'appliqua à préparer sa carte pendant quelques minutes, très concentrée, et eut un sourire quand Samuel lui dit de commencer. La galanterie, c'était bien. Surtout qu'en ces tristes jours, la gent féminine était plus galante que les autres barbares. Elle prit à peine le temps de réfléchir. Pour elle, la bataille navale consistait à dire des cases au hasard jusqu'à ce qu'on touche. S'il y avait une autre technique, elle ne la connaissait pas, et elle s'en fichait. Perdre ne la dérangeait pas.

    « Je dis... B7 ! Et je viens de Brighton, c'est pas loin de Londres. En fait je suis Anglaise mais j'ai que du sang Suisse. Mes parents viennent de là-bas. Mon père a en quelque sorte fugué avec ma mère parce que, selon lui, ses parents étaient « des vieux croûtons super chiants qui m'empêchaient de faire ce que je voulais sous prétexte qu'on est riches mais leur dit pas que je t'ai dit ça hein ». Brighton, c'est super en fait. Y a plein de gens habillés bizarrement, et plein de boutiques avec des tas de trucs bizarres. Pas loin de chez moi y a celle où j'ai acheté ma super veste multicolore que je porte là. Elle est cool hein ? Et toi, tu viens d'où ? »

    Quoi de mieux pour terminer son après-midi que de discuter en jouant à la place de faire un devoir atrocement long et difficile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel J. Jones
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 85


Feuille de personnage
Gallions: 343
Points de Magie: 139

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Jeu 26 Avr - 20:19

Haha ! Quand il dirait à sa mère qu’il avait discuté au moins dix minutes ENTIERES avec une fille, elle allait être très fière de lui ! o/ ou alors elle allait le taquiner pendant des semaines en lui parlant de « fiancée » et de « roucouler » comme elle l’avait fait quand il lui avait parlé de cette Poufsouffle qui était sa tutrice en sortilège. Il était en première année, elle en sixième. Non, tout compte fait peut-être qu’il n’allait rien dire… Samuel leva timidement les yeux vers Elyon et piqua un fard. Elle était gentille quand même, même s’il ne comprenait pas tout ce qu’elle disait. Est-ce qu’elle sentait la vanille ? Son cousin Josh disait que toutes les filles sentaient la vanille. Elyon avait plutôt l’air de sentir les marrons glacés. Enfin bon, bref… Le Serdy loucha sur son parchemin en entendant B7. Il fit une petite croix. La prof allait être furieuse, mais au moins elle ne pourrait pas crier au scandale en voyant des feuilles vierges !

« Touché. Bien joué… »

Aussitôt la miss reprit son discours. Brighton ? Eh mais il était déjà allé Brighton ! Ils étaient partis en vacances au bord de la mer avec ses parents et avaient fait un tour à Brighton. Même que son père lui avait acheté une peluche poulpe. Toute rose et toute douce. Bref, écouter Elyon au lieu de rêvasser. Ah ? La Suisse il ne connaissait pas par contre. Son père avait bien emmené sa blondasse y faire du ski l’hiver dernier, mais lui n’avait pas été invité. Tout ce qu’il savait de la Suisse, c’est qu’on pouvait y trouver des marmottes. Selon la carte postale… Sam plissa les yeux en regardant la veste de la jeune fille. C’est sûr que pour être coloré, c’était coloré…un vrai arc-en-ciel !

« F4. Euh, oui…elle est jolie, ta…euh, ta veste. J’aime bien quand c’est coloré... et euh, ça va bien avec tes…cheveux. »

Oui, bravo, étape une pour devenir un type sociable : check ! La suite consiste à parler de ta vie comme si tu adorais ça, tu saisis le concept ? Un peu paniqué parce qu’il ne savait pas s’il venait de faire une boulette ou non, Sam farfouilla l’air de rien dans ses affaires, comme s’il s’était souvenu d’un coup qu’il avait un truc hyyyyper important caché dans son livre de potions. Bien bien bien…Merlin que c’était stressant de communiquer...

