Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Lun 4 Juin - 23:48

Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur
Cordélia & Killian



    L’après-midi tirait à sa fin. Comme toute la journée le temps avait été grisâtre et morne. Pas un super week-end en perspective. Killian toutefois, ne s'arrêta pas à se genre de détail. Pour lui, le boulot, c'était tout le temps et il n'avait pas de repos, jamais ! Façon, il en aurait pas voulut. Se reposer... Pour faire quoi ? S'engraisser dans son canapé ? Prendre une mine joyeuse et sortir en famille dans sa campagne irlandaise ? Danser la macarena autours d'un feu de camp en mangeant des sucreries ? Pourquoi pas avoir une vie de famille tant qu'il y était ! Rien qu'à cet pensée, il frissonna... Une vie de famille mon dieu ! Des chaînes plus solides que l'acier selon lui.

    Bref, il pénétra dans le bar par l'arrière, signe qu'il venait du Chemin de Traverse. Il avait une longue cape qui le couvrait du temps capricieux et une fois dedans, la chaleur douce de l'auberge l'envahissant, il retira sa capuche. Et il retira même sa cape, la faisant disparaître dans sa poche, comme par... Magie ? Oui, c'est exactement ça ! Bienvenue dans le monde d'Harry Potter !
    Hum … Il alla s'asseoir entre les tables et attendit. Il signala au barman qu'il attendait quelqu'un. Ou quelqu'une. Oui, Killian avait filé rancard à une meuf !! Wesh de la boulette ! Non pas qu'il était timide. Loin de là. Juste, il ne considérait pas digne d'intérêt la plupart des demoiselles qu'il fréquentait. Et au lieu de s'engager dans des discussion platonique, inintéressante, il préférait passer ses soirées à bouquiner chez lui, en compagnie de son chien Lug.
    Alors que là, son invitée, ne manquait pas d’originalité, sinon d'étrangeté. Oui, Mademoiselle Skellig était assez singulière dans son genre et si au début il avait gardé ses distances, il avait apprit à sonder la jeune femme et ce qu'il en avait déduit lui avait plût. Qu'avait-il déduit ? Bah pas grand chose justement. Des indices, des hypothèses, mais rien de sûr. Il comptait pas se lancer dans un travail d'investigation, donc, il avait inviter la demoiselle quelques instants plus tôt à venir le rejoindre pour boire un verre.
    En tout bien tout honneur avait-il précisé. Bien que cela ne sembla pas pour le moins perturbé son invité.
    Comment l'avait-il rencontré ? Bah, par la seule manière qu'il soit pour Killian de rencontrer des personnes : le travail ! Elle était vendeuse à l'Asphodèle, dans l'Allée des Embrumes.
    Oui, beaucoup diront que ce n'est pas un endroit fréquentable pour les honnêtes gens, que seul les personnes louches ont besoin de s'y rendre. Killian avait eu moment ce jugement, puis en fait, il avait révisé sa position, car les magasins présent dans cet rue mal-famé, lui était bien utile. C'est là-bas qu'il revendait les quelques objets aux mœurs étranges que son père retrouvait lors de ses fouilles. Des couteaux magiques, avec un sang séché impossible à enlevé, mais au tranchant inégalable, des amulettes ensorcelés, des têtes de squelette qui réagissait à la lumière... Bref, plein de chose qui valait leur pesant d'or et qu'il était difficile de vendre à des sorciers riches et souhaitant entretenir une belle image. D’où ses liaisons avec l'Asphodèle mais aussi Barjow & Burk.
    Ce n'était pas vraiment du marché noir, car les marchandises étaient déclarés la plupart du temps, bien que certains objets ne le soient pas, mais ça restait mal vue comme commerce. Et Killian ne tenait pas à être aperçut trop souvent là-bas, ça nuirait à son boulot. D'ailleurs, s'il avait mit une capuche, c'était pas pour le froid hein. Puis en plus, c'était pas pour lui qu'il était allé là-bas. C'était pour Gringotts.

    Ayant besoin d'un soutien financier pour résoudre un petit problème en Egypte, Killian s'était adressé aux gobelins, des renards, durs en affaires. Un choix dangereux, mais il commençait à bien comprendre leur façon d'être et de négocier et il se montrait aussi retors qu'eux. Bref, toujours est-il que c'était donnant donnant. Il réussit à avoir leur aide, mais en contrepartit, il devait leurs revendre deux droits petites choses qu'ils ne voulaient pas voir traîner chez eux.
    La banque avait son propre réseau d'archéomage même si la plupart bossait en free-lance. Bref, toujours est-il que les gobelins avaient certains articles sur les bras que Killian récupéra, en laissant d'autres, plus difficile à transporter à la banque, puis il était allé à la rencontre de ses acheteurs. Barjow & Beurk lui fit une promesse d'achat et ^pour les quelques articles restants, il s'adressa à l'Asphodèle. Killian, désireux de se débarrasser de ça au plus vite, brada ses prix. En échange, il laissa à son invité le soin d'examiner quelques flacons aux liquides étranges. D'ailleurs, pour ça, il ne s'adressait qu'à elle. Il fallait voir le nombre de flacon que les égyptiens déposaient en offrande aux dieux dans les tombeaux, c'était impressionnant. Du sang humain, d'animaux, des boissons, des poisons... De tout !
    C'est là qu'il l'invita à boire un verre, se rendant compte que sa soirée allait être longue sans ça.

    Et maintenant, il attendait. Quand il était partit, il restait à la demoiselle deux trois choses à ranger, puis ce serait l'heure de la fermeture. Il était partit devant mais elle ne devrait pas tarder. Tiens, elle était là d'ailleurs. Quand elle arriva, il se leva et lui tira la chaise en gentleman qu'il était.
    Ce n'était pas pour impressionner ou pour séduire, juste une façon d'être. Ce geste là, comme tenir la porte à une femme, vouvoyer ses interlocuteurs... Bref, vieille école, mais en même temps, c'est ce qui faisait de lui ce qu'il était, qui le démarquait des autres.
    Regagnant sa place, il prit la parole.

    Pas un mots tant que vous n'ayez pas but quelque chose !

    N'étant pas quelqu'un au sourire facile, il se contenta d'un demi-sourire, signe de sa plaisanterie. Il devinait qu'après sa journée de travail, boire un verre, serait bienvenue. Après, ils auraient le temps de discuter. Il fit signe au barman de venir

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cordélia S. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 171


Feuille de personnage
Gallions: 468
Points de Magie: 45

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mar 5 Juin - 1:17

    Comme d’hab’ avec Cordy. Violence. On ne l’imite pas avec Maël, c’est mal.

    Cordélia venait encore de s’en prendre une. Et elle ne l’avait pas volé celle-là. Depuis que Maël lui avait annoncé vouloir partir, leur relation était... conflictuelle. En prenant comme référence « normale » celle qu’ils entretenaient avant la dispute. Autant vous dire qu’ils avaient tous les deux gagné un certain nombre de bleus et marques de morsures, brûlures de cigarette et autres joyeusetés. Tous les deux sur les nerfs, ils partaient au quart de tour. Cordélia était particulièrement hargneuse. Qui aime bien châtie bien, n’est-ce pas ? Alors le fait que Maël venait de lui coller un oeil au beurre noir, ça voulait dire quoi ? La jeune femme avait mal, très mal.

    Maël était arrivé juste après que Mr. Dromberg ait quitté la boutique. Ludovic, le gérant, était parti depuis un bon moment, laissant les rênes à son employée. Ce n’était pas comme s’il avait eu le choix de toute manière, en voyant cet homme, trafiquant d’objets magiques, débarquer à l’Asphodèle, Cordélia l’avait tout bonnement mis à la porte, il n’y avait pas d’autre mot. Mais revenons en à Maël. Lorsqu’il avait franchi le seuil, Cordélia avait su qu’il savait. Il savait qu’elle avait jeté une partie de sa collection de canards moldus, ceux qui trainaient sur étagère de ses produits de beauté. Elle avait été tellement énervée sur le moment qu’elle avait tout balancé par la fenêtre. Résultat son frère était en colère. Elle avait attendu le coup venir. Pas très longtemps. Par chance elle s’était maintenue au comptoir, sinon elle serait tombée de ses talons et se serait foulé la cheville. Maël en était resté là et était parti sans un mot, lui assurant que la suite viendrait lorsqu’elle rentrerait. La peur lui serrait les entrailles. La peur et l’excitation. Frappe-moi et marque-moi comme tienne. Le jeune homme avait laissé sa soeur toute frémissante de désir, non sans avoir embrassé son oeil blessé comme pour se faire pardonner. Fous, ils étaient fous. Mais c’était tellement, tellement bon...