« Euh…c'est chouette Brighton. J’y suis allé en vacances une fois, enfin même si je ne m’en souviens plus trop…c’était bien là-bas, et puis c’est près de la mer… moi je…bah en fait… Avant je…je vivais chez ma grand-mère, avec ma mère, euh, dans la région des Cotswolds...c’est des marécages en fait. Euh, A9 ? Mon père habite à Londres mais je vis avec ma mère, dans la maison de Scott, mon beau-père. Euh, dans une petite ville près de Cambridge. … »

Vite, trouver un truc avant qu’elle ne pose des questions embarrassantes sur sa famille ! Enfin sur son père quoi...

« Et…y’a un fantôme dans le grenier. Elle s’appelle Victoria, elle est gentille… Dis…c’est vrai qu’en Suisse on fait cuir la viande sur des cailloux ? »

Bien Sam, maintenant elle va te prendre pour un demeurer, mais tout va très bien...

« J’ai vu ça sur une carte postale »


(désolée, c'est court :/ j'espère que ça ira quand même!)(EDIT: ah bah non, c'est pas si court en fait scratch j'espère que ça ira quand même de toute façon *-*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Mer 2 Mai - 20:58

    Elyon eut un grand sourire totalement involontaire quand Sam lui annonça qu'elle avait touché. Parce que perdre ne la gênait pas, mais soyons clairs, gagner non plus. Et surtout, elle avait l'habitude de gagner, parce que son frère et son père étaient tous les deux des gros gâteux qui perdaient exprès à chaque fois juste pour la regarder faire la danse de la victoire en chantant. Au moins, quand elle jouait avec sa mère, il y avait du sang de l'action ! Elles finissaient toujours par se balancer les bateaux, puis les coussins, puis les dictionnaires (qui étaient autorisés parce sa mère les considérait comme barbants et donc pas des livres à part entière), puis les étagères branlantes installées par son père, puis des chaises, à la figure. D'ailleurs, les hommes de la famille s'arrangeaient toujours pour êtres partis faire des courses quand elles décidaient de rejouer Pearl Harbor. Elle ne put retenir un petit gloussement en repensant à ce qui était sûrement la raison pour laquelle elle avait arrêté de jouer à ce jeu. L'une d'elle avait dû se prendre une table dans l'arcade sourcilière, et les gâteux rabats-joie avaient décrété que c'était trop dangereux.

    « Raté. B6 ! Héhé... Merci ! Je la trouve trop géniale cette veste, en plus à l'intérieur c'est tout doux, au moins autant que mon pyjama avec le nounours sur le devant, alors je peux la porter même si j'ai pas grand-chose en dessous, même quand il fait froid ! »


    Quand elle repensait aux conversations qu'elle avait mené quand elle était déprimée, elle s'étonnait toujours du pouvoir de sa double personnalité, et se disait généralement qu'en fait, être une grosse gamine qui hurlait de rire comme une otarie quand son père lui disait « prout » après qu'elle ait bu du cidre, c'était cool.
    Elle écouta son compagnon de jeu raconter un bout de sa vie avec ravissement, comme à chaque fois, en fait, que quelqu'un donnait des précisions sur son existence, et s'empressa de lui répondre.

    « Oh, c'est dommage, c'est plutôt joli. Et puis y a des tas de gens habillés de toutes les couleurs, c'est génial ! Et ouais, c'est à côté de la mer, d'ailleurs sur le truc là, le ponton qui continue sur la mer sauf que j'ai oublié le nom, y a une salle de jeux, je vais souvent là-bas avec mon frère. Les Cotswolds ? Je connais pas, mais si c'est des marécages, alors ça doit être super ! J'adore les marécages, mais j'en ai jamais vu en vrai. Ah tes parents sont séparés ? Pourquoi ? Ils s'entendent toujours bien ? Oh pardon, je pose trop de questions, réponds pas hein, c'est pas la peine. Un fantôme ? Mais c'est trop cool ! Nous on en avait un, mais papa a dit que ça le gênait quand il faisait la cuisine de se sentir observé, donc on l'a fait partir. De la viande sur des cailloux... Ben, ça arrive ouais, un peu genre barbecue, mais c'est comme ça partout non ? Tu sais, « Si t'as pas de barbecue, prends un caillou ! »... Non ? Bah peu importe. Ah ouais, et, touché, et je dis A7. »


    Elle fit une petite croix sur sa carte, et commença à se poser des questions sur la crédibilité de leur excuse. Ça ne ressemblait en aucun cas à une carte du ciel. Surtout avec les petits bateaux qu'elle avait dessiné. Bon, d'accord, les destroyers avec armement complet. Mais c'était un détail. Et puis d'abord, les destroyers avec armement complets pouvaient aller dans l'espace, y avait qu'à voir Albator. Qui d'ailleurs n'avait pas de destroyer, mais bon. Goldorak, c'était un robot géant, mais il avait de l'armement...

    « Dis, tu connais Goldorak ? »


    Elle regarda une nouvelle fois sa feuille et soupira. Elle pourrait toujours dire qu'elle était somnambule et qu'elle avait mangé sa feuille au milieu de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel J. Jones
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 85


Feuille de personnage
Gallions: 343
Points de Magie: 139

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Ven 18 Mai - 18:17


Samuel écoutait avec intérêt sa camarade, ne lui prêtant pourtant qu’un quart de sa concentration. Non pas que ce qu’elle racontait ne l’intéressait pas mais comment dire ? Il est trop occupé à se poser des questions. A partir de quand considère-t-on qu’on est ami avec quelqu’un ? Par exemple, est-ce qu’il y avait des sortes de paliers qui donnaient accès à un nouveau rang ? Et comment ça se calculait ces machins-là ? Quand on connait le nom de la personne on est camarade. Quand on connait sa date de naissance, c’est une connaissance, sa taille de chaussure, on est « pote », après quoi on apprend le nom de son premier chien, on devient amis, et puis quand on connait sa couleur préférée, c’est le stade ultime : on est amoureux. Sam avait vu ça dans un film. La fille devait partir pour l’Amérique et voulait faire promettre à un inconnu rencontré dans l’avion qu’il ne l’oublierait jamais. Ce à quoi le garçon a répondu : « je ne peux pas te promettre un amour éternel, voyons, on ne sait rien l’un de l’autre ! Tiens, ta couleur préférée, c’est quoi ?! ». Oui, un film assez pitoyable en définitive. Bref…le pauvre Serdy en était donc à ce genre de réflexions intenses, mettant en péril la french manucure avec faux ongles de sa joueuse. Il gribouilla sur sa feuille une croix sur A7 et regarda son chef d’œuvre. Merlin…ils allaient se faire arracher la tête.
Il releva la tête et fixa sa…sa il-ne-savait-pas-encore-quoi d’un air perplexe. Goldorak ? D’où elle sortait cette nana ?

« Euh…non…ça me fait penser à un anorak jaune poussin, c’est tout. C’est quoi ? »

Surement un truc moldu. Anna, sa demi-sœur, devait connaitre, mais il allait si peu chez son père qu’il n’aurait pas plus appris là-bas ce qu’était un Goldorak qu’au fin fond des Costworlds. Où il n’y avait rien d’autre que des vieilles sorcières édentées et des grenouilles. Pleins de grenouilles. Huuuum….grenouille *-* grand-mère May en faisait souvent au feu de bois. Josh disait toujours que c’était un truc de français psychopathes, n’empêche que c’était bon…

« T’as déjà mangé des grenouilles ? A la broche c’est bon…sur un caillou surement aussi…en fait…peut-être. »

Bien bien bien…et maintenant ? Comment il devait si prendre exactement pour…comment on disait déjà ? « Raviver la conversation » ? Ou « rallumer » ? Un truc comme ça quoi. Bon, qu’aurait fait Dumbledore dans cette situation ? Quoi ? Chacun son truc… Albus, aidez-moiiiii ! Mais sers-toi un peu de ta tête ! Professeur ? Non, c’est ton autre toi. Je porte des t-shirt à col en v, j’aime les hommes et je vais te botter les fesses si tu ne sors pas de ta coquille parce qu’on en a marre de te croire mort tous les trois jours dans la boite à perso ! D’accord…euh…oui. Bah j'y vais alors?

« Euh, Elyon ? » …. « Euh, nan rien. »

@.@ je refuse d’avoir risqué de niquer mon vernis pour un résultat aussi merdique è.é alors maintenant, je prends les commandes et on va bien voir qui rira le dernier !