    Cordélia était restée un moment immobile, encore un peu sonnée par le coup de son frère. Puis elle était revenue à elle et s’était occupé de fermer la boutique. Elle ferait les comptes le lendemain, là elle n’avait pas le temps. Elle passa quelques instants devant le miroir qu’elle avait installé dans son laboratoire pour s’arranger un peu. Rendez-vous au Chaudron Baveur voulait dire : présence de beaucoup de monde extérieur à son petit clan. Donc pas de tenue ostentatoire, elle conserva sa robe de travail. Stricte, mais incroyablement classe. Toute en noir, s’arrêtant juste au-dessus du genou, serrée à la taille et boutonnée jusqu’au cou. Cordélia se permit néanmoins de déboutonner la robe de façon à montrer un peu son décolleté. Elle avait une certaine réputation à tenir, même si elle ne pouvait pas se permettre de passer pour une traînée hors des lieux... appropriés. S’il venait à avoir de trop grosses rumeurs, son père la tuerait de ses propres mains. Si Maël ne le faisait pas avant. Chez les Skellig, chacun faisait ce qu’il voulait... Tant que ça ne se savait pas.

    Face au miroir, la jeune femme se remit un peu de rouge à lèvre d’un rouge profond et observa son oeil se colorer en violet lentement, mais sûrement. Son onguent pour les bleus était à l’appartement, elle n’avait pas le temps d’y passer. Tant pis, elle irait comme ça.

    Enfin prête, Cordélia attrapa sa cape et son petit sac à main avant de sortir en verrouillant la porte de leur sortilège secret. Puis elle remonta la rue pour retrouver le Chemin de Traverse et le Chaudron Baveur où Mr. Dromberg l’attendait. Sûre d’elle et fière, elle s’avança vers lui et le laissa lui tirer la chaise maladroitement. Peut mieux faire. C’était un homme séduisant, bien que carrément coincé, rien à voir avec les personnes qu’elle fréquentait d’ordinaire. Rien à voir avec Maël. Il était fade à côté de lui. Et de toute manière, personne ne lui arrivait à la cheville.

    Quoi qu’il en soit, Cordélia s’assit et croisa les jambes dans une attitude hautaine. Elle ne parlerait pas la première, c’était lui qui l’avait invité. Et si vous voyez un grand contraste entre sa conduite actuelle et la façon dont elle s’écrasait devant Maël ou Caine, c’était parfaitement normal. Elle était comme ça, Cordélia. Si on voulait la maitriser, il fallait avoir du sang de Kraken dans les veines.

    L’entrée en matière du sorcier ne plut pas du tout à Cordélia. Était-il en train de la sommer de boire ? Ou alors était-ce une façon de parler. Peut importe.

    – Je bois si je le désire Mr. Dromberg. Ne vous avisez plus de me demander quoi que ce soit. déclara-t-elle, glaciale.

    Mais le barman s’intéressait enfin à eux. Cordélia le connaissait bien pour être passé plusieurs fois sur le comptoir. Pas très beau, la cinquantaine, mais très... malléable... Un vrai pantin. Elle lui adressa un sourire carnassier, mais cela eut pour effet de plisser la peau sous son oeil droit gonflé. Aïe... Cordélia eut un petit sifflement, cessant immédiatement de sourire.

    – Un café. Sachant qu’elle ne tenait pas l’alcool, mieux valait commencer soft. Très bien, Mister. reprit-elle en se tournant vers Killian, Que me voulez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mar 5 Juin - 17:10

    Comme quoi, il peut s'en passer des choses dans les délais les plus brefs. Après tout, quand il avait quitté la boutique, Mademoiselle Skellig, n'avait pas de bleu au visage. Il pouvait voir des teintes violâtres se faire un peu plus marqué, faisant disparaître la rougeur. Demain, ce serait bien plus foncé. Bref, en personne avisé, il ne demanda pas à celle qui lui faisait face ce qu'il c'était passé. D'une, ça ne le regardait pas et de deux il ne pourrait rien y faire et de trois, ça ne l'intéressait pas forcément. Par politesse, il s'y intéresserait si elle abordait le sujet, mais sûrement qu'elle ne le ferait pas, cet faible femme d'apparence, Killian avait rapidement comprit qu'elle n'était pas dénué de caractère ! Se plaindre, ce n'était pas son truc selon lui, il n'allait donc pas la plaindre pour elle.

    Sa remarque arracha un sourire à Killian, un sourire en coin. Il ne s'offusquait pas de la remarque, preuve que l'humour c'était pas son truc et que s'y essayait, c'était pas arranger les choses. Peut-être son plus gros souci. Lui ne riait jamais, même s'il pouvait faire rire les autres. Toutefois, quand on ne le connaissait pas, son humour particulier, avait beaucoup de mal à faire mouche.
    Ce qui lui plût un point moins, c'est la menace même pas dissimulé.

    Loin de moi l'idée de vous obliger quoi que ce soit, c'était une façon de parler. Alors... Ne disons pas de chose que l'on pourrait regretter, voulez-vous ?

    Il avait prit une intonation de voix amicale, dénué d'agressivité, mais son regard c'était légèrement durci, surtout sur la dernière partie de sa phrase. S'il y avait des choses qu'il ne supportait pas, c'est de ne pas réagir fasse à une attaque. Oui, il avait invité Miss Skellig. Non, il ne désirait pas se la mettre à dos. Mais il ne désirait pas non plus faire genre qu'il n'avait pas entendu sa menace. Elle n'aimait pas recevoir des ordres, lui non plus.
    Il se tourna vers le barman qui vint prendre leur commande et annonça un autre café. Il n'allait pas l'accompagner avec un whisky sec, alors qu'elle était au café. Aucune des réactions de son interlocutrice ne lui échappa pas, le sourire qu'elle fit au barman, qui s'en réjouit d'ailleurs, sa douleur apparente quand elle plissait ne serait-ce qu'un peu les yeux... Tout ce genre de chose qui était intéressante à apprendre d'une personne. Une fois le barman partit, elle reprit la conversation.

    Que lui voulait-il ? C'était une bonne question ça. Rien. Absolument rien. C'est vrai que quand il l'invita, il ne lui précisa rien du motif de la demande. Parce qu'il n'y avait rien à dire. C'était aussi simple que ça.

    Pourquoi pensez-vous que je veux quelque chose ? Si ce n'est une conversation agréable ? Pour être franc, je n'aime pas spécialement la compagnie des autres. Mais de temps en temps, ça fait du bien. D’où le fait de mon invitation. On traite ensemble depuis quelques temps déjà, il me semble donc qu'une conversation autours de deux cafés, c'est dans l'ordre des choses.
    D'ailleurs, vous pouvez m'appelez Killian si vous le désirez.


    Cet fois, pas de menace, pas de regard dur. Non, il avait laissé ça derrière lui, comme si rien ne c'était passé et maintenant il arborait une mine plus chaleureuse, détendu.
    Le barman arriva empêchant son invité de répondre de suite. Killian régla les deux cafés en lui disant de garder la monnaie.
    Puis il reporta son attention sur son invité tout en mettant le sucre dans son café et à mélanger le tout à la cuillère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cordélia S. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 171


Feuille de personnage
Gallions: 468
Points de Magie: 45

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mar 5 Juin - 21:54

    Hum... Pardon.

    C’est ça essaye de me faire peur, que je rigole un peu ! Franchement, il croyait sérieusement qu’elle pourrait « regretter » quoi que ce soit ? Elle avait été élevée à la force du poignet et dans les vapeurs de chaudron alors ce n’était pas lui qui allait lui faire peur. Qu’il encaisse les coups de ceinturons de Grand-Papa Skellig et soit balancé dans le bassin des Krakens à sept ans et ensuite il pourrait revenir essayer de la menacer. Et de toute manière, il touchait à un seul, un seul ! de ses cheveux et elle demandait à Maël, Caine et Medrawt de lui régler son compte. On ne menace pas un Skellig, sauf si on a soi-même du sang de Kraken dans les veines !

    Cordélia se contenta d’ignorer l’homme, examinant son vernis noir. Son index était écaillé, elle détestait avoir les ongles mal vernis. Elle réfléchit quelques secondes, cherchant à se souvenir de où elle avait bien pu ranger son vernis. Ne se souciant pas de ce que pouvait bien faire le sorcier, la jeune femme chercha dans son petit sac sans fond. Mais visiblement elle n’avait pas emporté son vernis. Tant pis, ça allait la stresser toute la soirée, mais elle survivrait. Enfin elle en profita pour sortir son paquet de cigarettes et en cala une au coin de ses lèvres rouges. Polie, elle en proposa une à Killian avant de le ranger et de prendre sa baguette pour allumer sa cigarette. Une bouffée plus tard, elle put enfin accorder son attention à cet homme qui l’avait invité à prendre un verre pour lui parler d’elle-ne-savait-trop-quoi. C’était intriguant, personne ne l’invitait jamais à boire un verre sans lui dire clairement pourquoi il le faisait. Tout le monde avait bien trop peur d’elle. Et il était rare qu’elle sorte sans Maël par ailleurs. En plus on n’invitait pas Cordélia à boire un verre, on la trouvait dans un bar et on se l’envoyait. Ou plutôt l’inverse d’ailleurs. Qu’est-ce qu’il voulait cet imbécile ? Elle espérait qu’il avait comme d’habitude quelques objets magiques étranges à lui refourger... C’était ça qui était bien avec ce mec, il était toujours blindé d’objets magiques ! Et le Kraken seul savait à quel point Cordélia était friande de choses du genre. Enfin ça n’avait rien à voir avec sa passion pour les serpents, qu’ils soient vivants ou dans des bocaux de formol.

    HEIN ?! Quoi ?! Une... conversation agréable ? De la compagnie ? Elle ? Il se foutait de sa gueule ou quoi ? Cordélia ne put retenir un regard surpris avant de reprendre une bouffée de cigarette pour se détendre. Elle resta silencieuse un moment, fumant d’un geste élégant. Elle prit également une gorgée de café, plongeant son regard dans celui de son vis-à-vis, comme pour estimer ses intentions. Peut-être était-il simplement un grand timide. Ou il était simplement bien élevé et pensait qu’elle avait besoin de boire un verre avant de lui demander d’écarter les cuisses ? C’était plus que probable. Qui aurait pu avoir envie de « discuter » avec elle ? De toute manière, qu’aurait-elle pu lui raconter ? Sa dernière visite au cimetière moldu pour récupérer des ossements humains ? Non mais vraiment, ce type faisait pitié...

    Un peu énervée, Cordélia tendit un peu le bras pour tapoter sa cigarette de l’index, faisant tomber intentionnellement la cendre dans le café de Killian. Petit air hautain mêlé d’une pointe de défi. Elle, provocante ? Vous ne l’avez pas encore vu se déshabiller...

    - Ecoute Killian. Tu sais, si tu veux qu’on baise, il suffit de demander. Pas la peine de faire semblant. Allez, fais pas ton timide... Chez toi ou chez moi ?

    Le tout en écrasant sa cigarette sur la table. Vous avez dit quoi ? Trop pressante ? Naaaaaan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mar 5 Juin - 22:52

    S'il y avait bien quelque chose que Killian ne supportait pas, c'est les gens qui se pensaient plus important, qui pensaient être au-dessus des autres. Bon, c'était assez hypocrite de sa part, mais quand ça marchait dans son sens, ça lui convenait. Dans l'autre, ça n'allait pas, mais alors, pas du tout. Il y a bien une chose que l'irlandais ne supporte pas, c'est qu'on ne l'écoute pas quand il parle. En plus du manque de politesse, il trouvait ça particulièrement humiliant, lui qui avait l'habitude d'être écouté.
    Quand il parla, expliquant le pourquoi du comment du fait qu'il l'ai invité à prendre un verre et qu'elle de son côter, se mit à regarder ses ongles, fouiller dans son sec et même lui proposer une clope... Toutes ces petites choses qui donnèrent envie d'éclater la tête de la Skellig sur la table. Mais à la place, il se contenta de boire une gorgée de son café. Il était calme et savait garder son sang-froid. La même chose face à Phelan, fille ou pas fille, la demoiselle aurait sûrement prit une gifle. C'est ce qui le différenciait de son cousin et qui faisait qu'ils se complétaient parfaitement. En même temps, son cousin aurait aussi peut-être sauter l'occasion.... L'occasion étant Skellig.

    La remarque de Cordélia le surprit, puis un sourire s'afficha sur son visage. Là encore, ce n'était pas un grand sourire béat, mais juste un petit sourire qui ne sortait qu'à de rare occasion, signe de son amusement ou qu'il trouvait la situation particulièrement attrayante.
    En effet, c'était plus drôle que choquant. Contrairement à ce qu'on pense, Killian n'était pas le mec coincé, qui ne savait pas s'amuser, danser et baiser pour reprendre les termes de son interlocutrice. C'est que ce genre de divertissement, bah, ça le divertissait pas tant que ça. Et quand il avait besoin de rencontrer du monde, séduire une demoiselle, il savait y faire. Depuis qu'il c'était mit à jouer les hommes d'affaires et le diplomate pour la famille, il c'était pas mal enfermé dans ses responsabilités, mais avant, il n'était pas comme ça, ou moins.
    Bref, en tout cas, la remarque de la fille du Kraken méritait une réponse.

    C'est faire grande estime de sois-même que de penser que je veuille coucher avec vous. Si vous ne savez pas tenir une simple conversation, c'est dommage et … décevant de la part d'une fille du Kraken.

    Ca c'était autre chose qui foutait Killian en boule. Lui essayait de sortir sa famille de la déchéance et elle, tirait la sienne vers le bas. Oui, l'Irlandais connaissait cet famille, d'une car il c'était intéressé aux grandes familles de sorciers, en Irlande, en Angleterre et partout dans le monde d'ailleurs. Puis, il y avait Caine aussi, le cousin de Cordélia et Maël, d'une année de moins que Killian. Il avait rencontré les deux cousins à Poudlard bien-sûr. Et maintenant qu'il y pensait, la demoiselle qui lui faisait face avait dû y être en même temps que lui d'ailleurs.
    S'il n'avait prononcé ni le nom de Maël, ni celui de Caine, c'était parce que ce n'était pas eux qui l’intéressait. Et parce qu'il ne s'entendait pas avec eux non plus. A croire qu'il pouvait pas encadrer cet famille.

    Pourtant ça ne me surprend guère … Sauf s'il vous prend l'envie de parler comme deux personnes civilisés autours d'un café, je crois que je vais me retirer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cordélia S. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 171


Feuille de personnage
Gallions: 468
Points de Magie: 45

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mer 6 Juin - 1:40

    La joueuse s'excuse U.U

    Blasée, Cordélia était blasée. Elle reprit une cigarette. De toute manière, tout l’emmerdait, tout l’ennuyait, tout l’énervait ces derniers temps. Elle était en période descendante, bientôt elle serait si déprimée qu’elle refuserait de quitter le lit et tenterait de se pendre avec son rideau de douche. Voilà trois mois qu’elle était en phase maniaque, un record. La présence de Maël l’avait vraisemblablement aidée à tenir le choc, mais maintenant son départ imminente laissait la jeune femme en roues libres. Elle soupira et fit un rond de fumée parfait. Des heures d’entraînement avec Maël, le matin dans la cuisine, après avoir foutu à la porte leurs proies de la veille.