« En fait si…euh, pardon…tu…tu voudrais pas qu’on…euh…qu’on, qu’on…qu’on sorte…dans le parc. Pour prendre l’air. Enfin si tu veux. »…. « Enfin comme tu veux.. »


Désolée pas le temps de mettre en forme faut que je parte @.@ je repasserais demain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dunstan C. Pryde
Beware Our Sting
Beware Our Sting


Messages : 372


Feuille de personnage
Gallions: 562
Points de Magie: 71

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Jeu 31 Mai - 18:30


    Je ne fais que passer - mille excuses d'avance Cute

      Alors comme ça, la bibliothèque est à Dunstan Pryde ce que l’église est au vampire. Peut-être qu’en l’attirant dans la bibliothèque il y avait une chance de le faire brûler ?
      C’est ce que nous allons voir….


    « Wouhouuuuuuuuuu ! Fais gaaaaaaaaaaffe Pritchaaaaaaaaaaard ! » Et Dunstan dévala la rambarde de l’un des nombreux escaliers de Poudlard, non loin du quatrième étage. Il était perché sur un skateboard. Celui que Graham, son meilleur ami le préfet des Serpentard, avait confisqué à Loki Thorn, un petit première année totalement insignifiant qui zonait souvent dans leur salle commune (comment ça, la salle commune des Poufsouffle et non la leur ? Bref !) Skateboard qui à l’origine appartenait à Kevin Whitby, le préfet dégénéré des jaunes. Il le prêtait régulièrement au mioche Thorn (contre l’avis de leur directeur de maison !!! Chut Elrik !) Tout cela pour dire que ce pauvre objet moldu se trouvait à présent entre les crochets venimeux des Serpentard, et que ça allait mal pour lui… précisément, il se tapait toutes les rambardes d’escalier depuis le septième étage – il prenait cher – sous les pieds plein de boues de Dunstan Pryde qui s'amusait comme une petit foufou à jouer les acrobates. Notons que pour le moment, il ne s’en sortait pas trop mal. Cette petite saloperie avait beau n’avoir que deux neurones, il était très habile de son corps (héhé !) – faut bien compenser – ses muscles et ses réflexes trouvaient leur bonheur dans cet exercice tout à fait illégal. Comme toujours, Dunstan se planquait derrière Pritchard et son insigne. Ainsi, rien ne pouvait l’arrêter. Le sixième année se sentait pousser des ailes et prémuni de tous les maux !
    D’ailleurs, il donnait l’impression de voler dans les escaliers. Plus classe tu meurs !

    « Waaaah comment c’est trop FACILE ! Quelle TARLOUZE Whitby ! Le mec il se fait des blessures de guerre avec cet engin ?! Même Victory est capable de chevaucher ce truc sans se faire de bobo ! » Fit-il en braquant son index sur le skateboard, sous ses pieds. Le dit index remonta vers sa braguette, et il fit un clin d’œil dégoulinant de sous-entendu graveleux à la divine princesse vipère qui accompagnait le duo de vert & argent mâle. « Par contre cette engin-là, il est plus coriace, hein Vicky ! »
    Classe, comme nous le disions.
    « De toute facon personne t'arrive à la cheville Dunstan chéri hihihihihihihi !
    - Je te le fais pas dire Bébé ! » Et sous les gloussements de Victory, le manège de ce trio brillantissime de Serpentard poursuivit son chemin.

    Ainsi, Pryde était fort occupé pendant que Samuel se carapatait dans la bibliothèque, terrorisé que le sixième année ait pu le suivre. Pauvre Samy ! Allons, plus de peur que de mal.
    Tout allait pour le mieux, Dunstan éclaboussait les badauds passant dans le coin de sa gloire remarquable, grâce à ses majestueuses démonstrations d’adresse – même quand les escaliers bougeaient, il ne tombait pas du skateboard qui dévalait leur pente ! Visez-moi ça ! – tous les ploucs de Poudlard s’écartaient sur son chemin ! Merveilleux !
    Et là, il tenta une cascade, prenant appui sur ses jambes, en pleine descente, pour sauter d’un escalier à l’autre…. Quand tout à coup Un ours t’enc… Ah pardon, spas ce jeu là !

    « OOOOUUUHOUUUU DUNSTYYYYYYYYY POUSSSSSSIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN ! »

    Et patatra ! Dunstan se vautra la gueule par terre. Bien comme il faut. Du genre… lorsqu’il fut question de se relever, il ne fut pas sûr de démêler ses bras et ses jambes correctement….

    « Aïeuuuu…. Azyyyy’ Cousine Scarlett… m’appelle pas comme ça là, ça craint. »
    La professeur de Divination s’approcha de son petit cousin pendant que Graham l’aidait à se relever, et que Victory époussetait de la poussière imaginaire du derrière de son camarade. Oh l’autre comment qu’elle en profite ! Dunstan se dégagea de leurs griffes pour essayer d’échapper à l’approche de Scarlett la Diva, qui déjà portait sa main à son front à signe d’exaspération et de fatigue.

    « Aaah ! Chut chut chut ! Cesse de piailler ! Tu piailles tu piailles tu piailles ! Tant que tu piailleras continuellement tu seras mon tout petit poussin ! Bon. Cesse donc de te donner en spectacle, pour l’amour du Kraken ! Aide moi plutôt à porter touuuuus ces livres ! Ma baguette est ex-té-nu-ée ! »

    Dunstan fronça les sourcils et vit effectivement toutes une ribambelle de grimoire flottant derrière Scarlett. Elle avait sorti un mouchoir en satin de son décolleté pour essuyer sa baguette magique.
    « Alors ! J’attends ! Tu ne voudrais pas que je me fatigue davantage ! Dépêche-toi !
    - Aie aie aie ! C’est bon là ! Arrête ! T’es chi…
    - PCHHHT ! Ne Discute pas ! Ouuh que tu es plus obéissant lorsque tes fesses sont à proximité d’un ceinturon ! Cela peut s’arranger ! » Elle était déjà en train de lui tapoter le nez avec sa baguette d’où jaillissaient des étincelles argentées, visiblement elles n’avaient pas d’étincelles que l’aspect ! Elles brûlaient aussi à en juger par les traces rouges laissées sur les joues du serpentard.
    Il bougonna, attrapa un bout de tissu recouvert de petit canards dans sa poche et se frotta le nez avec, avant de… et bien de se plier aux volontés de sa cousine. Elle commençait à pousser haut sa voix dans les aigus…

    Bien ! Direction… désolé Samy…. Direction LA BIBLIOTHEQUE !

    Une fois sa basse besogne accomplie, Dunstan suait à grosses gouttes d’avoir porté les foutus bouquins de sa cousine. Elle bavassait à présent avec la personne en charge de la bibliothèque ce jour là – Maître Sencha, pauvre vieux ! V’la le cadeau, c’te furie rousse ! – donc Pryde en profita pour filer loin, loin, loin de cet antre puant le parchemin moisi. Sérieux, il y avait de quoi devenir taré là-dedans ! Il fallait au moins une Lou Sparrow, un seau, une serpillière et un plumeau pour survivre au moins une heure dans ce lieu chiant au possible ! Les étagères de livres par milliers donnaient le vertige au Serpentard, particulièrement quand on venait d’arracher celui-ci à une occupation autrement plus dynamique (et plus stupide, en accord avec sa capacité de réflexion immédiate) Oui, oui, donc une Lou Sparrow pour survivre. Dunstan se surprit à y songer et s’adressa à lui-même un « Pfffffff Hey Mec t’as craqué ! Sacré toi va ! » (il se donna un petit coup de poing amical au menton !). Puis un détail attira son regard avant qu’il ne franchisse le seuil de la vaste pièce.

    Dunstan changea tout de suite de position, il passa en mode : vipère en chasse. Un regain d’énergie soudain le parcourut, comme un frisson brûlant. Fichtrement agréable !

    Et sans discrétion AUCUNE, il fonça vers la table où Elyon et Samuel étaient assis l’un en face de l’autre. Il bondit littéralement derrière Samuel.
    « Samuel ! Oooh Samuel ! Samy ! Mon petit Samy ! Mumuuuuu ! C’est bien toi ! » Il l’avait alors saisi d’abord par les épaules, d’une poigne ferme. Il était remonté autour de son cou, avait serra rien qu’un chouia ses vilaines papates autour de sa peau de gonzesse frémissante. Il lui frotta les cheveux sans aucune délicatesse bien sûr, pour enfin emprisonner ses joues entre ses mains et lui mettre des petites claquounettes. « Tu PARLES ?! Et avec une fille en plus ! » *Tape, tape, tape !*
    Dunstan leva son regard de gredin vers Elyon. Sa langue passa entre ses dents, d’un mouvement furtif. « Bonjour Lied’quierck ! Tu donnes dans l’humanitaire toi aussi ? J’savais paaaaaaaas ! » Dunstan avait descendu ses mains sur les épaules de Samuel et maintenant s’amusait à faire claquer les ses bretelles sur son dos. « Toi tu dragues ! » CLAC ! « Comme ça ? » CLAC ! « Tu viens même pas demander des conseils à ton pote avant ?! Tu te jettes dans la gueule du loup et tout ?! T’es bien sûr de toi je trouve ! » CLAC ! « Je trouve que c’est pas bon pour toi ! Non mon vieux ! Tu veux aller plus vite que la musique, Mumu ! » CLAC !