    - N’insulte pas le Kraken, tu ne sais rien de lui. Et apprends que je ne suis pas payée pour faire la conversation d’ordinaire. répliqua-t-elle avec un rictus moqueur.

    Prostitu-quoi ? Naaaaaan ! Échange de bons procédés comme disait Maël ! Et non, pour ceux qui se le demanderaient, Cordélia n’en était pas une. De toute manière on ne lui donnait rien, elle prenait tout ce dont elle avait envie. Le corps surtout et parfois aussi le coeur. Mais un jour, elle apprendrait à se délecter de leur âme. Un jour... Lorsqu’elle aurait réussi à devenir ce qu’elle avait toujours voulu être.

    Il l’énervait à se croire mieux que tout le monde ce type ! Alors comme ça il ne voulait même pas coucher avec elle ? Très bien, elle retenait et serait là pour le lui rappeler lorsqu’il serait à genoux devant elle et lui baiserait les pieds. Et en plus il se permettait de critiquer son comportement ? Genre monsieur était bien élevé ? Il croyait quoi exactement, que sur les îles on leur apprenait à faire des conversations futiles ? Quel con... Non, on apprenait à cultiver la terre, à soigner les bêtes et à chérir les Krakens ! Le reste n’était pas important. De toute manière, il y avait la famille, le clan, le sang. Rien n’était plus important. Écarte-toi du rang et tu finiras en pâture au Kraken... Fais ce que tu veux, mais ne jette pas le déshonneur sur la famille. Cordélia suivait à la lettre ce principe. Bien sûr il y avait les rumeurs, mais tout cela lui passait complètement par dessus la tête. En plus, elle les aimait bien, ces rumeurs... On racontait qu’elle et Maël étaient amants. Si seulement...

    Après ce court moment d’égarement, Cordélia en revint à son interlocuteur arrogant. Elle le fixait sans ciller, cherchant à le déstabiliser du regard. Discuter avec lui ne l’intéressait guère, par contre elle pouvait toujours essayer de s’amuser un peu... Ce n’était pas interdit, non ?

    - Et qu’est-ce qu’il te fait croire que je suis une personne civilisée, Trésor ? Tu veux que je te fasse la conversation ? Très bien, mais ce sera plus cher... Mais à ton aise. De quoi veux-tu parler ? Nous pouvons décortiquer la Gazette du Sorcier, je peux te parler de rumeurs qui circulent dans notre monde... Il paraît que je suis une vraie langue de vipère, si tu vois ce que je veux dire... termina-t-elle en faisant claquer sa langue de façon tout à fait... hum..

    Finalement, il était assez drôle, ce type ! Cordélia prit une nouvelle bouffée de cigarette, inspirant profondément sa fumée ô combien délectable. Puis elle se força à éclater de rire, pour plus de théâtralité. Cela dura quelques secondes avant qu’elle ne se remette à fumer, le coude appuyé sur le dossier de sa chaise.

    - Alors chéri... Tu veux jouer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mer 6 Juin - 23:21

    Comment qualifier la tournure de la conversation ? Complexe ? Pas vraiment. Incongrue ? Oui, mieux déjà. Killian avait mené bien des conversations étranges, avec des interlocuteurs encore plus étranges que Cordélia. Toutefois là, en plein guerre de Londres, il était tombé sur une espèce rare, même chez les sorciers. La Skellig était particulière et c'est pour ça qu'il l'avait invité à boire un verre, histoire de sortir des discussions fades et sans intérêt.
    Bah, il était servit ! Pas choqué, pas déconcerter. Non, il trouvait ça presque... Marrant. Il ne doutait pas du fait que la fille du Kraken était redoutable, mais il savait aussi qu'il ne craignait pas grand chose. Il avait suffisamment de tact et de diplomatie pour éviter de faire dégénerer les choses.
    Il sentit que Cordélia fut légèrement vexé de son refus. Enfin... Vexé était un bien grand mot, mais plutôt surprise qu'il n'accepte pas. A croire qu'il était impossible qu'un mec refuse un plan cul.
    Peut-être y en avait-il peu, mais il y en avait. Et une chose de sûr, il n'irait pas se jeter à ses pieds ni maintenant ni plus tard pour coucher avec elle. Si l'envie lui en prend, peut-être reviendrait-il sur la proposition, mais là... La demoiselle ne l'attirait pas en fait. Elle était pas non plus moche, mais c'était pas son style. Les goûts et les couleurs, on sait ce que c'est hein !

    Je me dois de vous contredire une fois de plus : Je n'ai rien contre le clan du Kraken, bien au contraire, je respecte leurs patrimoines et ce qu'ils font. En plus vous êtes irlandais. Une raison de plus pour ne pas vous insulter.

    Il ne releva pas la remarque. Sur le fait qu'elle n'était pas payé pour faire la conversation. Le contraire l'aurait fait fuir, non pas qu'il était proche de ses sous mais question de principe. On ne paye pas pour passer un moment avec Killian Dromberg ! Bah quoi ! C'est pas elle qui disait qu'il était arrogant ?? Bref !
    Ce qui l'interessa d'avantage c'est la question de son interlocutrice. Après tout, qu'est-ce qui lui disait qu'elle était civilisée ? Il l'écouta parler, interessé, amusé. Il fit un signe au barman de venir. Il allait pas boire le café dans lequel son interlocutrice avait mit ses cendres.

    Bien-sûr Miss Skellig ! J'aime l'inconnu et les défis. Je ne vous connais pas ou très peu et vous êtes du genre coriace ! Ca risque de me plaire !

    Il continuait toujours de la vouvoyer. Ce n'était plus de la politesse, mais puisqu'elle veut jouer, alors ils joueraient. Chacun avec ses atouts. Lui, c'était son imperméabilité. Une imperméabilité qu'il comptait bien mettre à l'épreuve. Il regardait Cordélia, sans ciller lui non plus. Il sentait qu'ils pourraient jouer un moment à ce jeu.
    D'ailleurs même l'arrivé du serveur ne le perturba pas, après tout, il l'avait appelé, c'était pas une surprise. Après le café et vu que la conversation qui s'annonçait serait des plus intéressantes, autant laisser les fioritures de côté et passer aux choses sérieuses.

    Un Whisky ! De l'Irlandais ! Sec !

    Le barman partit après avoir prit la commande ( et peut-être celle de Cordy).
    Là, l'irlandais, bien calé dans son fauteuil reprit la parole, tranquillement, une de ses mains jouant avec sa tasse, la faisant tourner dans sa main.

    Alors ? Vu que vous semblez avoir une grande expérience des hommes, qu'est-ce qui me ferez frémir d'horreur ou d'envie selon vous ? Je vous avouerais que les actualités ne m'intéressent guère, mais je trouve que notre Ministre des Affaires Internationales a fait un discours manquant de substance, avec des arguments facilement réfutable. Intéressant n'est-ce pas ?
    Allez y, je vois que vous aimez prendre l'initiative. Ne me ménagez pas, n'ayez pas peur.


    Finir sur une provocation. Oui, Killian mettait le feu au poudre...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cordélia S. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 171


Feuille de personnage
Gallions: 468
Points de Magie: 45

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Lun 11 Juin - 11:30

    Ce type était vraiment minable. Aucune réaction. Elle venait quand même de sous-entendre qu’elle était une pute. Et rien, même pas une grimace de dégoût. Cordélia avait besoin de répondant sinon elle s’emmerdait. Or c’était le cas. Il faisait genre « je suis imperturbable », mais cela n’avait aucun intérêt. En plus on aurait dit qu’il jouait une mauvaise pièce de théâtre. Pour peu elle lui conseillerait de prendre des cours avec Maël... Il fallait avoir un but dans la vie. Si c’était pour baiser, pas la peine de s’embarrasser avec toutes ces conneries. Si c’était pour faire des affaires, autant le dire clairement dès le début. Si c’était pour s’amuser, il fallait y mettre un peu du sien et rentrer dans le jeu au lieu de rester froid comme ça. Et si c’était pour la « séduire »... Merlin il allait ramer le pauvre vieux !

    Allez, vas y mec, essaye de faire comme si tu t’amusais parce que moi je me fais tellement chier que je vais finir par m’endormir. Histoire de s’occuper un peu, Cordélia reprit une nouvelle cigarette. Sans déconner, elle était coriace ? Quel sens de l’observation... Le jeune femme se contenta de lever les yeux au ciel d’un air blasé. Et voilà qu’il prenait un Whisky... Peut-être qu’il allait finir bourré et ainsi serait plus amusant ou entreprenant. Cordélia ne demanda rien, elle ne buvait pratiquement jamais. De toute manière, elle ne tenait pas l’alcool. Et voilà qu’il se mettait parler politique... Dans la famille « je plombe d’ambiance » je demande le fils !

    - Je m’emmerde. On voit que vous n’avez jamais fait la conversation à une femme comme moi. Peut-être même à une femme tout court. Or les vieux puceaux, moi ça me branche pas.

    Soudain une main se glissa dans le dos de Cordélia qui se retourna brusquement pour découvrir un homme mille fois plus séduisant que celui avec qui elle tentait en vain de parler. Il était parfois serveur au Courtisane mais surtout... Un loup garou toujours partant.

    - Cordélia... Que fais-tu ici alors qu’une soirée se prépare aux Bras de l’Amiral ? demanda-t-il d’une voix douceuse en baisant sa main.
    - Swann, mon chéri... Voyons il n’est encore très tôt, j’ai tout mon temps...
    - Tu as raison. Pour ma part je me rend au Courtisane, ce soir. Tu sais que je n’apprécie guère la compagnie des vampires.
    - Je sais mon loup, je sais... Mais dis-moi, ça ne serait pas bientôt la pleine lune ? interrogea Cordélia, complètement obnubilé par le loup-garou dont la main courrait sur sa nuque.
    - Je savais que tu le demanderais... C’est dimanche. Tu veux qu’on se voit vendredi ?
    - Disons plutôt samedi.
    - Tu n’as vraiment peur de rien... Mais tu es tellement prévisible. On se voit donc samedi soir... conclus Swann en se penchant pour effleurer les lèvres de la jeune femme.
    - J’ai hâte d’y être... murmura-t-elle dans un souffle juste avant que Swann ne se recule pour se tourner vers Killian.
    - Pardonnez-moi pour vous avoir emprunté Cordy-chérie quelques instants. Je vous souhaite une très bonne soirée, vous avez bien de la chance.

    Sur ces mots, le loup-garou inclina la tête, caressa une dernière fois le cou de Cordélia du bout des doigts et sortit du le Chemin de Traverse. Soudainement incroyablement motivée et euphorique, la jeune femme se tourna vers l’homme en face, d’elle avec un grand sourire carnassier sur le visage. Elle prit une bouffée de cigarette avant de reprendre la parole.

    - Un homme charmant, n’est-ce pas ? Vous connaissez les Bras de l’Amiral ? Le plus vieux club vampire de Londres. Juste en face d’un cimetière. J’aime y passer au petit matin, parfois j’en profite pour récupérer quelques ingrédients. D’ailleurs la dernière fois, je me suis faite attrapée par la police moldue. Heureusement que Maël était là pour me tirer d’affaire. J’imagine que ce n’est pas trop dans vos habitudes de traîner dans ce genre d’endroit, me trompé-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Jeu 14 Juin - 22:36

    Comment ça le côté taciturne de Killian ne jouait pas en sa faveur ? Enfin, pas vraiment taciturne, mais il n'exprimait rien ou pas grand chose. Et le pire, c'est qu'il ne le faisait pas exprés. Bien-sur, il pouvait se montrer plus chaleureux, mais après tout, il ne connaissait guère mademoiselle Skellig et devait donc préserver une certaine courtoisie, veillant à ne pas dépasser les limites !
    Attention, on ne plaisante pas avec l'étiquette !
    Killian rat de bibliothèque qui n'était pas sortit depuis un moment de son trou ? Oui c'était à peu prés ça. En tout cas, une chose était sûr, il se rendait compte, il était temps, que Cordélia se faisait chier. Mhh... Bon, après tout, elle et lui, c'est deux extrêmes.Quoi de plus étonnant. Et à peine cet conclusion, assez vexante d'ailleurs, en tête, que voilà qu'elle affirmait son hypothèse, dans sa franchise habituel. Elle se faisait chier. Bon, ok... Hey, 'Ian, si tu sortais de ta coquille et que tu essayais de t'amuser ? Pardon, m'amuquoi ? Quel est ce parler étrange ?

    Bref, il sourit à sa remarque, ce qui était con après ce qu'elle venait de dire, mais il prenait ça plus à la dérision qu'autre chose. Il s'apprêtait à répondre, en essayant cet fois d'apporter quelques touches intéressante à sa tirade, lorsque quelqu'un s'approcha.
    Killian écouta le récit sans vraiment y faire attention. Cela ne l'étonnait pas le moins du monde d'ailleurs. Cordélia Skellig était tout à fait du genre à avoir des relations guère fréquentable, ou plus exactement, original. Loup-garou, vampire etc... Killian les avaient beaucoup étudiés. Et au final, ils n'étaient que le fruit d'une malédiction. Toutefois ils étaient considérés comme des dieux dans certains peuples aujourd'hui disparut. En tout cas il rendit un salut courtois à l'homme-loup, là ou d'autre aurait été intimidé ou méfiant.

    Il n'y a aucun problème ! Merci et bonne soirée à vous aussi, à bientôt !

    Il salua à son tour l'homme sur un signe de tête, il reporta son attention sur miss Skellig lorsque sa commande arriva. Ah, un whisky. Après tout, c'était bientôt l'heure de l'apéritif ! Il ne s'offusqua pas que Cordélia ne prenne rien et ne lui proposa rien non plus. Après tout elle était grande et il avait comprit qu'elle n'aimait pas l'insistance, alors...
    En tout cas, il sourit assez franchement cet fois. Bien-sûr on pourrait croire que les Bras de L'amiral n'étaient pas un endroit que fréquentait Killian et pourtant... Ce qu'il y avait d'extraordinaires avec les vampires, c'était leurs longévité et souvent, ils étaient férus de voyage. Ils avaient le temps de voyager et d'accumuler des découvertes, ce qui intéressait on ne peut plus Killian.

    Je connais l'endroit et je n'y passe que rarement. Les vampires accumulent avec leur longévité de véritable trésors. Je trouve les vampires égyptiens un peu plus intéressant pour tout vous dire. Mais ça n'engage que moi.

    A l'énoncé du nom de Maël, Killian n'avait pas exprimé de surprise ou quoi que ce soit. Après tout, Cordélia Skellig était la sœur de Maël et la cousine de Caine. En faîte, il avait dû la croiser à Poudlard sans vraiment y faire attention...

    En effet, Maël sait se montrer très convaincant. Je le connais depuis Poudlard. Ainsi que Caine bien-sûr. D'ailleurs, nous avons sûrement dû nous croiser, rien d'extraordinaire là-dedans évidemment.

    Bah oui, après tout, elle aurait très bien pût jouer le rôle de moyen de pression pour s'occuper des deux affreux quand l'envie s'en faisait sentir. Bah, tant pis ! Caine... Caine à qui il avait promit qu'un de ces quatre, ils mettraient à plat leur petit conflit. Et ce deux jours plus tôt. Etait-ce une des raisons pour laquelle il avait proposé ce petit verre à Cordélia. Non. Sinon il n'aurait pas dit qu'il connaissait des membres de sa famille. Car il se doutait qu'elle leur en parlerait. Et pas forcément en bien. Sûrement pas en bien.

    D'ailleurs, pour être honnête, je ne m'entends guère avec eux. Vous vous doutez pourquoi je pense.