    C’était marrant d’embêter Samuel Jones. Dunstan s’amusait comme un petit fou. M’enfin, il ne voulait pas non plus que Scarlett revienne l’embêter. Les blagues les plus courtes sont les meilleurs (et les rp aussi ? EPIC FAIL !) Là-dessus, Dunstan attrapa l’encrier qui se trouvait entre Samuel et Elyon, puis le renversa dans les cheveux de l’aiglon. Et ricanant comme un sagouin, il le planta là, tout dégoulinant d’encre noir en lui crachant d’un ton acide. « Tiens, le bon vieux bisou du Kraken ! Sois honoré. A mon avis c’est le seul que t’auras avant un bon bout de temps ! »
    Il partit aussitôt, franchissant pour de bon la porte de la bibliothèque.
    Fiou, Dunstan avait bien eu un peu chaud quand même, il était parti avant de brûler ! Aléluia !




_________________


Nous vaincrons lentement, mais sûrement !
- le club des escargots

Plus que 4/7 ! o/
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elyon D. Liedequierk
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 130


Feuille de personnage
Gallions: 115
Points de Magie: 94

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Dim 3 Juin - 18:08

    Elyon était un peu perturbée par la connexion que son voisin avait établie avec le mot Glodorak. Elle mit d'ailleurs, elle qui était surentraînée aux sens foireux, un certain temps à comprendre.

    « Hein ? Un anorak jaune... Aaaanh oui ! Gold-or-ak ! J'y avais jamais pensé, t'es génial Sam ! Ça, c'est une prédisposition aux jeux de mots, je suis sûre que mon père t'aimerait bien. Ah, et pour les grenouilles, non, jamais. Enfin j'ai essayé quand j'avais quatre ans, dans le jardin de mes grands-parents, mais je l'avais fait toute seule alors c'était tout dégoûtant. »

    Un petit silence gêné s'installa alors. C'est vrai qu'il avait pas l'air super doué en relations social, le Sam. Au moment où elle s'apprêtait à relancer la conversation, cependant, il commença à parler.
    … Ou pas.
    Ah si, tiens o/
    Sortir dehors ? (non puce, sortir dedans) Elle jeta un œil au ciel. Plutôt gris, elle ne se ferait pas éclater les yeux par un rayon de soleil bien placé. En plus, avec le petit regain de froid, il n'y aurait pas trop d'insectes. Après tout, ça ne pouvait pas lui faire de mal (et puis elle pourrait le dire à sa maman).

    « Oui, bien sûr, si tu veux. Enfin peut-être pas trop trop trop dehors, enfin pas jusque dans les arbres quoi. L'herbe, par contre, j'y vois aucun inconvénient. Enfin sauf si y a des araignées mais au pire je peux les poutrer avec mon sac, vu qu'il pèse un âne mort – voire plus – ça devrait pas être dur. »

    Mais tout ça, c'était sans compter sur l'interruption de Dunstan Pryde. Elyon aimait se dire qu'elle était ouverte d'esprit, mais dans sa tête, Dunstan était quand même rangé dans la catégorie « Tellement boulet qu'il pourrait détruire l'intelligence alentours. Trou noir de la stupidité, attention, dangereux. » (oui, ses catégories étaient très précises) Elle aimait bien l'embêter en lui parlant avec des longues phrases compliquées pleines de mots qu'il ne comprenait pas, mais globalement, elle évitait de trop se trouver en sa présence. Surtout quand il était avec des pintades, parce qu'elle se sentait obligée de penser que c'était des pintades, alors elle pensait à Noël, et elle avait super faim.