    Il laissa échapper un sourire moqueur. Auto-dérisoire en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cordélia S. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 171


Feuille de personnage
Gallions: 468
Points de Magie: 45

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Sam 16 Juin - 23:36

    Franchement, il aurait pu y mettre un peu du sien et feindre d’être un peu impressionné par le loup-garou. Aucun sens du théâtre, de la tragédie ou du spectacle en général. En gros : un emmerdeur. Toujours en faire trop, toujours en faire plus, telle était la ligne directrice de Cordélia. Chaque seconde de sa vie était une scène de théâtre, travaillée et sophistiquée. Quand elle baisait, elle se donnait en spectacle, que ce soit privé... ou public. Quand elle s’énervait aussi, quand elle mangeait, quand elle draguait et même quand elle dormait. Pas un instant de répit. Sinon plus rien n’avait d’intérêt. Où serait le piment de la vie sans ses artifices ? Ça, Killian ne semblait pas le comprendre, il était fade et sans intérêt. Ce n’était pas la froideur malsaine et vicieuse de Maël, non c’était ce que Cordélia appelait une froideur coincée. Elle avait quand même une vision de hommes bien à elle. Et puis de toute manière, aucun ne tenait la comparaison avec son frère et la jeune femme avait tendance à considérer comme inintéressant chaque homme n’ayant pas une once de sang de Kraken dans les veines. Autant dire que ses choix étaient réduits...

    Mais tout de suite, dès que Killian se mit à parler de vampire, Cordélia fut nettement plus intéressée. Dès qu’on parlait de vampire et de jeunesse éternelle, elle oubliait ce qu’elle était en train de faire Une petite flamme dans les yeux, la cigarette coincée entre ses lèvres, elle invitait l’homme à continuer sur sa lancée.

    - Vraiment ? Je n’aurais pas pensé que quelqu’un dans votre genre puisse s’intéresser à ce genre de créatures... Que savez-vous des vampires ? Dites m’en plus, je suis toute ouïe.

    Killian avait enfin réussi à s’attirer la sympathie de Cordélia, il aurait suffit qu’il continue sur cette voie pour que tout se passe bien et que la soirée soit agréable. Mais voilà, il fallut que cet imbécile mette les pieds dans le plat et saute à pied-joint dessus. Parler de Maël avec ce sourire moqueur.

    Personne. Ne parle. De. Maël. Avec. Ce. Sourire. Personne.

    Mais... Donc il était ennemi avec Maël ? Donc elle n’avait pas spécialement le droit de lui parler pour autre chose que du boulot normalement, non ? S’il la prenait à une table de bar avec cet homme sans de but sexuel dégradant pour lui, elle risquait de se faire allumer bien comme il fallait. Surtout aujourd’hui. Putain de merde, elle n’aurait pas dû jeter ses canards par la fenêtre, elle n’aurait jamais dû faire ça... Erreur, grosse erreur ! Elle savait pourtant qu’elle ne devait pas toucher à ces putains de canards en plastique. Mais évidemment il avait fallu qu’elle pète les plombs. Il allait le lui faire payer pendant des semaines, des mois, des ANNEES !

    - Tu connais mon frère... déclara la jeune femme nettement plus froide et distance. Et tu ne l’apprécies guère visiblement. À ce moment-là je ne vois pas ce que tu branles ici à tenter de me faire la conversation.

    Sous-entendu : si tu n’aimes pas Maël, alors il est impossible qu’on puisse s’entendre et autant arrêter les frais de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mer 20 Juin - 21:54

    Houlà, Cordélia voulait vraiment lancer Killian dans ce genre de sujet. Car déjà qu'elle le trouvait ennuyeux. Oui, Killian savait énormément de chose et justement, il ne savait pas relater les choses en visant les points intéressants. Lui, l'Histoire, c'était tout ou rien ! Si Cordélia voulait savoir ce qu'il savait sur les vampires elle devrait passer par les trucs aussi chiant qu'intéressant, mais essentiel aux yeux de l'archéomage. Il avait bien conscience de tout ça et en général, il n'essayait pas de dénigrer son savoir pour garder en haleine un public d'ignorant.
    Là, il ferait un effort. Un maximum du moins. Non pas que Cordy était ignorante hein !!

    Alors, ce que je sais est vaste et malheureusement incertains. Le vampirisme semble remonté à plusieurs millénaires bien avant J.C. Et comme toujours plus les informations, peu nombreuses s'étalent dans la durée, plus il est difficile de retracer une histoire exact.
    Bref. L'histoire à laquelle je me rattache la plus souvent, est celle qui dit que le premier vampire est « né », en Egypte, 4000 av. JC. Selon ce que je sais, c'est deux sorcières égyptienne, deux sœurs, Maharet et Mekare, adaptent de nécromancie qui aurait usé des esprits pour se venger de leur roi et reine qui les avaient fait bannir du pays et aussi se venger de Khayman, l'administrateur royal qui les a violés. Ainsi donc les esprits s'abattirent sur la ville, tourmentèrent le dénommé Khayman, ainsi que le roi et la reine ! Jusqu'à ce qu'Amel le plus puissant des esprits invoqués par les deux sœurs s'immisce dans le corps du couple royal et les tourmentent. Affaiblit par cet malédiction, des assassins, ennemi de la royauté en place dans le pays, tuèrent ni plus ni moins, le couple.
    Amel, l'esprit vengeur, déçida d'intégrer le corps de la reine morte. Les chairs se réparèrent, plus traces de blessure et le corps sembla reprendre vie, sauve qu'il était pâle, pâle et froid. Un mort vivant.
    Ah oui, j'oubliais, la pratique du cannibalisme, dans ce pays, était autorisé pour les rituels funéraires. Ainsi, cet esprit, s'abreuva de sang par le biais de sa marionnette. C'était le premier vampire et chaque victime qu'il mordait et vidait de son sang, se transformait aussi, en mort vivant. Comment cet malédiction se transmettait ? Sûrement par la magie qui habitait Amel.
    Il faudra attendre bien des siècles pour que le statut de vampire soit considéré comme néfaste et que les lois destinés à les éradiquer prennent forme.

    Pardon pour le récit... J'ai tendance à m'emballer et encore, j'ai fais un effort, je vous ai épargnés les détails administratif et politiques de l'époque !


    Il eu un petit sourire d'excuse, et prit son verre dans lequel il préleva une gorgée. Parler lui donner soif. Quand Killian racontait, il le faisait toujours bien, la force de l'habitude, clair, précis, d'une traite, pas trop rapide... Mais ça lui donnait toujours rudement soif ! Quoi qu'on en dise, raconter quelque chose, ça se travaillait !
    Mais il enchaina assez rapidement sur le sujet de Maël, ce qui, il le comprit rapidement, n'était pas pour plaire à son interlocutrice. Etait-ce le fait que la sœur n'appréciait pas le frère ou que lui-même ne puisse pas le blairer. Il se tourna vite vers la dernière option, lorsqu'elle prit la parole, d'une voix froide et distante... Ok, il pouvait pas dire qu'il ne s'y attendait pas, c'était légitime comme réaction.
    Pourtant, elle n'était pas son frère et à ses yeux, cet différence était importante. Il pouvait très bien s'entendre avec elle et pas avec Maël, enfin.
    Il fronça les sourcils, surpris par la véhémence dont elle faisait part, toute trace de sympathie envolé... Dommage... Ils venaient juste de trouver un terrain d'entente.

    Etes-vous si indissociable de votre frère qu'entretenir une conversation avec vous est impossible ? Puis, c'est plus avec votre cousin Caïne que les rapports sont tendus. Il y a une forte complicité entre les membres de la famille Skellig, je respecte énormément ça. Mais les différents que j'ai eu avec votre frère remontent à Poudlard et c'est l'animosité de Caine envers moi qui c'est étendue jusqu'à lui qui a fait que Maël et moi, nous nous apprécions guère. Toutefois il n'y a jamais eu de véritable incident.
    Après, si par solidarité familiale cet animosité envers moi, s'étend jusqu'à vous, je trouverais ça dommage. Mais je n'essaierai pas de l'empêcher. Toutefois vous me semblez assez indépendante pour ne pas suivre la voie de votre frère et de votre cousin.

    Encore un long discours... Je m'en excuse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maël Q. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 40


Feuille de personnage
Gallions: 172
Points de Magie:

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mar 3 Juil - 15:07


Je m'incruste ! Pardon pour le post fleuve Bulle / ! \ avertissement pour les propos violents et dégradants. Ne suivait pas l'exemple de Maël.


« PUTAIN DE BORDEL DE MERDE, je vais la tuer ! Un jour je clouerai sa tête à la porte de la grande à cette SALOPE ! »

Pourquoi ? Mais pourquoi faisait-elle toujours TOUT pour le mettre hors de lui ? Ce n’était pourtant pas compliqué à comprendre : on ne touche pas aux canards en plastique bordel de Dieu ! Hum. Pardonnez Maël, il avait vraiment du mal à garder son calme, son langage en pâtissait atrocement. Il n’avait pas l’habitude de crier des insultes toute la sainte journée, pourtant, là, quand il avait vu ce qu’avait fait Cordélia - parce que ce genre d’actes démoniaques ne pouvait venir que de sa TRAINÉE de sœur ! -, il n’avait pu retenir une flopée de jurons. Cette GARCE avait osé jeter les canards de Maël par la fenêtre. Par la fenêtre ! Inconsciente ! HÉRÉTIQUE ! Cette petite pute allait payer, et très cher. Elle n’avait même pas idée de la colère qui animait son frère. Oh, le jeune homme savait se montrer compréhensif et même très clément avec sa cadette. Mais là, elle avait dépassé les bornes des limites.

Il avait bien conscience que depuis leur dispute concernant son départ proche pour…il ne savait pas où encore exactement, mais pour quelque part, ça c’était sûr…l’avait attristée. Démoralisée. Abattue ? D’accord, désespérée. Mais FOUTRE-CUL, elle n’allait pas saccager les affaires de Maël toutes les semaines jusqu’à son départ non ? Bientôt elle ferait frire Starfish et Mobydick cette CATIN ! Il fallait qu’il mette ses piranhas en sureté jusqu’à nouvel ordre. Bref, la question n’était pas là. La question était : maintenant qu’il était dans la rue, en caleçon, une tasse de café à la main, sa cigarette du réveil dans l’autre, et que tous les passants le regardaient d’un air surpris, que faisait-il ? Et bien il ramassa ses canards, rentra à l’appartement, vida son café cul sec et s’habilla en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « harem ». Tout en noir. Pour bien montrer qu’il ne fallait pas le chercher è.é Et il fila pour la boutique de sa sœur - enfin, c’était tout comme. Il ne mit pas longtemps pour faire passer le message à Cordélia. Il entra, avança calmement vers elle et lui mit un coup, un seul. Le reste serait pour plus tard, quand il serait certain que personne ne les verrait. On vous l’a dit…chez les Skellig, fais ce qu’il te plait, mais fais-le en secret. Elle allait avoir une sacrée marque. Tant mieux. Il repartit après avoir embrassé l’œil blessé de sa sœur, petit rituel auquel il tenait.

Assez satisfait de lui, il rentra donc pour…fusionner avec le canapé et un bon bouquin. Sauf qu’un quart d'heure plus tard, il tournait comme un lion en cage, incapable d’attendre Cordélia plus longtemps. Il avait envie de lui déboiter la tête une bonne fois pour toutes, il serait plus tranquille après. Là, c’était juste insupportable de savoir qu’elle était surement en train de le faire poiroter EXPRÈS dans un bar, ou Merlin seul sait où, pour le faire enrager encore plus. Ah elle voulait qu’il s’occupe d’elle, très bien ! Il allait lui faire sa fête, mais pas comme elle l’imaginait. Maël ressortit donc, chapeau sur la tête et col de la veste remonté comme un agent secret (ahem), prêt à écumer à peu près tout Londres pour mettre une raclée à sa sœur. Il savait très bien qu’elle ne risquait pas de rentrer tôt en sachant ce qui l’attendait. Il commença par retourner à l’Asphodèle, bien sûr aucune trace de Cordy. Par contre, le cloporte qui lui servait de patron entrait juste. Il lui expliqua l'avoir vu entrer au Chaudron Baveur plus tôt. Maël s’attendait à le voir tomber raide d’un instant à l’autre. Bon, il voulait bien admettre que dans sa tenue de croque-mort il pouvait paraître malcommode voire carrément flippant, mais tout de même….ou alors il pensait que le jeune homme était aussi cinglé que sa sœur. Moui, ça se tenait. Le sorcier se rendit donc à la taverne (ola tavernier ! Une pinte !)(hum, private joke, pardon). Il entra discrètement (comment un type en noir avec un chapeau et l’air louche peut-il entrer discrètement ?)(tu te tais Joren ! c’est pas ton Rp !) et s’installa au comptoir. Heureusement sa sœur lui tournait le dos. Il l’avait tout de suite vue. Assise à une table dans un angle, avec un homme qu’il n’avait pas immédiatement reconnu. Il commanda un Whisky qu’il vida en deux minutes, puis un second qui en entraina un troisième. Heureusement que l’homme prononça le nom de Maël, sans quoi il aurait fini au Courtisanes’ avec Swann - en tout bien tout honneur - qui passait justement par là. Il se leva, reposa son quatrième verre pour aller chercher Cordélia. Sauf que quand il se retourna, il capta enfin que l’homme en face d’elle était Killian Dromberg. Cette face de rat ? Qu’est-ce qu’elle faisait avec lui ?! Ni une ni deux, Maël traça jusqu’à la table et s’arrêta derrière sa sœur. Il allait faire d’une pierre deux coups.

« Bonsoir Mr Dromberg. Cordélia…je suis vexé, je pensais que tu rentrerais tôt aujourd’hui. Que tu négliges ton frère passe encore. Mais ne déshonore pas notre famille en t’asseyant face à ce genre d'individu je te pris. Tu vaux bien mieux. »

Propre, classe. Court aussi, mais on ne pouvait pas lui en demander plus sinon il allait devenir méchant. Maël jeta un regard noir à sa sœur, lui signifiant bien qu’il considérait cette entrevue avec Dromberg comme une trahison - la liste de ses fautes s'allongeait d'heure en heure. Il chercha sa bourse dans la poche de son manteau et en tira deux gallions qu’il jeta sur la table.

« Allons-y. »

Et il tourna les talons sans un regard pour Killian, sans même chercher à savoir si Cordélia le suivait. Qu’elle essaye seulement de lui tenir tête en public et il l’envoyait à Ste Mangouste en pièces détachées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cordélia S. Skellig
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 171


Feuille de personnage
Gallions: 468
Points de Magie: 45

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Mar 3 Juil - 22:24

    Cordélia buvait littéralement les paroles du jeune homme en face d’elle. C’était tout simplement fascinant. Elle avait été plutôt bonne élève en Histoire de la Magie du temps de Poudlard et se plaisait, aujourd’hui encore, à se plonger dans d’obscurs manuscrits, mais elle devait avouer ne pas toujours tout comprendre. Par ailleurs, les informations sur les vampires se faisaient rares, très rares. C’était une race très secrète qui n’appréciait guère les curieux. Mais c’était tellement passionnant, intriguant... Et incroyablement tentateur pour la Skellig.

    - Je t’en prie, ça ne me dérange absolument pas. Bien au contraire... Je connais bien les vampires, du moins autant qu’ils me laissent les connaître. Ils sont vraiment... magnifiques, tu ne trouves pas ? L’immortalité... Sans doute leur plus grande chance. Tu imagines ? Avoir l’éternité devant soi... murmura la jeune femme, le regard perdu dans le vague.

    L’éternité. La jeunesse. Et Maël. C’était bien tout ce que Cordélia souhaitait. Elle n’avait besoin de rien exceptées ces trois choses. Inaccessibles pour son plus grand malheur. Pour le moment. Car Cordélia n’était pas du genre à baisser les bras, pour rien au monde. Elle était prête à se battre pour ça, à donner tout ce qu’elle avait. Un sourire inquiétant étirait les lèvres de la jeune femme. Inconsciemment, elle avait attrapé la petite fiole de sang nichée entre ses seins, maintenue par une chaîne en or blanc. Le sang de son frère, bien sûr.