    Bref, Dunstan, disions-nous, qui paraissait plutôt intéressé par son compagnon de bataille navale. Dès la première phrase qu'il lâcha, elle ne put s'empêcher de marmonner un « Eh ben, tu t'es toujours pas acheté un cerveau toi. ». Et elle assista à toute la scène de traumatisme de l'aiglon en face d'elle, absolument terrorisée par sa stupidité. Si. Pour de vrai. Il lui faisait peur, à parler comme ça. On aurait dit une grand-mère prise de frénésie devant un nourrisson. Et tout le monde sait qu'il faut pas plaisanter avec les grand-mères, c'est féroce è_é
    De plus, même si elle était loin de le montrer, Elyon était mal à l'aise face aux allusions bizarres du Troll. Parce qu'elle détestait ce genre d'insinuations, déjà, ensuite, elle savait que ça devait être aussi très gênant pour Sam, et enfin, bah... C'est qu'elle était jamais sortie avec personne, la petite, alors ce genre de propos la faisaient incompréhensiblement flipper. Quand la tornade partit, elle soupira de soulagement.

    Et puis elle regarda Sam d'un air catastrophé. Le pauvre, plein d'encre, avait l'air beaucoup plus flippé qu'elle. Elle se leva, sortit sa baguette et prononça un « Récurvite ! » qui marcha admirablement bien, avant de fusiller le pauvre prof bibliothécaire du regard (déjà, qu'est-ce qu'il lui avait pris de laisser entrer Dunstan ? C'était du manque de respect envers les livres ça !) et de se retourner encore vers le pauvre chou tout propre (et grâce à quiiiii ? /o/).

    « Euh, euh, euh... (l'éloquence, une vertu en perdition ?) Désolée. De pas l'avoir frappé, je veux dire. Ça va, toi ? T'as l'air d'un... hum... D'un poisson-clown devant un barracuda, ou un truc du genre. La différence, c'est qu'il peut te faire beaucoup de choses machin, mais pas te manger. Enfin, quoique. Ptêtre que c'est son truc de manger les gens, ça s'est vu... Euh ouais, bref. Allez, viens, on va dehors, je pense que c'est mieux. Et puis, il va pas s'attaquer à toi deux fois dans la journée. Et même s'il le fait, dehors il y a moins de profs et plus de marge de manœuvre, je serai pas assise, et donc, je pourrais le taper. En fait, je suis pas sûre que le taper soit une bonne idée, mais je pourrais lui parler assez pour qu'il parte avant de tenter quelque chose (Elyon utilise grincement ! La vitesse de Dunstan baisse beaucoup ! Bref.). Hum... T'as vraiment pas l'air bien, on va sortit avant que tu vomisses. »

    Et sans attendre son avis, la demoiselle l'entraîna hors de la bibliothèque.


    Spoiler:
     


Dernière édition par Elyon D. Liedequierk le Dim 3 Juin - 18:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Master Of Puppets
Let it Be Written
Let it Be Written


Messages : 1678


MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Dim 3 Juin - 18:08

Le membre 'Elyon D. Liedequierk' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel J. Jones
Wisdom is Our Strength
Wisdom is Our Strength


Messages : 85


Feuille de personnage
Gallions: 343
Points de Magie: 139

MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   Lun 4 Juin - 11:59



Cette fois c’était sûr, il allait mourir ! Samuel n’était pas fait pour communiquer, il ne savait pas parler, on l’entendait à peine quand il ouvrait la bouche et….c’était accablant de voir à quel point une malheureuse question pouvait le mettre aussi mal. L’aiglon n’osait plus relever les yeux vers Elyon, fixant plutôt ses mains moites qui s’accrochaient désespérément à la table. Il avait envie de partir en courant, mais la jeune fille allait le prendre pour un dingue. Et en plus il risquait de s’éclater sur quelqu’un ou par terre. Mais finalement…mais finalement Elyon voulait bien sortir *-* Sam leva enfin la tête et observa un instant sa camarade. Il l’avait fait ! Il fallait absolument qu’il en parle à Papillote ! –oui, y’en a qui discute avec leurs amis, d’autres avec leur lapin….

Mais bizarrement, au moment où il voulut se lever, deux mains gigantesques s’abattirent sur ses épaules pour le clouer à sa chaise. Et la grosse voix terrifiante de Dunstan Pryde lui glaça le sang. Maman. Il allait mourir. Mais….pourquoi aujourd’hui ?! Pourquoi ?! Il sympathisait avec quelqu’un et c’est ce moment que choisissait ce troll de Pryde pour lui chercher des noises ? Zut ! Il n’aurait pas pu l’attraper dans un couloir vide plus tard ? Samuel glissa par réflexe ses petites mains frêles sur celles de Dunstan qui était à moitié en train de l’étrangler. Il était trop jeune pour mouriiiiiir ! Cette brute épaisse ne se rendait pas compte de sa force, c’était incroyable. Le Troll lui ébouriffa les cheveux avant de lui mettre un série de petites claques sur les joues. Aieuh ;____ ; l’aiglon, impuissant et complètement tétanisé, ferma les yeux très fort et se laissa faire. Il fallait attendre que ça passe. C’était toujours comme ça avec le Serpentard. Enfin…en fait c’était comme ça avec tous les gros bras qui aimaient martyriser les plus jeunes. Mais...il ne draguait personne ! C'était même pas vrai d'abord ! Il savait à peine acheter une baguette de pain seul, comment il aurait fait pour draguer une fille ?! Sam pensa un instant à crier au secours mais il se rappela qu’Elyon était juste en face de lui. Pas qu’il voulait jouer les gros durs devant elle, de toute façon c’était raté. Non, mais bon, il n’avait pas envie que cette histoire remonte jusqu’aux oreilles de son cousin, Josh. Parce que s’il l’apprenait, il ne serait probablement pas content. Du tout. Il ferait surement quelque chose de stupide qui lui causerait des ennuis. Ah les Poufsouffles…serviables mais pas toujours réfléchis.

Samuel croyait qu’il allait enfin être libéré quand Pryde le lâcha. Il avait mal aux joues et les larmes aux yeux mais il était entier, presque pas amoché et avait encore une grande partie de sa fiert…ah bah non. C’est drôle comme le bisou du Kraken ressemblait à celui de sa morveuse de demi-sœur : moite, pas agréable et pas très amical. Le serdy passa une main tremblante sur ses yeux pour enlever le gros de l’encre, puis sur sa bouche. Pitié, faites qu’il parte maintenant ! C’est bon, Sam avait eu sa dose de la journée, on verra la suite dans deux ou trois jours ! Pitié, pitié, pitié ! Visiblement, ce ricanement sinistre annonçait la fin du combat. Enfin du lynchage quoi, y’avait pas de combat entre une crevette naine et un Kraken géant. Il cligna des yeux, fixant Elyon qui levait sa baguette vers lui. Pour le débarrasser de l’encre. Ça y est, il avait trouvé une nouvelle déesse à aduler *-* en parlant de déesse, s’il allait chouiner dans les bras de Lou peut-être qu’elle pourrait coller Dunstan….(rêve pas trop mon coco, huhu) Samuel opina à chaque question d’Elyon, sans vraiment chercher à comprendre ce que les mots signifiaient. Elle était trop forte. Chiche de frapper Dunstan Pryde ! Il y avait fort à parier que Sam allait suivre la demoiselle un peu plus souvent, même si ça lui demandait de gros efforts de socialisation. Il suivit Elyon sans protester et quitta la bibliothèque, ses affaires sous le bras. Eurk…ou alors il rentrait chez lui à pieds et s’enfermait dans sa chambre jusqu’à la fin de ses jours. Owi, sa joueuse avait d’excellentes idées parfois.


HJ : Merci à toutes les deux pour ce rp ! Cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] Et sinon, dans la vie, tu fais quoi ? [PV Samuel et Elyon] (jeudi, 17h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu fais quoi ? [PV Emily Jolie :D]
» Si t'as ça , tu fais quoi ?
» Et toi, tu fais quoi today ???
» [RP Solo] Mettre un peu de Piment dans sa vie... !
» Wow, tout le monde se calme ! Ceci est un police piton 357 magnum, avec ça mon pôte, j’te fais un trou dans l’buffet, tu fais trois fois l’tour de ton slip, direction Pekin ! [Kiwen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Hogwarts | Neverending Fire :: Castle, Sweet Castle :: 4ème Etage :: Bibliothèque-