    Mais en entendant l’homme parler de Maël et de Caine, la jeune Skellig pâlit brusquement. Il ne comprenait pas, il ne savait pas. Certes, c’était une affaire de famille, mais c’était bien plus que ça. Elle avait beau tenir à son indépendance, elle savait parfaitement que c’était une liberté conditionnelle et qu’elle pouvait être renvoyée de force sur les îles à tout moment. Son frère et son cousin étaient compréhensibles et faisaient beaucoup de choses pour elle, mais il y avait des limites à leur tolérance.

    - Pauvre con, tu ne comprends rien ! On est indissociable. Et aussi agréable soit ta conversation, je n’ai pas mon mot à...

    La voix de Maël derrière elle l’interrompit brusquement. Elle serra ses doigts autour de sa cigarette. Elle n’avait pas peur, jamais. Killian n’existait plus, il n’avait jamais existé. La jeune femme écouta son frère en silence, baissant imperceptiblement la tête en signe de résignation. D’un certain côté, elle était fière de tenir tête à cet homme qui la rendait complètement folle mais de l’autre, elle s’en voulait de le décevoir encore. Elle avait fait la bêtise du mois, peut-être même de l’année, en touchant à la collection de son frère, elle le savait très bien. Cordélia avait envie de s’excuser, de ramper, de supplier... Mais elle ne pouvait pas se le permettre. Non pas parce qu’il y avait du monde, elle avait oublié la présence des autres personnes dans la pièce, mais parce qu’elle était une Skellig et qu’une Skellig ne pliait pas. Du moins pas tout de suite. De plus elle décevait déjà suffisamment son frère pour ne pas en rajouter en se laissant faire. Elle choisit donc de lui tenir tête. Un peu.

    - Alors comme ça tu me suis maintenant ? Imbécile... grinça-t-elle en écrasant sa cigarette.

    Chaque mot qu’elle prononçait était des futurs bleus qu’elle aurait sur le corps, elle en avait conscience. Mais peut importait. Elle se releva néanmoins à la hâte, oubliant sans s’en rendre compte son paquet de blondes dans leur étuis en fer ouvragé. Fusillant son frère du regard, elle prit sa suite non sans protester.

    - Et tu ne veux pas aussi m’enfermer dans une tour tant que t’y es ? Je veux bien mais il faudra que tu te décides à assouvir mes besoins sexuels, grand frère...

    Elle savait parfaitement qu’on l’entendait et s’en amusait. Cela alimenterait les rumeurs, ce serait amusant... Au moment de franchir la porte, la jeune femme se souvint de Killian et se tourna la tête pour capter son regard. Un petit signe discret de la main. À la prochaine...

    Merci encore Killian Cute J'espère qu'on pourra prochainement RP la suite o/ Après tout, Cordy a oublié quelque chose Wink
    Merci aussi à toi Maël-chéri Canard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Killian M. Dromberg
Wizarding World
Wizarding World


Messages : 75


Feuille de personnage
Gallions: 411
Points de Magie: 42

MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   Lun 9 Juil - 15:27

    Etait-ce de la vanité qu'aimer partager ses connaissances ? Non ! Sauf qu'avec Killian on ne savait jamais trop bien s'il aimait partager son savoir ou s'il aimait le montrer, genre, jsuis trop intelligent!Il y avait sûrement un peu des deux là-dedans.
    Toutefois, il était content de voir que la demoiselle Skellig buvait ses paroles comme du petit lait. Les vampires. Killian en savait pas mal sur eux, car ils traversaient les âges sans subir les dégâts du temps et était donc, une source importante de connaissance.
    En tout cas, les paroles sur de Cordélia, sur l'immortalité, la jeunesse éternel fit sourire l'archéomage. Oui, ça pouvait être des plus agréables que de vivre plusieurs siècles. Tutefois, lui, n'éprouvait pas cet envie là. Vivre 600 ans, pourquoi faire ? Oh bien-sûr, il aurait de quoi s'occuper, mais voir ses proches disparaître, et répéter ce cycle inlassablement.. C'était contre nature. Et n'oublions pas que c'est une malédiction que d'être vampire, même si certains s'en accommode.
    En tout cas, pour Killian, une vie éternel de vampire, ça ne le tentait vraiment pas !

    Oui, ça peut être pas mal... Mas considérait mes congénères comme du bétail est un truc qui a tendance à me répugner pour tout vous dire !

    Le regard de Killian s'attarda ensuite quelque peu sur le décolleté de son interlocutrice. Non pas pour apprécier le spectacle qu'offrait sa jolie poitrine, mais pour regarder la fiole qu'elle portait autours du cou. A l’intérieur, un liquide rouge, rouge sang. L'archéomage savait reconnaît du sang quand il en voyait... A qui celui-là pouvait-il bien appartenir ? Il en avait aucune idée, mais l'idée de porter un tel bijou, c'était assez glauque pour Killian. Mais c'était un sorcier et il avait vu bien pire au quotidien !

    Alors qu'il portait son verre de Whisky à ses lèvres, le ton de son interlocutrice changea du tout au tout. Ok. Ne pas parler de Maël. Elle semblait porter son frère en haut estime. Il ne savait pas à quel point. D'ailleurs un individu s'approcha de la table alors que Cordélia l'invectivait. Il leva le regards et dissimula un sourire. Quand on parle du loup...
    Maël. Killian ne se leva pas, ne le salua pas. C'était impolie, il le savait, mais il le vivait bien. Il se contenta d'un seul mot à l'égard du frère de son interlocutrice.

    A bientôt Maël.

    Mais celui-ci avait déjà tourné les talons. L'avait-il entendu ? Il ne savait pas. En tout cas, le comportement du Skellig, l'irritait. Il jouait au papa avec sa sœur, la réprimandait comme si c'était une gosse et elle, le suivait, docilement. Et sa petite phrase humoristique et politiquement incorrect, n'y changerait rien. Cordélia était le toutou de son grand-frère.
    D'ailleurs, à propos de la remarque Miss Skellig... Killian se posait la question si c'était juste pour la provocation ou si c'était la vérité. Ou les deux. Cela ne le surprendrait guère que ce soit le cas. Elle et son frère semblaient assez tordu pour ça.
    Il salua d'un signe de tête Cordélia lorsque celle-ci le salua d'un petit signe de main et il porta de nouveau son verre aux lèvres.

    Finalement, il termina son verre et se leva. C'est là qu'il vu l'étui à cigarette de Miss Skellig. Un belle étui ouvragée.S'il le laissait là, c'est sûr qu'il disparaitrait à la seconde ou il aurait le dos tourné. Mais en avait-il quelque chose à faire? Finalement, il le prit. Sait-on jamais ça pourrait toujours servir! Allez, un petite marche et retour maison, un petit repas, un bon bouquin et il finirait sa soirée ainsi. Il prit les deux gallions que Maël avait laissé sur la table. Et sortit du côté donnant sur le chemin de traverse. A peine fut-il sortit du bar, qu'un bruit dans un tonneau sur sa droite attira son attention.

    Bonsoir Diogène.

    Il prit les deux gallions donnait par le Skellig et les jeta dans le tonneau. Sûrement que le mendiant ne le connaissait pas, ou peut-être que si, en tout cas, l'archéomage le croisait régulièrement et vu qu'il ne voulait pas de ces deux gallions... autant faire un heureux. Main dans les poches, il reprit sa marche nocturne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Clos] ▬ Un Verre, En Tout Bien Tout Honneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En tout bien tout honneur [ Pv Guillaume]
» Tout lasse, tout casse, tout passe ... [Chanel]
» E04 - Tout feu, tout flamme
» Tout feu Tout flamme
» Tu m'as tant manqué ... en tout bien, tout honneur [PV Louis W. Tomlinson]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashes of Chaos :: Wizarding World | For the Greater Good :: London :: Diagon Alley :: Le Chaudron Baveur-